A quoi sert la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris ?

Vous venez de recevoir votre Avis d’imposition et Taxe pour frais de Chambre de Commerce et d’Industrie à régler pour le 15 décembre. Petit tour d’horizon de l’usage de votre argent :

 Dans son rapport d’activité 2009, la Chambre de Commerce et d’industrie de Paris (CCIP) présente une progression de son résultat de 6,4 millions d’euros. Ce chiffre, apparemment positif, est pourtant très largement dopé par l’augmentation des subventions touchées par la Chambre (1,6 millions €) et, surtout, par la progression des recettes de la Taxe Additionnelle à la Taxe Professionnelle – TATP – (7,2 millions €). Le résultat a donc baissé en réalité de 2,4 millions d’Euros. Par contre, l’augmentation de ces contributions montre que la pression fiscale sur les entreprises a progressé pour financer la CCIP et constitue en fait un effort considérable des entreprises, notamment en période de crise économique grave.

 La liste UNIRE (Medef – CGPME), qui dirige actuellement la Chambre de Commerce et d’Industrie et dont vous venez de recevoir une circulaire électorale, est donc bien inspirée de vous informer aujourd’hui, en plein renouvellement des membres, sur le rôle de la Chambre. Que ne l’a-t-elle fait avant, pendant son mandat, pour réduire la pression fiscale ou le nombre de défaillances d’entreprises qui a atteint le nombre record de 10 000 entreprises détruites dans la région Ile-de-France en 2009? La question mérite d’être posée.

 Incertaine quant à son bilan au service des entreprises, la liste UNIRE a donc décidé, en violation du code électoral, de vous adresser d’autres documents avant l’ouverture officielle de la campagne afin d’occuper le terrain électoral, à défaut d’occuper celui de la défense des entreprises quand elle dirige la Chambre.

 La Cour des Comptes, de son côté, a déjà relevé d’autres irrégularités des actuels élus UNIRE de la Chambre. Par exemple, la présentation officielle et anticipée, par les élus sortants, du candidat à la présidence, qui constitue selon la Cour « une limitation à l’égalité des candidats à l’accès au bureau », que vous êtes pourtant censés élire dans quelques jours. Soulignant par ailleurs un des plus faibles taux de participation à l’élection des membres (à peine 11%), la Cour des Comptes assène le coup de grâce en dénonçant une l’Assemblée générale de la Chambre qui « ne dispose que d’une base électorale réduite », laquelle interroge sur la légitimité réelle de la plus importante institution de représentation des entreprises de France (Budget : 500 millions d’Euros, effectifs : 4 000 collaborateurs).

 Parmi les autres problèmes de nature à soulever des interrogations, ces mêmes élus, renouvelés en majorité sur la liste présentée par UNIRE, ont autorisé l’utilisation de vos contributions, pour assurer la promotion de la CGPME et du Medef, notamment en sponsorisant leurs propres évènements ou en se servant des moyens de la Chambre pour leur propre publicité.

 Il est vrai que, dirigeant la Chambre depuis 60 ans sans alternance, le Medef et la CGPME peuvent avoir l’impression que la Chambre leur appartient et avoir perdu le sens de la mission qu’ils prétendent pourtant aujourd’hui vous rappeler, dans l’espoir que vous les reconduisiez à la tête de cette chère, si chère (trop chère ?) institution.

 Cela ne dépend que de vous et de votre bulletin de vote.

 Si vous voulez en finir avec des organisations patronales qui s’arrogent votre parole, nous vous invitons à l’exprimer clairement dès le 25 novembre, à réception du matériel de vote, en apportant votre suffrage aux candidats du Cerf, qui veulent rompre avec les pratiques du passé, et défendre les entreprises, pour un patronat du 21ème siècle.

Mots-clefs: , , , ,

Commentaires fermés.