Financement et sauvegarde des activités dans les territoires : la Fondation Concorde et le Cerf présentent leurs propositions

mai 12th, 2009 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Hervé Lambel, vice-président du Cerf, a présenté à Hervé Novelli dix pistes de réflexion pour le financement et la sauvegarde des activités dans les territoires lors de l’Assemblée générale de la Fondation Concorde. Après avoir publié un rapport sur les petites et moyennes industries, le think tank présidé par l’économiste Michel Rousseau, avait chargé Hervé Lambel d’animer un groupe de travail pour compléter les mesures déjà en vigueur et renforcer le plan de relance mis en place par le gouvernement. Le Cerf a apporté son expertise sur les TPE, en particulier sur les besoins de trésorerie.

Parmi les pistes de réflexion portées par la Fondation Concorde, figure l’organisation en réseau d’entrepreneurs d’un même territoire : par exemple, le parrainage de TPE-PME par une grande entreprise permettrait d’apporter une aide à l’export ou le prêt de main d’œuvre. Deux propositions du Cerf ont également été retenues : la suppression de la TVA interentreprises et la prévention des défaillances d’entreprises par une anticipation des difficultés financières. Le secrétaire d’Etat chargé des PME s’est dit intéressé par les propositions du groupe de travail : Hervé Lambel et Michel Rousseau ont ainsi pu présenter en détail ces différentes pistes au cabinet d’Hervé Novelli.

Hervé Lambel a défendu la suppression de la TVA interentreprises. Le Cerf considère en effet que cette taxe augmente inutilement les besoins de trésorerie des entreprises et freine donc l’activité : supprimer la TVA interentreprises permettait de baisser le coût financier des investissements et des approvisionnements, et d’augmenter de fait la capacité d’investissement et d’achat des entreprises. En outre, la déclaration de TVA prend une demi à une journée par mois : avec 2,5 millions d’entreprises, le coût agent représente environ 10 millions de journées de travail par an payées par les entreprises pour un impôt administratif absurde. Enfin, les recettes de l’Etat ne seraient en rien affectées par la suppression de la TVA interentreprises, en revanche, le coût de traitement et de recouvrement de cette taxe baisserait mécaniquement.

Hervé Lambel a également plaidé pour une meilleure anticipation des défaillances d’entreprises par la création d’un système d’alerte qui serait placé sous la responsabilité des organismes sociaux et fiscaux, seuls à même de détecter des difficultés de trésorerie. Il s’agirait de mettre en place un accompagnement personnalisé du chef d’entreprise qui réunirait tous les interlocuteurs financiers (organismes sociaux et fiscaux, banques, experts comptables, centres de gestion agrées…). Le Cerf estime en effet que beaucoup d’entreprises pourraient être sauvées si les patrons étaient davantage conseillés et mieux aidés. Parallèlement, il s’agit d’encourager la formation professionnelle des chefs d’entreprise afin qu’ils soient mieux armés pour gérer et développer leur activité.

« Nous avons le sentiment que le cabinet d’Hervé Novelli a prêté une écoute attentive à nos pistes de réflexion » a réagi Hervé Lambel, « nous avons bon espoir que plusieurs de nos préconisations seront reprises ».

*Hervé Lambel a notamment contribué aux groupes de travail de la Fondation Concorde sur la réforme de l’Etat et la réduction des dépenses publiques, et sur la crise financière et les excès du capitalisme financier (rapports téléchargeables sur le  site de la Fondation).

(2) Site de la Fondation Concorde
http://www.fondationconcorde.com/

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!