GrA?ve dans le RER A : le Cerf rAi??clame toujours la garantie du service

15 décembre, 2009 · Poster un commentaire 

DAi??jAi?? six jours que les conducteurs du RER A ont entamAi?? une grA?ve illimitAi??e. Cette ligne qui dessert notamment le quartier de la DAi??fense est empruntAi?? chaque jour par un million de personnes, en trA?s grande majoritAi?? des salariAi??s qui se rendent Ai?? leur travail et qui sont aujourdai??i??hui contraints de prendre leur voiture ou de rester chez eux. Le Cerf juge indAi??cent ce pouvoir de nuisance Ai?? lai??i??encontre de salariAi??s comme eux, mais souvent moins payAi??s quai??i??eux : selon le journal Les Echos, les conducteurs de RER touchent de 2200 Ai?? 2700 euros brut par mois auxquels il faut ajouter une prime de 600 Ai?? 650 euros pour les horaires dAi??calAi??s, les dimanches et jours fAi??riAi??s.

Surtout, le Cerf nai??i??a pas oubliAi?? les dAi??gA?ts considAi??rables sur lai??i??Ai??conomie induits par les grA?ves de dAi??cembre 1995 : 10 000 entreprises mises en faillite, 40 000 emplois salariAi??s et 12 000 emplois non-salariAi??s dAi??truits. Sans surprise, les commerAi??ants du centre commercial Les Quatre Temps situAi?? Ai?? la DAi??fense dAi??plorent une chute de la frAi??quentation. « Si cela continue, ils vont nous faire trA?s mal », s’inquiA?te un gAi??rant de bar dans le journal 20 Minutes. En effet, une paralysie des transports, cai??i??est moins de chiffre dai??i??affaires et donc des difficultAi??s Ai?? payer les salaires. Ce sont aussi des conditions de travail inacceptables pour les employAi??s : quand un salariAi?? nai??i??est pas Ai?? son poste, cai??i??est facilement 30% de travail en plus pour les autres sachant quai??i??une TPE compte en moyenne trois salariAi??s. Les TPE ne peuvent pas se permettre de fonctionner au ralenti quand elles ont tant besoin de faire rentrer des liquiditAi??s.

Le Cerf avait dAi??jAi?? eu lai??i??occasion de critiquer la loi du 21 aoAi??t 2007 sur la continuitAi?? du service public dans les transports qui instaure un service garanti aux heures de pointe le matin et le soir : nettement insuffisant pour un service public vital pour lai??i??Ai??conomie organisAi?? en monopole, et des usagers qui ne disposent pas de moyen de transport alternatif. Si le droit de grA?ve ne peut A?tre remis en cause, il ne peut sai??i??apparenter Ai?? un droit de blocage dai??i??un service public du transport non soumis Ai?? la concurrence. Il existe dai??i??autres faAi??ons de se faire entendre qui ne pAi??nalisent pas lai??i??Ai??conomie et les salariAi??s. Cai??i??est pourquoi le Cerf rAi??clame toujours la garantie du service Ai?? toute heure de la journAi??e.

Les conducteurs du RER B ont annoncAi?? quai??i??ils vont Ai?? leur tour se mettre en grA?ve dA?s mardi, ce sera alors 800 000 personnes supplAi??mentaires qui se verront alors privAi??es de moyen de transport pour se rendre Ai?? leur travail. Les mAi??tros et bus pourraient Ai??galement sai??i??arrA?ter de circuler jeudi. Si les mAi??dias rappellent que chaque jour de grA?ve dans les transports, coAi??te des millions dai??i??euros Ai?? la RATP et Ai?? la SNCF, ils oublient de dire que cela coAi??te davantage encore Ai?? des TPE-PME qui ne peuvent compter sur des subventions et le soutien des politiques pour combler le trou dans la caisse. How much is alesse birth control Purchase kytril generic Cialis daily buy

Le Cerf dAi??nonce un sabotage national par les grA?ves !

29 janvier, 2009 · Poster un commentaire 

Chaque fois quai??i??un salariAi?? est empA?chAi?? de venir au travail, cai??i??est, en moyenne, plus de 30% des effectifs des TPE qui sont absents : aucune administration ou grande entreprise ne saurait fonctionner de la sorte. Pire, les syndicats refuseraient lai??i??augmentation de la charge de travail que cela reprAi??senterait pour les autres collaborateurs. Plus de 90% des entreprises sont pourtant concernAi??es. Et les revenus de plus de 25 millions de concitoyens dAi??pendent de ces entreprises.

Dans le mA?me esprit, alors que chacun sait la crise Ai??conomique Ai?? laquelle nous sommes confrontAi??s et les problA?mes insurmontables de trAi??sorerie que subissent les TPE, un blocage de poste ou de train, ce sont autant de factures et de rA?glements qui sont bloquAi??s, aggravant encore plus la situation dai??i??entreprises dAi??jAi?? largement affaiblies, pour certaines Ai?? lai??i??agonie : les dAi??faillances pour 2008 ont dAi??jAi?? progressAi?? de plus de 17%.

Affichant avec fiertAi?? le nombre de leurs manifestants, les organisations syndicales coupables de lai??i??organisation dai??i??un sabotage Ai?? grande Ai??chelle se gardent bien dai??i??exhiber un autre trophAi??e, honteux celui-lAi?? : Hyzaar vs generic Cheap fincar tablets Order lady era side les grA?ves de 1995 avaient provoquAi?? plus de 10 000 dAi??faillances dai??i??entreprises, mettant au chA?mage plus de 40 000 travailleurs.

Ce faisant, les appels Ai?? la grA?ve auxquels nous assistons sont bien le fait dai??i??irresponsables qui ne peuvent prAi??tendre Ai?? la « reprAi??sentativitAi?? », quand celle-ci conduit en fait Ai?? dAi??truire lai??i??outil de production et les emplois !

Cai??i??est pourquoi le Cerf, depuis sa crAi??ation, a toujours plaidAi?? pour la garantie du service chaque fois que celui-ci est organisAi?? en monopole : en effet, le choix du service unique par lai??i??Etat lui impose dai??i??assumer sa responsabilitAi?? et son devoir constitutionnel de garantir les autres droits des citoyens, lesquels ne sauraient A?tre niAi??s par le droit de grA?ve. Il sai??i??agit du droit Ai?? se dAi??placer, du droit mais Ai??galement du devoir de travailler, du droit de subvenir Ai?? ses besoins, du droit Ai?? lai??i??Ai??ducationai??i?? La sauvegarde des droits et de lai??i??Ai??conomie ne saurait dans ce cas A?tre assimilAi??e Ai?? une remise en question du droit de grA?ve. Ainsi, ces droits, Ai?? dAi??faut dai??i??A?tre garantis grA?ce Ai?? lai??i??ouverture des marchAi??s Ai?? la concurrence, ne peuvent lai??i??A?tre que par le recours Ai?? la rAi??quisition, dont la mise en oeuvre relA?ve des attributions des PrAi??fets.

Le Cerf qui, en dAi??but de semaine, en avait appelAi?? Ai?? la responsabilitAi?? des syndicats qui dAi??montrent encore aujourdai??i??hui leurs dAi??sintAi??rA?ts des plus fragiles, demande donc Ai?? lai??i??Etat dai??i??user des moyens que lui donne la loi de garantir les droits des concitoyens et des travailleurs

SERVICE MINIMUM : DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

26 mai, 2005 · Poster un commentaire 

L’affirmation de Gilles de Robien, dA�clarant que tous les moyens ne seront pas mis en A�uvre pour garantir la continuitA� du service public, est vA�cue comme un vA�ritable camouflet par les patrons de trA?s petites entreprises (TPE).

Louis Lambel, prA�sident des CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf), rappelle que ces patrons-lA� ont la responsabilitA� pA�nale du fonctionnement et de la gestion de leur entreprise et doivent subir rA�guliA?rement la gA?ne occasionnA�e par les grA?ves de transports et ne bA�nA�ficient pas, eux, « de marges de manA�uvres suffisantes » : dans la trA?s grande majoritA� des TPE, qui emploient en moyenne 1,5 salariA�s, l’absence d’un salariA� affecte plus de 50% de l’organisation de l’entreprise. Cette gA?ne ne peut en aucun cas A?tre absorbA�e par les autres salariA�s et met en pA�ril leur activitA�.

Les TPE ont enregistrA� 44 770 dA�faillances en 2004, dA�truisant plus de 130 000 emplois, avec une conjoncture alors considA�rA�e « favorable » par les analystesa��

Le Cerf, dans ces conditions, rappelle qu’il revient A� l’Etat, avant toute chose, de rA�affirmer son engagement A� garantir la continuitA� de service des monopA?les publics, que ce faisant, aucune voie pour y parvenir ne saurait A?tre exclue.
A�
Enfin, il serait bon que l’Etat se prA�occupe de s’assurer que les salariA�s puissent accA�der normalement A� leur travail les jours ouvrA�s, avant de vouloir les faire travailler un jour fA�riA�.