Crise financiA?re : A�viter A� tout prix un effet domino

oct 7th, 2008 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

La��A�conomie franA�aise repose pour une part vitale sur les TPE (0 A� 20 salariA�s) qui reprA�sentent 95% des entreprises et assurent les revenus de 20 millions de personnes. La croissance ne redA�marrera donc pas sans des TPE qui consomment, investissement et recrutent en France : elles sont soit les fournisseurs, soit les clients des grandes entreprisesa��

Les TPE sont structurellement en manque de liquiditA�s pour couvrir leurs besoins de trA�sorerie. En clair, les TPE sont les travailleurs pauvresA�de la��A�conomie car elles ont le plus grand mal A� finir le moisA�: payer le loyer, les fournisseurs, leurs obligations sociales et fiscales, les salairesa�� RA�sultat, la France est connue pour ses entreprises qui ne grandissent pas et enregistre un des taux de dA�faillances da��entreprise le plus A�levA� des pays industrialisA�s.

En cas de crise A�conomique, cette faiblesse structurelle sa��aggraveA�car les recettes baissent et donc les besoins de liquiditA�sA�augmentent : il na��y a plus da��argent dans les caisses de plus en plus tA?t dans le mois. Les chefs da��entreprise doivent alors faire des choixA�: premiA?re victime, le patron lui-mA?me qui cesse de se payer pour limiter les besoins de trA�sorerie. Seconde victimeA�: les fournisseurs. La��effet domino est en marcheA�: les dA�lais de paiement s’allongent, les fournisseurs qui ne sont pas payA�s, ne peuvent A� leur tour plus payer leurs propres fournisseurs…

Dans cette crise, les banques accA�lA?rent la paupA�risation des TPE et jouent les marchands de sommeilA�: les TPE na��ont en effet pas da��autre choix que de sa��adresser aux banques pour couvrir leurs besoins de liquiditA�s. Lesquelles se retrouvent donc en position de force pour supprimer les autorisations de dA�couvert et faire payer A� ces travailleurs pauvres, les dA�passements bien plus chers que le prix du marchA� comme le font les organismes de crA�dit A� la consommation avec les smicards. Elles s’enrichissent ainsi largementa�� tant que l’entreprise n’est pas mise en redressement ou en liquidation judiciaire.

Le robinet A� liquiditA�s fermA�, ca��est bien sA�r la mise en liquidation assurA�e, des licenciements A�conomiques en hausse et une baisse des recettes sociales et fiscales A� la clA�. La��effet domino s’accA�lA?reA�: +15% de dA�faillances da��entreprise au premier semestre 2008, +42A�000 chA?meurs au mois da��aoA�t, -5 A� 7 milliards de recettes fiscales en moins pour 2007, une croissance infA�rieure A� 1% pour 2008 et une rA�cession durable qui guettea��

Ca��est pourtant cet effet domino sur l’A�conomie rA�elle qui est en train de plonger la France dans la rA�cession, qua��il faut A� tout prix A�viter. Le gouvernement ne doit pas laisser des banques qui sont responsables de la crise financiA?re, profiter de leur pouvoir sur les TPE-PME pour pratiquer des tarifs abusifs et s’enrichir de faA�on cynique. Le Cerf propose qua��A� la��image de la loi pour le dA�veloppement de la concurrence au service des consommateurs votA�e il y a prA?s da��un an, et A�tant donnA� le soutien financier apportA� au secteur bancaire, le gouvernement impose par la loi de plafonner les frais bancaires en cas de dA�couvert pour le ramener au coA�t du crA�dit et impose des tarifs administrA�s compte tenu de la��absence de concurrence rA�elle dans ce secteur.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!