Les employés et ouvriers, grands gagnants de la politique du gouvernement… les TPE, toujours dans l’attente

déc 15th, 2008 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

La cote de popularité du président de la République progresse chez les bas revenus, à 50%, soit 17 points de plus que le mois dernier. Un sondage LH2 réalisé pour NouvelObs.com au lendemain de l’annonce du plan de relance du président de la République, montre que sa cote de popularité est en hausse de trois points à 46% d’opinions favorables : 47% chez les employés (+11 points) et 39% chez les ouvriers (+7 points). Si l’institut de sondage LH2 avance que ce plan de relance a « davantage rassuré les classes populaires » alors qu’il ne comporte pas de mesures en faveur du pouvoir d’achat, le Cerf estime pour sa part que cette progression est due au succès de la réforme des heures supplémentaires, dont il est à l’origine.

En effet, l’explication est très prosaïque. La réforme sur les heures supplémentaires entrée en vigueur le 1er octobre 2007 a permis aux bas salaires de voir leurs revenus augmenter : soit parce que les salariés des TPE qui étaient toujours à 39 heures, ont vu leur salaire augmenter grâce à la suppression des charges et à la défiscalisation des heures payées au-delà de la 35e heure ; soit parce que ces employés et ouvriers ont eu l’opportunité de faire des heures supplémentaires et donc de constater que « travailler plus » permettait vraiment de « gagner plus ». Neuf mois après, le ministère de l’Economie avait calculé que l’exonération d’impôts et de charges sociales au-delà de la 35e heure travaillée avait rapporté aux salariés, majoritairement dans les TPE, un montant total d’environ 1,54 Milliard d’euros, soit près de 400 euros par foyer concerné, constituant ainsi un socle de confiance aux annonces gouvernementales tournées vers la sauvegarde de l’activité et de l’emploi.

Le Cerf prédisait d’ailleurs que la réforme développerait ses effets positifs à compter du second semestre 2008 . Les Créateurs avaient cependant regretté que la réforme ne soit pas accompagnée de la suppression de charges patronales promise par le Président de la République et rejetée par les partenaires sociaux, patronat et salariés. Une mesure pourtant essentielle pour réduire le coût du travail et rendre leur compétitivité aux entreprises françaises. Essentielle aussi, pour donner les signes positifs attendus par les patrons de TPE et leur redonner confiance dans une période dont ils sont les premières victimes.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!