Article sur la crAi??ation du Cerf Grand Sud-Ouest

27 juillet, 2010 · Poster un commentaire 

PrAi??sentation de l’Ai??quipe et des ambitions Ai??du Cerf Grand Sud-Ouest. Michel Verneuil, prAi??sident de la nouvelle Ai??structure qui couvre la rAi??gion 05, travaille sur la constitution de listes pour les Ai??lectionsAi??CCI et CMAAi??qui auront lieu Ai??Ai??l’automne (Charente Libre, 27 juillet 2010).

Paper writing service Cheap lady era 100mg When did arimidex go generic

BrA?ve sur la crAi??ation du Cerf Grand Sud-Ouest

27 juillet, 2010 · Poster un commentaire 

Michel Verneuil, chef d’entreprise et Ai??prAi??sident de l’association LAi??on 16,Ai??prend la tA?te duAi?? Cerf Grand Sud-Ouest et prAi??pare dans ceAi??cadre,Ai??les Ai??lections aux chambres de Commerce et chambres des MAi??tiers (Sud Ouest, 27 juillet 2010)

Comprar cialis online argentina Cheap midamor side Cheap lady era 100mg

RA�forme de la reprA�sentativitA� : le monopole s’organise

11 avril, 2008 · Poster un commentaire 

Alors que les discussions entre les partenaires sociaux viennent de sa��achever, le Cerf dA�plore que la question de la reprA�sentativitA� patronale ait A�tA� largement A�ludA�e. Mais que pouvait-on attendre d’une discussion entre des nantis rivA�s A� leurs siA?ges et attachA�s aux privilA?ges qui dA�coulent de leur position dominante ? La discussion sur la reprA�sentativitA� sa��est limitA�e aux « partenaires sociaux », dA�tenteurs lA�gaux du monopole de la reprA�sentation des salariA�s et des patrons.

Le cercle qui sa��est accaparA� la reprA�sentation nationale, n’a pas manquA� d’A�viter tout dialogue avec les autres acteurs sociaux qui, bien souvent, ont fait plus pour leurs mandants, que la reprA�sentation imposA�e et dont le financement est pour le moins obscur… Pourquoi le medef na��a-t-il pas consultA� les organisations indA�pendantes avant da��entamer les discussions avec les syndicats de salariA�s ? Les limites de l’ouverture prA?nA�e par les uns, comme la volontA� affichA�e de faire bouger les lignes promue avec de jolies couleurs par les autres, sont une nouvelle fois atteintes, dA�montrant A� qui en douterait encore que la rA�forme ne saurait venir de l’intA�rieur.

Que dire donc d’une reprA�sentation dans laquelle 92% des FranA�ais ne se reconnaissent pas ?
Que dire d’une reprA�sentativitA� qui ne se soucie pas de la��efficacitA� rA�elle de ses revendications et sa��imagine na��avoir aucun compte A� rendre A� ses adhA�rents ?
Que dire d’une reprA�sentativitA� qui lA�galise les emplois fictifs et vit, A� l’insu des salariA�s et des entreprises, de prA�lA?vements aussi multiples qu’indirects sur l’activitA� et les salaires, que l’on soit adhA�rent ou non ?
Que dire d’une reprA�sentativitA� et de partenaires sociaux qui privent leurs mandants (salariA�s et employeurs) de la libertA� de choix (par exemple, sur les complA�mentaires santA�), et organisent l’inquisition, l’insA�curitA� et la peur, dans les entreprises ?
Que dire da��organisations patronales qui na��ont pas dA�fendu en leur temps le CNE, et donc jouA� de leur pouvoir da��organisation reprA�sentative, pour protA�ger les employeurs menacA�s aujourda��hui par la rA�troactivitA� des lois ?
Tous ces sujets semblent bien loin des prA�occupations de ceux qui ont animA� le « dA�bat », pour mieux se garantir ce qui, de plus en plus, ressemble A� un gA?teau (un de plus) A� se partager entre amis.

Le Cerf demande aujourd’hui que les A�lections professionnelles (CCI, Chambre des MA�tiersa��) se dA�roulent A� la proportionnelle, que les rA�sultats soient pris en compte au mA?me titre que les Pruda��hommes, pour acter la reprA�sentation des patrons et leur donner accA?s aux instances oA? ils devraient siA�ger de plein droit : comment en effet accepter que le Cerf ait par exemple obtenu 40% des voix A� la section commerce du CCI de Lille en 2005 mais que le prA�fet na��ait pas reconnu notre organisation comme reprA�sentative et ne lui ait pas accordA� de siA?ge pendant que da��autres organisations comme le CJD qui na��avaient pas prA�sentA� de candidats siA?gent au Conseil A�conomique et social rA�gional. La rA�forme de la reprA�sentativitA� ne peut ignorer les choix des A�lecteurs.

Les propositions et actions du Cerf ont reA�u plus de 10 000 soutiens individuels en 2007 sur l’ensemble du territoire : quelle autre organisation peut aujourd’hui se prA�valoir d’une telle audience ? Qui peut refuser de reconnaA�tre la place prA�pondA�rante occupA�e par une organisation qui ne vit pas des deniers publics ?

« La rA�forme de la reprA�sentativitA� est le chantier majeur de cette mandature. Tout autre rA�forme sera vaine si celle-ci n’aboutit pas : ce sont les A�curies d’Augias du PrA�sident, » a dA�clarA� HervA� Lambel, vice-prA�sident du Cerf, qui prA�cise « c’est la pierre angulaire du redressement de la France. »

CHAMBRE DES METIERS DE SEINE SAINT-DENIS (93) : VICTOIRE D’UNE NOUVELLE REPRESENTATIVITE

7 décembre, 2005 · Poster un commentaire 

HervA� Lambel, prA�sident des CrA�ateurs d’emplois et de richesse de Paris Ile de France (Cerf), se fA�licite de la victoire des « Artisans de la Seine Saint-Denis », liste d’union, aux A�lections de la Chambre des MA�tiers de la Seine Saint-Denis (93), aprA?s l’invalidation de la prA�cA�dente A�lection.

Outre la nouvelle impulsion qu’elle va donner A� la Chambre des MA�tiers du dA�partement, cette victoire dA�montre la volontA� des indA�pendants, par ailleurs toujours affirmA�e, de participer A� la vie de la citA� en agissant positivement au sein des instances reprA�sentatives et confirme leur mobilisation pour la reprise en main de la dA�fense de leurs intA�rA?ts.

Seule l’union a pu, et pourra, la rendre possible.

Ce rA�sultat emblA�matique marque le point de dA�part d’un nA�cessaire rassemblement des indA�pendants, au-delA� du seul dA�partement de la Seine Saint-Denis : il doit maintenant s’A�tendre A� l’ensemble du territoire pour rendre leur voix A� plus de deux millions de patrons, chefs d’entreprise et entrepreneurs, travaillant dans tous les secteurs d’activitA�, afin qu’ils soient enfin entendus sur les problA?mes qui les concernent et bloquent le dA�veloppement A�conomique et la crA�ation d’emploi en France.

Les prochaines A�chA�ances professionnelles seront, de ce point de vue, une opportunitA� exceptionnelle, tant le devenir de chacun est engagA� dans les rA�formes en cours.

A�

LA CONFIANCE AUX TRAVAILLEURS

24 mai, 2005 · Poster un commentaire 

Louis Lambel, prA�sident des CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf), soutenant la nA�cessaire reconnaissance de ceux qui produisent la richesse, estime insuffisante la lutte contre les dA�faillances d’entreprises, vA�ritable machine A� crA�er de l’exclusion et de la misA?re sociale.

A ceux qui reprochent A� une partie de la France de « ne pas vouloir travailler », pointant au passage l’engagement et la qualitA� du travail d’une main d’A�uvre importA�e d’Europe ou du Maghreb, le Cerf rappelle que les revenus perA�us par cette main d’A�uvre lui permette de caresser le rA?ve de se mettre A� son compte ou d’accA�der A� la propriA�tA� dans leur pays d’origine, ce qui ne sera jamais possible A� un travailleur installA� en France avec le mA?me revenu.

C’est donc bien dans le revenu du travail et les perspectives qu’il offre, en France, que la fracture sociale et le faible dynamisme A�conomique plongent leurs racines profondA�ment et de faA�on durable.

Dans un contexte de forte concurrence et dA�pendance internationale, le Cerf prA�conise l’augmentation du revenu du travail sans peser sur la masse salariale des entreprises et salue toute initiative permettant aux travailleurs de se projeter positivement dans l’avenir.

Cette voie est essentielle pour lutter efficacement contre le chA?mage et permettre au revenu du travail, rA�investi localement, de porter des fruits dans notre A�conomie, afin de garantir la prospA�ritA� par l’emploi.

C’est pourquoi le Cerf propose :

a�?A�La suppression des charges sociales payA�es par les salariA�s de la 35A?me A� la 40A?me heures travaillA�es,
a�?A�L’exonA�ration de l’impA?t sur les revenus de la 35A?me A� la 40A?me heures travaillA�es,
a�?A�Le versement des charges patronales sur des salaires non majorA�s de la 35A?me A� la 40A?me heures travaillA�es pour la solidaritA� aux personnes A?gA�es.

Les entreprises sont nombreuses au savoir-faire insuffisamment exploitA� au niveau international, nous privant de crA�ations d’emplois et de revenus dont nous avons pourtant besoin.

Le Cerf, sur ce terrain, rappelle sa position sur la nA�cessitA� d’une collaboration trA?s A�troite, alors qu’elle est A� ce jour inexistante, entre les Chambres des MA�tiers (nos savoir-faire), et les Chambres de Commerce (nos « vendeurs »), afin de porter nos produits A� la rencontre de leurs clients sur tous les marchA�s.

C’est bien lA� que se trouvent les emplois et les ressources dont nous avons besoin, et non dans la dA�fense molle et dA�passA�e de secteurs sacrifiA�s par le manque de prA�paration de nos reprA�sentants et dirigeants successifs, nous privant des effets bA�nA�fiques de la croissance mondiale.

A�