Prolongement de la ligne de tramway T3 : la récession n’arrête pas le gaspillage par les élus

déc 23rd, 2008 | By CERF National | Category: 01 - CERF IDF, 75 Paris, Communiqués

Le Conseil de Paris a voté mi-décembre le projet de prolongement du tramway T3 malgré les réserves émises dans le rapport de la Commission d’enquête publique. En effet, le projet retenu pose plusieurs problèmes concernant l’aménagement de la station Porte de Vincennes et du quai de la Gironde, le franchissement de la Seine, les acquisitions foncières à venir… Ces problèmes non résolus à ce jour vont entraîner des coûts supplémentaires : le montant du prolongement de la ligne de tramway T3 a d’ores et déjà été réévalué à 931 millions dans le dossier d’étude préalable au lieu des 820 millions d’euros initialement prévus. Les différents problèmes soulevés par la Commission d’enquête pourraient même entraîner un doublement du budget. Se pose alors la question du financement du projet…

Dès avril dernier, le Cerf avait alerté la Mairie de Paris sur les incohérences du projet et le gaspillage créé par les choix retenus. Les Créateurs avaient même commandé à l’Association Paris Banlieue Environnement une étude sur le prolongement du tramway T3 : il en ressort qu’une modification du tracé proposé sur le secteur Mac Donald-Eole permettrait une économie de l’ordre de 370 millions d’euros. Le nouveau tracé présente en outre l’avantage d’une meilleure prise en compte des besoins du commerce de proximité, des parisiens et de l’environnement. Malheureusement, la Mairie de Paris n’a pas cru bon d’étudier sérieusement le tracé alternatif proposé. En revanche, le Cerf tient à remercier M. Serge Federbusch, conseiller d’arrondissement du Xe, pour avoir repris et publié les résultats de notre étude.

Les grands perdants de ce vote du Conseil de Paris seront les parisiens qui devront supporter par l’impôt le prix d’un gaspillage délibéré du prolongement du tramway. Néanmoins, le Cerf étudie les possibilités de former un recours afin que les parisiens et en particulier les entreprises, commerçants et artisans ne soient pas sacrifiés par des élus qui ont voté ce projet en connaissant pourtant les réserves émises par la Commission d’enquête publique et à la veille d’une récession économique reconnue pour être sans précédent.

 *Hervé Lambel, vice-président et porte-parole du Cerf, commentera l’actualité à l’émission Les Grandes gueules, le 30 décembre à 11h00 sur RMC.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!