INSEE : l’indignation sélective continue

nov 9th, 2011 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués, à la Une

De la crédibilité des syndicats

Les salariés et les syndicats de l’INSEE n’en finissent plus de s’indigner. On s’en souvient, au mois de juin déjà, la direction de l’INSEE s’était pliée à une exigence de ses syndicats et publiait un communiqué de presse visant à reprendre les propos du Ministre de l’Intérieur.

Aujourd’hui, c’est le Ministre de l’Education Nationale qui retiendrait et déformerait l’information au motif de maîtriser sa communication, quitte à travestir la réalité. C’est ce que nous rapporte un collectif des syndicats de l’INSEE. Qui dit vrai ?

Le Cerf n’étant pas un spécialiste des statistiques portant sur l’Education Nationale n’émettra pas d’avis. En revanche, devant tant d’indignation, qu’on nous présente au nom de l’intérêt général comme étant objective et non-partisane, le Cerf ne peut que saluer le souci du devoir d’information des concitoyens par nos syndicats, qui ne tarderont donc pas à constituer un collectif pour produire une étude approfondie, et lui donner toute la publicité qu’elle mérite, sur le revenu d’activité des patrons et son évolution. Quitte à rétablir quelques vérités : revenu d’activité moyen des patrons inférieur au salaire moyen des salariés, revenu d’activité médian des patrons inférieur au salaire médian des salariés, revenu d’activité des patrons en stagnation depuis 2000, durée annuelle de travail entre 1,5 et 2 fois le temps de travail des salariés… autant de données qui en disent long sur la situation économique de notre pays.

Car si les chiffres et les statistiques relatifs à l’Education Nationale sont incontestablement importants, les produits de l’activité des entreprises et donc les revenus des patrons ne le sont pas moins : ces revenus servent notamment à financer ladite Education Nationale. Mais surtout, les données rendues publiques conditionneront les choix des politiques et des partis dans les arbitrages qui devront être faits pour relever les défis de la dette et de la croissance, dans un esprit de justice sociale et fiscale et d’efficacité économique. Il en va du devenir de la France et de l’Europe et donc du quotidien des Français.

L’absence d’une telle mobilisation et production de l’INSEE, face à la gravité d’une situation économique que cette institution ne saurait méconnaître, démontrerait que l’information n’était pas le but premier de nos fiers et vaillants héros. Nous n’aurons pas assisté à une mobilisation et réaction citoyenne de la part de ces hardis défenseurs de la vérité, mais à une instrumentalisation politicienne de l’INSEE avec des moyens publics. Pour des fonctionnaires qui doivent respecter un devoir de réserve, cela sonnerait comme une faute (morale) grave, que seuls les actes démentiront.

Pour aller plus loin sur le sujet :

30/06/2011 – Indignation sélective

05/08/2011 – Revenus des patrons : les vrais scandales

23/12/2010 – Augmentation des salaires, justice et réalité

21/09/2009 – L’INSEE désinforme, les médias suivent, la France plonge

25/06/2009 – Enquêtes et baromètres, la CGPME fait sa com’

23/04/2009 – Partage des profits, une mauvaise blague ?

26/03/2009 – Rémunération des patrons, mythes et vérités

06/02/2008 – Les vrais chiffres sur les revenus des patrons

20/07/2007 – Salaires des patrons, l’INSEE joue l’intox

France 2 : 05/05/2010 Hervé Lambel face à Jean-Luc Mélenchon

BFM : 15/12/2010 Hervé Lambel – Revenu des patrons

5 réponses to “INSEE : l’indignation sélective continue”

  1. barou on 9th novembre 2011 8:59

    Quand on voit les émoluments des fonctionnaires tels que les députés, les conseillers généraux ,les trésoriers payeurs généraux , les ambassadeurs et les ambassadeurs » virtuels » ( qui n’ont pas d affectation) , les dépenses d un président à 37 000 euros une suite , les frais énormes de récepton dans les ambassades , les retraites des députés qui sont cotisées par nous- mêmes . C’est surtout cela qu’il faut combattre car c’est de l’ improductif pur

    JYB

  2. BG on 10th novembre 2011 1:28

    Je suis tout à fait d’accord avec le commentaire de JYB. Çà sert à quoi de tirer sur les salariés ? Vous êtes jaloux ou quoi ? Il n’y sont pour rien.
    Réveillez-vous non de dieux ! S’indigner ne sert à rien, faire des commentaires sur la toile non plus, d’ailleurs. Il faut agir, DANS LA RUE ! Vous avez un outil, des contacts… servez-vous en !
    BG

  3. MALEK on 10th novembre 2011 5:39

    Monsieur MELENCHON fait partie de cette élite politique qui n’a aucune connaissance de la réalité de la vraie vie, son fond de commerce n’est pas de défendre les petits comme il s’efforce de le faire croire, mais ce Monsieur, fait partie de ces pseudo intellectuels qui passe leur temps à crier à une révolution qu’il ne souhaite surtout pas, il ne fait que soigner son égo démesuré (en faisant du mimetisme en portant le même chapeau que MITTERRAND) et se faire grassement payer par l’argent public, il n’a rien à faire des petites gens, il les méprisent.

    La France est le pays du CAC 40, elle est élitiste et centrée sur son nombril, contrairement aux anglais ou aux allemands, qui eux mettent en avant leur TPE et PME, et quand on voit un trotskiste communiste braillard et antipathique qui ne sait même pas orthographier le mot travail comme la plupart de nos politiciens, on est pas arrivé.

  4. CERF National on 15th novembre 2011 11:25

    @BG
    Bonjour et merci pour votre commentaire. Cependant, à aucun moment nous ne « tirons sur les salariés », éventuellement sur une partie des équipes de l’INSEE qui prétend s’indigner, mais seulement sur des sujets sélectionnés, partiels dans une posture qui peut sembler partiale, voire partisane : voilà l’origine de notre réaction.

    Nous utilisons donc nos outils pour le faire savoir, jusqu’à la direction de l’INSEE, en passant par les politiques (gouvernement et parlementaires) qui sont l’objet de la manipulation qui résulte de tels procédés.

    Quand à descendre dans la rue, trop de patrons sont occupés à essayer de sauver leurs entreprises et les emplois pour venir dans la rue, où, arithmétiquement, ils seront toujours nécessairement moins nombreux que les représentants syndicaux habituels. Or, dans un monde de communication par l’image et le chiffre, une telle mobilisation fera toujours moins médiatique… il faut donc continuer à se mobiliser et faire remonter l’infortmation, comme celle mise en forme par le Cerf, auprès des élus locaux, qui voient leurs propres échéances électorales arriver : demandez-leur de réagir à votre interpellation, de rencontrer les représentants du Cerf… faites de même avec votre presse locale… tant que l’information vient de la structure, le système a du mal à réagir. Dès que cela vient des hommes, du terrain, des électeurs, et que cela arrive en masse, quelque soit le moyen (pas besoin d’être dans la rue), alors le système commence à prêter attention. Alors l’action devient visible et il est plus facile de mobiliser.
    Nous comptons sur vous.

  5. GRANGER on 17th novembre 2011 4:05

    Je ne suis pas étonné de cet écrit, j’ai la chance avec mon épouse d’être une relation d’une personne très proche de Luc CHATEL, ce Monsieur est assurément un homme d’un grande honnêteté, très sérieux, il n’est pas issu d’une famille de riches mais de Grands serviteurs de la France (son papa était un grand militaire) les syndicats implantés et qui font la pluie et le beau temps à l’INSEE devraient plutôt arrêter de publier de fausses informations, OUI c’est vrai le moins payé des salariés à L’INSEE gagne moitié plus qu’un petit patron de PME . A L’INSEE les salariés sont payés sur 15 mois, ne parlons pas des avantages annexes : centre de vacances gratuits, véhicule de fonctions, etc …
    Comme dans tous les services ou il y a des fonctionnaires qui débordent, il va falloir revoir le problème rapidement .
    Taisez vous messieurs de la CGT et autres syndicats participants à la coquinerie, vous parlez la bouche pleine, mais méditez sur le fait que bientôt, (et personne ne pourra les contrôler), il y a des gens qui vont se fâcher et vous serez les responsables .

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!