LES PATRONS DEFENDENT LE POUVOIR D’ACHAT

mar 10th, 2005 | By CERF National | Category: 01 - CERF IDF, Communiqués

Les Créateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf) rappellent la nécessité d’augmenter les revenus et le pouvoir d’achat des Français afin de les payer en retour de leur travail et d’assurer le maintien de la consommation, principal pilier de la croissance actuelle.

C’est la mission donnée à Thierry Breton, qui ne pourra la remplir qu’en baissant l’impôt sur le revenu et en prenant garde de ne pas tirer à la hausse le coût du travail de l’entreprise France.

Renvoyer les partenaires sociaux à la négociation sur les salaires avec les organisations professionnelles est donc absurde et irresponsable.

Si les grandes entreprises enregistrent des résultats record et rémunèrent aujourd’hui le capital, ce n’est pas le cas des TPE qui emploient plus de 60% des salariés du privé et garantissent le pouvoir d’achat de plus de 20 millions de citoyens.

Ces TPE vont d’ailleurs devoir subir une réforme de la loi des 35 heures inadaptée à leur situation et à leurs besoins, qui pèsera sur l’emploi.

La loi sur le temps de travail, instituant un contrat moral entre les salariés et l’Etat, il serait immoral et injuste de prélever quoique ce soit sur le travail du salarié une fois ce contrat rempli, en particulier quand celui-ci a besoin de ce « plus ».

Le travail des salariés, au-delà de la 35ème à la 40ème heures, ne saurait donc être taxé ou imposé.

C’est pourquoi la baisse de l’impôt sur le revenu, doit commencer par l’exonération du revenu du travail au-delà de la 35ème heure (par crédit d’impôt) : cette baisse est la plus simple et la plus réaliste à mettre en oeuvre financièrement.

De même, le travail au-delà de la 35ème heure, doit être exonéré de charges pour le salarié.

Enfin, pour garantir la solidarité aux personnes âgées, les entreprises devraient verser les charges patronales sur le travail au-delà de la 35ème heure au fonds de solidarité prévu pour elles.

Ces mesures doivent être entreprises d’urgence, sur des salaires non majorés de la 35ème à la 40ème heure de travail.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!