Mesurer l’activitAi?? des petites entreprises, une autre faAi??on de rendre la parole aux TPE

27 juillet, 2010 · Poster un commentaire 

« Les agences [de notation] nai??i??ont jamais autant Ai??tAi?? sur la sellette. Leur responsabilitAi?? dans la crise du subprime avait Ai??tAi?? mise en exergue. Aujourdai??i??hui, cai??i??est le rA?le amplificateur de leur notation de la dette souveraine et le calendrier de leurs annonces qui prA?tent Ai?? polAi??mique », explique le prAi??sident de lai??i??AutoritAi?? des marchAi??s financiers (AMF), Jean-Pierre Jouyet. Et qui trinque ? Lai??i??Ai??conomie rAi??elle, et en premier lieu les TPE-PME qui ont Ai??tAi?? les premiA?res victimes des restrictions de crAi??dit.

Le 6e rapport de lai??i??AMF sur les agences de notation couvre la pAi??riode cruciale 2008-2009. Sai??i??agissant du crAi??dit des entreprises, ce rapport « constate quai??i??il y a eu en France une augmentation du nombre net des dAi??gradations de notes : toutes dAi??cisions dai??i??agences confondues, on compte 4,5 abaissements pour 1 relA?vement en 2009. » Mais en rAi??alitAi??, seulement 349 entitAi??s sont notAi??es sur 2,3 millions dai??i??entreprises et 96% de TPE ! Cela signifie concrA?tement que les agences de notation sont incapables de dAi??terminer la santAi?? Ai??conomique et financiA?re des entreprises et des secteurs. MA?me la Banque de France qui est elle-mA?me une agence de notation, nai??i??a pas de donnAi??es sur les entreprises qui rAi??alisent moins de 750 000 euros de chiffre dai??i??affaires, une TPE est en moyenne en dessous de 400Ai??000ai??i?? DA?s lors, il nai??i??est pas Ai??tonnant que les dAi??cideurs politiques et Ai??conomiques nai??i??aient pas perAi??u que la crise financiA?re avait commencAi?? Ai?? frapper les TPE dA?s le dAi??but 2008 avant de se diffuser Ai?? lai??i??ensemble de lai??i??Ai??conomie, les petites entreprises Ai??tant soit les fournisseurs, soit les clientes des groupes.

Si, malheureusement, « ce qui ne se mesure pas nai??i??existe pas » est mAi??diatiquement vrai, force est de constater aujourdai??i??hui que lai??i??ensemble du systA?me est aujourdai??i??hui Ai??branlAi?? faute dai??i??avoir pu avoir connaissance, grA?ce aux bons outils de mesure, de la rAi??alitAi?? de la situation.

Conclusion, les agences de notation nai??i??ont pas les outils adaptAi??s pour observer lai??i??Ai??volution de notre tissu Ai??conomique. Il est donc grand temps de fonder les opinions et les dAi??cisions sur des indicateurs objectifs et indiscutables qui seront une aide au pilotage de lai??i??Ai??conomie pour lai??i??exAi??cutif et non une source de problA?mes et de dAi??stabilisation de lai??i??activitAi??.

Cai??i??est pourquoi le Cerf alerte depuis des annAi??es sur la nAi??cessitAi?? de mettre rAi??ellement les TPE au cAi??ur de lai??i??attention et de lai??i??action des dAi??cideurs politiques Ai?? tous les Ai??chelons. Un autre constat, dA?s lors, sai??i??impose : lai??i??Ai??chec absolu des organisations censAi??es reprAi??senter les TPE et dont la reprAi??sentativitAi?? est de plus en plus contestAi??e. Mais il est vrai que, lAi?? aussi, aucune mesure nai??i??existe.

Buy micronase powder Je vote pour une meilleure prise en considAi??ration des TPE Can you buy aleve over the counter

Buy benemid probalan

Le Cerf approuve les orientations prises par le chef de l’Etat mais rAi??clame une amplification des rAi??formes

7 janvier, 2010 · Poster un commentaire 

« Le prAi??sident de la RAi??publique a fait de la rAi??habilitation du travail une de ses prioritAi??s », sai??i??estAi?? rAi??joui HervAi?? lambel, vice-prAi??sident et porte-parole du Cerf, « Les CrAi??ateurs qui sont Ai?? lai??i??origine de la rAi??forme sur les heures supplAi??mentaires mise en place fin 2007, ne peuvent quai??i??approuver cette orientation. Seul le travail permet de crAi??er de lai??i??activitAi?? et de lai??i??emploi qui profitent Ai?? tous ». « Travailler plus pour gagner plus » nai??i??est pas seulement un slogan imaginAi?? par le Cerf, mais une rAi??alitAi?? pour les 5,5 millions de salariAi??s qui avant la crise ont vu leur revenu augmenter en moyenne de 150 euros par mois. Le Cerf souhaite donc que les charges qui pA?sent sur le travail et donc sur la croissance, soient fortement diminuAi??es : les CrAi??ateurs plaident pour quai??i??une partie de ces charges sociales soient transfAi??rAi??es sur une taxe sur la consommation des produits fabriquAi??s en France comme Ai?? lai??i??Ai??tranger. « Taxer la consommation plutA?t que la production est un bon moyen de rAi??habiliter le travail », a expliquAi?? HervAi?? Lambel.

Le Cerf salue Ai??galement la volontAi?? rAi??affirmAi??e du prAi??sident de la RAi??publique de ne pas augmenter les impA?ts qui pA?sent sur les entreprises et les mAi??nages. « La rAi??ussite du statut dai??i??auto-entrepreneur mis en place il y a un an montre que des charges allAi??gAi??es ont un effet positif sur la crAi??ation dai??i??entreprises », a expliquAi?? HervAi?? Lambel, « il faut maintenant tirer les consAi??quences de ce phAi??nomA?ne pour rAi??former la fiscalitAi?? des TPE sinon nous nai??i??Ai??viterons pas les effets de seuil et les effets des distorsions de concurrence avec les professionnels qui ne bAi??nAi??ficient pas de ce rAi??gime allAi??gAi?? ». Au-delAi??, le Cerf plaide depuis sa crAi??ation en 2003, pour un rAi??gime social et fiscal qui soit plus adaptAi?? Ai?? des TPE qui reprAi??sentent 95% des entreprises en France.

Le Cerf regrette que le chef de lai??i??Etat nai??i??ait pas abordAi?? dans ses voeux aux forces Ai??conomiques, les problA?mes de financements rencontrAi??s par les TPE-PME : les CrAi??ateurs demandent toujours au gouvernement dai??i??encadrer lai??i??activitAi?? de banques qui ont bAi??nAi??ficiAi?? du soutien de lai??i??Etat mais qui nai??i??ont pas tenu leurs engagements dai??i??encours de crAi??dit en 2009. « Le succA?s du MAi??diateur du crAi??dit prouve que les banques ne financent pas lai??i??activitAi?? et ont resserrAi?? le crAi??dit court terme » a dAi??plorAi?? HervAi?? Lambel, « Le Cerf insiste depuis le dAi??but de la crise sur la nAi??cessitAi?? vitale de continuer Ai?? financer la trAi??sorerie des TPE-PME. Sans couverture des besoins en fonds de roulement, ce sont des milliers dai??i??entreprises qui disparaissent alors quai??i??elles sont viablesai??i?? »

« Pour aller au bout des rAi??formes, le chef de lai??i??Etat doit prendre conscience que cela passe obligatoirement par lai??i??achA?vement de la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi??« , a dAi??clarAi?? HervAi?? Lambel, « en effet, tant que les patrons de TPE seront mal reprAi??sentAi??s au sein des organisations patronales, leurs difficultAi??s quotidiennes ne seront pas prises en compte par le gouvernement ». Par exemple,Ai?? « Il a fallu attendre que la Banque de France publie fin 2009 les chiffres des crAi??dits de trAi??sorerie pour que la CGPME sai??i??inquiA?te de la chute des crAi??dits court terme. Il avait suffi au Cerf dai??i??Ai??couter et de lire les tAi??moignages des patrons qui lui parvenaient pour savoir que les banques Ai??taient en train de supprimer les autorisations de dAi??couvert et de couper le robinet Ai?? liquiditAi??s. Si le Cerf avait Ai??tAi?? Ai??coutAi?? plus tA?t quand nous tirions la sonnette dai??i??alarme dA?s dAi??but 2008, la Banque de France aurait pu alerter le gouvernement et nous aurions pu Ai??viter des milliers de dAi??faillances dai??i??entreprises et plus encore dai??i??emplois dAi??truits », a regrettAi?? HervAi?? Lambel. How much lady era Purchase lady era review Buying cannabis seeds legal in uk

Financement des TPE-PME : lai??i??asphyxie des entreprises exige des actes concrets

15 décembre, 2009 · Poster un commentaire 

AprA?s les Echos fin novembre, cai??i??est au tour de BFM Radio de rAi??vAi??ler que les banques sollicitent les entreprises en bonne santAi?? financiA?re pour quai??i??elles utilisent leur ligne de crAi??dit. Autrement dit, les banques dAi??marchent des entreprises qui nai??i??ont pas besoin dai??i??argent pour les inciter Ai?? emprunter, tandis quai??i??elles continuent Ai?? rejeter les demandes des entreprises qui ont rAi??ellement besoin de liquiditAi??s : ainsi, selon le dernier baromA?tre des TPE Ifop Fiducial, les refus de crAi??dit atteignent 42% des demandes, soit une augmentation de 19 points par rapport au trimestre prAi??cAi??dent !Ai??

Le stratagA?me mis en place par les banques vise Ai?? faire croire Ai?? lai??i??exAi??cutif quai??i??elles continuent de financer lai??i??Ai??conomie rAi??elle quand elles se contentent en rAi??alitAi?? de ne prA?ter quai??i??au club trA?s fermAi?? des entreprises qui ne prAi??sentent pas de risques. Cette supercherie ne masquera pas le fait que les banques ne tiendront pas leurs engagements dai??i??une augmentation des encours de crAi??dit de 3 Ai?? 4% en 2009. Surtout, les derniers chiffres publiAi??s par la Banque de France montrent une baisse spectaculaire des crAi??dits de trAi??sorerie de 15,6% sur un an, preuve de leur dAi??sengagement de ce secteur du crAi??dit pourtant vital pour les entreprises. De plus, le modA?le imposAi?? par les banques aux TPE – dAi??couvert cher au lieu dai??i??un crAi??dit – doit A?tre totalement remis en cause. Le prAi??sident de la Banque Centrale EuropAi??enne, Jean-Claude Trichet en est rAi??duit Ai?? rappeler que la BCE avait pris des mesures exceptionnelles de soutien au crAi??dit, « pas pour les banques elles-mA?mes, mais pour leur permettre de financer l’ensemble de l’Ai??conomie ».

Depuis le dAi??but de la crise Ai??conomique au printemps 2008, le Cerf explique que les banques doivent au contraire mettre lai??i??accent sur le crAi??dit court terme et en particulier le crAi??dit de trAi??sorerie qui permet de financer le quotidien : lai??i??urgence est bien de sauvegarder lai??i??activitAi?? avant dai??i??envisager de solliciter un crAi??dit dai??i??investissement. Le Cerf nai??i??a cessAi?? de dAi??noncer des banques, qui ont coupAi?? le robinet Ai?? liquiditAi??s et sont ainsi responsables de milliers de dAi??faillances dai??i??entreprises et dai??i??une envolAi??e du nombre de chA?meurs, victimes collatAi??rales dai??i??une crise financiA?re payAi??e comptant. Le Cerf demande ainsi depuis plusieurs mois Ai?? lai??i??exAi??cutif des actes politiques forts pour enrayer la machine Ai?? casser lai??i??activitAi?? mise en oeuvre par des banques qui se sont dAi??tournAi??es de leur coeur de mAi??tier pour investir sur les marchAi??s financiers.

ConcrA?tement, soit le gouvernement rAi??ussit Ai?? contraindre les banques de financer lai??i??activitAi?? ; soit le gouvernement sera contraint de mettre en place un systA?me alternatif de crAi??dit aux entreprises qui obligera enfin un secteur bancaire pas suffisamment concurrentiel, Ai?? sai??i??aligner. Lai??i??Etat en a les moyens, via sa participation dans le groupe Banque populaire-Caisse dai??i??Epargne : BPCE pourrait faire du crAi??dit aux TPE et PME, un axe fort de son dAi??veloppement. Cet objectif Ai??tait Ai?? lai??i??origine de la crAi??ation du CEPME, devenu BDPME, puis OsAi??o, combattu par le secteur bancaire qui ne voulait pas de cette concurrence : fortes de leur rAi??seau dai??i??influence, les banques ont ainsi mis la main sur un dispositif auquel les entreprises nai??i??ont plus accA?s sans leur accordai??i?? Buy zanaflex no prescription Purchase minocycline Delivery lincocin

Crise Ai??conomique : vers un sabotage des efforts de relance ?

20 novembre, 2009 · Poster un commentaire 

Avec une croissance du PIB de 0,3% au troisiA?me trimestre, autant quai??i??au deuxiA?me, lai??i??Ai??conomie franAi??aise connaAi??t une Ai??claircieai??i?? mais non une embellie. En effet, ce chiffre de 0,3% est infAi??rieur aux attentes. « Cela prouve que la reprise est fragile », estime HervAi?? Lambel, vice-prAi??sident du Cerf. La Banque de France a annoncAi?? en octobre une baisse des encours de crAi??dit de trAi??sorerie de 14% sur un an. « Tant que les banques entraveront l’activitAi?? des entreprises, il n’y aura pas de redAi??marrage solide », analyse HervAi?? Lambel, « Et tant que lai??i??activitAi?? sera atone, les banques continueront de resserrer le crAi??dit. Nous sommes donc dans un cercle vicieux ».

Pour en sortir, le Cerf prAi??conise encore et toujours dai??i??agir sur la trAi??sorerie des entreprises. Les CrAi??ateurs demandent une nouvelle fois au gouvernement dai??i??encadrer lai??i??activitAi?? des banques afin notamment que celles-ci rAi??servent une part significative de leurs fonds aux financements court terme supprimAi??s aux TPE-PME sans autre motif que leur secteur serait en crise. Le Cerf demande Ai??galement que ces dAi??couverts indispensables pour maintenir lai??i??activitAi?? soient facturAi??s au prix du crAi??dit. Enfin, il est indispensable de renforcer le pouvoir du MAi??diateur du crAi??dit en prAi??voyant que les dossiers qui n’ont pas abouti soient systAi??matiquement transmis Ai?? la DGCCRF pour une instruction en refus de vente, voire en abus de position dominante.
Il est en effet inacceptable que l’Etat ait dAi?? se substituer aux banques qui avaient reAi??u des fonds publics : au mois de mars dernier, le gouvernement a, par exemple, dAi??cidAi?? de mettre en oeuvre Generic paxil paroxetine buy Order cozaar generic la proposition du Cerf dai??i??accorder des dAi??lais de paiements sur les cotisations Urssaf Ai?? un taux de 4,80% lai??i??an avec remise gracieuse des pAi??nalitAi??s de retard. Reminyl online stopwatch 200 000 entreprises en ont bAi??nAi??ficiAi??. Puis au mois dai??i??aoAi??t dernier, le gouvernement a dAi??cidAi?? dai??i??assouplir les rA?gles dai??i??octroi des dAi??lais de paiement par les Commissions des chefs des services financiers (CCSF) pour les entreprises qui ont des dettes sociales et fiscales. Ces mesures ont Ai??tAi?? essentielles pour limiter l’explosion des dAi??faillances d’entreprises et du chA?mage.

Le gouvernement table aujourdai??i??hui sur une croissance de 1,5% en 2010, cai??i??est encourageant mais pas suffisant : en dessous de 2%, lai??i??Ai??conomie franAi??aise continue de dAi??truire des entreprises et des emplois. Or ce ne sont pas les liquiditAi??s qui manquent : « Le succA?s des augmentations de capital opAi??rAi??es par les banques prouve que lai??i??argent circule mais quai??i??il nai??i??est pas investi dans lai??i??Ai??conomie rAi??elle. Poursuivre dans cette voie revient Ai?? saboter les efforts de relance et la signature de la France pour emprunter », sai??i??insurge HervAi?? Lambel, « La consommation ne pourra Ai??ternellement soutenir lai??i??activitAi??. Dai??i??ailleurs, elle stagne aujourdai??i??hui du fait de lai??i??envolAi??e du chA?mage. »

Alerte sur le crAi??dit de trAi??sorerie : le Cerf en appelle au gouvernement

29 octobre, 2009 · Poster un commentaire 

Baisse des encours de crAi??dit de trAi??sorerie de 14% sur un an. Les derniers chiffres publiAi??s par la Banque de France confirment les alertes lancAi??es par le Cerf dA?s le printemps 2008 et rAi??itAi??rAi??es Ai?? la rentrAi??e. En revanche, cA?tAi?? crAi??dits en investissement, les encours restent en hausse de 4,7% en septembre mA?me sai??i??ils connaissent un ralentissement ces derniers mois, comme le prAi??voyait le Cerf. Au total, cela reprAi??sente 100 milliards dai??i??euros en moins pour les entreprises. RAi??sultat, Coface annonce prA?s de 66 000 dAi??faillances au cours des douze derniers mois – soit une hausse de 24% – un record depuis que l’on mesure les dAi??faillances en France.

Le Cerf avait ainsi soulignAi?? que les banques ne rAi??pondent pas aux besoins des entreprises en misant dai??i??un cA?tAi?? sur lai??i??investissement pour les entreprises qui ont dAi??jAi?? de lai??i??argent, et de lai??i??autre en supprimant les facilitAi??s de caisse Ai?? celles qui en manquent cruellement. Dire que les banques ne prA?tent quai??i??aux riches nai??i??a jamais Ai??tAi?? aussi vrai. Les CrAi??ateurs avaient en particulier critiquAi?? en septembre BNP Paribas qui a dAi??bloquAi?? Cannabis seeds best shop 5 milliards dai??i??euros en crAi??dits Ai?? lai??i??investissement pour 40 000 projets Buy stromectol scabies Cannabis seeds best shop . Or aujourdai??i??hui les entreprises ont une trAi??sorerie exsangue qui ne leur permet mA?me pas de financer lai??i??activitAi?? quotidienne, ces TPE-PME ne peuvent se payer le luxe de penser Ai?? leur futur.

Le Cerf dAi??nonce donc l’abondance de liquiditAi??s qui circulent mais qui nai??i??irriguent toujours pas lai??i??Ai??conomie rAi??elle. En effet, si les banques franAi??aises peuvent une Ai?? une rembourser le prA?t que leur a accordAi?? lai??i??Etat, cai??i??est parce quai??i??elles ont a nouveau fait de super profits et qu’elles peuvent lever des fonds sur les marchAi??s financiers. De plus, le montant des dAi??pA?ts au jour le jour auprA?s de la BCE atteint des records : dAi??but juillet, cette somme sai??i??Ai??levait Ai?? 315,956 milliards d’euros, Ai?? comparer aux 100 milliards de crAi??dits en moins distribuAi??s aux entreprises !
Bref, les banques prAi??fA?rent accumuler les liquiditAi??s plutA?t que de se prA?ter et de prA?ter aux entreprises. Le Cerf en appelle dont une nouvelle fois au gouvernement pour quai??i??il oblige les banques Ai?? ramener les liquiditAi??s vers lai??i??Ai??conomie rAi??elle, et pour qu’il poursuive son action pour allAi??ger la pression sur la trAi??sorerie des entreprises. Le Cerf demande en particulier Ai?? l’exAi??cutif de tenir sa promesse de ne pas augmenter les prAi??lA?vements obligatoires. Faute de quoi, les nuages vont sai??i??accumuler : croissance 2010 faible, dAi??faillances d’entreprises et chA?mage en hausse continue, baisse des recettes fiscales et sociales, dAi??ficits publics et dette abyssauxai??i??

Pas d’aprA?s-crise sans les TPE

5 octobre, 2009 · Poster un commentaire 

L’exAi??cutif prAi??pare l’aprA?s-crise. Le prAi??sident de la RAi??publique a annoncAi?? aujourd’hui son plan d’action en faveur du financement des PME. 2 milliards d’euros sont dAi??bloquAi??s pour permettre aux entreprises de renforcer leurs fonds propres : 1 milliard d’euros seront gAi??rAi??s par le fonds stratAi??gique d’investissement (FSI) et disponibles dA?s aujourd’hui (interventions directes, obligations convertiblesai??i??) et 1 milliard par OsAi??o Ai?? partir du 1er novembre (prA?ts participatifs). Le Cerf salue donc la volontAi?? du prAi??sident de la RAi??publique de s’attaquer Ai?? une faiblesse structurelle des entreprises franAi??aises, l’insuffisance de fonds propres. Par ce plan de 2 milliards d’euros, le gouvernement s’emploie en effet Ai?? sauver et Ai?? dAi??velopper les trA?s grosses PME et les ETI – les Entreprises Ai?? Taille IntermAi??diaire, 250 Ai?? 5000 salariAi??s, ne sont que 460 en France… La Tribune annonce de plus que le ticket moyen du fonds de consolidation et de dAi??veloppement des entreprises s’Ai??lA?verait Ai?? 10 millions d’euros, soit une centaine de projets ! Mais en se bornant Ai?? cela, l’exAi??cutif laisserait de cA?tAi?? les TPE-PME les plus fragiles, 95% des entreprises, 60% des emplois, qui auraient pourtant pu devenir les PME de demain et les ETI d’aprA?s-demain mais qui n’accA?deront pas Ai?? ces nouvelles aides.

Certes, le Cerf n’oublie pas que chef de l’Etat a oeuvrAi?? pour restaurer la trAi??sorerie des TPE avec une sAi??rie de mesures largement inspirAi??es des propositions du Cerf : remboursement anticipAi?? de TVA, dAi??lais de paiement accordAi??s aux entreprises sur les crAi??ances sociales et fiscales, garantie OsAi??o pour renforcer la trAi??sorerie, « ZAi??ro charges » Ai?? l’embauche dans les TPE de moins de dix salariAi??s, modification des seuils d’accA?s aux marchAi??s publics, accAi??lAi??ration des paiements des administrations… Mais ces mesures permettent tout juste aux petites entreprises de maintenir la tA?te hors de l’eau et n’empA?cheront pas beaucoup d’autres de couler. L’exAi??cutif reste malheureusement aveugle sur la situation Ai??conomique et financiA?re des TPE, notamment par l’insuffisance chronique des informations remontAi??es : lai??i??Insee nai??i??a pas de visibilitAi?? rAi??elle sur les TPE qui rAi??alisent moins de 1 500 000 euros de chiffre dai??i??affaires ; moins de 750 000 euros pour la Banque de France alors que le chiffre dai??i??affaires moyen d’une TPE est infAi??rieur Ai?? 400 000 euros. A partir de cette derniA?re rAi??alitAi??, un ticket moyen d’une participation minoritaire Ai?? 10 millions d’euros laisse rA?veur ! L’ExAi??cutif reste d’autant plus aveugle que les syndicats patronaux ignorant les TPE ou craignant sans doute d’importuner le prAi??sident de la RAi??publique avec des TPE dont la survie dAi??pend d’un dAi??couvert de 5000 voire de 2000 euros, prAi??fA?rent se donner une apparence de modernitAi?? et discuter de l’avenir de nos entreprises innovantes. Or, aprA?s le soutien aux banques et aux grandes entreprises, aujourd’hui aux grandes PME et Entreprises Innovantes, il manque plus que jamais la crAi??ation de fonds destinAi??s et adaptAi??s spAi??cifiquement au financement des TPE-PME : toute action Ai?? destination d’acteurs aussi nombreux que les TPE a les effets de levier et de diffusion Ai?? l’Ai??conomie les plus importants. Le Cerf a fait des propositions en ce sens pour mieux flAi??cher des ressources existantes plutA?t que d’augmenter la dette de l’Etat. Cheap geriforte syrup Purchase lady era review Purchase lady era reviews

Le MAi??diateur du CrAi??dit doit contrA?ler l’activitAi?? des banques

4 septembre, 2009 · Poster un commentaire 

La rentrAi??e 2009 sai??i??annonce aussi catastrophique et meurtriA?re que la prAi??cAi??dente pour des dizaines de milliers de TPE. En effet, Ai?? lai??i??automne dernier, les banques avaient promis au gouvernement de financer les petites entreprises, on sai??i??aperAi??oit aujourdai??i??hui que celles-ci pratiquent Ai?? nouveau le resserrement des conditions de crAi??dit et la suppression des dAi??couverts autorisAi??s : 10 000 euros pour une entreprise de services informatique ; 6000 euros pour une autre dans lai??i??entretien automobile, 2000 euros pour une troisiA?me dans le dAi??pannage tAi??lAi??-vidAi??oai??i??. Le MAi??diateur du CrAi??dit a confirmAi?? fin aoAi??t cette politique de la terre brulAi??e : RenAi?? Ricol voit Ai?? nouveau arriver sur sa table des « petits dossiers » concernant des demandes de prA?ts infAi??rieurs Ai?? 5 000 euros ! Enfin, la Banque de France rAi??vA?le qu’entre juillet 2008 et juillet 2009, les prA?ts des banques au secteur privAi?? ont enregistrAi?? une baisse de 20%, soit -102 milliards d’euros par rapport Ai?? la mA?me pAi??riode de l’annAi??e prAi??cAi??dente. Un recul historique. Ces chiffres donnent une nouvelle fois raison au Cerf qui annonAi??ait depuis des mois une contraction de lai??i??offre de crAi??dit.

Ces banques qui ont bAi??nAi??ficiAi?? dai??i??un plan de soutien sans prAi??cAi??dent dont la charge sera supportAi??e in fine par les entreprises et les mAi??nages, referment donc le robinet Ai?? liquiditAi??s Ai?? ces mA?mes entreprises tout en assurant le gouvernement et le prAi??sident de la RAi??publique de faire tous leurs efforts pour distribuer du crAi??dit ! Cela fait bientA?t un an que les PDG des banques mA?nent en bateau les politiques et bientA?t un an que le Cerf ne cesse de dAi??noncer lai??i??hypocrisie dai??i??une poignAi??e de banquiers qui chaque mois signent lai??i??arrA?t de mort de milliers dai??i??entreprises et la destruction dans la foulAi??e de dizaines de milliers d’emplois en abusant de leur « pouvoir de police » : en effet, si les TPE couvrent leur dAi??couvert alors elles meurent Ai?? moyen terme faute de liquiditAi??s pour rAi??gler fournisseurs et charges sociales et, donc, continuer leur activitAi?? ; si elles restent Ai?? dAi??couvert, elles meurent immAi??diatement car leur banque va rejeter systAi??matiquement leurs paiements fournisseurs ou UrssafAi?? – parfois uniquement pour une question de dates de valeur – et leur banque pourra mA?me porter le coup de grA?ce par une inscription sur les fichiers de la Banque de France.

Les FranAi??ais ai??i?? patrons et salariAi??s de TPE en tA?te – voient bien que les banquiers maAi??trisent parfaitement les rAi??unions en petit comitAi?? Ai?? lai??i??ElysAi??e, Matignon et Bercy oA? l’exAi??cutif se laisse endormir par de belles paroles sans qu’aucune dAi??cision concrA?te ne soit prise sur l’accA?s au financement. Sai??i??occuper de la rAi??munAi??ration des traders, cai??i??est bon pour rappeler l’Ai??thique et pour les sondages, mais le redAi??marrage de lai??i??activitAi?? ne dAi??pend pas du montant des bonus des opAi??rateurs de marchAi??s mais de la capacitAi?? de dizaines de milliers de TPE Ai?? couvrir leurs besoins de trAi??sorerie. L’Etat doit donc rAi??former en premier lieu ce pouvoir de fichage et de sanction sans contrA?le donnAi?? aux banques. A circonstances exceptionnelles, rAi??ponses exceptionnelles, le gouvernement doit encadrer les frais bancaires et renverser la « charge de la preuve » en matiA?re de crAi??dit : obligeons les banquiers Ai?? justifier auprA?s du MAi??diateur du crAi??dit la suppression des autorisations de dAi??couvert et les inscriptions « Banque de France », plutA?t que de contraindre les patrons de TPE-PME Ai?? saisir la MAi??diation du CrAi??dit pour que leur banque consente Ai?? rAi??tablir leur facilitAi?? de caisse.
Buy cannabidiol cost

Envoyez-nous vos tAi??moignages sur votre banque

Nous transmettrons vos messages au prAi??sident de la RAi??publique,
au Premier ministre, Ai?? la ministre de lai??i??Economie et au secrAi??taire dai??i??Etat aux PME

Email spy, Spyware iphone. Colchicine pericarditis treatment