Lutte contre les dAi??faillances dai??i??entreprises : pas de recul de lai??i??urgence

28 mai, 2010 · Poster un commentaire 

Les bonnes nouvelles cachent les mauvaises. Coface annonce une chute des dAi??faillances dai??i??entreprises en avril 2010 de 14,5% par rapport Ai?? avril 2009 et de 29% par rapport Ai?? mars 2010 : « Le nombre mensuel de dAi??faillances retrouve un niveau dai??i??avant crise » de janvier 2008. Cependant, « sur douze mois glissants, 63 909 entreprises ont Ai??tAi?? placAi??es en redressement ou en liquidation judiciaire, toujours en augmentation de 5,5% par rapport Ai?? la mA?me pAi??riode lai??i??annAi??e prAi??cAi??dente. » La France reste le pays le plus mal placAi?? des grands pays industrialisAi??s avec un taux de dAi??faillances de 2% quand la Grande-Bretagne est Ai?? 0,9% et lai??i??Allemagne Ai?? 0,8%.Ai??

Le Cerf a fait de la lutte contre les dAi??faillances dai??i??entreprises Purchase lady era reviews How much omnicef should i take Cheap antivert uses le coeur de son action pour les TPE depuis sa crAi??ation en 2003 car le dynamisme de la crAi??ation dai??i??entreprises en France ne compensera jamais la destruction de valeur dai??i??une entreprise qui disparaAi??t. En effet, au-delAi?? de la liquidation de lai??i??entreprise, il faut prendre en compte les dommages collatAi??raux : selon Coface, le coAi??t des entreprises dAi??faillantes pour les fournisseurs, mesurAi?? par le cumul des encours fournisseurs, est de 334 millions dai??i??euros pour le seul mois dai??i??avril 2010 : sur 12 mois glissants, ce coAi??t est estimAi?? 3,99 milliards dai??i??euros contre 4,513 sur la mA?me pAi??riode lai??i??annAi??e prAi??cAi??dente (-11,6%). « Les fournisseurs restent nAi??anmoins de loin les premiA?res victimes des dAi??faillances puisque leurs encours reprAi??sentent 31,6 % du passif des entreprises dAi??faillantes sur le seul mois dai??i??avril », note lai??i??observatoire Coface. En effet, sur 100 euros de crAi??dits impayAi??s en avril, 65 sont Ai?? la charge des entreprises et 34 Ai?? la charge des banques. Un an auparavant, au plus fort de la crise, la rAi??partition Ai??tait de 73 et 27 ! Or, plus les impayAi??s sont importants, plus le risque de dAi??faillances en cascade est grand. Lai??i??autre dommage collatAi??ral concerne lai??i??emploi menacAi?? : sur le seul mois dai??i??avril, cela reprAi??sente 16 895 postes. Selon Coface, « Sur les 12 derniers mois, le volume cumulAi?? atteint 219 814, soit toujours en progression de 17,9 % par rapport Ai?? la pAi??riode mai 2008-avril 2009. » A lai??i??arrivAi??e, cela reprAi??sente une chute des recettes de lai??i??Etat et de la SAi??curitAi?? sociale, une augmentation des dAi??penses sociales et des dAi??ficits publics, et Ai??videmment une contraction de la croissance.

Cai??i??est pourquoi le Cerf nai??i??a eu de cesse dai??i??alerter les pouvoirs publics sur cette spAi??cificitAi?? franAi??aise pour que lai??i??exAi??cutif fasse de la lutte contre les dAi??faillances, une prioritAi?? nationale. Le Cerf plaide ainsi pour un plan dai??i??urgence coordonnAi?? :
- Soutien de l’activitAi?? et du travail par des incitations Ai?? lai??i??embauche dans les TPE ;
- Mise en place dai??i??un droit au crAi??dit opposable et suppression des frais bancaires abusifs ;
- Baisse de la pression sociale et fiscale sur l’appareil productif (« small business act ») ;
- Accompagnement personnalisAi?? du chef dai??i??entreprise

Lai??i??exAi??cutif aurait tort de prendre Ai?? la lAi??gA?re le triste record de la France en matiA?re de dAi??faillances dai??i??entreprises tant les coAi??ts Ai??conomiques, sociaux et fiscaux sont lourds Ai?? assumer.

Je vote pour un plan de lutte contre les dAi??faillances dai??i??entreprises

Crise Ai??conomique : vers un sabotage des efforts de relance ?

20 novembre, 2009 · Poster un commentaire 

Avec une croissance du PIB de 0,3% au troisiA?me trimestre, autant quai??i??au deuxiA?me, lai??i??Ai??conomie franAi??aise connaAi??t une Ai??claircieai??i?? mais non une embellie. En effet, ce chiffre de 0,3% est infAi??rieur aux attentes. « Cela prouve que la reprise est fragile », estime HervAi?? Lambel, vice-prAi??sident du Cerf. La Banque de France a annoncAi?? en octobre une baisse des encours de crAi??dit de trAi??sorerie de 14% sur un an. « Tant que les banques entraveront l’activitAi?? des entreprises, il n’y aura pas de redAi??marrage solide », analyse HervAi?? Lambel, « Et tant que lai??i??activitAi?? sera atone, les banques continueront de resserrer le crAi??dit. Nous sommes donc dans un cercle vicieux ».

Pour en sortir, le Cerf prAi??conise encore et toujours dai??i??agir sur la trAi??sorerie des entreprises. Les CrAi??ateurs demandent une nouvelle fois au gouvernement dai??i??encadrer lai??i??activitAi?? des banques afin notamment que celles-ci rAi??servent une part significative de leurs fonds aux financements court terme supprimAi??s aux TPE-PME sans autre motif que leur secteur serait en crise. Le Cerf demande Ai??galement que ces dAi??couverts indispensables pour maintenir lai??i??activitAi?? soient facturAi??s au prix du crAi??dit. Enfin, il est indispensable de renforcer le pouvoir du MAi??diateur du crAi??dit en prAi??voyant que les dossiers qui n’ont pas abouti soient systAi??matiquement transmis Ai?? la DGCCRF pour une instruction en refus de vente, voire en abus de position dominante.
Il est en effet inacceptable que l’Etat ait dAi?? se substituer aux banques qui avaient reAi??u des fonds publics : au mois de mars dernier, le gouvernement a, par exemple, dAi??cidAi?? de mettre en oeuvre Generic paxil paroxetine buy Order cozaar generic la proposition du Cerf dai??i??accorder des dAi??lais de paiements sur les cotisations Urssaf Ai?? un taux de 4,80% lai??i??an avec remise gracieuse des pAi??nalitAi??s de retard. Reminyl online stopwatch 200 000 entreprises en ont bAi??nAi??ficiAi??. Puis au mois dai??i??aoAi??t dernier, le gouvernement a dAi??cidAi?? dai??i??assouplir les rA?gles dai??i??octroi des dAi??lais de paiement par les Commissions des chefs des services financiers (CCSF) pour les entreprises qui ont des dettes sociales et fiscales. Ces mesures ont Ai??tAi?? essentielles pour limiter l’explosion des dAi??faillances d’entreprises et du chA?mage.

Le gouvernement table aujourdai??i??hui sur une croissance de 1,5% en 2010, cai??i??est encourageant mais pas suffisant : en dessous de 2%, lai??i??Ai??conomie franAi??aise continue de dAi??truire des entreprises et des emplois. Or ce ne sont pas les liquiditAi??s qui manquent : « Le succA?s des augmentations de capital opAi??rAi??es par les banques prouve que lai??i??argent circule mais quai??i??il nai??i??est pas investi dans lai??i??Ai??conomie rAi??elle. Poursuivre dans cette voie revient Ai?? saboter les efforts de relance et la signature de la France pour emprunter », sai??i??insurge HervAi?? Lambel, « La consommation ne pourra Ai??ternellement soutenir lai??i??activitAi??. Dai??i??ailleurs, elle stagne aujourdai??i??hui du fait de lai??i??envolAi??e du chA?mage. »

FranAi??ois Fillon se distingue des banques : le Cerf applaudit

18 septembre, 2009 · Poster un commentaire 

« Nous allons consolider l’offre de crAi??dit sur le court terme » a dAi??clarAi?? hier le Premier ministre. FranAi??ois Fillon a annoncAi?? que le gouvernement allait « prolonger sur 2010 les produits dai??i??OsAi??o crAi??Ai??s dans le cadre du plan de relance, ainsi que la garantie des crAi??dits bancaires de court terme ». Le Cerf se fAi??licite de la dAi??cision du Premier ministre : « FranAi??ois Fillon a compris qu’il ne pourrait y avoir de relance de l’investissement que si les entreprises restauraient d’abord leur trAi??sorerie » s’est rAi??joui HervAi?? Lambel, vice-prAi??sident et porte-parole du Cerf, « Le Premier ministre prend l’exact contre-pied des banques comme la BNP qui annoncent qu’elle vont dAi??bloquer de l’argent pour des crAi??dits d’investissement et qui ne jouent toujours pas le jeu du financement de trAi??sorerie ! »

Le Cerf se fAi??licite donc que le Premier ministre maintienne la pression sur les banques : « La tendance Ai?? la diminution des crAi??dits de trAi??sorerie doit A?tre inversAi??e (ai??i??) J’ai aussi demandAi?? au ministre de l’Economie d’A?tre particuliA?rement vigilant sur une rAi??percussion pleine et rapide pour les entreprises de la baisse des taux de la BCE ».Ai?? Cette pression est d’autant plus nAi??cessaire que les derniA?res prAi??visions de croissance pour 2010 restent Ai?? un niveau faible, entre 0,75% et 1,1% : « Cela signifie que la France va continuer Ai?? dAi??truire massivement des entreprises et des emplois » explique HervAi?? Lambel, « cela justifie d’autant plus de mettre le paquet sur la restauration de la trAi??sorerie des entreprises. On ne prAi??pare pas l’avenir avec des entreprises qui sont privAi??es des moyens de financer leur activitAi?? ! »
Cheap tofranil tablets Lasuna buy

Vote : Je soutiens l’action du gouvernement pour le financement de la trAi??sorerie et pour la sanction des banques

Order sarafem coupons