TNT : LA DEPENDANCE AUDIOVISUELLE DE LA FRANCE

mar 31st, 2005 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

A l’heure du lancementA�deA�la TA�lA�vision NumA�rique Terrestre etA�de 14 chaA�nes de tA�lA�vision supplA�mentaires, se pose la question de la capacitA� de la France A� produire des contenus et, A� terme, A� dA�velopper des solutions techniques commercialisables dans un marchA� en continuelle expansion, celui de l’image.

Les enjeux ?

  • la place de la France sur un marchA� international en croissance continue, c’est-A�-dire le dA�veloppement ou non d’une industrie existante avec un fort potentiel d’emplois et de recettes sur le marchA� national et international,
  • la sauvegarde de « l’exception culturelle franA�aise » (et son rayonnement) et la valorisation de vA�ritables savoir-faire,
  • la capacitA� de la France A� occuper une place importante dans la crA�ation de solutions techniques innovantes en matiA?re de traitement de l’image (matA�riel et logiciel), de transfert des donnA�es…

Cette question est bien celui de la dA�pendance de la France vis-A�-vis d’autres pays.

La France a su conserver jusqu’A� maintenant une industrie audiovisuelle grA?ce A� un modA?le de financement spA�cifique, que la multiplication des diffuseurs sur le marchA� va remettre en question.

La progression du volume des ressources publicitaires n’a pas suivi, A� ce jour, la progression de l’offre en matiA?re de diffusion, d’oA? une difficultA�, pour les chaA�nes existantes (cA?ble et satellite), A� accA�der A� du financement suffisant pour entreprendre une vA�ritable politique de production ou de co-production.

Sur la concurrence

La concurrence entre mA�dia se dA�veloppe donc plus vite que la consommation et les ressources ne progressent.

La concurrence internationale se dA�veloppe tant au travers de programmes dA�jA� amortis, qui concurrencent A� bas prix les nouvelles productions, qu’au travers de la concurrence socialeA�qui contribue A� la dA�localisation d’une partie de la production (tournages, post production) en particuliers vers les anciens pays de l’Est.A�L’A�largissement A� terme de la dA�finition d’oeuvre europA�enne, accentuera encore ce phA�nomA?ne, puisque les coproductions avec ces pays seront A�galement A�ligibles aux subventions nationales et europA�ennes.

Notre industrie est donc concurrencA�e, tant pour la commercialisation de ses produits sur son propre marchA�, que pour la production : ce qui touche directement A� l’emploi et A� notre capacitA� A� conserver une place de producteur.

Il est donc urgent de permettre A� la filiA?re audiovisuelle de se structurer et se dA�velopper pour faire face A� cette A�volution de son marchA� et permettre A� la France d’exister sur un des marchA�s fondamentaux du 21A?me siA?cle : en faire une opportunitA� et prA�server l’exception culturelle franA�aise.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!