Elections


Le Cerf, acteur des A�lections consulaires 2010

A�

Les prochaines A�lections aux chambres de commerce et chambres des mA�tiers offrent une opportunitA� unique de rompre avec la mainmise des notables qui tiennent dA�jA� les organisations patronales locales, et de rapprocher les CCI des entreprises. C’est pourquoi le Cerf prA�sente des candidats aux A�lections CCI.

Le Cerf souhaite redonner toute leur place aux chambres de commerce et chambres des mA�tiers dans la vie de nos entreprises afin que les CCI soient un vA�ritable interlocuteur pour le dA�veloppement A�conomique des entreprises et des territoires.

Le Cerf dA�fendra donc, durant cette campagne, un recentrage de leurs missions sur la prA�vention des dA�faillances da��entreprises. Les CCI doivent se mettre au service des patrons etA�rA�pondre A� leurs besoins.

La crise A�conomique actuelle a en effet montrA� les limites du rA�seau consulaire pour anticiper les difficultA�s et aider les patrons A� faire face au resserrement du crA�dit et A� une baisse de leur chiffre da��affaires. Ils ont A�tA� plus de 21 000 A� saisir le MA�diateur du crA�dit depuis novembre 2008. Sa mission a dA�bordA� le stricte cadre des refus de crA�dit pour traiter notamment la question de la��assurance crA�dit et celle des fonds propres. Ca��est mA?me le MA�diateur qui a mobilisA� le rA�seau consulaire pour que celui-ci aide davantage les entreprises en difficultA�. Le Cerf demande, la mise en place de mA�diateurs depuis 2004 afin qua��un chef da��entreprise qui rencontre des difficultA�s puisse bA�nA�ficier da��un accompagnement personnalisA� dans sa relation avec ses fournisseurs, sa ou ses banques, les organismes sociaux et fiscaux mais aussi, en cas de conflit social, au sein mA?me de la��entreprise.

Enfin, le Cerf plaidera pour une meilleure reprA�sentation de la diversitA� du patronat avec la mise en place da��un scrutin A� la proportionnelle. A terme, les CCI ne joueront pleinement leur rA?le dans la vie des entreprises, que lorsque la reprA�sentativitA� patronale aura A�tA� transfA�rA�e A� ces Chambres.

Le rA�seau consulaire est composA� de 148 chambres de commerce et d’industrie (CCI), 21 chambres rA�gionales (CRCI), l’AssemblA�e des chambres franA�aises de commerce et d’industrie (ACFCI) et 110 Chambres FranA�aises de Commerce et d’Industrie A� l’Etranger (CCIFE). Le budget du rA�seau s’A�lA?ve A� 4,1 milliards d’euros.

Les ressources des CCI se composent :

a��A�de ressources fiscales sous forme d’une taxe additionnelle A� la taxe professionnelle (TATP) 26% du budget,A�

a�� de recettes propres (redevances portuaires et aA�roportuaires, frais da��A�tudes et de conseils, droits de scolaritA�…) 62 % du budget,

a�� de contributions publiques, notamment dans le cadre de partenariats passA�s avec les collectivitA�s territoriales, (environ 12 %).

A�Les 4 missions des CCIA�:

- reprA�sentation des intA�rA?ts de la��industrie, du commerce et des services, consultation par la��Etat et les collectivitA�s territoriales (donne son avis au sein des commissions au niveau national ou local, crA�ation et tenue da��un fichier des entreprises de leur circonscription)A�;

- service aux entreprises et aux territoires (aide A� la crA�ation da��entreprisesA�; accompagnement des entreprises dans leur dA�veloppement industriel, international, e-commerce, la��innovation et la��intelligence A�conomique)A�;

- formation (500 A�tablissements de formation, 600A�000 personnes formA�es chaque annA�e)A�;

- gestion des A�quipements (ports, aA�roports, zones logistiques ou centres routiers, palais des congrA?s et parcs da��exposition)

A�Les membres des CCI sont A�lus pour cinq ans et sont rA�partis par collA?ge a�� industrie, commerce, servicesA�: le chef da��entreprise peut se prA�senter ou dA�signer un reprA�sentant qui exerce des fonctions impliquant des responsabilitA�s de direction A�dans la��entreprise. Pour A?tre A�lecteur et A�ligible, il faut justifier da��une immatriculation da��au moins deux ans au registre du commerce et des sociA�tA�s.