19 mars : les syndicats veulent supprimer un mois de revenu aux bas salaires !

mar 18th, 2009 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Les « syndicats » manifesteront le 19 mars prochain contre les heures supplémentaires. Ils avancent un vrai faux argument : le nombre d’heures supplémentaires effectuées a progressé de près de 40 millions au quatrième trimestre 2008 par rapport à la même époque l’année précédente. Ils estiment dès lors que 90 000 emplois temps plein auraient pu être créés pour les jeunes et les chômeurs : ces « syndicats » utilisent ainsi l’arithmétique qui a prévalu pour la mise en place des 35 heures et qui a pourtant conduit à la destruction de milliers d’entreprises et d’emplois.

Le Cerf s’inscrit en faux contre cette imposture économique au service de la manipulation politique et idéologique : la réalité, c’est que les heures supplémentaires ne font faire aucune économie pour l’employeur, elles ne sont donc pas utilisées pour réduire les effectifs. De plus, lier l’explosion des licenciements économiques apparue dès le premier trimestre 2008 à une mesure entrée en vigueur le 1er octobre 2007, relève au mieux d’une méconnaissance totale de la conjoncture économique, au pire de la malhonnêteté intellectuelle : les tensions inflationnistes d’abord, le resserrement du crédit ensuite, puis le ralentissement de la demande et l’explosion des défaillances d’entreprises, expliquent la montée du chômage qui a lieu dans tous les pays du monde. Or, aucun autre pays n’a fait voter la loi TEPA, qui serait prétendument la cause de la montée du chômage ici…

Le Cerf s’étonne de voir des « syndicats » appeler à bloquer la France en prétendant réclamer une augmentation du pouvoir d’achat des salariés et exiger dans le même temps, la suppression d’un dispositif qui a déjà permis à 5,5 millions de ménages de gagner en moyenne 150 euros par mois de plus en 2008 grâce aux seules exonérations au motif de « supprimer les avantages de la loi TEPA aux riches ! » Le Cerf dénonce donc l’imposture de la CGT, la CFDT, FO, la CFE-CGC et de l’Unsa qui consiste à « lutter » pour le pouvoir d’achat en supprimant un mois de salaire par an à des salariés modestes !…

Le Cerf considère que la réforme sur les heures supplémentaires offre une alternative au licenciement en ramenant de la souplesse dans l’organisation du travail : en effet, ce dispositif permet de s’adapter à  l’évolution de l’activité tout en conservant les emplois. Enfin, le Cerf déplore que les « syndicats » aient fait de la suppression de ce dispositif et de l’augmentation du Smic, leurs principales revendications pour la nouvelle journée de grèves et de manifestation du 19 mars. A l’heure où la France va connaître la plus forte augmentation de son histoire du nombre de défaillances d’entreprises (75 à 78 000, +36%), il est particulièrement contre-productif d’appeler à bloquer l’activité des entreprises : ce petit jeu politique va encore faire perdre des dizaines de millions d’euros à l’économie française. Au final, ce seront les salariés les plus fragiles que ces « syndicats » prétendent représenter, qui paieront l’addition : à chaque entreprise qui met la clé sous la porte, c’est en moyenne quatre personnes qui sont mises au chômage… sans aide d’un de ces « syndicats » pour retrouver ou recréer un emploi.

Si ces « syndicats » étaient moins occupés à faire de la politique et à seulement s’opposer à l’action gouvernementale pour exister, ils auraient constaté l’explosion des licenciements économiques début 2008 et auraient pu, dès avril, jouer comme le Cerf, le rôle d’alerte et de proposition que l’on attend d’organisations représentatives. Ils auraient également évité de prendre le risque d’asséner de graves contrevérités en jouant avec la paix et la cohésion sociales pourtant nécessaires en ces temps de récession. Jeudi 19 risque ainsi d’apporter la démonstration, une fois de plus, de la nécessaire poursuite de la réforme d’une représentativité inadaptée, irresponsable et manipulatrice.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!