Présidentielle : les extrêmes rassemblent plus de 30% des voix. Merci qui ?

avr 24th, 2012 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Si la France peut se réveiller ce 23 avril 2012 avec un tiers de voix qui s’expriment pour les partis extrémistes, comment ne pas véritablement entendre, enfin, le cri des Français ?

Responsables de les avoir privés de leur droit à l’expression et de leur capacité de négocier pour construire leur avenir,

Absents totalement pour lancer les alertes sur la crise qui continue de ravager nos entreprises, nos emplois, notre économie et le modèle de solidarité français, minant de fait nos chances de rebondir,

Les syndicats, patronaux et de salariés, qui vivent de l’argent des Français dans des proportions démesurées au regard de leur contribution réelle au dialogue et au progrès social, continuent de se prétendre représentatifs et ont préféré reporter leurs négociations après l’élection présidentielle, comme si la situation du pays autorisait encore à attendre. C’était, s’il en était encore besoin, l’ultime démonstration de leur désintérêt pour notre devenir, et de leur responsabilité dans l’inaction que nous reprochons, in fine par erreur, aux politiques…

Comment ces syndicats peuvent-ils oser, dans les tribunes qui leur sont régulièrement offertes « s’inquiéter » ou prétendre protéger la République de la montée des populismes, lutter contre la dégradation de la situation économique et sociale, quand ils en sont les principaux responsables ? Où étaient-ils fin 2007-début 2008 quand notre économie montrait les signes de risque d’effondrement à cause d’une crise qu’ils n’ont découvert, pour les plus précoces, que fin 2008 ?

Comment encore accepter l’aveuglement des politiques sur ce sujet, quand un Mélenchon qui promettait une « Constituante » appelle à manifester le 1er mai avec les impotents gavés à l’argent public qui nous ont conduit dans la situation dans laquelle nous sommes, un François Hollande qui promet par une réforme de la Constitution de leur donner encore plus de pouvoir, ou un Nicolas Sarkozy qui se contente de nous parler des seuls syndicats de salariés, quand la responsabilité est partagée avec l’ensemble des syndicats patronaux ?

Cette campagne présidentielle sera gagnée par l’un ou pour l’autre des finalistes, certes. Mais la France continuera de s’enfoncer, quel que soit le programme promis, si les Français restent dépossédés de leur destin par les tenants conservateurs pour eux-mêmes d’un système de représentation oligarchique qu’ils exècrent de plus en plus et dont ils savent qu’ils les conduisent à la ruine.

Entendez-les, car ils ne vous le pardonneront plus.

Sur le même sujet, « Montée du Front National, les organisations patronales et les syndicats responsables ! »

26 réponses to “Présidentielle : les extrêmes rassemblent plus de 30% des voix. Merci qui ?”

  1. MOISAN Emile on 24th avril 2012 6:16

    Comment se faire entendre réellement et ne pas se contenter de faire circuler les mails entre nous uniquement ?

    A défaut de devenir efficaces, nous allons disparaître avant les privilégiés qui vont pouvoir traverser la crise sur le dos de nos enfants et petits enfants

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. HEMON on 24th avril 2012 6:37

    RAS

  3. Olivier GROSJEAN on 24th avril 2012 10:25

    Vous avez parfaitement raison, mais entre Nicoals Sarkozy et François Hollande, il y a une grande différence.

    Nicolas Sarkozy a commencé ces 5 dernières années à réformer notre pays (pas assez et pas assez vite c’est vrai) mais ses réformes vont dans le bon sens (Repousser l’age de la retraite, augmenter la durée du travail, supprimer certains avantages des fonctionnaires, diminuer le nombre de fonctionnaires, diminuer les dépenses de l’Etat…
    Si il est réelu il continura et amplifiera ces réformes.

    Au contaire François Hollande avec ses alliés Mélanchon, Joly et l’extrème gauche ne veulent et promettent qu’une chose le retour en arrière, avec toujours plus de dépenses pour l’Etat, plus de fonctionnaires ayant plus d’avantages, la retaite à 60 ans la semaine de 35 ou même de 32 heures…

    Nous devons donc absolument voter et faire voter massivement pour Nicolas Sarkozy, puis après intervenir pour l’amplification des réformes nécessaires.

    Très cordialement

    Olivier GROSJEAN
    Gérant d’EURL

  4. Maître Artisan on 25th avril 2012 12:43

    Une vraie personnalité, un programme clair et en adéquation avec notre identité, nos racines, notre culture. Le respect du travail avant tout, la reconnaissance des petits entrepreneurs, les vrais acteurs de l’économie, des héros (propos MLP). Messieurs de l’UMP, le message est clair ! Marine Premier Ministre …

  5. barbe adrien on 25th avril 2012 6:24

    Vous oubliez aussi les fonctionnaires trés activistes, trop payés pour un résultat désastreux qui confondent service public au profit de l’asservicement du public!!!!!!
    Bonne journée

  6. LECOMTE on 25th avril 2012 7:12

    D’accord avec votre commentaire mais :
    - Ou est la voie ?
    - Quelle solution proposez-vous pour sortir de la pitoyable situation dans laquelle nous sommes ?
    Par couches successives d’intérêts particuliers, la France s’est enfoncée dans la médiocrité et l’irresponsabilité.
    La France s’inscrit désormais dans l’histoire de la chute de l’Empire Romain.
    Seule une Révolution peut renverser cet empilage de privilèges honteux. Il n’y a plus de démocratie.
    Mais qui est prêt à mourir pour la France au nom de la liberté ?

    Les élections présidentielles sont une mascarade et nous allons élire un pantin qui sera d’une manière ou d’une autre balayé car son action ne sera pas guidée par un but noble et collectif, celui de l’intérêt supérieur de la Nation française.

    Si les vulgaires arrivent au pouvoir, c’est que les nobles les y ont laissé passer. L’homme noble préfère s’abstenir et se retirer que de cautionner par son soutien un vulgaire. Confucius

  7. CHAUD on 25th avril 2012 8:46

    Bonjour,
    Mon avis est que dans une démocratie il me semble légitime d’introduire la proportionnelle et de permettre à tous les Français d’être représentés. Cela présenterai certainement l’avantage de réconcilier les uns avec les autres, plutôt que nous pousser à la confrontation permanente. Il vaut mieux que le débat se situe à l’assemblée et en conseil des Ministres, que dans la rue.
    Que l’avenir de la France que nous aimons soit l’enjeu et l’objectif de tous ceux qui se sentent responsables. Et que la parole qui circule soit celle de tous les Français par leurs représentants aux postes de leurs compétences.

  8. FAMAICE on 25th avril 2012 9:01

    Je suis nordiste, frontalier de la Belgique, et ayant des amis vivant aux Pays-Bas.J’ai donc l’opportunité d’avoir un aperçu assez précis et concret sur les actions des syndicats en France, mais aussi chez nos voisins proches.
    Fort de cette connaissance, je ne peux qu’abonder dans votre sens.

    Les taux de syndicalisation en France est de plus ou moins 8% là ou il est de 50 à 55% en Belgique et de 20 à 25% au Pays-Bas. Nos syndicats feraient bien de se poser les questions fondamentales d’un si faible taux en France. Par ailleurs, quels légimité ont-ils lorsqu’il représente moins de 10% des salariés ? Leur politisation à outrance au détriment de leur rôle de partenaire économique est à mon sens une piste à explorer… surtout quand une centrale (la CGT) donne des consignes de votes !

    A contrario, le tissue économique français est composé à 80% de TPE et PME de moins de 50 pers. (règle absurde à mon sens pour tout un tas de raisons que vous connaissez mieux que moi) ou on ne voit jamais l’ombre d’un représentant syndical, ce qui arrange nombre d’employeur. Tout se joue souvent « mano a mano » entre employeur et employé, sans contrepoids !

    Par ailleurs, la proposition de L. Waucquez d’obliger les bénéficiaires du RSA à un temps de travail minimal au profit de la collectivité ne choque personne outrequievrain, encore moins au pays des tulipes ou le versement de leur « RMI » en est conditionné. Pour information, en belgique et aux pays-bas, ceux sont les partenaires sociaux qui gèrent les systèmes RMI/RSA et non pas les collectivités térritoriales. Encore une piste à méditer…

    Enfin, il en va de même pour la formation des chomeurs ! Les partenaires sociaux travaillent de concert pour former les gens au métier ou il y a une forte demande d’emploi. Un ami hollandais, boulanger de formation de base, a été successivement boulanger, maçon avant d’être aujourd’hui conducteur de ligne d’imprimerie dans la papeterie. A chaque période de chomage, il a été envoyé en formation « obligatoire » par les services de retour à l’emploi (le pole emploi hollandais). Encore une voie évoquée par certains partenaires sociaux français ou élu de la république, vite étouffé par un tollé médiatique savamant orchestré. On se demande bien pourquoi…

  9. GRANGER on 25th avril 2012 9:14

    Tout à fait d’accord, il est clair que les conseillers de Mr SARKOSY sont très mauvais, mais il est réel que dans les grandes écoles de la République ou ils ont été formés, l’on ne connait pas les TPE qui sont pourtant l’emploi majoritaire en France . Le front national n’est plus un parti extrémiste et draine parmi son électorat 50 % de TPE et PME, soit ceux qui travaillent 50 à 70 heures par semaine et qui en ont marre de payer pour ceux qui se lèvent à 10 heures du matin pour aller encaisser les aides et autres indemnités distribuées par la république, mais aussi une bonne partie des gens de la droite traditionnelle . A près de 20 %, ce n’est plus un votre de protestation, c’est une véritable force et il va falloir faire avec, c’est plié Mr SARKOSY ne sera pas réélu, il est certain que moins de 10 % des électeurs du FN voterons pour lui, ce qui ne fait pas le compte .
    Ce qui est très grave est qu’avec un F HOLLANDE, nous allons nous enfoncer dans la vase, cet homme est certainement honnête, mais il est mauvais, les financiers mondiaux l’attendent au tournant, mais qui va payer la casse : toujours les même : les TPE et les PME. PAUVRE FRANCE . GG

  10. staub on 25th avril 2012 9:35

    le general de gaulle disait les francais sont des veaux à ce jour ce sont nos hommes politiques qui le sont car depuis 2002 le front national ne cesse de progresser dans les chiffres ce qui demontre bien la colére de certains francais mais rien n’y fait il continues tous à se regarder le nombril et à se satisfaire de leur mauvaise gestion du pays et surtout à se moquer du peuple en 2017 je vous assure que le fn sera présent au second tour de la présidentielle
    bien sur cela ne résoudra pas les problémes bien au contraire mais avouez que nos chers dirigeant depuis trente ans l’auront bien cherché.

  11. GUILLON on 25th avril 2012 10:25

    Il n’y a que le référendum d’initiative populaire R.I.P à la Suisse qui puisse rétablir un vrai contre pouvoir face à l’Oligarchie en place

  12. NR on 25th avril 2012 11:20

    Ce qui est fabuleux est qui, centriste et humaniste, j’ai à titre personnel une envie de violence pour casser, non pas le système d’économie de marché, même s’il est dur, mais le système de fausse représentation des intérêts liés des entreprises et des salariés.
    Le dialogue pourri, vicié, suspicieux, basé sur la méfiance a priori a été introduit en son temps par les syndicats staliniens puis inscrit en dur par leurs « représentants » , lois Auroux…, comme ils ont créé les enflures que sont les syndicats du livre, des dockers etc…
    Au total ces ultra minorités préférent toujours leur micro intérêt à celui du pays ou de la région (je pense aux quelques dockers de Dunkerque qui ont tué la ville à eux seuls au profit d’Anvers)
    S’ajoute la méconnaissance volontairement entretenue de l’économie et des entreprises telle qu’elle est (école, Mme Artaud prof d’économie! + hommes politiques qui n’y ont jamais travaillé + médias + 50% de fonctionnaires dans le pays qui donc n’y connaissent rien).
    Donc comment espérer que l’on s’entende intelligemment sur une gestion active, variable mais humaine de la masse salariale?:
    - des contrats de travail en CDI à protection progressive sur 2 ans, fin d’une grosse part des CDD
    - des moyens d’ajuster les effectifs AVANT LA CESSATION DE PAIEMENT quand il y a encore un peu de trésorerie mais pas assez pour payer des licenciement plein pôt, qui, eux, mettent en cessation de paiement,
    - l’arrêt des augmentations de salaire aberrantes venues d’en haut (dans le bâtiment les grands groupes les imposent pour éliminer leurs concurrents, la France n’est rien par rapport à leur CA global)
    Ce ci avec le décalage du seuil des PME de 50 p à 100 personnes et l’arrêt des intrusions syndicales ou étatistes dans l’entreprise (code du travail à diviser par 3 ou 4)
    Pour ma part j’ai stoppé mon activité indépendante (PME 50 p) et suis content d’être seul.

  13. philippe Galano on 25th avril 2012 1:25

    Effectivement il y a beaucoup à dire sur les politiques menées depuis 30 et 40 ans. Pour autant, votre déclaration (incantatoires et malsaines) ne donne aucune pistes si ce n’est de s’en prendre aux organisations syndicales et à mettre les politiques dans le même bain celui du tous pourris. Vous ne faite aucune proposition nouvelle depuis la crise que vous ne décrivez pas plus d’ailleurs. Vous n’en dite rien, ni des milliards que les banques se mettent dans les poches, ni des paradis fiscaux qui poussent comme des champignons tout autour de nous. Si ma mémoire est bonne votre organisation qui est aussi un syndicat patronal (même si vous vous en caché) propose des recettes, les mêmes depuis 30 ans, qui ont été prises en compte par ceux dont vous fustigez la politique, je vous site « qui nous conduisent à la ruine ».

    Pourtant des solutions existent pour redresser la France et son économie. Pour cela il faut relever la tête (je pense à celle des salariés dans les entreprises). J’en viens à quelques propositions qui n’ont jamais été prises en compte sauf pendant les grandes périodes sociales qui ont permis de faire repartir la croissance : Relever les salaires et les PMI et PME ne s’en porteront pas plus mal ! Bien évidement il faut des mesures qui accompagnent cette augmentation qui peut être très contraignante pour certaines petites entreprises (en difficulté) mais le but c’est l’intérêt général, la reprise économique. Le SMIC à 1700€ !

  14. florent cappelletti on 25th avril 2012 2:48

    Petites remarques :
    1 ) Je ne vois pas ce que viennent faire les syndicats qu’ils soient salariaux ou patronaux dans une élection. Que pouvez vous leur reprocher ?
    2) Mélénchon a toujours défilé le 1er Mai, contrairement à certains hommes politiques pour qui le 1er mai est une découverte …
    3) Le système est par définition oligarchique parce que nous le voulons. Nous ne pouvons pas vouloir d’un coté une certaine stabilité politique (donc un système majoritaire) et de l’autre nous élevé contre un système qui serait soit disant oligarchique (nous pouvons , à l’assemblée introduire à l’image des systèmes de représentations régionaux et municipaux) une part de proportionnelle mais dans ce cas nous aurons une partie des personnes qui crierons à l’instabilité et au fait que le loup est entré dans la bergerie !

    4) Les extremes rassemblent + de 30 % …CA n’est pas nouveaux …qu’en êtes vous nés ?
    A moins de considéré le PC des années 50 comme des grands démocrates en dehors de quelques exceptions les extremes si nous ajoutons PC + LO + LCR + Ext Droite (que se soit Poujade, Tixier ou le FN) ont toujours pesé entre 20 et 30 %

    Il ne faut pas oublier que Mme Le Pen bénéfie d’un boulevard à l’extreme avec la non présence de Mr Villiers, de Mr Pasqua, de Mr Nihouls, de Mr Madelin .
    Je vous invite à ajouter les scores de ces « petits » partis qui ne sont plus présents à ceux du FN lors des differentes consultations qu’elles soient européennes ou régionales ..vous verrez que 2007 a été une erreur.

    Dernier point en 1955 La droite Républicaine , la gauche républicaine et les radicaux s’unissaient face au péril communiste et à Poujade pour former le Front Républicain.
    Il faut dire que nous avions alors Mrs Chaban-Delmas, Mendes France et Mitterrand unis pour battre les communistes et l’extreme droite; 3 homme d’Etat !

  15. LECLERCQ on 25th avril 2012 3:25

    Bonjour,
    Je reçois régulièrement vos faxs (sans avoir rien demandé d’ailleurs) et lis vos communiqué.
    D’ordinaire, je trouve vos commentaires construits, intéressants, argumenter, prospectifs, même si je ne suis pas toujours d’accord.
    Mais alors, ce communiqué là, il est d’une inutilité incroyable !! Vous vous êtes fait plaisir, vous avez poussé un coup de gueule. Et puis ? Ben rien …

    Cordialement

  16. francois on 25th avril 2012 3:58

    Bonsoir messieur

    Ce papier me laisse perplexe. Les sindicats semblent être responsable d’une large majorité de nos déboires alors que pourtant tous semble clamé leur soutien à nos chéres entreprises… Je me demande alors qui dois-je écouter? En effet, nous sommes « privés de notre droit d’expression », comment alors, pouvons nous être gaver de ces papiers protestataire qui blame toujours quelqu’un de différent?
    Beaumarchais nous à apris que « sans liberté de blamer, il n’y a pas d’éloge flatteur » mais ils semble que vous ayez tous oublier la 2éme partie de cette phrase… Car aujourd’hui oui, les blame et les protestations fusent, mais qui prend le temps de flatter? Vivons nous dans un pays dépourvu de bon coté? Nous levons nous tout les matins pour aller faire un pas de plus vers le chaos?
    La réponse me semble être négative, car j’ai tout les jours la chance de mettre quelque chose dans mon assiette et que j’arrive encore à envisager un avenir. Car c’est là que le bas blesse! N’y a t il plus aucune fiérté national? Aucune volonté créatrice? Tout les jours nous somme enfoncé par une propagande qui nous enterre sous des menaces et des prédictions pessimiste! Comment puis-je me levé le matin et y croire encore lorsqu’on me dit que la france va sombrer?
    Devons nous encore rappeller les déboire de la Grêce ou celle de l’Espagne (qui voit ses banques endetté à plus de 200%) et d’un peuple qui gronde, ici, à juste titre?

    Je demande alors pour qui voter? Puisque la gauche semble être incompétente, la droite laxiste, et, comble du comble, l’extreme gauche un régime de riche… N’oublions pas que nous bougerons que pour les causes qui en vallent la peine et qu’aujourd’hui j’ai accepter de travailles quelques années de plus parce que mon pays en a visiblement besoin et qu’on m’a donner la chance d’étudié et d’accéder à un travail qui me plait…

    Je pense que vous voulez prendre la température mais que vous l’avez mal lu… Aujourd’hui, la france ne vas pas très bien, mais se n’est pas en s’indignant que nous la ferrons aller mieux.
    Je suis peut etre inconscient de la situation, et je ne demande que des éclairsissement.. Mais surtout une remise en question de chacun…

  17. Sève on 25th avril 2012 4:14

    La démocratie est le pire des régimes… à l’exception de tous les autres. Nous avons les hommes politiques que nous méritons, pas plus pas moins tricheurs et truqueurs, friands de passe-droits, cherchant à échapper aux devoirs contraignants et peu désireux de payer des impôts. Je partage votre souci de préserver la liberté d’entreprendre car c’est l’entreprise qui crée les richesses et garantit la solvabilité du pays et le croissance nécessaire de l’économie. Pour autant, il nous faut bien choisir un président et des représentants. Il est contre-productif de renvoyer tous les candidats dos à dos, et particulièrement les deux finalistes, ce qui ne fait que favoriser les extrêmes que vous dénoncez.. Nous avons besoin de syndicats. Tous les vrais entrepreneurs le savent. Que faire pour les faire évoluer et les rendre enfin réellement représentatifs et indépendants des partis politiques? C’est ce qu’on devrait demander au prochain président…

  18. STASSART on 25th avril 2012 6:09

    Bonjour,
    Aujourd’hui, un petit patron de petite société informatique est décédé….la pression, la difficulté d’obtenir des financements les années précédentes qui auraient aidé à la pérénisation et à l’embauche, des clients en maintenance qui déposent le bilan, l’an passé… on essaie jusqu’au bout de ne pas perdre les autres, on jongle avec la trésorerie, mais on ne peut pas acheter le logiciel qui permettrait d’aller plus vite… on finit par craquer et le coeur lache. 60 ans, 12 heures par jour… cette société ferme. Elle s’était créée il y a 7 ans, par un pro de l’informatique ( ex banque populaire..) et sa fille aussi pro que lui..
    Il n’y aura pas de médiatisation comme pour les décès chez Orange ou autre, il n’y aura pas de réaction et pourtant cela le mériterait…. ça mériterait qu’on ne se dise pas seulement quel dommage, mais qu’on s’interroge sur tous ces petits qui remplissent les caisses

  19. roland on 25th avril 2012 6:45

    Il faut supprimer l’ordonnance de 46 et réactualisé par Mitterrand, cela suffit on est aux ordres d’un cadavre en l’occurence les communistes et ses jaloux de l’humanité. Nous on ressucite ce partie et nos médias très ancrés à gauche nous abreuvent de leurs commentaires acerbes et mal venus, que certaines personnes prennent pour du pain béni comme toujours

  20. simonin on 26th avril 2012 8:37

    Je suis écoeuré de voir et surtout d’entendre les discours de nos dirigeants et ou futur dirigeants, seul la place de président les intéresse c’est encore bien pire que la Royauté !!!!!!!!

    Comment un peuple de Gaulois pourrait accepter cette situation, il faut descendre dans la rue au plus vite et prendre l’Elysée.

  21. buffalo schuhe on 30th avril 2012 10:09

      Tout fout le camp…

  22. CERF National on 1st mai 2012 2:46

    @Leclerq

    Si vous lisez nos communiqués, vous reconnaîtrez que celui-ci s’inscrit dans une continuïté et que les solutions ont déjà été évoquées avant ce rappel que vous qualifiez de « coup de gueule ».

    Je vous invite donc à prendre connaissance de la position que nous co-signons aujourd’hui avec un syndicaliste salarié et un ancien responsable patronal du medef qui dénoncent ce que nous mettons en évidence au Cerf. Cette prise de position est inédite à ce jour dans le paysage syndical et politique et demande à être soutenue, pour ne pas se transforméer en « rien », comme vous le suggérez.

    Prenez-en connaissance, faites-la circuler pour la partager et proposez-nous des moyens d’action efficace pour la faire aboutir. Après tout, nous ne sommes au Cerf que des patrons bénévoles… Mais nos résultats sur bon nombre de propositions ou lors des récentes élections nous permettent de penser que notre action n’est pas si vaine que vous le laissez entendre. Cependant, nous pouvons certainement faire mieux : à vous de nous y aider.

  23. CERF National on 1st mai 2012 3:13

    @Philippe Galano

    Il est toujours regrettable de transformer la vérité et de nous faire dire ce que nous n’avons jamais dit. Qu’y-a-t-il d’incantatoire et malsain à pointer du doigt une responsabilité des syndicats (patronaux et salariés), quand tout le monde ferme les yeux sur leurs actions et en font porter la responsabilité au seul monde politique ?

    Dire que nous nous cachons d’être une organisation patronale est tout simplement absurde : c’est écrit partout sur notre site. Dire que nous ne donnons aucune piste est au mieux de l’ignorance, au pire une prise de position qui s’exonère de toute réalité. Je vous invite donc à prendre connaissance de la position que nous co-signons aujourd’hui avec un syndicaliste salarié et un ancien responsable patronal du medef qui dénoncent ce que nous mettons en évidence au Cerf. Cette prise de position est inédite à ce jour dans le paysage syndical et politique.
    Nos solutions, contrairement à ce que vous dites, ne sont pas les même depuis trente ans, tout le monde reconnaît l’orignalité des propositions du Cerf. Le simple fait que nous soyons une organisation patronale vous autorise semble-t-il à vous exonérer de tout semblant d’objectivité pour accepter qu’il puisse y avoir des différences patronales. Vous sombrez dès lors dans le travers que vous nous reprochez : l’incantatoire malsain…
    Quand à la crise et sa description, nous sommes la seule organisation à avoir lancé des alertes dès le mois de février 2008, à avoir fait des propositions pour un plan de relance dès le mois de mai 2008, quand les organisations « instituées » ne la découvrait qu’en septembre 2008 « grâce » à la faillite d’une banque américaine en Amérique… Nous sommes également les seuls à avoir décrit le mode de propagation de la crise à toute l’économie, avec toutes les conséquences qui se sont à chaque fois avérées exactes. A contrario des déclarations des syndicats patronaux et de salariés, ainsi que de nombreux experts de tous bords…

    Enfin, quant à la solution que vous préconisez, sachez que contrairement à ce que vous dites, l’augmentation des salaires a régulièrement été mise en oeuvre en France (indexation du smic sur l’inflation et « coups de pouce » annuels, sauf ces dernières années où c’était impossible). Le résultat immédiat de la mesure telle que vous la présentez, sera d’augmenter le chômage et les défaillances d’entreprises. Le flou de vos « mesures d’accompagnement » me laisse perplexe, et m’inquiète avant de me rendre curieux. Mais la science que vous détenez et qui justifie certainement le mépris contenu dans vos lignes est sans aucun doute de nature à protéger les entreprises et les emplois. Vous auriez dû nous les faire partager et vous engager pour les faire connaître, voire les mettre en oeuvre, car la France a besoin de sauveurs.

  24. lavraisdroite on 1st mai 2012 8:29

    @Sève on 25th avril 2012 4:14 « La démocratie est le pire des régimes… à l’exception de tous les autres ».

    C’est ce que les clowns-maitres de la politique actuelle veulent nous faire croire – qu’on a la démocratie en Europe! Je vous rappelle que des 250 000 habitants d’Athènes dans la Grèce antique autour du VIe siècle avant J.-C, seuls 40 000 environ étaient citoyens qui votaient! Si je traduit ça en termes de la vie actuelle: pourquoi les gens qui ne paient pas les impôts (à l’exception des retraités) doivent voter ?! Le droit de vote (au moins dans la cas des élections législatives), c’est la délégation de MON droit de distribuer MES impôts. Le fait que certaines citoyens ne bossent pas (je ne parle pas des étrangers, pour moi un étranger qui bosse vaut plus qu’un français qui glande), ne paient pas les impôts , mais participent à la distribution de biens créés par les autres alimente les parties gauchistes, dépendantes de cette armée de parasites qui votent pour eux. Éliminer le soufrage universel pour retourner à la démocratie saine et pure.

  25. CERF National on 3rd mai 2012 11:22

    @florent capellitti
    1) Tant que les syndicats vivent de fonds publics, vous avez raison, ils n’ont rien à faire dans une campagne, car cela revient à détourner l’argent qui leur est confié en vue d’une mission de service public pour la défense d’intérêts partisans. S’ils étaient libres et indépendants, nous pensons que ce serait différent au contraire : leur connaissance du terrain (de leur adhérents et de leur problème) justifierait une prise de parole, une expression garantie par la Constitution, pour autant qu’elle s’inscrive dans l’objet de leur statuts.
    Sur les reproches. En fait, nous leur reprochons de laisser porter la responsabilité de leurs erreurs et manquements aux politiques. La crise de 2008 en est un exemple flagrant et vous trouverez une multitude de communiqués sur notre site pouvant vous éclairer. Par exemple, ni les syndicats patronaux, ni les syndicats de salariés n’ont lancé la moindre alerte sur une crise qui ravageait les entreprises et les emplois depuis plusieurs mois. Il a fallu attendre la faillite d’une banque américaine aux Etat-Unis pour que le patronat commence à parler de crise. Les syndicats de salariés, à la même époque, et face à une augmentation mondiale du chômage, imputait le chômage français à la réforme des heures supplémentaires… 7 moins plus tôt, nous lancions des alertes, et 5 mois plus tôt nous faisions des propositions pour un 1er plan de relance. Quand le patronat a fait ses propositions de plan de relance, nous avancions déjà la troisième série de mesures complémentaires… Alors oui, nous avons des reproches, notamment celui d’avoir totalement failli à remplir leur objet, qui consiste à « défendre les intérêts moraux et matériels » de leurs mandants, et, au-delà, de ceux qu’ils prétendent représenter. Dans cette configuration, la hausse du chômage que nous subissons est en grande partie le fruit de leur incapacité et incompétence, plus que celle des politiques. Au travers de cette faillite, nous leur reprochons d’être responsable de la monté du populisme et des extrêmes.
    2) que des hommes politiques découvrent le premier mai : tant mieux, il était temps.
    3) l’oligarchie que vous défendez est dénuée de sens, car elle oublie l’oligarchie syndicale qui, par son organisation bafoue le principe de liberté syndicale (pour être représenté aujourd’hui, vous êtes obligé d’adhérer à un syndicat imposé parmi les 5 existants, côté salariés, les 3 côté patronal). Ces syndicats n’ont reçu aucun mandat des Français alors que leurs décisions s’imposent à tous. Le politique qui continue de les écouter malgré leur perte totale de représentativité continue de se fourvoyer, ce que leur reprochent d’ailleurs les Français qui ne comprennent plus les politiques qui croient agir dans leur sens. La faute majeure des syndicats est d’avoir rompu le lien entre le politique et les Français, qu’ils soient salariés ou patrons, et de s’être accaparer leur voie. Vous avez là le fondement de la montée du populisme.
    4) « Les extrêmes ont toujours pesé entre 20 et 30% », ils sont aujourd’hui à près de 35%, cela fait une différence notable…

  26. CERF National on 4th mai 2012 8:12

    @florent capelletti

    Au-delà de la question de fond sur votre question 1) à laquelle nous avons répondu, il nous faut prendre le cas très particulier de cette campagne électorale.
    Vous ne voyez pas ce que viennent faire les syndicats dans une campagne, dans cette campagne.

    Il se trouve, mais cela vous aura peut-être échappé, comme d’ailleurs à la majorité des média dont certains viennent tout juste de le découvrir, que Monsieur Hollande, qui n’a jamais été aux affaires et n’a donc jamais eu à négocier avec les syndicats (patronaux et de salariés), prévoit de LEUR DONNER PLUS DE POUVOIR au travers D’UNE MODIFICATION DE LA CONSTITUTION. Que vous le vouliez ou non, les syndicats sont dans cette campagne , et je m’étonne que personne n’ait parlé de cette question pourtant majeur. car au-delà de l’inexpérience de M Hollande sur les questions sociales, se pose la question de donner plus de pouvoir :

    - à des organisations privées qui n’ont reçu aucun mandat de la part des Français, bien qu’ils passent leur temps à parler en leur nom,
    - à des organisations de moins en moins représentatives,
    - à des organisations qui ont fait la démonstration de leur inefficacité sur des enjeux majeurs,
    - à des organisations dont les députés qui soutiennent M Hollande ont refusé de publier le rapport Perruchot qui aurait fait un peu de transparence sur leurs comptes et leur fonctionnement,

    Ceci nous inquiète profondément pour la démocratie.
    D’autant que vous savez qu’il sera très difficile de revenir en arrière. Et que, si des progressistes envisageaient de créer de nouvelles structures syndicales, celles-ci seraient empêchées par celles qui auront été « constitutionnalisées ».
    Pour toutes ces raisons, il est normal que des syndicats indépendants prennent la parole dans une telle campagne. Après, il ne faudra pas s’étonner, ni se plaindre en se rappelant qu’un jour, la France avait les plus beaux ports de la façade atlantique et méditerranéenne, pour ne citer que cet exemple, ne pas s’étonner non plus que la division continuera de miner et ruiner la France, faisant le lit du populisme et des extrêmes.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!