M-E LECLERC : LA VERITE TRAVESTIE

fév 13th, 2004 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Louis Lambel, Président des Créateurs d’Emplois et de Richesses de France (Cerf), rappelle  que les prix pratiqués par la grande distribution et par les magasins Leclerc en particuliers sont loin d’être aussi bas qu’on tente de le faire croire au consommateur : si le prix affiché sur le ticket de caisse peut, dans certain cas sembler assez peu élevé, c’est que Monsieur Leclerc oublie de préciser que chaque « prix bas » se traduit par l’augmentation des charges salariales et patronales sur nos bulletins de salaires, afin de financer le chômage induit par son développement.

Est-il utile de rappeler que ce développement est en parti financé par les fonds publics, en ce qui concerne bon nombre d’infrastructures logistiques sans lesquelles la grande distribution ne pourrait prospérer. Il sera également rappelé que pendant que les fonds publics servent à financer le développement de la grande distribution, ces mêmes fonds publics servent à financer les interdictions de stationner et les parcmêtres qui tuent le commerce de proximité.

Le Cerf, à ce titre, demande aux pouvoirs publics de rétablir un environnement commercial garantissant le jeu de la transparence et de la concurrence loyale entre les acteurs du commerce.

Il faut donc :

  • maintenir la loi Galland, notamment sur la question des marges arrières,
  • appliquer la Loi Royer, modifiée Raffarin,
  • transformer ou étendre les Commissions départementales de l’équipement commercial pour prendre en compte les zones de chalandise,
  • maintenir le statut quo en matière de baux commerciaux,
  • garantir au commerce indépendant les mêmes avantages qu’à la grande distribution,
  • revenir sur l’autorisation de publicité à la télévision qui crée un nouveau  »champ » de concurrence déloyale.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!