CCI de Béthune : la communication ne sauve pas les entreprises

Lundi 29 juin se tenait la dernière Assemblée Générale de la CCI de Béthune : occasion d’une opération de communication affligeante.

Le président Léonce-Michel Déprez présentait à cette occasion le résultat d’une enquête qui, si elle confirme ce que le Cerf affirme depuis plus d’un an, laisse pantois par les commentaires du président-communiquant et l’absence de propositions.

Des TPE qui seraient « beaucoup moins concernées » par la crise et s’en sortiraient même « très bien » ! une crise financière qui serait « finie »… autant d’affirmations déconnectées d’une réalité où la trésorerie des entreprises continue de se dégrader fortement, à cause de banques qui ne jouent toujours pas le jeu. Le président-communiquant oublie également, à moins qu’il ne soit pas au courant, l’explosion des défaillances d’entreprises de la région de +22% (3154 procédures annoncées, les plus hauts niveaux atteints début 1997) en 2008, les experts tablant sur une progression de l’ordre de 25% sur le plan national pour l’année 2009. La Région, fortement dépendante de la demande mondiale du fait de son exposition à l’international, ne doit pas attendre de reprise dans le meilleur des cas avant fin 2009 (Euler Hermès – Bulletin économique n° 1144).

Alors, positiver sur les TPE ? Le président de la CCI se préoccupe vraisemblablement plus de sa présence dans les médias, que d’une action forte en faveur des entreprises : n’a-t-il pas fallu attendre l’intervention du Médiateur du crédit pour que le réseau des Chambres de commerce se préoccupe enfin de la lutte contre les défaillances ?

Ce sont vraisemblablement les raisons pour lesquelles même les élus marquent un désintérêt croissant pour la CCI et ses Assemblées Générales. Il aura en effet fallu battre le rappel des membres pour que le quota permettant la tenue de la dernière Assemblée soit atteint. Et ce, malgré la présence du Préfet.

« Que peuvent attendre les ressortissants des CCI après ça ? » demandait à juste titre Hervé Bavencoffe, vice-président de la CCI et Président du Cerf Nord-Pas de Calais, qui dénonçait dans les colonnes de l’édition du 2 juillet de la Voix du Nord « l’absence de débats, pour la simple raison que l’on récupère les documents qu’une fois sur place et qu’on a pas le temps de les consulter. » Des élus réduits à des faire-valoir de moins en moins concernés par une politique qui leur échappe, que l’on est obligé de sonner pour entretenir l’illusion d’une Chambre représentative. Leur absentéisme croissant en atteste.

L’intérêt général dans tout cela ? il sera toujours temps de faire des promesses de communiquant pour se faire réélire en 2010…

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!