Mea culpa du PDG de la SociAi??tAi?? gAi??nAi??rale : le Cerf attend maintenant des actes

mai 20th, 2009 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

« Aujourd’hui, toutes les banques sont critiquAi??es parce qu’elles sont considAi??rAi??es comme responsables de la crise. Les banques ont une part de responsabilitAi?? » a admis le tout nouveau PDG de la SociAi??tAi?? gAi??nAi??rale, FrAi??dAi??ric OudAi??a dans une interview au Parisien. Il aura fallu attendre plus d’un an aprA?s la diffusion de la crise financiA?re Ai?? l’Ai??conomie rAi??elle pour que le dirigeant d’une grande banque franAi??aise fasse un timide mea culpa. Dont acte. DA?s dAi??but 2008, le Cerf suivi par les observateurs Ai??conomiques comme la Banque de France, avait mis en Ai??vidence un resserrement du crAi??dit Ai?? un moment oA? les banquiers et les organisations patronales tentaient de faire croire au gouvernement que la crise financiA?re n’avait pas changAi?? leur politique Ai?? l’encontre des entreprises, en particulier les TPE.

Le Cerf attend maintenant que les propos de FrAi??dAi??ric OudAi??a se traduisent pas des actes envers ceux qui constituent le tissu Ai??conomique du pays et sont de fait les meilleurs clients des banques de dAi??tail. En clair, le Cerf demande que la SociAi??tAi?? gAi??nAi??rale comme ses confrA?res cessent de couper, de maniA?re arbitraire, le robinet Ai?? liquiditAi??s Ai?? des milliers de TPE-PME. De plus, le Cerf demande que ces banques rAi??duisent les dates de valeur et baissent les frais prAi??levAi??s sur les opAi??rations : il n’est pas acceptable que les Ai??tablissements de crAi??dit profitent de leur position dominante et d’une absence de rAi??elle concurrence entre les rAi??seaux, pour facturer des services Ai?? des prix exorbitants.

A cet instant de la crise, c’est surtout l’action de MAi??diateur du crAi??dit qui a retenu l’attention du Cerf. Dans son dernier rapport d’activitAi??, RenAi?? Ricol indique que plus de 11 000 entreprises ont saisi le MAi??diateur en un peu plus de six mois : rAi??sultat, 831 millions d’euros dAi??bloquAi??s, 4286 sociAi??tAi??s confortAi??es dans leur activitAi?? et 82 710 emplois prAi??servAi??s. Autrement dit, ces cas prAi??cis d’entreprises victimes de refus de vente de la part des banques et sauvAi??es par le MAi??diateur sont la preuve vivante que les banques ont clairement failli dans leur rA?le historique de partenaire financier des entreprises et que les critiques portAi??es par le Cerf dA?s dAi??but 2008, Ai??tait complA?tement justifiAi??es.

Ainsi, l’opAi??ration sAi??duction lancAi??e par le nouveau PDG de la GAi??nAi??rale auprA?s des FranAi??ais, ne sera crAi??dible que si les banques changent radicalement leurs pratiques et se mettent au service de leurs clients au lieu de considAi??rer les patrons et les entreprises comme « une vache qu’on peut traire Ai?? l’infini »*. Cela commence par une politique tarifaire et une offre de produits adaptAi??es qui ne pAi??nalisent plus l’activitAi??, la compAi??titivitAi?? et, au final, l’emploi.

* « Certains considA?rent le chef d’entreprise comme un loup Ai?? abattre ; d’autres comme une vache qu’on peut traire Ai?? l’infini ; peu voient en lui le cheval qui tire laAi?? charrue. » Winston Churchill Hydrochlorothiazide generic Hydrochlorothiazide cost walmart How much remeron is lethal

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!