Les TPE-PME paient cash les exigences financiA?res des syndicats

juil 22nd, 2008 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Deux pas en avant, trois en arriA?rea��A� Le gouvernement a finalement renoncA� A� crA�er une contribution supplA�mentaire pour financer le dialogue social : les sA�nateurs ont supprimA� la��article controversA� lors de la��examen du projet de loi portant rA�novation de la dA�mocratie sociale. Mais le gouvernement risque de cA�der A� la��UPA puisqua��il lui a promis da��A�tendre A� toutes les branches de la��artisanat, la��accord qua��elle a signA� en 2001 et qui prA�voit la��instauration da��un prA�lA?vement de 0,15% de la masse salariale pour financer le dialogue social. Cet accord na��est aujourda��hui appliquA� que dans le secteur de la��alimentaire en raison de la��opposition des autres branchesa��

Dans cette affaire, le Medef et la CGPME avaient le beau rA?le : ces organisations patronales ont farouchement combattu la��instauration de toute nouvelle contribution car le Medef et la CGPME sont dA�jA� largement subventionnA�s et ils vivent grassement des contributions qu’ils touchent sur les prA�lA?vements sociaux sans parler des dA�rives financiA?res dA�voilA�es dans des rapports officiels et les mA�dias. Il va pourtant bien falloir que ces pratiques da��un autre A?ge cessent et que les syndicats a�� patronaux et salariA�s – comprennent qua��il est de leur intA�rA?t de sa��autofinancer sa��ils veulent A?tre des partenaires crA�dibles. Les syndicats comme le lA�gislateur ne pourront pas non plus faire la��A�conomie da��une rA�flexion sur le rA?le, la��efficacitA� et la responsabilitA� des partenaires sociaux dans la bonne marche de la��A�conomie.

Reste que ce prA�lA?vement programmA� de 0,15% de la masse salariale va ponctionner encore un peu plus le pouvoir d’achat des entreprises et les fragiliser A� un moment oA? elles doivent faire face A� une crise sans prA�cA�dent de liquiditA�s, aggravA�e par le resserrement du crA�dit bancaire et la hausse du prix des matiA?res premiA?res. Ainsi, le gouvernement accA?derait A� la revendication da��un syndicat en manque de financement – la��UPA – contre la demande rA�currente de millions de patrons de baisser les charges qui pA?sent sur le travail et donc sur leur activitA�.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!