Le Cerf vrai promoteur du pouvoir d’achat des salariés

juil 31st, 2008 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Suite au recours déposé par des parlementaires PS, PCF et Verts contre la loi sur la réforme du temps de travail, le Conseil constitutionnel a auditionné les syndicats de salariés et patronaux dits « représentatifs ». Alors que ces syndicats n’ont jamais soutenu la réforme sur les heures supplémentaires, le Cerf qui est à l’origine de cette mesure fondée sur des arguments constitutionnels et jurisprudentiels, s’étonne de ne pas avoir été consulté.

En effet, les Créateurs ont lancé le slogan « travailler plus pour gagner plus » en s’appuyant sur le préambule de la Constitution de 1946 – intégrée à celle de 1958 – qui stipule que « Chacun a le devoir de travailler » et que « La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement ». Ainsi les lois Aubry sur les 35 heures qui limitaient le contingent annuel d’heures supplémentaires, réduisaient de fait les possibilités pour un individu de faire face à toute dépense supplémentaire et donc imposait à l’Etat et à la solidarité nationale, de compléter son revenu. Ajoutons à cela que la jurisprudence française impose la solidarité intergénérationnelle et contraint donc toute personne à prendre en charge les besoins de ses parents comme de ses enfants.

Dès sa création en 2003, le Cerf avait ainsi mis en évidence que les 35 heures auraient un effet dévastateur sur le pouvoir d’achat des salariés et donc sur la consommation et l’activité économique des TPE-PME les plus fragiles.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!