La rigueur : enfin !

19 juillet, 2010 · Poster un commentaire 

Order lady era review Price of generic alesse Non, les patrons ne demandent pas plus de contraintes, au contraire. Mais ils ne peuvent que se fAi??liciter quand lai??i??exAi??cutif fait preuve de rAi??alisme : si le premier pas est souvent coAi??teux, il est Ai??galement celui, dans un constat courageux, qui permet de regarder une situation en face et de prendre les dAi??cisions qui sai??i??imposent.

DAi??jAi?? au mois de mars 2009, le Cerf titrait  » Cheap risperdal risperidone La reprise en 2010 est utopique ! » et Ai??tait la seule organisation Ai?? dAi??mentir les experts qui annonAi??aient la relance pour 2010. PrA?s dai??i??un an et demi aprA?s, ces mA?mes experts reviennent sur leurs prAi??visions, revoient les perspectives de croissance Ai?? la baisse, prAi??sageant dai??i??un avenir toujours sombre sur le plan des dAi??faillances dai??i??entreprises et du chA?mage. Le Cerf avait Ai??galement interpelAi?? les RAi??gions sur leur action face Ai?? la criseai??i?? La derniA?re Ai??tude de lai??i??AdCF et de la Caisse des DAi??pA?ts confirme malheureusement lai??i??effet de propagation progressive de la crise Ai?? la quasi-totalitAi?? du territoire : ce nai??i??est quai??i??aprA?s le passage de lai??i??onde de choc pour lai??i??instant encore silencieuse que lai??i??on pourra mesurer lai??i??effet de la dAi??flagration de la crise sur lai??i??Ai??conomieai??i?? Les faits sont tA?tus, qui finissent par briser les cathAi??drales de prAi??visions aussi optimistes quai??i??illusoires, parce que construites sur du sable. Lai??i??Ai??conomie rAi??elle se mesure dans les entreprises avant de se traduire sur le plan de la macro Ai??conomie ou de lai??i??Ai??conomie des Etats.

FranAi??ois Fillon a donc eu raison de lA?cher le mot que de mauvais conseillers soufflaient Ai?? lai??i??exAi??cutif de ne pas employer : sans rAi??alisme, pas de pragmatisme. La solution, il nai??i??y en a quai??i??une, passe par la croissance. Et une croissance forte. Laquelle nai??i??est possible que si les entreprises ne se lancent pas Ai?? corps perdu dans des innovations ou des investissements hasardeux, mais mettent en place les projets gAi??nAi??rateurs de cash, le seul capable de faire tourner la machine et qui fait cruellement dAi??faut. Quai??i??il sai??i??agisse de crAi??dit court ou moyen terme pour financer lai??i??activitAi??, ou de baisse des prAi??lA?vements, qui plombent la compAi??titivitAi?? et la capacitAi?? dai??i??ajustement aux changements de lai??i??environnement Ai??conomique, commercial et concurrentiel, la question rAi??elle est bien celle de la circulation des liquiditAi??s afin dai??i??alimenter le cycle de la crAi??ation de richesses : vendre, pour faire rentrer les liquiditAi??s, puis rAi??injecter, pour assurer le dAi??veloppement de lai??i??entreprise (investissements, salaires, dividendes). La machine est en panne depuis trop longtemps, il faut la rAi??amorcer.

Les entreprises comptent des milliers de projets qui ne voient pas le jour, non pas faute de marchAi??s, mais faute de moyens humains, organisationnels, techniquesai??i?? En fait, et toujours, de financements.

La rigueur ne peut donc A?tre autre chose, Ai?? travers les efforts demandAi??s Ai?? chacun, quai??i??une mobilisation nationale, afin de redonner lai??i??impulsion suffisante et durable Ai?? la croissance. Il faut que chacun en soit convaincu.

Lai??i??Etat doit poursuivre la rAi??duction de ses coAi??ts, la baisse des prAi??lA?vements et la simplification.
Ai??
Les banques, bien sAi??r, doivent financer les entreprises et prendre le relais dai??i??un crAi??dit interentreprises en rAi??duction pour cause de loi sur les dAi??lais de paiement. Les mA?mes banques doivent changer drastiquement leur politique de frais bancaires vis-Ai??-vis des petites entreprises, laquelle sai??i??avA?re confiscatoire et prAi??judiciable Ai?? lai??i??ensemble de lai??i??Ai??conomie.

Les partenaires sociaux doivent se mobiliser pour permettre un retour Ai?? lai??i??emploi rapide en soutien de la relance : ils ne doivent plus faire obstacle Ai?? la proposition du Cerf qui permettrait que de nouveaux emplois en CDI viennent en diminution des charges Ai?? payer, augmentant la contribution travail pour la relance, permettant de baisser la pression sur certaines catAi??gories de travailleurs et maintenant la masse salariale Ai?? un niveau supportable (premier frein Ai?? la crAi??ation dai??i??emploi en pAi??riode dai??i??Ai??conomies).

Lai??i??Ai??nergie dai??i??un pays comme le nA?tre permet dai??i??espAi??rer, tant chacun est convaincu des atouts qui sont les nA?tres, Ai?? condition de dAi??cider de lever les freins qui ne relA?vent ni dai??i??une malAi??diction, ni de la concurrence internationale, mais trop souvent dai??i??une partie de ceux censAi??s reprAi??senter les FranAi??ais auprA?s des dAi??cideurs politiques.

Je vote pour une mobilisation nationale

Travail de sape des banques : mobilisons-nous !

12 février, 2010 · Poster un commentaire 

Une rAi??union de plus Ai?? Bercy pour rien ou presque. Les dirigeants des cinq principaux rAi??seaux bancaires Ai??taient convoquAi??s par Christine Lagarde pour faire un bilan des engagements de crAi??dit Ai?? lai??i??Ai??conomie en 2009. Une fois encore, les banquiers ont tentAi?? de justifier le recul des encours de crAi??dit aux entreprises. Une fois encore, ces banques se disent prA?tes Ai?? augmenter les crAi??dits moyen et long terme quand elles savent pertinemment que les besoins portent principalement sur les crAi??dits de trAi??sorerie… Une fois encore, les banquiers nai??i??ont pas fait de propositions pour augmenter les encours des crAi??dits court terme. Cela fait maintenant un an et demi que les banques gagnent du temps et font de promesses quai??i??elles ne tiendront pas pour Ai??viter des mesures contraignantes.

En attendant, les conseilleurs clientA?le continuent de supprimer les autorisations de dAi??couvert et Ai?? retirer les moyens de paiement des TPE. En attendant, ce sont des milliers dai??i??entreprises viables qui disparaissent faute de liquiditAi??s pour financer lai??i??activitAi??. En attendant, cai??i??est en moyenne quatre chA?meurs supplAi??mentaires par entreprise en faillite. En attendant, cai??i??est une chute des rentrAi??es fiscales et sociales et un creusement des dAi??ficits publics. Et au bout du compte, cai??i??est la note de la France qui risque dai??i??A?tre dAi??gradAi??e : le gouvernement serait alors sous une double pression ai??i?? celle des marchAi??s et celles de Bruxelles – qui aura des consAi??quences directes et immAi??diates sur le porte-monnaie de tous les FranAi??ais.

Maintenant, Ai??a suffit. Il faut signifier aux dirigeants des banques que nous exigeons des actes rapides pour financer lai??i??activitAi?? et pour ne plus ponctionner le pouvoir dai??i??achat des entreprises et des mAi??nages par des frais bancaires abusifs. Comment faire ? Seule une mobilisation citoyenne permettra de faire plier les banques. Order levlen cheap Ginette-35 cheap Cai??i??est pourquoi le Cerf et la Fnacab ont mis en place une pAi??tition pour un droit au crAi??dit opposable et contre les abus bancaires. Snapchat spy, Spy on iphone. Il suffit que chaque personne qui signe la pAi??tition la relaie Ai?? sa famille, ses amis et Ai?? ses collA?gues pour faire dai??i??un succA?s dai??i??estime, un succA?s populaire. Il faut faire monter la pression avant la rAi??union des banquiers Ai?? lai??i??ElysAi??e prAi??vue au mois de mars. Agissons maintenant !

SIGNEZ ET FAITES CIRCULER LA PETITION

Financement des TPE-PME : les banques restent maAi??tre du jeu

9 février, 2010 · Poster un commentaire 

Lai??i??argent des traders pour financer les PME ? Cai??i??est le plan imaginAi?? par le gouvernement. Christine Lagarde a fait voter un amendement au collectif budgAi??taireAi?? pour affecter le produit de la taxe sur les bonus des traders Ai?? OsAi??o : une manne de 360 millions dai??i??euros qui viendra en rAi??alitAi?? financer les moyens supplAi??mentaires dAi??jAi?? accordAi??s Ai?? lai??i??organisme public dans le cadre du Grand emprunt. Il faut cependant se rAi??jouir quai??i??OsAi??o ait accompagnAi?? 80 000 entreprises en 2009 (+28% par rapport Ai?? 2008). Son action a permis aux entreprises dai??i??obtenir au total 25 milliards dai??i??euros de financements. CA?tAi?? trAi??sorerie, 3,6 milliards de concours bancaires ont Ai??tAi?? garantis (15 000 entreprises) et 7 milliards dai??i??euros de crAi??ances ont Ai??tAi?? financAi??es (6 000).

NAi??anmoins, le Cerf dAi??nonce dA?s sa mise en place fin 2008, un dispositif de financement qui nuit gravement Ai?? lai??i??efficacitAi?? de celle que lai??i??on nomme parfois « la banque des PME » : en effet, ce sont les banques qui dAi??cident d’instruire les demandes de renforcement de la trAi??sorerie d’une entreprise auprA?s d’OsAi??o. Or beaucoup dai??i??Ai??tablissements de crAi??dit refusent, sans raison effective en lien avec la situation de l’entreprise. Cai??i??est pourquoi le Cerf demande depuis un an et demi que les patrons puissent sai??i??adresser directement Ai?? OsAi??o : en effet, 50% des entreprises qui ont bAi??nAi??ficiAi?? dai??i??un renforcement de leur trAi??sorerie entre fin 2008 et juin 2009, dAi??clarent qu’elles ont ainsi Ai??tAi?? prAi??servAi??es de la failliteai??i?? Combien dai??i??autres nai??i??ont pas eu la chance dai??i??accAi??der aux mesures OsAi??o ? Combien de milliers d’emplois ont ainsi Ai??tAi?? dAi??truits ?

DA?s la rentrAi??e 2008, le Cerf nai??i??a eu de cesse de dAi??noncer ces banques qui avaient coupAi?? le robinet Ai?? liquiditAi??s et Ai??taient responsables de milliers de dAi??faillances dai??i??entreprises. En janvier 2009, le Cerf a dressAi?? un premier bilan du plan de soutien au financement des PME et a confirmAi?? que les banques avaient resserrAi?? le crAi??dit court terme. En septembre 2009, le Cerf a envoyAi?? Ai?? lai??i??ElysAi??e, Matignon et Bercy, des tAi??moignages de patrons lA?chAi??s par leur banque : certains ne savaient mA?me plus comment ils allaient honorer leurs commandes faute dai??i??argent pour financer leur activitAi??. HAi??las, le message du Cerf est brouillAi?? depuis le dAi??but de la crise financiA?re par des organisations patronales qui ont minimisAi?? voire niAi?? la crise du crAi??dit. Le Cerf a donc finalement dAi??cidAi?? de forcer le changement, en lanAi??ant avec lai??i??association de consommateurs la Fnacab, une pAi??tition contre les abus bancaires et le droit au crAi??dit opposable.
Que devient la pAi??tition ?

Mise en ligne le 2 fAi??vrier, la pAi??tition a recueilli plus de 2500 signatures internet et courrier en quelques jours. Un trA?s bon score pour une action lancAi??e sans relais mAi??diatique, mais encore insuffisant pour espAi??rer obtenir des avancAi??es concrA?tes pour les entreprises et les mAi??nages. Il faut maintenant crAi??er un effet boule de neige. Comment y parvenir ? En faisant circuler cette pAi??tition le plus largement possible : en effet, il suffit que chaque destinataire de ce communiquAi?? transfA?re le lien – http://www.petition-contre-les-abus-bancaires.org/petition/Ai??- Ai?? ses connaissances pour quai??i??elles signent et fassent signer Ai?? leur tour la pAi??tition. Les banques ne craignent rien plus que la communication nAi??gative sur leur image.

Costco pharmacy topamax Lady era over the counter Dipyridamole delivery

Le Cerf approuve les orientations prises par le chef de l’Etat mais rAi??clame une amplification des rAi??formes

7 janvier, 2010 · Poster un commentaire 

« Le prAi??sident de la RAi??publique a fait de la rAi??habilitation du travail une de ses prioritAi??s », sai??i??estAi?? rAi??joui HervAi?? lambel, vice-prAi??sident et porte-parole du Cerf, « Les CrAi??ateurs qui sont Ai?? lai??i??origine de la rAi??forme sur les heures supplAi??mentaires mise en place fin 2007, ne peuvent quai??i??approuver cette orientation. Seul le travail permet de crAi??er de lai??i??activitAi?? et de lai??i??emploi qui profitent Ai?? tous ». « Travailler plus pour gagner plus » nai??i??est pas seulement un slogan imaginAi?? par le Cerf, mais une rAi??alitAi?? pour les 5,5 millions de salariAi??s qui avant la crise ont vu leur revenu augmenter en moyenne de 150 euros par mois. Le Cerf souhaite donc que les charges qui pA?sent sur le travail et donc sur la croissance, soient fortement diminuAi??es : les CrAi??ateurs plaident pour quai??i??une partie de ces charges sociales soient transfAi??rAi??es sur une taxe sur la consommation des produits fabriquAi??s en France comme Ai?? lai??i??Ai??tranger. « Taxer la consommation plutA?t que la production est un bon moyen de rAi??habiliter le travail », a expliquAi?? HervAi?? Lambel.

Le Cerf salue Ai??galement la volontAi?? rAi??affirmAi??e du prAi??sident de la RAi??publique de ne pas augmenter les impA?ts qui pA?sent sur les entreprises et les mAi??nages. « La rAi??ussite du statut dai??i??auto-entrepreneur mis en place il y a un an montre que des charges allAi??gAi??es ont un effet positif sur la crAi??ation dai??i??entreprises », a expliquAi?? HervAi?? Lambel, « il faut maintenant tirer les consAi??quences de ce phAi??nomA?ne pour rAi??former la fiscalitAi?? des TPE sinon nous nai??i??Ai??viterons pas les effets de seuil et les effets des distorsions de concurrence avec les professionnels qui ne bAi??nAi??ficient pas de ce rAi??gime allAi??gAi?? ». Au-delAi??, le Cerf plaide depuis sa crAi??ation en 2003, pour un rAi??gime social et fiscal qui soit plus adaptAi?? Ai?? des TPE qui reprAi??sentent 95% des entreprises en France.

Le Cerf regrette que le chef de lai??i??Etat nai??i??ait pas abordAi?? dans ses voeux aux forces Ai??conomiques, les problA?mes de financements rencontrAi??s par les TPE-PME : les CrAi??ateurs demandent toujours au gouvernement dai??i??encadrer lai??i??activitAi?? de banques qui ont bAi??nAi??ficiAi?? du soutien de lai??i??Etat mais qui nai??i??ont pas tenu leurs engagements dai??i??encours de crAi??dit en 2009. « Le succA?s du MAi??diateur du crAi??dit prouve que les banques ne financent pas lai??i??activitAi?? et ont resserrAi?? le crAi??dit court terme » a dAi??plorAi?? HervAi?? Lambel, « Le Cerf insiste depuis le dAi??but de la crise sur la nAi??cessitAi?? vitale de continuer Ai?? financer la trAi??sorerie des TPE-PME. Sans couverture des besoins en fonds de roulement, ce sont des milliers dai??i??entreprises qui disparaissent alors quai??i??elles sont viablesai??i?? »

« Pour aller au bout des rAi??formes, le chef de lai??i??Etat doit prendre conscience que cela passe obligatoirement par lai??i??achA?vement de la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi??« , a dAi??clarAi?? HervAi?? Lambel, « en effet, tant que les patrons de TPE seront mal reprAi??sentAi??s au sein des organisations patronales, leurs difficultAi??s quotidiennes ne seront pas prises en compte par le gouvernement ». Par exemple,Ai?? « Il a fallu attendre que la Banque de France publie fin 2009 les chiffres des crAi??dits de trAi??sorerie pour que la CGPME sai??i??inquiA?te de la chute des crAi??dits court terme. Il avait suffi au Cerf dai??i??Ai??couter et de lire les tAi??moignages des patrons qui lui parvenaient pour savoir que les banques Ai??taient en train de supprimer les autorisations de dAi??couvert et de couper le robinet Ai?? liquiditAi??s. Si le Cerf avait Ai??tAi?? Ai??coutAi?? plus tA?t quand nous tirions la sonnette dai??i??alarme dA?s dAi??but 2008, la Banque de France aurait pu alerter le gouvernement et nous aurions pu Ai??viter des milliers de dAi??faillances dai??i??entreprises et plus encore dai??i??emplois dAi??truits », a regrettAi?? HervAi?? Lambel. How much lady era Purchase lady era review Buying cannabis seeds legal in uk

AssA?chement des crAi??dits de trAi??sorerie : la sortie de crise s’assombrit

30 novembre, 2009 · Poster un commentaire 

Les alertes sur le crAi??dit court terme se succA?dent et rien ne change. La Banque de France vient dai??i??annoncer une baisse globale des crAi??dits bancaires aux entreprises (non financiA?res) en octobre sur un an, et ce pour le deuxiA?me mois consAi??cutif. Cai??i??est toujours la contraction des encours de crAi??dit de trAi??sorerie (-15,6% contre -14% le mois prAi??cAi??dent) qui demeure le plus spectaculaire et le plus inquiAi??tant. Les crAi??dits Ai?? lai??i??investissement restent orientAi??s Ai?? la hausse mA?me sai??i??il faut noter un ralentissement (+3,6% contre +4,7%). Il y a plus dai??i??un an, le Cerf titrait dAi??jAi?? : « Soutien des banques aux TPE : foutaises ». Et constatait que celles-ci avaient resserrAi?? le crAi??dit court terme et notamment supprimAi?? les facilitAi??s de caisse. « Un patron qui ne peut financer son quotidien, ne pense plus Ai?? des investissements » rappelle HervAi?? Lambel, porte-parole du Cerf.

Les consAi??quences Ai??conomiques et sociales de la suppression des financements de trAi??sorerie sont connues : un nombre record de dAi??faillances dai??i??entreprises Ai??tabli Ai?? 66 000 sur les douze derniers mois (+24%) selon Coface et 509 000 chA?meurs de plus en un an (+25,1%). Il faudra des annAi??es avant que les entreprises qui ont disparu soient remplacAi??es par dai??i??autres qui fournissent le mA?me niveau dai??i??activitAi?? et dai??i??emploi. Avoir laissAi?? disparaAi??tre ces TPE-PME simplement parce quai??i??il leur manquait quelques milliers dai??i??euros en caisse, cai??i??est avoir gaspillAi?? nos chances dai??i??une reprise rapide. Les banques auront donc une part criante de responsabilitAi?? dans le niveau faible de croissance des prochaines annAi??es dai??i??autant que lai??i??efficacitAi?? du plan de relance aura Ai??tAi?? entravAi??e par leur absence de soutien Ai?? lai??i??Ai??conomie rAi??elle comme elles sai??i??y Ai??taient pourtant engagAi??es. Depuis des mois, le Cerf demande que la prioritAi?? soit mise sur la trAi??sorerie car sans financement de lai??i??activitAi??, pas dai??i??entreprises Best cannabis seeds bank Where to buy stromectol online Cost of zanaflex without insurance .

Les syndicats et organisations patronales ont Ai??galement leur part de responsabilitAi?? dans ce naufrage : ni les uns, ni les autres nai??i??ont anticipAi?? les effets de la crise financiA?re sur lai??i??Ai??conomie, ni alertAi?? sur ce problA?me essentiel du financement de l’activitAi?? quotidienne, donc de la trAi??sorerie. Les banques ont ainsi eu les mains libres pour couper le robinet du crAi??dit sans que cela dAi??clenche leur hostilitAi??. Une fois la rAi??cession installAi??e, les syndicats, trop occupAi??s par la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi?? et le sort qui leur sera rAi??servAi??, ont ressorti leurs vieux slogans et leurs banderoles ignorant que cai??i??est en dAi??fendant lai??i??activitAi?? et les entreprises que lai??i??on dAi??fend le mieux les emplois et le pouvoir dai??i??achat. Quant aux organisations patronales, elles ont longtemps niAi?? lai??i??impact du resserrement du crAi??dit sur le quotidien des TPE-PME : il Ai??tait alors de bon ton de discourir sur la baisse du carnet de commandes et le besoin en fonds propres, ignorant que cai??i??est le manque de liquiditAi??s qui empA?che justement ces entreprises de consommer, donc de remplir ces fameux carnets de commande, et de financer lai??i??augmentation des fonds propresai??i??

FranAi??ois Fillon se distingue des banques : le Cerf applaudit

18 septembre, 2009 · Poster un commentaire 

« Nous allons consolider l’offre de crAi??dit sur le court terme » a dAi??clarAi?? hier le Premier ministre. FranAi??ois Fillon a annoncAi?? que le gouvernement allait « prolonger sur 2010 les produits dai??i??OsAi??o crAi??Ai??s dans le cadre du plan de relance, ainsi que la garantie des crAi??dits bancaires de court terme ». Le Cerf se fAi??licite de la dAi??cision du Premier ministre : « FranAi??ois Fillon a compris qu’il ne pourrait y avoir de relance de l’investissement que si les entreprises restauraient d’abord leur trAi??sorerie » s’est rAi??joui HervAi?? Lambel, vice-prAi??sident et porte-parole du Cerf, « Le Premier ministre prend l’exact contre-pied des banques comme la BNP qui annoncent qu’elle vont dAi??bloquer de l’argent pour des crAi??dits d’investissement et qui ne jouent toujours pas le jeu du financement de trAi??sorerie ! »

Le Cerf se fAi??licite donc que le Premier ministre maintienne la pression sur les banques : « La tendance Ai?? la diminution des crAi??dits de trAi??sorerie doit A?tre inversAi??e (ai??i??) J’ai aussi demandAi?? au ministre de l’Economie d’A?tre particuliA?rement vigilant sur une rAi??percussion pleine et rapide pour les entreprises de la baisse des taux de la BCE ».Ai?? Cette pression est d’autant plus nAi??cessaire que les derniA?res prAi??visions de croissance pour 2010 restent Ai?? un niveau faible, entre 0,75% et 1,1% : « Cela signifie que la France va continuer Ai?? dAi??truire massivement des entreprises et des emplois » explique HervAi?? Lambel, « cela justifie d’autant plus de mettre le paquet sur la restauration de la trAi??sorerie des entreprises. On ne prAi??pare pas l’avenir avec des entreprises qui sont privAi??es des moyens de financer leur activitAi?? ! »
Cheap tofranil tablets Lasuna buy

Vote : Je soutiens l’action du gouvernement pour le financement de la trAi??sorerie et pour la sanction des banques

Order sarafem coupons

BNP Paribas, la banque qui se moque du monde

17 septembre, 2009 · Poster un commentaire 

Avec « 5 milliards d’euros de crAi??dit Ai?? l’investissement pour 40 000 projets », le PDG de BNP Paribas, Baudouin Prot, affirme s’engager pour le financement des PME, artisans et commerAi??ants. A l’image des annonces des banques depuis un an sur l’utilisation des fonds dAi??bloquAi??s par l’Etat pour le financement des TPE et des PME, « l’offre » de la BNP tombe pile Ai?? cA?tAi?? des besoins des entreprises et donc de l’objectif fixAi?? par le chef de l’Etat.

« Depuis plus d’un an, les banques ont massacrAi?? les petites entreprises en supprimant les financements de trAi??sorerie, donc les financements court terme. Annoncer aujourd’hui que l’on dAi??bloque de l’argent pour des crAi??dits d’investissement, donc des financements moyen-long terme, c’est se moquer du monde ! », a dAi??clarAi?? HervAi?? Lambel, vice-prAi??sident et porte-parole du Cerf avant de demander « OA? en sommes-nous du financement de la trAi??sorerie des entreprises, dont la rarAi??faction depuis le dAi??but 2008 est la principale cause de l’actuelle crise Ai??conomique ? » Comment le PDG de BNP Paribas peut-il croire que les TPE, 95% des entreprises en France, pourront monter des projets d’investissement de 125 000 euros, soit plus du quart de leur chiffre d’affaires moyen (400 000 euros). Que reprAi??sentent 40 000 projets Ai?? financer par rapport aux besoins des 500 000 comptes professionnels domiciliAi??s Ai?? la BNP ?

Le tout nouveau prAi??sident de la FAi??dAi??ration bancaire franAi??aise, Baudouin Prot, a annoncAi?? hier que les dirigeants des principales banques franAi??aises iraient dans les prochaines semaines, Ai?? la rencontre des chefs d’entreprise dans les rAi??gions. « Les patrons n’ont pas besoin de dirigeants de banques qui font du tourisme. Si les banquiers, qui disposent d’outils de reporting trA?s performants, doivent rencontrer maintenant les patrons pour connaAi??tre leurs besoins et savoir ce qui se passe dans leurs Ai??tablissements, alors la crise bancaire n’est pas derriA?re nous, mais devant ! » a commentAi?? HervAi?? Lambel. Le communiquAi?? de la FAi??dAi??ration assure que « chacun des dirigeants Ai??coutera et rAi??pondra sur les thA?mes qui intAi??ressent les PME (accA?s au crAi??dit, gestion de trAi??sorerie, haut de bilan, crAi??ation, transmission, financement de l’innovation ou de l’exportai??i??). » Le Cerf invite donc tous les chefs d’entreprises Ai?? profiter de l’occasion pour prendre la parole Ai?? ces rAi??unions et exposer leur cas. AprA?s avoir coupAi?? le robinet Ai?? liquiditAi??s, les banques lancent une opAi??ration sAi??duction, les patrons de TPE qui ne savent plus comment financer leur activitAi??, apprAi??cieront. Order alavert coupons Dipyridamole generic price Buy generic zanaflex no prescription