Accompagner les entreprises en difficulté : la carence des organisations représentatives et consulaires mise à nue

mar 4th, 2009 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Le Cerf, une nouvelle fois entendu : « C’est la première fois que les organisations patronales (…), les réseaux consulaires (…) se mobilisent – collectivement et de façon coordonnée – pour accompagner, aider et soutenir les chefs d’entreprise qui rencontrent des difficultés du fait de la crise financière » indique le communiqué de presse du ministère de l’Economie. Sans le Médiateur du crédit, il n’y aurait pas eu l’instauration des tiers de confiance dans les départements. Il aura donc fallu attendre une crise économique sans précédent et la nomination de René Ricol par le Président de la République pour que ceux, censés aider les patrons dans leur quotidien, se mettent au travail ! Effarant. Le Cerf estime en effet que le premier rôle des organisations professionnelles comme des réseaux consulaires devrait être de lutter contre les défaillances, une exception et une plaie françaises (1). Ils l’ont ignoré et ils sont désormais chargés par le Médiateur de faire « un travail » préconisé par le Cerf de longue date et pour lequel ils ne se sont guère préparés… eux qui ont « découvert » la crise après tout le monde et qui n’ont pas encore pris la mesure de l’ampleur des défaillances !

Dès sa création en 2003 (2) et lors des élections Chambres de commerce de 2004, le Cerf plaidait déjà pour un accompagnement du chef d’entreprise afin de prévenir le drame de la faillite (3). La proposition du Cerf consistait également à faire remplir aux organismes collecteurs (Trésor, Urssaf…), premiers témoins des retards de paiement, un rôle d’alerte et d’information du patron, sur les dispositifs d’accompagnement existants pour lui permettre de réagir le plus tôt et le plus efficacement possible à une difficulté. D’un côté, il s’agit de limiter les faillites et les destructions d’emplois ; de l’autre, de pérenniser les ressources de l’Etat. Cette mission aurait donc bien un intérêt général.

Néanmoins, cette proposition du Cerf ne pourrait être totalement efficiente qu’à deux conditions : d’une part, les organismes collecteurs doivent confirmer leur sortie de leur seul rôle de sanction pour s’investir dans un rôle de prévention plus en phase avec leur mission de service public ; d’autre part, les chambres consulaires comme les organisations patronales qui disent représenter les patrons et dans lesquelles ceux-ci ne se reconnaissent pas, doivent profondément changer leurs objectifs en se mettant au service de leurs adhérents. Pour y parvenir, le Cerf plaide pour un changement du mode de scrutin aux élections consulaires : en effet, seule la proportionnelle permettrait à l’Assemblée élue de représenter de manière fidèle, la diversité du patronat français et serait la garantie d’une véritable attention aux besoins de ses mandants. Dans un second temps, le transfert de la représentativité aux organismes consulaires, élus au suffrage universel et seuls représentants légitimes des patrons et entreprises sur l’ensemble du territoire, pour négocier avec les salariés et le gouvernement, permettrait le renouvellement d’un dialogue social auquel chacun serait alors directement associé, au lieu de le maintenir entre les mains d’organisations prétendument représentatives, mais déconnectées des réalités.
 
Pour Louis Lambel, président du Cerf, la réforme des chambres de commerce actuellement en chantier est donc capitale pour les intérêts des patrons et de la nation : à la fois mieux représentés et mieux défendus, ils auraient ainsi une meilleure garantie de la pérennité et du développement de l’activité. Pour la meilleure efficacité, cette réforme doit entrer en vigueur dès les prochaines élections des Chambres de Commerce.

(1) La France détient année après année le taux de défaillance le plus élevé de l’OCDE parmi les pays comparables.

(2) Communiqué du 8 novembre 2003 – Prévention faillites : le Cerf propose l’accompagnement personnalisé
http://www.lescreateurs.org/031107-prevention-des-faillites.pdf
(3) L’accompagnement personnalisé – enrayer la machine à casser les entreprises
http://www.lescreateurs.org/accompagnement-personnalise.pdf

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!