Frais bancaires : le Cerf entendu, maisai??i??

23 mars, 2010 · Poster un commentaire 

A force dai??i??en parler, le gouvernement a fini par se saisir du dossier des abus bancaires. Le Cerf a largement contribuAi?? Ai?? cette prise de conscience dai??i??abord par des communications en direction de lai??i??exAi??cutif puis par une pAi??tition et un site web Sale phenergan . Les CrAi??ateurs se fAi??licitent donc que la ministre de lai??i??Economie ait commandAi?? un rapport sur les prix des produits et services bancaires. Christine Lagarde constate que les consommateurs ont trois types de rAi??clamations : les frais en cascade facturAi??s en cas de dAi??couvert qui finissent par dAi??passer le taux dai??i??usure ; les services autrefois gratuits devenus payants et les « packs », ces forfaits mensuels payAi??s pour un ensemble de services dont le client nai??i??a pas lai??i??utilitAi??. Dans sa pAi??tition, le Cerf demande, notamment, la gratuitAi?? sur la gestion du compte et la suppression des dates de valeurs sur les chA?ques. Depuis sa crAi??ation en 2003, le Cerf ne cesse de dAi??noncer des pratiques qui consistent Ai?? prAi??lever, sur les comptes courants, des frais abusifs qui grA?vent le pouvoir dai??i??achat des mAi??nages comme celui des entreprises, un concept dAi??veloppAi?? par le Cerf et repris par le prAi??sident de lai??i??Observatoire des dAi??lais de paiement, Jean-Paul BetbA?ze dans un article en 2007.

Le Cerf reste cependant prudent sur les conclusions Ai?? venir de ce rapport et les recommandations qui seront prAi??conisAi??es car la ministre de lai??i??Economie a confiAi?? ce diagnostic Ai?? lai??i??ancien prAi??sident de la FAi??dAi??ration bancaire franAi??aise (FBF) et ancien directeur gAi??nAi??ral de CrAi??dit Agricole SA, Georges Pauget. Certes, celui-ci travaillera avec le prAi??sident du ComitAi?? consultatif du secteur financier, Emmanuel Constans mais il nai??i??en demeure pas moins que lai??i??ex-homme fort du secteur nai??i??est pas la personne la mieux placAi??e pour juger des abus en matiA?re de facturation des produits et services puisquai??i??il Ai??tait encore rAi??cemment Ai?? la tA?te dai??i??un systA?me quai??i??il nai??i??a jamais remis en cause et quai??i??il a mA?me encouragAi?? et protAi??gAi?? pendant la crise.

En 2008, Georges Pauget affirme dai??i??abord qu’il n’y a pas de resserrement du crAi??dit, il sera dAi??menti par la Banque de France qui constate en particulier un fort recul des crAi??dits de trAi??sorerie. Alors que le gouvernement confie aux banques 17 milliards d’Euros pour prA?ter aux PME Ai?? lai??i??automne 2008, Georges Pauget tente de vendre lai??i??affacturage comme une solution de financement : seulement 5% des entreprises peuvent y avoir recours, sans mA?me parler du rAi??trAi??cissement de la marge qu’elles ont alors Ai?? subir… Lors de son audition devant la Commission des Affaires Ai??conomiques de lai??i??AssemblAi??e en janvier 2009, Georges Pauget reconnaAi??t tout juste « quelque dAi??fauts de fabrication » et dAi??clare devant les dAi??putAi??s : « Le systA?me bancaire franAi??ais est efficient ». Or la MAi??diation du crAi??dit traite prA?s de 1000 nouveaux dossiers par mois, au total plus de 22 000 entreprises Ai?? ce jour ont initialement essuyAi?? un refus de vente. Enfin, en fAi??vrier 2010, son successeur Ai?? la FBF, Baudouin Prot reste sur la ligne Pauget : les banques franAi??aises, pressAi??es dai??i??agir par le gouvernement, promettent dai??i??injecter 38 milliards dai??i??euros supplAi??mentaires pour financer des crAi??dits dai??i??investissement alors que les besoins des TPE-PME portent principalement sur la trAi??sorerie, les banques prAi??fA?rent gAi??rer les dAi??couverts qui gAi??nA?rent des frais bancaires lucratifs et qui pAi??nalisent lai??i??activitAi?? des entreprises.

Reste Ai?? savoir si Georges Pauget va continuer Ai?? dAi??fendre le secteur bancaire ou sai??i??il va dAi??sormais travailler dans lai??i??intAi??rA?t des entreprises. Le Cerf attend donc avec impatience les conclusions de ce rapport qui devrait A?tre remis Ai?? Christine Lagarde au mois de juin. D’ici lAi??, le Cerf continue de plaider dans sa pAi??tition pour une modification en profondeur des pratiques bancaires et rAi??clame notamment que lai??i??on remette de la concurrence entre les banques car seule une Ai??mulation entre les diffAi??rents Ai??tablissements permettrait de faire baisser mAi??caniquement les tarifsai??i??

SIGNEZ ET FAITES CIRCULER LA PETITION
Purchase cialis propecia

Benefits of synthroid vs generic

Banquiers-syndicats : de la com’, toujours de la com’

1 février, 2010 · Poster un commentaire 

Petits patrons, rassurez-vous, la CGPME et la FAi??dAi??ration bancaire franAi??aise (FBF) ont dAi??cidAi?? d’amAi??liorer la situation financiA?re des TPE. AprA?s un rendez-vous avec le prAi??sident de la FBF, le prAi??sident de la CGPME avait mA?me multipliAi?? les interventions dans les mAi??dias et promis des annonces rapides sur les crAi??dits de trAi??sorerie. Comme Ai?? chaque fois que les banques font leur comai??i??, la montagne a accouchAi?? dai??i??une souris : le communiquAi?? du 27 janvier de la FBF indique que les annonces viendront ultAi??rieurement pour une application au plus tard fin avril 2010, soit exactement deux ans aprA?s l’alerte lancAi??e par le Cerf sur le resserrement du crAi??dit et la nAi??cessitAi?? dai??i??agir sur la trAi??sorerie !

Selon le communiquAi?? de la FBF, « chaque banque va annoncer, pour ce qui la concerne, un dispositif en faveur des TPE » : cai??i??est une nouvelle preuve que les crAi??dits de trAi??sorerie ne sont pas et nai??i??ont jamais Ai??tAi?? une prioritAi?? de banques qui ont au contraire supprimAi?? les facilitAi??s de caisse de leurs clients dA?s la rentrAi??e 2008. En rAi??alitAi??, les patrons ne rAi??clament pas un dispositif particulier mais seulement de pouvoir bAi??nAi??ficier de crAi??dits court terme qui couvrent leurs besoins en fonds de roulement : dai??i??ailleurs, le dernier baromA?tre Fiducial indique que 41% des TPE qui ont une autorisation de dAi??couvert, ont besoin dai??i??une ligne de crAi??dit pour financer leur activitAi??. En attendant, ce sont des milliers dai??i??entreprises qui ont disparu, des milliers d’autres qui vont disparaAi??tre faute de liquiditAi??s.

La FBF sai??i??est contentAi??e dai??i??indiquer dans ce mA?me communiquAi?? que les banques franAi??aises allaient « clarifier le processus de dAi??cision dai??i??octroi de crAi??dit et mieux informer les chefs dai??i??entreprises sur le dAi??lai de rAi??ponse » ! Cette annonce du prAi??sident de la FBF, Baudoin Prot, a Ai??tAi?? faite au cours dai??i??une confAi??rence de presse organisAi??e par la CGPME et KPMG Ai?? lai??i??occasion de la publication de la 4e Ai??dition de leur baromA?tre : il en ressort notamment que « 30% des PME sont confrontAi??es Ai?? un allongement des dAi??lais dai??i??acceptation de leurs demandes ». En sai??i??associant le temps dai??i??une communication avec la CGPME, les banques franAi??aises entretiennent ainsi lai??i??illusion dai??i??A?tre Ai?? lai??i??Ai??coute des TPE-PME et de rAi??pondre Ai?? leurs besoinsai??i??

Baudouin Prot sai??i??est Ai??galement rAi??joui que 90% des entreprises interrogAi??es se disent « satisfaites » des relations quai??i??elles entretiennent avec leurs banques. Or le mA?me baromA?tre montre quai??i??un tiers des entreprises envisage de changer de banque principale… Baudouin Prot rAi??affirme par ailleurs quai??i?? »il nai??i??y a pas eu de durcissement des critA?res dai??i??octroi de prA?ts dans les scores ». Or le baromA?tre indique que 75% des PME dAi??clarent A?tre confrontAi??es Ai?? au moins une mesure de durcissement de la part de leur banque, 29% rencontrent des problA?mes de trAi??sorerie ou de financement. Bref, quand les banquiers ne baladent pas les politiques, ils se paient une communication Ai?? bon compte avec des organisations patronales pas trA?s regardantes et trop contentes de passer dans les mAi??dias. Buy lasuna himalaya Buy cleocin t pads Cost metoprolol

AssA?chement des crAi??dits de trAi??sorerie : la sortie de crise s’assombrit

30 novembre, 2009 · Poster un commentaire 

Les alertes sur le crAi??dit court terme se succA?dent et rien ne change. La Banque de France vient dai??i??annoncer une baisse globale des crAi??dits bancaires aux entreprises (non financiA?res) en octobre sur un an, et ce pour le deuxiA?me mois consAi??cutif. Cai??i??est toujours la contraction des encours de crAi??dit de trAi??sorerie (-15,6% contre -14% le mois prAi??cAi??dent) qui demeure le plus spectaculaire et le plus inquiAi??tant. Les crAi??dits Ai?? lai??i??investissement restent orientAi??s Ai?? la hausse mA?me sai??i??il faut noter un ralentissement (+3,6% contre +4,7%). Il y a plus dai??i??un an, le Cerf titrait dAi??jAi?? : « Soutien des banques aux TPE : foutaises ». Et constatait que celles-ci avaient resserrAi?? le crAi??dit court terme et notamment supprimAi?? les facilitAi??s de caisse. « Un patron qui ne peut financer son quotidien, ne pense plus Ai?? des investissements » rappelle HervAi?? Lambel, porte-parole du Cerf.

Les consAi??quences Ai??conomiques et sociales de la suppression des financements de trAi??sorerie sont connues : un nombre record de dAi??faillances dai??i??entreprises Ai??tabli Ai?? 66 000 sur les douze derniers mois (+24%) selon Coface et 509 000 chA?meurs de plus en un an (+25,1%). Il faudra des annAi??es avant que les entreprises qui ont disparu soient remplacAi??es par dai??i??autres qui fournissent le mA?me niveau dai??i??activitAi?? et dai??i??emploi. Avoir laissAi?? disparaAi??tre ces TPE-PME simplement parce quai??i??il leur manquait quelques milliers dai??i??euros en caisse, cai??i??est avoir gaspillAi?? nos chances dai??i??une reprise rapide. Les banques auront donc une part criante de responsabilitAi?? dans le niveau faible de croissance des prochaines annAi??es dai??i??autant que lai??i??efficacitAi?? du plan de relance aura Ai??tAi?? entravAi??e par leur absence de soutien Ai?? lai??i??Ai??conomie rAi??elle comme elles sai??i??y Ai??taient pourtant engagAi??es. Depuis des mois, le Cerf demande que la prioritAi?? soit mise sur la trAi??sorerie car sans financement de lai??i??activitAi??, pas dai??i??entreprises Best cannabis seeds bank Where to buy stromectol online Cost of zanaflex without insurance .

Les syndicats et organisations patronales ont Ai??galement leur part de responsabilitAi?? dans ce naufrage : ni les uns, ni les autres nai??i??ont anticipAi?? les effets de la crise financiA?re sur lai??i??Ai??conomie, ni alertAi?? sur ce problA?me essentiel du financement de l’activitAi?? quotidienne, donc de la trAi??sorerie. Les banques ont ainsi eu les mains libres pour couper le robinet du crAi??dit sans que cela dAi??clenche leur hostilitAi??. Une fois la rAi??cession installAi??e, les syndicats, trop occupAi??s par la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi?? et le sort qui leur sera rAi??servAi??, ont ressorti leurs vieux slogans et leurs banderoles ignorant que cai??i??est en dAi??fendant lai??i??activitAi?? et les entreprises que lai??i??on dAi??fend le mieux les emplois et le pouvoir dai??i??achat. Quant aux organisations patronales, elles ont longtemps niAi?? lai??i??impact du resserrement du crAi??dit sur le quotidien des TPE-PME : il Ai??tait alors de bon ton de discourir sur la baisse du carnet de commandes et le besoin en fonds propres, ignorant que cai??i??est le manque de liquiditAi??s qui empA?che justement ces entreprises de consommer, donc de remplir ces fameux carnets de commande, et de financer lai??i??augmentation des fonds propresai??i??