Valls des 35 heures : les syndicats à contresens

jan 5th, 2011 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués, à la Une

Le Cerf, pourtant à l’origine de la réforme des heures supplémentaires, tient à saluer l’intervention d’Emmanuel Valls, candidat aux primaires du Parti Socialiste, sur les 35 heures. Faisant fi des clivages de partis, cette déclaration apparemment politique, relève avant tout, fondamentalement, d’une problématique budgétaire dans un contexte de dette à la limite du soutenable, et devrait donc être adressée par toutes les parties prenantes.

Sans qu’il s’agisse immédiatement d’établir un calendrier, il est regrettable que cette « erreur économique considérable et [une] erreur sociale«  de l’avis du Président de la République, n’intéresse pas les partenaires sociaux. Jean-François Roubaud, président de la CGPME estime que « la réforme des 35 heures n’est pas une priorité«  et que « ce n’est pas un débat opportun » malgré le boulet pour le budget de l’Etat de près de 20 milliards d’euros annuel, au travers des allègements de charges, qualifié à juste titre de « catastrophe«  par le Secrétaire d’Etat aux PME Frédéric Lefebvre. 20 milliards que l’Etat doit bien financer par de nouveaux impôts sur les entreprises que la CGPME prétend par ailleurs dénoncer. François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, ne fait pas mieux, en qualifiant cette remise en cause de « bêtise », tout en rappelant régulièrement la nécessité de revenir sur ces allègements de charges !

Le Cerf ne peut donc que dénoncer une attitude irresponsable de la part d’organisations patronales et syndicales. Mais qu’attendre de celles qui n’ont jamais soutenu la réforme des heures supplémentaires et ont réussi le tour de force pendant l’été 2007, d’aggraver le déficit de l’Etat de près de 5 milliards d’euros par an, en sabotant la mise en place de la mesure phare du programme de Nicolas Sarkozy, alors attendue par la grande majorité des entreprises et qui n’aurait rien dû coûter ?

A l’heure où les Français sont appelés à faire des efforts pour sortir de cette période difficile, il est stupéfiant de constater le déni de réalité de ceux censés nous représenter auprès du monde politique. Pire, il est scandaleux d’assister à leur refus de se mettre simplement au travail, notamment sur des sujets essentiels, afin de préparer l’avenir, c’est-à-dire proposer sérieusement et sans idéologie, les solutions que ces mêmes politiques sont amenés à mettre en oeuvre.

Le Cerf se demande dès lors quelle est l’utilité de se prétendre représentatifs lorsque la responsabilité et la charge de travail qui en découlent ne sont pas assumées.

Dans ce contexte, la sortie de Laurence Parisot contre la volonté du chef du gouvernement de poursuivre la réforme de la représentativité, notamment patronale, est absurde : elle est en fait la première des priorités, pour rénover les courroies de transmission qui ne transmettent plus rien depuis trop longtemps et portent une lourde responsabilité dans la situation à laquelle notre pays est confronté.

Relever ce défi pour l’actuel gouvernement, ou le prochain, reviendra à construire, enfin, une véritable démocratie sociale et donc à rendre la parole aux Français. Les organisations, dès lors, seront au travail, ou disparaîtront…

2 réponses to “Valls des 35 heures : les syndicats à contresens”

  1. JEAN-CLAUDE JUBIN on 6th janvier 2011 7:19

    Une fois de plus le CERF avait dénoncé voilà plus de 10 ans ces 35 heures,potion magique et demagogique du partage du travail réduisant de fait le chômage ! une fois de plus nos intellectuels de tous bords,nos hauts fonctionnaires brillants dont l’expérience théorique est connue…sans parler de notre classe politique de tous bords
    convertie à la mode de la communication,pour faire du bruit,parler pour donner l’impression d’exister et d’agir…
    au nom de notre modèle social !( sans pareil )qui coute chaque année à la collectivite 22miliards € !
    il était logique dans la tete de nos experts de tous poils,que pour dynamiser notre activité il fallait travailler moins
    alors que le reste du monde travaille plus qu’en France,donc plus productif…plus de parts de marché,plus de richesse
    ceci n’est qu’un raccourci,et si l’on ajoute notre monde syndical,toujours prompt à exiger plus de moyens pour toujours moins de resultat,,tels des enfants gâtés,non représentatifs (6%des actifs ! ) faisant caprices sur caprices…
    Et notre pauvre classe politique,tous bords confondus,pas toujours compétente,faisant risette avec ces structures d’un autre âge,et sans parler des organisations patronales,qui dans l’ensemble sont d’accord sur bon nombre de sujets,mais pour marquer leur difference,se singularisent pas toujours de façon heureuse !
    tout cela,au détriment des entrepreneurs,des tpe et des pme !
    Peut-être,à l’occasion de cette nouvelle année,la france fera preuve,une fois n’est pas coutume,de réalisme
    peut-être trouverons-nous des gens honnêtes moralement et intellectuellement,compétents,humbles,s’impliquant dans le redressement urgent de notre pays,réduisant nos dettes,refondant l’integralité de notre systeme fiscal pour le rendre équitable,l’harmonisation de nos lois,la mutualisation des moyens pour plus de qualité et plus de résultat
    bref du courage et de la volonté,en interdisant la demagogie et les bruits mediatiques,en eliminant les incompétents et les inutiles…(vaste programme) en dynamisant les tpe et pme en leur rendant liberté et dynamisme pour créer de la richesse !
    désolé,je ne vois personne ayant cette volonté,cette compétence…..pour l’interet general
    c’est consternant !

  2. saint-remy on 19th mars 2011 9:42

    vous demandez aux « petits » de faire un effort pour renflouer l’état….
    A-t-on demandé la même chose à Mr Sarkosy : il a reconstitué une compagnie aérienne « avions présidentiels » et avec quel argent ?
    Ses ministres, mélés deprès ou de loin à de « sales affaires »
    Mme Bruni qui se « trompe » de carte de crédit…
    Et le Grand Patronnat qui s’enrichit de façon outrancière !!!
    Alors n’accusez pas les syndicats qui restent les seuls remparts face au Monde de l’Argent.
    Faites bien attention, lorsque le peuple dépassera les syndicats, et que rien n’arrètera leur colère
    On se retrouvera peut-être comme les peuples sud-méditerranéen

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!