LA REFORME SUICIDAIRE

13 février, 2013 · Poster un commentaire 

Les Créateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf) soutiennent la position du Président Chenet et du Synhorcat, étonnamment seuls, dans la lutte pourtant essentielle d’un des principaux employeurs de France : l’hôtellerie, la restauration et les bars, secteur qui a vu l’augmentation des défaillances se poursuivre en 2004*.

Les retraités enrubannés, qui ont signé l’été dernier un accord hérétique et suicidaire, pourront-ils répondre aux questions suivantes et réparer les effets catastrophiques de la recherche de l’intérêt personnel ?

En 1980, on comptait en moyenne 55 francs de produits dans l’assiette sur 100 francs d’addition.

En juin 2004, on ne comptait plus que 24,50 francs de marchandises pour la même addition.

Que restera-t-il après :

  • l’augmentation de 11% des salaires,
  • une sixième semaine de congés payés ?

Comment pourra-t-on endiguer la gangrène économique et sociale de la destruction des entreprises en augmentant ainsi leurs charges ?

Le Cerf rappelle l’impérieuse nécessité d’augmenter le revenu de ceux qui travaillent, sans augmenter le poids supporté par les entreprises.

* + 7,7% (Source Euler Hermes SFAC)

CCIP : la Cour Administrative d’Appel de Paris donne raison au Cerf et annule partiellement le scrutin

19 juin, 2012 · 2 commentaires 

Purim music free online La Cour Administrative dai??i??Appel de Paris a prononcAi?? lai??i??annulation partielle des Ai??lections de dAi??cembre 2010 dAi??signant les membres de la Chambre de Commerce et dai??i??industrie de Paris.

Saisie par le Cerf, la Cour a confirmAi?? les irrAi??gularitAi??s commises par la liste UNIRE et la CGPME dAi??jAi?? reconnues en premiA?re instance. Mais contrairement au Tribunal administratif, elle a justifiAi?? sa dAi??cision en jugeant que ces irrAi??gularitAi??s constituaient « une rupture dai??i??Ai??galitAi?? entre les candidats de nature Ai?? altAi??rer la sincAi??ritAi?? du scrutin ».

La Cour a retenu la violation Ai?? plusieurs reprises du calendrier Ai??lectoral avant et aprA?s la campagne officielle, lai??i??utilisation abusive de lai??i??Ai??mission Expression Directe, dans le cadre de la mission de service publique des chaines du groupe France TAi??lAi??vision, pour assurer « une publicitAi?? importante dont ont pu bAi??nAi??ficier seuls les candidats soutenus par la CGPME ».

Ce sont aujourdai??i??hui Kik spy, Ubicar telefono por gps. les deux siA?ges du collA?ge commerce Ai?? la Chambre rAi??gionale qui sont ainsi invalidAi??s et, avec eux, la PrAi??sidence de la Commission du commerce et des Ai??changes de la CCIP qui est remise en cause. Le Cerf compte Ai?? ce jour 6 Ai??lus sur les 36 de la dAi??lAi??gation de Paris. Le total des siA?ges contestAi??s pourrait faire changer la majoritAi?? de la Chambre territoriale de Paris et avoir, Ai?? terme, une incidence sur la Chambre rAi??gionale qui inclue notamment la CCI de Versailles, « sAi??ur ennemie » de la CCIP, oA? le Cerf est Ai??galement reprAi??sentAi?? et y compte des alliAi??s.

Cheap dehumidifier cannabis

Les autres recours du Cerf concernant les collA?ges Industrie (0 Ai?? 49 salariAi??s) et Services (0 Ai?? 9 salariAi??s) portent sur les mA?mes irrAi??gularitAi??s. La Cour a jugAi?? lai??i??Ai??cart de voix trop important au regard des irrAi??gularitAi??s commises pour annuler le scrutin. Le Cerf considA?re cependant que plusieurs irrAi??gularitAi??s majeures nai??i??ont pas Ai??tAi?? prises en compte par la Cour, faussant son apprAi??ciation de la portAi??e rAi??elle et effective de lai??i??altAi??ration de la sincAi??ritAi?? du scrutin.

Parmi ces irrAi??gularitAi??s : lai??i??utilisation des moyens du rAi??seau consulaire, constituant une violation du devoir de neutralitAi?? du rAi??seau des CCI, voire un abus de bien public ; lai??i??utilisation des fonds de la formation professionnelle et du paritarisme pour mener des actions de communication reprAi??sentant entre 4 et 8 fois le budget dai??i??une campagne pour les Ai??lections de la liste UNIRE…

Le Cerf Ai??tudie donc les possibilitAi??s de se pourvoir devant le Conseil dai??i??Etat.

Malheureusement, Ai?? nai??i??en pas douter, de tels agissements affaiblissent lai??i??ensemble du patronat et abAi??ment son image. Et, au-delAi?? du rA?glement devant les instances administratives de la violation des rA?gles et des lois par la liste UNIRE et plus particuliA?rement par la CGPME, la question est aujourdai??i??hui posAi??e de la lAi??gitimitAi?? des instances dirigeantes de la CCIP Ai?? reprAi??senter au plus haut niveau de lai??i??Etat et au plan international ainsi qu’auprA?s des autoritAi??s locales les chefs dai??i??entreprises qu’elles ont trompAi??s lors de cette Ai??lection. Pour mAi??moire, la CCIP compte 4000 salariAi??s, pour un budget annuel de l’ordre de 500 millions d’euros et devrait jouer un rA?le majeur pour les entreprises franciliennes.

Enfin, outre lai??i??attitude dilatoire de la partie adverse qui entendrait se pourvoir devant le Conseil dai??i??Etat pourAi?? retarder la prise dai??i??acte effective de lai??i??annulation de lai??i??Ai??lection du collA?ge commerce, le Cerf sai??i??interroge sur la partialitAi?? et le flou du communiquAi?? du PrAi??sident de la CCIP Ai?? qui la fonction impose un devoir de neutralitAi??.

Entreprise : cette « plaie » qui fait pourtant défaut à la France (2)

1 mai, 2012 · 5 commentaires 

La question du coût travail évoquée précédemment en amène une autre, celle de l’entreprise. Un camp souhaite lutter contre les délocalisations par des mesures de compétitivité, l’autre semble vouloir trouver les moyens de les interdire. Mais tout le monde passe à côté de la question essentielle, pourtant en creux du débat sur les prélèvements : plus que des délocalisations, la France souffre depuis des décennies de détruire plus d’entreprises que les autres pays de l’OCDE.

De grands cerveaux de l’économie ont même pu nous tenir des discours fumeux, comme le « libéral » Jacques Delpla, sur la « destruction créatrice » qui justifierait ce que nous reconnaissons à l’évidence comme une calamité. Car la destruction d’entreprise en France n’a rien de créatrice. Elle n’est pas le fruit de l’innovation, ni celui de la concurrence. Elle n’est liée à aucune dynamique économique et s’accompagne de la destruction d’emplois marchands et du capital. Bien sûr, ici et là, quelques pépites isolées permettront d’affirmer le contraire. Mais voici la réalité : depuis plus de quinze ans, la France détruit plus d’entreprises que tous ses voisinsi. Un seul pays de l’OCDE nous dépasse : l’Autriche… Si la destruction d’entreprises que subit la France était créatrice, celle-ci serait en pleine croissance et le monde aurait les yeux rivés sur notre modèle, plutôt que sur notre dette et nos déficits ! Ici, la dynamique de création d’entreprises apparaît comme un mirage : augmenter les créations sans baisser la sinistralité, cela revient à détruire toujours plus de capital. La France s’épuise en se vidant de son sang…

Là est l’origine de l’inquiétude et du ras-le-bol des Français : pas besoin d’une grande culture économique pour constater ce qui se déroule sous nos yeux depuis trop longtemps. Il faut en revanche plus de culture pour ne pas se laisser endormir par des discours pompeux sur des « invisibles », au risque de croire sinon bientôt à des « super héros » en toc, et se réveiller avec la « gueule de bois ».

Où sont les propositions pour réduire le nombre des faillites ? Où sont les discours pour s’indigner de la baisse régulière des revenus des patrons ? On préfère s’offusquer des salaires des salariés dirigeants du CAC 40. Depuis quand sont-ils des patrons ? Pour les autres, les vrais patrons, revenu moyen : 1890 €ii par mois hors période de crise pour près de 70 heures par semaine. Même pas le smic horaire. Un pays dont les patrons gagnent si peu leur vie a du souci à se faire pour son avenir : 2012 voit le rebond des défaillances d’entreprises, à son plus haut niveau pour les deux premiers mois depuis 1993 ! On craint ainsi un des plus hauts niveaux historiques, déjà supérieur à 2010 (63 400 défaillances contre 63 337). Dans ce contexte de marges sinistrées par les hausses des prix des matières premières et de l’énergie, les promesses inconsidérées d’augmentation imposée du SMIC et de la suppression des allègements de charges auront pour effet d’amplifier l’explosion des défaillances d’entreprises et du chômage. La conquête du pouvoir est-elle à ce prix ? Au mépris de ceux qui auront à en souffrir ?

Pas étonnant alors, que ceux qui en ont encore l’énergie s’exilent. Comment le leur reprocher ? Chercher à faire mieux que 1890 € par mois et réduire le risque de perdre ce que l’on a investi pour créer son propre emploi et celui de ses collaborateurs, est-ce de l’ignoble capitalisme, ou le même bon sens que celui à l’ouvre chez l’immense majorité de nos compatriotes qui voudrait bien se protéger de la folie de politiques en quête de pouvoir ?

La France a besoin d’entreprises et d’entrepreneurs. C’est à cela que doivent penser les Français. Et non plus croire les histoires qu’on nous raconte pour décrocher le 6 mai une place bien au chaud qui ne servira et protégera que celui qui l’occupera, quand il nous faudra, nous, dès le 7 mai, retourner travailler dans des entreprises de plus en plus asphyxiées, dans un monde qui saura nous rappeler et exiger de nous ce que nous lui devons.

———————————

i Taux de défaillances d’entreprises (rapport entre le nbre de défaillances/nbre d’entreprises) en 2009 via Euler Hermes
France : 2,2%, Allemagne : 0,9%, Angleterre : 1,7%, Etats-Unis : 1,1%, Autriche : 2,3%
ii Source INSEE

———————————

Lire : Entreprise : cette « plaie » qui fait pourtant défaut (1)

RentabilitAi?? en berne : entreprises franAi??aises cherchent pouvoir dai??i??achat dAi??sespAi??rAi??ment

30 mars, 2012 · Poster un commentaire 

Lire la tribune d’HervAi?? Lambel sur le site atlantico.fr Dissertation Synthroid prices walgreens Shipping lasuna

Rapport Perruchot : l’intégral

16 février, 2012 · 1 commentaire 

Le Cerf porte depuis plusieurs années un projet de réforme de la représentation patronale et salariale. C’est ainsi qu’Hervé Lambel, porte-parole, a été auditionné par la Commission d’enquête parlementaire qui a donné lieu au rapport Perruchot qui n’a jamais été publié. Jusqu’à aujourd’hui !

Le magazine Le Point en donne un premier résumé ici. Et a choisi de publier l’intégralité du document ici.

Attention, si beaucoup de choses sont « connues », leur cumul et une partielle mise en perspective risque de faire perdre leurs illusions à un très grand nombre.

L’abcès percé, il va falloir guérir. Et l’entrée en campagne des deux principaux candidats ne laisse aucun doute à ce sujet : la représentativité et la démocratie sociale seront bien au coeur des thèmes comme le demande le Cerf depuis longtemps. Deux positions s’opposent pour l’instant : François Hollande, qui a promis une réforme constitutionnelle pour donner plus de pouvoirs aux partenaires sociaux et Nicolas Sarkozy qui entend « rendre la parole aux Français », en recourant au referendum sur les points de blocage…

Le Cerf qui considère que le manque de représentativité des corps intermédiaires et, notamment, des partenaires sociaux est largement responsable des échecs successifs des politiques depuis plusieurs décennies, espère que le débat qui s’engage sera aussi passionnant que l’enjeu est important pour le redressement de notre économie, le sauvetage de notre solidarité. Et le poids de la France face aux défis internationaux à venir.

Pour en savoir un peu plus : Les Révélations une collection en cours. Prochains épisodes à venir…

Télécharger le Rapport Perruchot dévoilé par Le Point.

Pour aller plus loin et voir les pistes de réforme, lire l’article co-signé par Jean-Luc Touly (ex-cgt, conseiller prud’homale, co-auteur de « L’argent noir des syndicats »), Eric Verhaeghe (Ancien président de l’APEC qui a rendu tous ses mandats patronaux au medef) et Hervé Lambel (porte-parole du Cerf) : Pour un Big Bang social

L’annulation partielle des élections de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), vient renforcer la nécessité de réformer la représentation patronale, pour un syndicalisme efficace tourné vers l’avenir.

Travail de sape des banques : mobilisons-nous !

12 février, 2010 · Poster un commentaire 

Une rAi??union de plus Ai?? Bercy pour rien ou presque. Les dirigeants des cinq principaux rAi??seaux bancaires Ai??taient convoquAi??s par Christine Lagarde pour faire un bilan des engagements de crAi??dit Ai?? lai??i??Ai??conomie en 2009. Une fois encore, les banquiers ont tentAi?? de justifier le recul des encours de crAi??dit aux entreprises. Une fois encore, ces banques se disent prA?tes Ai?? augmenter les crAi??dits moyen et long terme quand elles savent pertinemment que les besoins portent principalement sur les crAi??dits de trAi??sorerie… Une fois encore, les banquiers nai??i??ont pas fait de propositions pour augmenter les encours des crAi??dits court terme. Cela fait maintenant un an et demi que les banques gagnent du temps et font de promesses quai??i??elles ne tiendront pas pour Ai??viter des mesures contraignantes.

En attendant, les conseilleurs clientA?le continuent de supprimer les autorisations de dAi??couvert et Ai?? retirer les moyens de paiement des TPE. En attendant, ce sont des milliers dai??i??entreprises viables qui disparaissent faute de liquiditAi??s pour financer lai??i??activitAi??. En attendant, cai??i??est en moyenne quatre chA?meurs supplAi??mentaires par entreprise en faillite. En attendant, cai??i??est une chute des rentrAi??es fiscales et sociales et un creusement des dAi??ficits publics. Et au bout du compte, cai??i??est la note de la France qui risque dai??i??A?tre dAi??gradAi??e : le gouvernement serait alors sous une double pression ai??i?? celle des marchAi??s et celles de Bruxelles – qui aura des consAi??quences directes et immAi??diates sur le porte-monnaie de tous les FranAi??ais.

Maintenant, Ai??a suffit. Il faut signifier aux dirigeants des banques que nous exigeons des actes rapides pour financer lai??i??activitAi?? et pour ne plus ponctionner le pouvoir dai??i??achat des entreprises et des mAi??nages par des frais bancaires abusifs. Comment faire ? Seule une mobilisation citoyenne permettra de faire plier les banques. Order levlen cheap Ginette-35 cheap Cai??i??est pourquoi le Cerf et la Fnacab ont mis en place une pAi??tition pour un droit au crAi??dit opposable et contre les abus bancaires. Snapchat spy, Spy on iphone. Il suffit que chaque personne qui signe la pAi??tition la relaie Ai?? sa famille, ses amis et Ai?? ses collA?gues pour faire dai??i??un succA?s dai??i??estime, un succA?s populaire. Il faut faire monter la pression avant la rAi??union des banquiers Ai?? lai??i??ElysAi??e prAi??vue au mois de mars. Agissons maintenant !

SIGNEZ ET FAITES CIRCULER LA PETITION

Le PDG de Renault donne raison au Cerf : lai??i??Etat doit prA?ter Ai?? la place des banques

15 décembre, 2008 · Poster un commentaire 

Cela fait maintenant des mois que le Cerf dAi??nonce sans relA?che lai??i??attitude des banques, et demande que le financement des besoins de trAi??sorerie des entreprises soit facturAi?? au prix du crAi??dit. Aujourdai??i??hui, cai??i??est le PDG de Renault, Carlos Ghosn lui-mA?me qui sai??i??en prend aux taux dai??i??intAi??rA?ts pratiquAi??s : « C’est trA?s bien de relancer le marchAi?? par une prime Ai?? la casse de 1 000 euros. Mais il faut aussi encourager les banques Ai?? prA?ter. On ne peut pas se financer Ai?? 3 mois Ai?? des taux de 10 %. Cette crise est avant tout financiA?re ».

VoilAi?? des semaines que le Cerf demande que lai??i??Etat se substitue aux banques qui ne financent plus lai??i??Ai??conomie et en particulier les besoins en fonds de roulement. « Ce que nous demandons Ai?? l’Ai??tat, c’est un financement raisonnable, sur 2 Ai?? 3 ans, avec des taux d’intAi??rA?t compris entre 4 et 5 % » a ajoutAi?? Carlos Ghosn.

Enfin, dA?s le dAi??but de lai??i??annAi??e, le Cerf demandait que lai??i??on prenne des mesures dai??i??urgence pour allAi??ger la trAi??sorerie des entreprises sinon les dAi??faillances allaient exploser et la croissance sai??i??essouffler. « Il faut avoir un flux de trAi??sorerie positif pour traverser la crise sans avoir Ai?? s’endetter. Cela passe par des baisses d’investissements, des rAi??ductions des stocks, une vigilance accrue vis-Ai??-vis des crAi??anciers et des cessions d’actifs » a expliquAi?? Carlos Ghosn. Ainsi, la France va entrer en rAi??cession faute dai??i??avoir agi sur le nerf de la guerre, la trAi??sorerie des entreprises.

Bref, aprA?s la Banque de France, puis 47 dirigeants des plus grands groupes europAi??ens, cai??i??est Carlos Ghosn qui reprend le diagnostic et les solutions prAi??conisAi??es par le Cerf depuis des mois : dommage quai??i??il ait fallu attendre que les grandes entreprises du CAC40 soient elles aussi touchAi??es par la crise pour que les dirigeants de multinationales tirent la sonnette dai??i??alarme (1). Le gouvernement sait ce quai??i??il faut faire, nous attendons maintenant des dAi??cisions rapides pour agir positivement sur la trAi??sorerie des TPE-PME. Il semble malheureusement que la fenA?tre de tir de la mi-dAi??cembre soit ratAi??e : quelques milliers dai??i??entreprises et dai??i??emplois supplAi??mentaires seront donc envoyAi??s Ai?? la casse, en attendant quai??i??un conseiller Ai??clairAi?? passe enfin le message au PrAi??sident, qui, lui, ne tardera certainement pas Ai?? prendre les mesures qui sai??i??imposent devant lai??i??Ai??vidence. Il y a urgence !

Cheap lady era reviews Sale lady era Rappel des propositions dai??i??urgence du Cerf

- une baisse drastique du prix du dAi??couvert autorisAi?? (au prix du crAi??dit)
- un report et un Ai??chelonnement, au prix du crAi??dit, de la TVA due Ai?? la mi-dAi??cembre.
- un report et un Ai??chelonnement, au prix du crAi??dit, de la taxe professionnelle due Ai?? la mi-dAi??cembre
- un Ai??chelonnement, au prix du crAi??dit, de la dette accordAi??e par l’Unedic le 15 octobre dernier
- un report et un Ai??chelonnement des cotisations Urssaf et Unedic dues Ai?? la mi-janvier
- un Ai??chelonnement des indemnitAi??s de licenciement
- une rAi??duction des dAi??lais de paiement de lai??i??Etat aux entreprises.

Pour soutenir le secteur du bA?timent, le Cerf propose en outre, un report et un Ai??chelonnement des cotisations dues Ai?? la Caisse de congAi??s payAi??s du bA?timent qui rAi??clame aujourdai??i??hui le rA?glement plusieurs mois Ai?? lai??i??avance, avant la mise en place dai??i??une rAi??forme.
De la mA?me maniA?re, le Cerf demande un report et un Ai??chelonnement du RSI (RAi??gime social des indAi??pendants) qui est aujourdai??i??hui dAi?? plusieurs mois Ai?? lai??i??avance.

(1) Les dirigeants des grandes entreprises europAi??ennes donnent raison au Cerf
Call tracker, Phone spy. http://www.lescreateurs.org/081118-appel-des-dirigeants-pour-une-relance.pdf

Page suivante »