Pétition banques


POUR UN DROIT AU CREDIT OPPOSABLE ET CONTRE LES FRAIS BANCAIRES ABUSIFS

A�

Le constat

Le Cerf, premiA?re organisation de reprA�sentation des TrA?s Petites Entreprises (TPE), a constatA� que les mA�nages modestes et les petits patrons partagent les mA?mes soucis avec leur banquier : difficultA�s pour obtenir un prA?t ; facturation de frais bancaires pour la gestion de leur compte qui grA?ve leur pouvoir da��achat ; crA�dit revolving et dA�couverts facturA�s A� des taux usuraires ; agios payA�s supA�rieurs A� la somme dA�bitrice ; interdit bancaire pour des sommes dA�risoiresa�� Ces pratiques, mA?me quand elles ciblent les consommateurs, touchent au final les entreprises. Le Cerf a donc dA�cidA� de porter les revendications des FranA�ais mA�contents de leur banque.

Pourquoi une pA�tition ?

Depuis la crise A�conomique et financiA?re de 2008, le Cerf est contactA� en permanence par des consommateurs et des chefs da��entreprise qui voient leur vie quotidienne et leur activitA� suspendues au bon vouloir de leur banque. Ces clients se retrouvent souvent sans recours face A� un banquier tout puissant qui refuse tout dialogue et marge de nA�gociation. Le Cerf alertait pourtant depuis des annA�es, les gouvernements successifs sur la��abus de position dominante des banques et les dA�rives de leurs pratiques commerciales.

Le Cerf est aujourda��hui convaincu que seule une pA�tition peut convaincre le pouvoir politique de prendre des mesures fortes pour encadrer la��activitA� des banques. Avec la crise A�conomique et la��explosion du chA?mage, il y a urgence A� agir contre les pratiques des banques qui mettent en pA�ril des entreprises et des mA�nages.

Nos revendications

A court terme, il sa��agit da��obtenir rapidement une augmentation de la��offre de crA�dit pour les mA�nages modestes et les petites entreprises afin de soutenir la consommation et la��activitA�. Ca��est la��idA�e da��instaurer un droit au crA�dit opposable : il ne sa��agit nullement de distribuer du crA�dit sans conditions et sans limites de montant mais de revenir aux rA?gles de la��orthodoxie financiA?re qui font reposer le montant du crA�dit que la��on peut accorder A� un client sur sa capacitA� de remboursement. ConcrA?tement, une loi peut A?tre rapidement votA�e pour contraindre les banques A� prA?ter aux clients solvables. Le rA?le de contrA?le du mA�diateur du crA�dit voire de sanction de la DGCCRF si le refus de vente est avA�rA�, doit A?tre suffisamment dissuasif pour A�viter les abus actuels : dA�couvert autorisA� A� 14-15% au lieu da��un crA�dit de trA�sorerie A� 4-5% du mA?me montant.

A long terme, il sa��agit de changer profondA�ment et durablement les pratiques des banques pour qua��elles reviennent A� leur mA�tier traditionnel de soutien A� la��activitA� et A� la consommation. Ca��est la��idA�e de faire de la BPCE, une A� banque pilote A� qui aurait pour politique de supprimer les frais bancaires pour la gestion du compte, de dA�velopper le crA�ditA� et de refuser de marger sur les dA�couverts. Pour ne pas perdre leurs clients, les autres banques seraient contraintes de changer leurs politiques commerciales.

SIGNEZ LA PETITION CONTRE LES ABUS BANCAIRES

A�