Présidentielle : les extrêmes rassemblent plus de 30% des voix. Merci qui ?

24 avril, 2012 · 26 commentaires 

Si la France peut se réveiller ce 23 avril 2012 avec un tiers de voix qui s’expriment pour les partis extrémistes, comment ne pas véritablement entendre, enfin, le cri des Français ?

Responsables de les avoir privés de leur droit à l’expression et de leur capacité de négocier pour construire leur avenir,

Absents totalement pour lancer les alertes sur la crise qui continue de ravager nos entreprises, nos emplois, notre économie et le modèle de solidarité français, minant de fait nos chances de rebondir,

Les syndicats, patronaux et de salariés, qui vivent de l’argent des Français dans des proportions démesurées au regard de leur contribution réelle au dialogue et au progrès social, continuent de se prétendre représentatifs et ont préféré reporter leurs négociations après l’élection présidentielle, comme si la situation du pays autorisait encore à attendre. C’était, s’il en était encore besoin, l’ultime démonstration de leur désintérêt pour notre devenir, et de leur responsabilité dans l’inaction que nous reprochons, in fine par erreur, aux politiques…

Comment ces syndicats peuvent-ils oser, dans les tribunes qui leur sont régulièrement offertes, s’inquiéter à ou prétendre protéger la République de la montée des populismes, lutter contre la dégradation de la situation économique et sociale, quand ils en sont les principaux responsables ? Où étaient-ils fin 2007-début 2008 quand notre économie montrait les signes de risque d’effondrement à cause d’une crise qu’ils n’ont découverte, pour les plus précoces, que fin 2008 ?

Comment encore accepter l’aveuglement des politiques sur ce sujet, quand un Mélenchon qui promettait une « Constituante » appelle à manifester le 1er mai avec les impotents gavés à l’argent public qui nous ont conduit dans la situation dans laquelle nous sommes, un François Hollande qui promet par une réforme de la Constitution de leur donner encore plus de pouvoir, ou un Nicolas Sarkozy qui se contente de nous parler des seuls syndicats de salariés, quand la responsabilité est partagée avec l’ensemble des syndicats patronaux ?

Cette campagne présidentielle sera gagnée par l’un ou pour l’autre des finalistes, certes. Mais la France continuera de s’enfoncer, quel que soit le programme promis, si les Français restent dépossédés de leur destin par les tenants conservateurs pour eux-mêmes d’un système de représentation oligarchique qu’ils exècrent de plus en plus et dont ils savent qu’ils les conduisent à la ruine.

Entendez-les, car ils ne vous le pardonneront plus.

Sur le même sujet, « Montée du Front National, les organisations patronales et les syndicats responsables ! »

Formation professionnelle : si la France est Ai?? la traAi??ne, les dAi??putAi??s nai??i??y sont pas Ai??trangersai??i??

9 mars, 2012 · Poster un commentaire 

Lire la tribune de JAi??rA?me de Rocquigny sur le site atlantico.fr Cannabis seeds ottawa ontario Micronase online shopping Flomax no prescription

Le bilan Sarkozy vu par les patrons : trois chefs dai??i??entreprises jugent le quinquennat

19 février, 2012 · Poster un commentaire 

Lire la tribune de E. Verhaeghe, H. Lambel, L. Kalogeropoulos sur le site atlantico.fr Rosuvastatin cost Homework Celebrex price target

Financement des syndicats – RAi??vAi??lation nAi??1

6 décembre, 2011 · 12 commentaires 

La Commission Ai??tait Ai?? noyautAi??e Ai??

Alors que les FranAi??ais commencent Ai?? dAi??couvrir avec stupeur une petite partie des sommes allouAi??es aux syndicats franAi??ais, ils sont en mA?me temps effarAi??s dai??i??apprendre que les parlementaires ont rejetAi?? le rapport que la commission dai??i??enquA?te devait nous rAi??vAi??ler ces jours-ci.

Ils ont dai??i??autant plus raison que le candidat FranAi??ois Hollande a justement lancAi?? sa campagne sur le thA?me de la dAi??mocratie sociale quai??i??il souhaite renforcer en donnant plus de pouvoir aux syndicats grA?ce Ai?? une rAi??forme constitutionnelle.

Donner plus de pouvoir Ai?? des organisations dont on se refuse Ai?? contrA?ler le financement est choquant, et permet de sai??i??inquiAi??ter pour la dAi??mocratie et le devenir de la RAi??publique.

Par chance, le journal Le Figaro a commencAi?? Ai?? faire fuiter le dossier promis aux oubliettes.

Par chance, car les choses avaient mal commencAi?? : lorsque Nicolas Perruchot demande la crAi??ation dai??i??une commission dai??i??enquA?te parlementaire sur le financement des syndicats au motif que les syndicats comptent toujours moins dai??i??adhAi??rents, mais toujours plus de ressources, jamais les organisations patronales et de salariAi??s nai??i??ont Ai??tAi?? aussi unanimes. A les entendre cai??i??Ai??tait un scandale ! Le lobby syndical Ai??tait en marche pour faire avorter la tentative visant Ai?? mettre un peu de lumiA?re sur un monde qui aime Ai?? faire parler de lui, mais reste trA?s discret sur son fonctionnement. Vous avez dit transparence ?

Lai??i??article du Figaro commence Ai?? donner un aperAi??u de la puissance, et donc de la capacitAi?? dai??i??influence des syndicats. La seule CGT compterait entre 25 000 et 30 000 Ai?? filiales Ai??ai??i?? au plan local ou national, liAi??es aux diverses collectivitAi??s, administrations ou entreprises publiques et privAi??esai??i?? La Commission Ai??valuerait Ai?? 4 milliards les sommes allouAi??es aux syndicats hors cotisations des adhAi??rents. La puissance du lobby syndical est donc monumentale et dAi??passe de loin le pouvoir des Ai??lus de la RAi??publique pour qui il reste difficile dai??i??apprAi??hender la complexitAi?? de la nAi??buleuse syndicale.

Au point de ne mA?me pas se rendre compte que la Commission dai??i??enquA?te quai??i??ils ont voulue, Ai??tait elle-mA?me Ai?? noyautAi??e Ai??. LAi?? comme ailleurs, les conflits dai??i??intAi??rA?ts des syndicats trouvent Ai?? sai??i??exprimer. Y-avait-il donc un syndicaliste dans la Commission dai??i??enquA?te ? Non ? Impossible !

Teva maxalt generic Cheap cleocin suppositories

Au jeu de lai??i??arroseur arrosAi??, le DAi??putAi?? de Haute Savoie, Lionel Tardy, qui se dAi??finit lui-mA?me comme Ai?? le traAi??tre qui twitte et qui lai??i??assume Ai?? au nom de la transparence, dAi??nonAi??ait il y a un an les conflits dai??i??intAi??rA?ts dans un billet intitulAi?? Ai?? DAi??putAi?? ou avocat, il faut choisir Ai??. Et pourtant, Lionel Tardy, ancien prAi??sident de la CGPME 74, en est toujours membre du conseil dai??i??administration, et, surtout, co-prAi??side lai??i??Amicale parlementaire des PME, lai??i??organe dai??i??influence de la CGPME au sein du Parlementai??i??. et siA?ge dans ladite commission. Tout le monde connaAi??t ce dAi??putAi?? dans le monde syndical, et personne nai??i??a rien dit. La rAi??alitAi??, cai??i??est quai??i??Ai?? tous les niveaux et par tous les moyens, le lobby des syndicats sai??i??est mobilisAi?? pour faire obstruction Ai?? ce rapport.

Lisinopril shipping

Ai?? Si rien d’illAi??gal ne peut A?tre reprochAi?? Ai?? qui que ce soit, les dAi??putAi??s qui pratiquent [le] mAi??lange des genres se trouvent placAi??s dans une situation de conflit d’intAi??rA?t qui est profondAi??ment malsaine ! [ai??i??]L’exercice d’un mandat politique implique une dAi??ontologie irrAi??prochable.
Aucun Ai??lu ne doit pouvoir A?tre suspectAi?? de favoriser des intAi??rA?ts privAi??s au dAi??triment de l’intAi??rA?t gAi??nAi??ral. Ai??

Dont acte ! il ne fait aucun doute que lai??i??auteur de ces mots agira en consAi??quence.

En attendant, le Cerf continuera ses rAi??vAi??lations dans les jours qui suivent, suivez les en direct sur notre page Facebook ou sur twitter @HerveLambelAi??

Municipales A� Paris : les prA�occupations des Parisiens passent A� la trappe

25 janvier, 2008 · Poster un commentaire 

Le Cerf dA�plore le spectacle donnA� par les partis politiques A� Paris au cours de cette campagne. Les alliances A� gA�omA�trie variable, la multiplication de listes dissidentes rabaissent cette A�lection capitale, A� un jeu d’ambitions politiciennes qui n’ont rien A� avoir avec les prA�occupations des parisiens.

Une fois encore c’est le petit commerce et les services de proximitA� destinA�s en particulier aux personnes A?gA�es et aux personnes A� mobilitA� rA�duite et aux familles qui feront les frais de ces querelles de clocher. Les candidats feraient bien de se souvenir que les artisans, commerA�ants et PME sont les acteurs du lien social et contribuent de maniA?re importante au budget de la ville de Paris.

Le Cerf rappelle que le nombre d’entreprises et de petits commerces a baissA� A� Paris ces derniA?res annA�es en raison notamment du poids des taxes locales mais aussi des amA�nagements urbains qui gA?nent les livraisons et dissuadent les parisiens de faire leurs courses dans Paris.

Enfin, le Cerf rappelle que dans une situation inacceptable de crise du logement, en particulier pour les bas salaires, les entreprises ont A�tA� dA�possA�dA�es du 1% A� la construction qui leur permettait de construire et loger les salariA�s A� des prix raisonnables.

Le Cerf soutiendra donc les listes qui auront un projet A�conomique fort A� destination des commerA�ants et des petites entreprises. Il faudra notamment penser une politique de grands travaux qui redonnera de l’activitA� aux entreprises dans la capitale et rendra A� Paris tout son dynamisme A�conomique au service des Parisiens et de la France.

LES CREATEURS POUR LA CROISSANCE : APPEL AUX PRESIDENTIABLES

19 avril, 2007 · Poster un commentaire 

Dans la droite ligne de la contribution dA�terminante du Cerf A� la campagne prA�sidentielle, axA�e sur des thA?mes pour lesquels il est un prA�curseur depuis 4 ans et au-delA� des solutions dA�jA� reprises (voir les rA�ponses des candidats sur le site www.lescreateurs.org), les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf) en appellent aux candidats A� la prA�sidence de la RA�publique, pour lancer une campagne de Grand Travaux.

Ces derniers serviront de socle A� la « Nouvelle Donne » franA�aise pour la croissance nA�cessaire A� la lutte contre les dA�faillances d’entreprises et A� la crA�ation d’emplois. Ils assureront le dA�veloppement A�conomique des territoires et la protection des gA�nA�rations futures tout en permettant une meilleure intA�gration europA�enne et le rayonnement de la France.

Le financement de ces projets sera assurA� par un Emprunt national, mobilisant l’A�pargne des mA�nages plutA?t que de l’orienter vers la consommation, et fera appel A� l’Europe.

Grands travaux
Pour la mobilitA� et l’Europe

Nord-Est parisien sur le triangle CDG-Villepinte/Est de Paris/Ouest de Paris :

-A�CDG Express
-A�Liaison rapide Paris-CDG
-A�PA?le MobilitA� a�� Transport des Personnes/Transport des marchandises
-A�Mise en place des lignes de fret internationales multimodales

Canaux :
-A�Seine Nord
-A�Rhin-RhA?ne

Tunnel Lyon-Turin

Le Cerf est A� l’origine dA?s 2003, du dA�bat sur le pouvoir d’achat et de la revalorisation du travail par la nA�cessaire augmentation des revenus. Il relanA�ait alors le dA�bat sur les 35 heures avec l’idA�e de supprimer les charges sur les heures travaillA�es au-delA� de la 35A?me heure. Enfin, il poussait, toujours A� la mA?me A�poque, le cri d’alarme contre le plan social annuel de plus de 260 000 emplois rA�sultant des dA�faillances d’entreprises, qui fait de la France le premier pays destructeur d’entreprises de l’OCDEa��

Le Cerf est la premiA?re plate-forme de reprA�sentation des TrA?s Petites Entreprises. Il travaille A� l’amA�lioration de l’environnement lA�gislatif et rA�glementaire pour l’exercice des activitA�s crA�atrices d’emplois et de richesse.

Pouvoir d’achat : Quel dA�bat ?

28 août, 2006 · Poster un commentaire 

Alors que les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf) sont mobilisA�s depuis plus de trois ans sur le front du pouvoir d’achat, il est satisfaisant de voir enfin, toutes tendances confondues, cette question faire la rentrA�e politique et marquer le dA�but de la campagne A�lectorale.

A�Tout le monde semble maintenant s’A?tre rendu A� l’A�vidence que la consommation des mA�nages tire la croissance depuis des annA�es, et qu’il est indispensable de la maintenir au plus haut niveau, puisque le reste semble en dA�pendre.

Cet impA�ratif est confrontA� A� un problA?me majeur : il faut augmenter les revenus de ceux qui travaillent, sans peser sur les entreprises, faute de quoi celles-ci n’auront pas les moyens d’actionner les deux autres principaux leviers indispensables A� la consolidation de la croissance :

-A�A�A�A�A�A�A�A�A� l’investissement et la consommation des entreprises,

-A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�et, surtout, le commerce extA�rieur.

Car, c’est bien au travers de la production, que la richesse se crA�e, rendant la consommation et la crA�ation d’emplois possibles.

C’est pourquoi, dA?s 2003, les CrA�ateurs ont prA�conisA� la baisse des charges payA�s par les salariA�s entre la 35A?me et la 40A?me heures. Cette mesure permettrait A� 5 millions de salariA�s, majoritairement des bas salaires, principaux concernA�s par le gel de leurs revenus dA� aux 35 heures, de bA�nA�ficier immA�diatement d’une augmentation et d’injecter prA?s d’1,5 milliard d’euros dans l’A�conomie, sans aucun « cadeau » aux entreprises.

Cette premiA?re A�tape devra A?tre suivie dans le temps du passage A� la TVA sociale qui agira positivement sur ce mA?me pouvoir d’achat, mais A�galement sur l’emploi : elle permettra de baisser le coA�t des biens produits en France et d’augmenter celui des biens importA�s, rA�orientant la consommation vers les produits nationaux, mettant un frein relatif aux dA�localisations par un rA�A�quilibrage significatif des coA�ts, et soutenant la production, source de richesse et d’emplois.

Si le dA�but de campagne permet de lancer de nombreux dA�bats, reste A� espA�rer que la dA�magogie des opportunitA�s et contraintes partisanes ne viendra pas, une fois de plus, obA�rer les chances de la France d’aborder un vA�ritable redressement.