Canal Seine-Nord Europe : des projets ambitieux pour l’avenir de nos territoires

François Fillon a donné aujourd’hui le coup d’envoi de plus de 1000 chantiers lors d’un Comité interministériel pour l’aménagement et le développement du territoire. Le Premier ministre répond ainsi à la demande du Cerf, depuis plusieurs mois, de relancer l’activité par les projets d’infrastructure locaux. Le Cerf se réjouit donc de la reprise de sa proposition relative au canal Seine-Nord Europe dans le plan de relance mis en place par le président de la République. Ce canal qui doit relier Compiègne (Oise) à Aubencheul-au-Bac (Nord) sur 106 kilomètres, viendra combler l’absence de liaison à grand gabarit entre la Seine et le réseau fluvial de l’Europe du Nord. Le projet a pour objectif de relier en 2015, les deux grands pôles économiques – Grand Bassin parisien et Nord-Pas-de-Calais – au Benelux et aux sept ports maritimes de la rangée Le Havre-Rotterdam. Le futur canal participera ainsi au développement de l’activité dans les territoires, au total cinq départements sont directement concernés par les retombées économiques et touristiques : Oise, Val d’Oise, Somme, Pas-de-Calais et Nord.

Le Cerf avait lancé un appel aux candidats à l’élection présidentielle le 19 avril 2007 pour qu’une politique de grands travaux serve de socle à une « nouvelle donne » française destinée à stimuler la croissance et la création d’emplois. Dès son élection, le chef de l’Etat profitait de l’inauguration du Satellite n°3 de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle pour mettre l’accent sur l’importance de nos infrastructures dans les atouts économiques de la France. En septembre 2008, le projet de canal Seine-Nord Europe était déclaré d’utilité publique et intégré à loi de programme relatif à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement. Le gouvernement prévoit en effet que le trafic de marchandises du canal pourrait atteindre entre 13,3 et 15 millions de tonnes en 2020. Cela équivaut à près de 500 000 poids lourds par an en moins sur les routes. Le Cerf se félicite donc que le président de la République ait décidé d’accélérer ces investissements stratégiques pour la compétitivité de notre économie et faire de la France un acteur de premier plan au sein de l’Europe des 27 en créant le réseau d’infrastructures qu’il nous manque.

Aussi le Cerf considère-t-il que la construction du canal Seine-Nord Europe est complémentaire de la réalisation du canal Rhin-Rhône à l’état de projet depuis de trop nombreuses décennies, et dont les retombées replaceraient  la France au coeur de l’Europe des voies de communication : l’interconnexion logistique sera en effet essentielle pour le développement des territoires et l’intégration européenne, en particulier la gestion des plates-formes multimodales. Ce projet d’aménagement, qui permettra de desservir l’Europe du Nord à partir de Marseille, reste capital pour le développement du marché euro-méditerranéen dont il doit être un des axes majeurs.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!