La France coule avec ses TPE, mais qui sera responsable ?

fév 12th, 2009 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

La crise arrivée par les banques reste alimentée par les banques qui continuent d’asphyxier les entreprises et l’économie. Or sans financements, l’activité est gelée et sans activité, le retour à la confiance des entreprises et des ménages est impossible ! Ces mêmes banques sont donc aujourd’hui doublement coupables, car elles se sont en plus soustraites à l’engagement pris devant René Ricol le 12 novembre dernier d’informer les chefs d’entreprises qu’ils pouvaient recourir au Médiateur du crédit en cas de difficulté à trouver un financement. Résultat, le nombre de dossiers portés en médiation est bien inférieur au besoin réel. Le président de la Fédération bancaire française, Georges Paujet s’est ainsi servi des chiffres du Médiateur pour déclarer le 20 janvier devant les députés de la Commission des affaires économiques que « dans l’ensemble, le système bancaire français est efficient. » !

Lors de son discours du 25 septembre dernier à Toulon, le président de la République, parlant de la crise financière, avait promis : « Les responsabilités doivent être recherchées et les responsables de ce naufrage doivent être sanctionnés au moins financièrement. » Puis le 31 octobre le Médiateur du crédit, René Ricol expliquait sur France Info que si les banques « coupaient le robinet du crédit » aux entreprises et aux particuliers, l’Etat n’hésiterait pas à arrêter de leur prêter de l’argent. Enfin, le 3 novembre, sur France 2, François Fillon se disait prêt à retirer les crédits que l’Etat a accordés aux banques et envisageait même de rentrer dans leur capital pour changer leurs dirigeants et contrôler leur stratégie, pour qu’elles redeviennent des partenaires impliqués des acteurs de l’économie. A ce jour, aucun patron des six grandes banques françaises n’a été sanctionné pour ne pas avoir distribué les 17 milliards d’euros pour financer les PME… alors que les besoins des entreprises ne sont toujours pas couverts !

Trompés par les déclarations des banquiers et des « représentants » des entreprises qu’ils persistent pourtant à écouter, les édiles de l’Elysée, Matignon et Bercy ont pu croire que l’action de l’Etat pouvait occulter 95% des entreprises qui emploient près de 40% de la population active tant qu’il lui restait quelques fleurons de l’industrie. Ils ont donc préféré voler au secours des banques et du secteur automobile, aujourd’hui au bord de la faillite. Mais si les carnets de commandes sont vides, c’est parce que les près de 2,5 millions de TPE, et les 20 millions de citoyens qui en dépendent, n’achètent plus par manque de financement !

Maintenant que le repli de la production industrielle signe l’entrée officielle de la France en récession, ces édiles ne peuvent plus rester sourds à la proposition du Cerf : que l’Etat prête directement aux TPE-PME, comme il vient de le faire avec Renault et PSA. Les Créateurs demandent donc encore une fois que le gouvernement décide le report et l’échelonnement, au prix du crédit, de la TVA, des cotisations Urssaf et Unedic afin de maintenir l’activité et l’emploi dans les entreprises. En effet, seul un apport réel, massif et immédiat de liquidités dans les entreprises ramènera de l’activité. Trop de temps a déjà été perdu, il faut agir avant le 17 février prochain, date de versement de la TVA : ne pas le faire, reviendrait à gripper un peu plus la mécanique et à signer l’arrêt de mort de quelques milliers de TPE-PME supplémentaires. Et à ne pas pouvoir agir avant un long mois…

A ce rythme, les patrons et leurs salariés ne manqueront pas de faire porter la responsabilité de la casse économique et sociale à ceux qui n’auront pas su s’exonérer des pires conseillers révélés par la crise : les banquiers et les organisations dites « représentatives » !

* Hervé Lambel commentera l’actualité économique vendredi 13 février à 8h00 sur la radio www.kernews.com (ou 91,5FM à Saint Nazaire).

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!