Les vrais chiffres sur les revenus des patrons interrogent sur la représentativité du « Patronat français » – Le Cerf publie les vrais chiffres des Revenus des patrons (TPE)

fév 6th, 2008 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Pour la deuxième année consécutive, la publication d’une étude sur les salaires des patrons masque la réalité et entretient une lutte des classes artificielle et instrumentalisée. Il convient, dès lors de s’interroger sur la capacité des commanditaires de cette étude à appréhender et donc défendre la réalité du patronat réel. Le Cerf publie les vrais chiffres des revenus des patrons.

L’enquête publiée dans La Tribune du 31 janvier et qui prétend donner une information pertinente sur les patrons ne porte en fait que sur les dirigeants salariés, soit 175 120 personnes, moins de 8% des patrons en France !

Avec 2,3 millions de TPE, il est surprenant et non significatif de ne parler que de la minorité non représentative du patronat. Car, toujours selon l’Insee, le revenu moyen des entrepreneurs individuels par exemple s’élève en 2005 à 25 900 euros par an et stagne, en euros constants, depuis 2000*. Leur pouvoir d’achat s’est, lui, dégradé. Ils sont pourtant plus de 850 000 et gagnent deux fois moins que les 51 963 euros annoncés dans le quotidien La Tribune comme référence !

Des patrons à la peine pour 6,14€/heure en moyenne

Pour compléter cette enquête sur les revenus des patrons de PME, il faudrait également ramener ce chiffre au temps de travail effectué : certains s’apercevraient alors que la majorité des patrons ne gagnent même pas un Smic horaire !

Cette réalité, déjà alarmante, ne tient pourtant pas compte des micro-entreprises. Car dans ce cas, le revenu moyen tombe à 22 100€, soit 6,14€/heure, pour des patrons qui font près de 70 heures par semaine !

Il convient enfin de souligner que le revenu de ces patrons, révélé par l’Insee, n’est autre que le bénéfice de l’activité. Avec des montants aussi faibles, comment prétendre augmenter les revenus des salariés par la participation ? Cette dernière option, défendue et promue par les mêmes syndicats qui se prétendent représentatifs, prévoit-elle également de partager les pertes ? Car, au risque d’aller contre les idées reçues, le patron est la première « victime » des aléas de l’activité, n’hésitant pas à rogner sur ses propres revenus (déjà faibles) pour garantir la pérennité de l’entreprise !

Enfin, les mêmes se félicitent d’avoir augmenté le coût des licenciements au motif de les faciliter : c’est oublier le manque de moyens de la majorité des entreprises, attesté par les revenus des patrons.

Vouloir représenter et négocier au nom de la collectivité nécessite à tout le moins de connaître ceux au nom desquels on prétend le faire ! ou bien est-ce trop demander ? Mais dans ce cas, réformer la représentativité est plus qu’une urgence, car les actifs les plus précaires ne peuvent être maintenus à l’écart des discussions dont ils font constamment les frais.

*LES REVENUS DES ENTREPRENEURS INDIVIDUELS EN 2005, INSEE PREMIERE N°1175 – FEVRIER 2008, HTTP://WWW.INSEE.FR/FR/FFC/IPWEB/IP1175/IP1175.HTML

1 réponse to “Les vrais chiffres sur les revenus des patrons interrogent sur la représentativité du « Patronat français » – Le Cerf publie les vrais chiffres des Revenus des patrons (TPE)”

  1. thuringer on 9th novembre 2011 5:16

    vive le r s v , ki tu les petits patron sans avoir besoin de leur filer retraite a 69 ans , c un tres beau chiffre

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!