CRISE ECONOMIQUE : Les partenaires sociaux responsables des dAi??faillances – Supprimer la TVA interentreprises pour limiter l’hAi??catombe

23 octobre, 2008 · Poster un commentaire 

Sans surprise, le nombre des dAi??faillances dai??i??entreprises sai??i??accAi??lA?re : +17% au troisiA?me trimestre 2008 selon les chiffres du cabinet Altares, soit le plus haut niveau depuis 1997. +55% dans lai??i??immobilier, +49% dans les transports, +23% dans l’industrie, +22% dans les services aux particuliers, +13% dans le bA?timent, +11% dans le commerceai??i?? La cause est connue : les entreprises sont confrontAi??es Ai?? de graves problA?mes de trAi??sorerie en raison notamment du resserrement du crAi??dit bancaire, consAi??quence directe de la crise financiA?re. DA?s le mois dai??i??avril, le Cerf annonAi??ait le dAi??sastre que tout le monde semble dAi??couvrir aujourdai??i??hui.

Devant lai??i??urgence Ai?? limiter lai??i??hAi??catombe en cours, le Cerf ne comprend pas pourquoi lai??i??Acoss*, la caisse nationale des Urssaf, nai??i??a pas pris la dAi??cision de reporter et Ai??chelonner lai??i??appel de cotisations sociales dues au 15 octobre afin de donner un peu dai??i??oxygA?ne Ai?? la trAi??sorerie des entreprises. Le prAi??sident de lai??i??Unedic, Geoffroy Roux de BAi??zieux, a bien su le faire pour les cotisations chA?mage (1). Par son immobilisme, lai??i??Acoss va ainsi causer la mort de milliers dai??i??entreprises et la destruction de beaucoup plus dai??i??emplois encore. A moyen terme, ce sont les recettes mA?mes de lai??i??Urssaf qui vont en pA?tir. Comment le prAi??sident de lai??i??Acoss, Pierre Burban, qui est pourtant membre de lai??i??UPA, et son conseil d’administration, composAi?? de reprAi??sentants des Medef, CGPME, CGT, FO, CFDT, CFTC et CGC peuvent-ils laisser les entreprises disparaAi??tre une Ai?? une sans rien faire ? Cette erreur historique ne pourra pas A?tre rAi??parAi??e avant le prochain encaissement des cotisations en janvier : beaucoup d’entreprises et d’emplois auront Ai??tAi?? sacrifiAi??s d’ici-lAi??.

Il nai??i??est plus temps dai??i??attendre des solutions bureaucratiques longues Ai?? mettre en oeuvre et coAi??teuses comme le plan PME dai??i??OsAi??o (2). Il faut mobiliser toute solution qui aurait un effet de levier immAi??diat sur la trAi??sorerie et lai??i??activitAi??. Le Cerf plaide ainsi pour la suppression de la TVA interentreprises, limitAi??e dans le temps, car cette mesure entraAi??nerait une baisse mAi??canique des besoins de liquiditAi??s de 5,5 Ai?? 20% selon la taille et le type dai??i??activitAi??. Si les entreprises achA?tent sans payer de TVA, l’activitAi?? comme l’investissement leur reviennent moins cher. Cette mesure permettrait une plus grande circulation des liquiditAi??s dans l’Ai??conomie rAi??elle, et cette vitesse de circulation est au moins aussi importante que son volume ! L’Etat ne serait pas perdant puisque les recettes globales de TVA ne sont pas affectAi??es : on supprime juste la mobilisation intermAi??diaire de trAi??sorerie qui coAi??te trA?s cher aux entreprises, notamment en dAi??couverts auprA?s de leur banque.

Enfin, le Cerf demande que le prAi??sident de la RAi??publique profite de la prAi??sidence de lai??i??Union pour faire avancer le dossier du Ai?? small business act Ai?? europAi??en : rAi??server une partie des marchAi??s publics aux PME permettrait de ramener des liquiditAi??s vers les petites entreprises. Cette dAi??cision doit sai??i??accompagner dai??i??une politique de grands travaux centrAi??e sur la mise en oeuvre dai??i??infrastructures nouvelles (transports, communication, Ai??ducationai??i??) qui permettront de dAi??velopper le commerce et les Ai??changes entre les pays de lai??i??Union (3). Ces mesures ont Ai??tAi?? annoncAi??es dA?s avril 2007 comme socle de la Nouvelle Donne Ai?? la franAi??aise (4), que certains, comme la CGPME, semblent redAi??couvrir aujourd’hui, un peu tard. Soutenues depuis plusieurs annAi??es par le Cerf, ces propositions apparaissent plus que jamais nAi??cessaires pour accAi??lAi??rer le redAi??marrage de lai??i??activitAi?? en France et en Europe.

*Acoss : Agence centrale des organismes de SAi??curitAi?? sociale

(1) CommuniquAi?? du 10 octobre ai??i?? Report des cotisations chA?mage : un geste en faveur de la trAi??sorerie des entreprises
http://www.lescreateurs.org/081010-report-cotisations-chomage.pdf Write my paper
(2) CommuniquAi?? du 16 octobre ai??i?? Financement des entreprises : des milliards dai??i??euros pour rien ? Et une leAi??on de microAi??conomie
http://www.lescreateurs.org/081016-report-cotisations-urssaf.pdf
(3) CommuniquAi?? du 18 juillet 2008 ai??i?? Lai??i??Europe a besoin dai??i??une politique de grands travaux
http://www.lescreateurs.org/080728-grands-travaux.pdf Sale lady era
(4) CommuniquAi?? du 19 avril 2007 ai??i?? Les CrAi??ateurs pour la croissance
http://www.lescreateurs.org/070419-les-createurs-pour-la-croissance.pdf Cost of cialis 5 mg

La��Europe a besoin da��une politique de grands travaux

28 juillet, 2008 · Poster un commentaire 

Une Europe engluA�e dans ses rA�formes institutionnelles, en panne de projets et de croissance. Ca��est le moment pour la France de donner une nouvelle impulsion A� la construction europA�enne : en effet, avec la prA�sidence de la��Union depuis le 1er juillet et le lancement de la��Union pour la MA�diterranA�e il y a une quinzaine de jours, le prA�sident de la RA�publique a toutes les cartes en main pour lancer une politique de grands travaux qui favorisera le dA�veloppement du commerce et des A�changes entre les pays de la��Union, et avec ceux la MA�diterranA�e (un marchA� de 300 millions da��habitants A� la��horizon 2020).

Depuis sa crA�ation en 2003, le Cerf plaide pour une politique de grands travaux tournA�e notamment vers la mise en A�uvre da��infrastructures de transport nouvelles afin de rA�pondre aux besoins croissants du fret. Le Cerf considA?re par exemple que ca��est le moment de donner l’impulsion dA�finitive A� deux projets qui touchent directement la France : le canal Rhin-RhA?ne et le tunnel ferroviaire Lyon-Turin. Les lourds investissements demandA�s seront compensA�s par une augmentation des infrastructures logistiques, une ouverture A� de nouveaux marchA�s et une rA�duction des coA�ts externes – bruit, congestion, pollution, changement climatique, accidents, impact paysagea��A� Ces investissements ouvriront de nouvelles voies tout en rA�pondant au dA�fi A�nergA�tique des dA�cennies A� venir.

Le projet de canal Rhin-RhA?ne vise A� crA�er une voie da��eau de plus de 200 kilomA?tres entre Mulhouse et la SaA?ne. Ce canal permettrait ainsi de relier la mer mA�diterranA�e A� la mer du Nord et serait un « prolongement » du canal de Suez. Il serait alors possible de rejoindre le nord de la��Europe sans passer par le dA�troit de Gibraltar et Marseille pourrait devenir le grand port du sud de la��Europe. Le canal Rhin-RhA?ne viendrait A�galement dA�sengorger des axes routiers dA�jA� saturA�s : le trafic devrait doubler entre 2000 et 2020 pour passer de 44 millions de tonnes par an A� 88 millions. AprA?s un premier projet pharaonique, une nouvelle A�tude plus proche des rA�alitA�s prA�voit que des pA�niches de 2500 tonnes (contre 4000 A� la��origine) pourraient circuler sur cette voie da��eau pour un coA�t infA�rieur de 10 A� 20% au projet initial : la��association Rhin-SaA?ne voie da��eau 2010 A�value les travaux A� 3,1-3,4 milliards da��euros. Ce nouvel axe, colonne vertA�brale logistique, permettra la mise en A�uvre de projets ferroviaires transversaux dans le reste de l’Europe.

Le projet de tunnel Lyon-Turin sa��apparente A� un double tube de 52 kilomA?tres de long dont 12 kilomA?tres cA?tA� italien. La liaison ferroviaire A� grande vitesse permettrait de relier les deux villes en deux heures au lieu de quatre actuellement. LA� encore, il sa��agit de dA�sengorger les tunnels du Mont-Blanc et de FrA�jus du trafic de poids lourds : la��infrastructure dA�cidA�e en 2001 aura une capacitA� de 40 millions de tonnes de fret ferroviaire (contre 17,5 pour la ligne actuelle) et un million de poids lourds transportA�s par an sachant que le train consomme cinq fois moins da��A�nergie que la route par tonne transportA�e. Le coA�t de cette infrastructure a A�tA� A�valuA� A� 12,5 milliards da��euros dont 671 millions seront pris en charge par Bruxelles. La rA�duction des coA�ts externes est estimA�e A� prA?s de 500 millions da��euros par an par le ComitA� pour la transalpine. A sa suite, le dA�veloppement des lignes A� grande vitesse sur tout le pourtour mA�diterranA�en. La France est aujourd’hui leader des solutions pour le ferroutage.

Le Cerf espA?re donc que le prA�sident de la RA�publique va profiter de la prA�sidence franA�aise de la��Union pour lancer une politique europA�enne de transport, car ces grands travaux ne pourront avoir que des effets positifs pour la��A�conomie europA�enne, sa balance commerciale et son intA�gration.

Le Cerf entendu par Nicolas Sarkozy sur les Grands Travaux d’infrastructures

28 juin, 2007 · Poster un commentaire 

Les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf) se fA�licitent de l’engagement du Chef de l’Etat, mardi 26 juin A� l’occasion de l’inauguration du nouveau terminal de l’aA�roport de Roissy Charles de Gaulle. S’apprA?tant par ailleurs A� mettre en A�uvre les propositions du Cerf (1), il a A�largi son discours de circonstance aux propositions faites par le Cerf entre les deux tours de l’A�lection prA�sidentielle, relatives A� la nA�cessitA� impA�rieuse d’engager de Grands Travaux d’infrastructures sur l’ensemble du territoire.

Comme nous l’A�crivions alors, « ces derniers serviront de socle A� la « Nouvelle Donne » franA�aise pour la croissance nA�cessaire A� la lutte contre les dA�faillances d’entreprises et A� la crA�ation d’emplois. Ils assureront le dA�veloppement A�conomique des territoires et la protection des gA�nA�rations futures tout en permettant une meilleure intA�gration europA�enne et le rayonnement de la France. »

Le Cerf appelle de ses vA�ux un financement de ces projets par un Emprunt national.

(1)A�Le Cerf est, entre autre, A� l’origine de la dA�taxation et de la dA�fiscalisation des heures supplA�mentaires

AprA?s Nicolas Sarkozy, SA�golA?ne Royal donne raison au Cerf

Les dA�clarations de l’ex-candidate A� l’A�lection prA�sidentielle sur son programme renforcent la lA�gitimitA� des CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf).

La prA�tendante A� la direction du parti socialiste a en effet dA�clarA� que le smic A� 1500 a�� et la gA�nA�ralisation des 35 heures « n’A�taient pas crA�dibles ». Elle justifie ainsi la prise de parole du Cerf sur des mesures qu’elle a pourtant dA�fendues tout au long de la campagne prA�sidentielle.

Le Cerf, face aux rA�actions violentes provoquA�es par sa prise de position, avait dA� prA�ciser que, loin d’A?tre politique, il lui appartenait de s’appuyer sur son expertise pour informer et assumer des positions responsables. La candidate lui donne donc raison sur les principales critiques qu’il avait formulA�es.

Enfin, il est A�difiant que d’autres, disant connaA�tre et reprA�senter les entreprises, se soient tus A� propos des mesures phares de celle qui, PrA�sidente de la RA�publique, aurait appliquA� un programme qu’elle dA�nonce pourtant au lendemain des A�lections.