Alternance : A? milliard pour rien ?

11 février, 2011 · Poster un commentaire 

Le Cerf salue la volontAi?? du chef de lai??i??Etat dai??i??agir pour traiter la question de la formation et du chA?mage des jeunes. Malheureusement, lai??i??effort consenti risque une fois de plus de nai??i??A?tre quai??i??une dAi??pense supplAi??mentaire (nos finances le permettent-elles ?), sans les effets escomptAi??s en retour (lai??i??impatience des jeunes et de notre sociAi??tAi?? peut-elle encore A?tre dAi??Ai??ue ?).

Order tofranil drug
Cheapest paxil

En effet, le volontarisme est impuissant face aux mauvaises mesures prAi??conisAi??es et mises en place par les partenaires sociaux, syndicats et patronat, notamment depuis 2004 et la signature de lai??i??Accord National Interprofessionnel (ANI), dont lai??i??effet a Ai??tAi?? et continue dai??i??A?tre dAi??vastateur : ce sont en effet 200 000 contrats de professionnalisation qui sont perdus chaque annAi??e au dAi??triment des jeunes et des entreprises qui sont de plus en plus nombreuses Ai?? se dAi??tourner dai??i??un dispositif qui avait fait ses preuves, mais que les partenaires sociaux ont rendu illisible, compliquAi??, voire exagAi??rAi??ment cher.

Le Chef de lai??i??Etat a donc raison de vouloir renforcer les efforts Ai?? destination dai??i??une jeunesse dont la nation et les entreprises ont besoin. La solution passe par une simplification du dispositif et la baisse du coAi??t dai??i??embauche, notamment sur la base de ce qui Ai??tait en vigueur avant 2004.

Enfin, conformAi??ment Ai?? toutes les Ai??tudes internationales qui le prAi??conisent, lai??i??effort doit aujourdai??i??hui A?tre portAi?? sur les formations diplA?mantes qui sont les plus efficaces pour lutter contre le chA?mage des jeunes, plutA?t que sur les formations qualifiantes prAi??conisAi??es par les partenaires sociaux et qui ont dAi??montrAi?? leurs limites.

Purchase lasuna food

Ces dispositions doivent A?tre prises de toute urgence, car la campagne de recrutement et de placement des jeunes pour la rentrAi??e prochaine se dAi??roulera Ai?? partir du mois de mars. Les nouvelles dispositions doivent A?tre opAi??rationnelles Ai?? cette date, au risque sinon de rater une vAi??ritable chance Ai?? saisir dans ce dossier, qui semble si important Ai?? quelques mois de lai??i??Ai??chAi??ance des Ai??lections prAi??sidentielles.

Ai??

Suppression des dates de valeur : une brA?che ouverte dans l’organisation abusive des dAi??couverts bancaires

2 novembre, 2009 · Poster un commentaire 

Le Cerf demandait depuis plusieurs annAi??es la suppression des dates de valeur Ai?? l’origine de frais et commissions imposAi??s par les banques. L’ordonnance qui transpose la directive europAi??enne sur les services de paiement, met fin Ai?? des pratiques considAi??rAi??es comme abusives.

Suppression des dates de valeur, dAi??lais d’exAi??cution des ordres de paiement raccourcis, meilleure information sur les contrats de service de paiementai??i?? L’ordonnance 2009-866 sur les services de paiement qui est entrAi??e en vigueur le 1er novembre, rAi??pond Ai?? plusieurs revendications du Cerf. Elle complA?te les mesures dAi??jAi?? prises par le gouvernement pour allAi??ger la trAi??sorerie des entreprises. Cette ordonnance a en effet pour but de protAi??ger les consommateurs et les micro-entreprises Facebook spy, Phone call tracker. c’est-Ai??-dire les TPE ayant un effectif infAi??rieur Ai?? dix personnes et un chiffre d’affaires ou un total du bilan annuel qui n’excA?de pas 2 millions d’euros selon la dAi??finition de la Commission europAi??enne.

S’agissant des dates de valeur, un paiement est aujourd’hui dAi??bitAi?? sur un compte Ai?? J-1, il est crAi??ditAi?? Ai?? J+2 de sorte qu’il est courant qu’une une entreprise comme un particulier se retrouvent avec un compte dAi??biteur et doivent payer des agios et des commissions d’intervention. L’ordonnance qui transpose la directive europAi??enne sur les services de paiement supprime donc ces dates de valeurs. De plus, les dAi??lais d’exAi??cution des ordres de paiement ont Ai??tAi?? raccourcis : « Le montant de lai??i??opAi??ration de paiement est crAi??ditAi?? sur le compte du prestataire de services de paiement du bAi??nAi??ficiaire au plus tard Ai?? la fin du premier jour ouvrable suivant le moment de rAi??ception de lai??i??ordre de paiement ».

Cependant, si ce texte reprAi??sente une avancAi??e rAi??elle, les chA?ques n’entrent pas dans son champ d’application. Or c’est justement via ce mode de rA?glement que les banques organisent le dAi??couvert de leurs clients Buy essays Buy skunk seeds with paypal – particuliers comme entreprises – et leur facturent trA?s cher leur intervention et le crAi??dit crAi??Ai?? artificiellement. Ce sont autant le pouvoir d’achat des particuliers que la trAi??sorerie des entreprises qui sont ponctionnAi??s abusivement sans aucune crAi??ation de valeur ou service rAi??el : c’est bien Ai?? une forme de parasitisme que les clients des banques sont ainsi soumis.

Si le Cerf se fAi??licite donc de ce premier recadrage des banques, il demande l’extension, dans les plus brefs dAi??lais, de la suppression des dates de valeur aux rA?glements effectuAi??s par chA?que. De plus, les banques et Ai??tablissements de paiement ont jusqu’Ai?? mai 2010 pour se mettre en rA?gle avec ces nouvelles dispositions qui agiront positivement sur le pouvoir d’achat et la trAi??sorerie des entreprises : le Cerf restera attentif aux conditions d’application de cette directive et continuera de lutter contre la floraison incessante de nouveaux frais bancaires dAi??connectAi??s de tout nouveau service.

Je vote pour la suppression des dates de valeur sur les chA?ques

CNE : TPE en otage

31 août, 2005 · Poster un commentaire 

Louis Lambel, PrA�sident des CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf) dA�nonce les pratiques des syndicats agissant contre l’emploi. En annonA�ant les recours qu’ils ont introduits contre le Contrat Nouvel Embauche, les syndicats de salariA�s ne cachent pas leur volontA� de mettre une pression sur les employeurs, en voulant leur faire courir le risque de l’illA�galitA� des contrats qu’ils auraient pu contracter et en particulier des licenciements effectuA�s dans ce cadre lA�gal, pouvant les conduire A� des condamnations sA�vA?res et dommageables pour les entreprises.

Alors que jusqu’alors les syndicats s’en cachaient, ils affichent aujourd’hui clairement la mA�thode qui consiste A� prendre les entreprises en otage, en particulier les plus petites et plus fragiles d’entre elles.

La dA�marche est dommageable, mais comprA�hensible de la part d’organisations qui ne connaissent rien A� la rA�alitA� de l’emploi et de la situation A�conomique dans les TrA?s Petites Entreprises et qui ne peuvent prA�tendre A� une quelconque reprA�sentativitA� dans les entreprises de 0 A� 10 salariA�s, les plus nombreuses concernA�es par la mesure.