MIN : 50 000 euros pour trahir les professionnels !

1 décembre, 2010 · Commentaires fermés 

En période d’élections consulaires, l’évolution de la loi encadrant les Marchés d’Intérêt National (MIN) et impliquant la suppression du périmètre de protection des MIN tels que Rungis, reste un sujet d’une brûlante actualité. Chaque professionnel sait que cette modification des textes met en danger la survie des entreprises exerçant sur les MIN en livrant les grossistes à l’appétit féroce de la grande distribution, comme le groupe METRO à l’origine du changement de la loi. Le distributeur n’a d’ailleurs pas caché sa satisfaction et vient d’annoncer la signature d’un contrat avec Auchan, pour la fourniture de produits en marque distributeur que la marque allemande pourra maintenant écouler librement. Oubliées les contraintes imposées aux grossistes depuis 40 ans, obligés de supporter des loyers et des frais de fonctionnement hors norme sur les MIN, sans aucun espoir de devenir propriétaire et sans aucune compensation au moment où toutes les contraintes, ou presque, sont levées pour les nouveaux entrants qui arrivent avec les moyens financiers de groupes internationaux.

Le groupe Metro a donc fait une opération de maître en obtenant le vote par l’Assemblée de l’amendement qui lui permet de s’exonérer d’obligations qui s’imposent à tous. Mais comment en est-on arrivé là ?

Metro n’en est pas à son coup d’essai. Déjà en 2005, il avait déposé une proposition de loi pour obtenir d’abaisser les seuils de revente à perte, soit disant au bénéfice des petits commerçants. Devant les résistances qui s’élevaient face à une nouvelle demande de la grande distribution pour fausser le marché, Metro a donc finalement fait défendre sa position par la Fédération Nationale des Epiciers (FNDE), dont il est depuis l’un des principaux sponsors.

Les stratégies qui fonctionnent ont naturellement vocation à être réutilisées. Face au blocage de fédérations entières contre la levée des périmètres de protection, METRO a donc réitéré la démarche et s’est assuré le soutien de ceux qui auraient dû la combattre. Impossible ? Tous les observateurs ont été étonnés de voir en 2010 Madame Catherine Vautrin défendre l’amendement METRO en répondant à ses contradicteurs que les professionnels étaient pour, citant le soutien de la CGPME et des restaurateurs. Il aura échappé à la députée que 2010 était l’année de l’adhésion du groupe de distribution à la Confédération, laquelle, aux dires des membres de la commission commerce, aurait perçu une cotisation de 50 000€ pour 6 mois ! Quand on sait que les principales fédérations du commerce paient des cotisations inférieures à 5 000 € par an, on comprend que la défense des pme et tpe ne soit plus aussi urgente. Et Métro de s’acheter la voix de la représentativité à bon compte. Le politique, lui, n’y voit que du feu.

Et pourtant, les MIN, ce sont 26 000 emplois et 2250 TPE-PME et presque 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Rungis, par exemple, s’adresse avant tout aux petits commerçants travaillant en magasin ou sur les marchés, aux métiers de bouche (50% des acheteurs), ainsi qu’aux restaurateurs (15%), garants de la transmission de notre patrimoine culturel, gastronomique et historique et qui participent au rayonnement de la France à l’étranger depuis des décennies, ce sont chaque jour 30.000 personnes qui vendent (1/3), achètent (1/3), préparent ou transportent (1/3) ces denrées. Le classement de la gastronomie française au patrimoine mondial de l’UNESCO en est une des nombreuses conséquences positives.

Est-on à ce point dédaigneux en France du petit et moyen commerce que nous souhaiterions voir disparaître un modèle pourtant envié à l’étranger, dont la société gestionnaire est sollicitée pour participer à la localisation, la définition, l’organisation, la conception, l’exploitation de marchés de gros dans dont nombreux pays et en particulier en Chine alors que le chef de l’Etat doit faire des pieds et des mains afin de signer des contrats pour les grandes entreprises avec l’Empire du Milieu ? Est-on à ce point d’opulence en France que nous pouvons tourner le dos à un secteur dans lequel nos TPE et PME dégageait 7,6 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2007 ?

Peut-on dès lors laisser la CGPME prendre en main la destinée des entreprises en la plaçant à la tête de la Chambre de commerce comme elle l’ambitionne ? Il est essentiel que les MIN et les entreprises qui y exercent leur activité soient représentés et défendus par des chefs d’entreprises conscients des enjeux. Ce n’est qu’en élisant et en faisant élire ses candidats que le Cerf pourra poursuivre son action au service des entreprises au sein des institutions officielles, écoutées par les décideurs politiques.

Pour une véritable indépendance de la représentation des entreprises,
votez pour les candidats et la liste du Cerf, soutenue par Hervé Lambel.

LA SEULE LISTE PROPOSANT UN BILAN, UN PROGRAMME, DES PROPOSITIONS ET ACTIONS CONCRETES.

Mobilisation contre la rAi??forme des retraites : des syndicats une nouvelle fois hors sujet

24 juin, 2010 · Poster un commentaire 

L’intersyndicale – CGT, CFDT, FSU, Solidaires, Unsa, CFTC – appelle aujourdai??i??hui Ai?? une mobilisation contre la rAi??forme des retraites. PremiA?res consAi??quences : des arrA?ts de travail et manifestations, des perturbations dans les transports, des Ai??coles fermAi??es, des services publics au ralenti. Le Cerf dAi??plore que des syndicats dAi??montrent Ai?? nouveau leur irresponsabilitAi?? en bloquant encore lai??i??Ai??conomie : « Ces grA?ves fragilisent toujours plus les entreprises et en particulier les trA?s petites, alors que nous sommes toujours dans une crise profonde », sai??i??insurge HervAi?? Lambel, porte-parole du Cerf, « Ceux qui cessent le travail ont un salaire garanti, ce nai??i??est pas le cas des patrons indAi??pendants qui doivent travailler et crAi??er des richesses pour espAi??rer percevoir un revenu et garantir les salaires et les emplois de leurs Ai??quipes ».

Le Cerf dAi??plore que les syndicats soient arcboutAi??s sur des postures idAi??ologiques et lai??i??utopie de la retraite Ai?? 60 ans, et refusent de dire la vAi??ritAi?? aux FranAi??ais : « Au lieu de produire une connaissance utile, les syndicats manipulent lai??i??information pour tromper lai??i??opinion » regrette HervAi?? Lambel, « Alors quai??i??il faut trouver de lai??i??argent pour financer les retraites mais aussi lai??i??assurance maladie et la dAi??pendance, lai??i??indemnisation des chA?meurs, la construction de logementsai??i??, les syndicats disent : « Les riches paieront » et se gardent bien de dire aux FranAi??ais que dans les pays europAi??ens qui entourent la France, lai??i??A?ge lAi??gal de dAi??part Ai?? la retraite est Ai?? 65 ans ! « .

Enfin, le Cerf rappelle que les syndicats nai??i??ont aucune lAi??gitimitAi?? rAi??elle Ai?? remettre en cause la rAi??forme des retraites prAi??sentAi??e par Eric Woerth. En effet, les leaders qui sont en tA?te de cortA?ge nai??i??ont pas Ai??tAi?? Ai??lus au suffrage universel Ai?? lai??i??instar du prAi??sident de la RAi??publique et des parlementaires, seuls vAi??ritables reprAi??sentants du peuple : Ai?? la rentrAi??e, majoritAi?? et opposition seront appelAi??s Ai?? dAi??battre du texte et Ai?? lai??i??amender. « Nous assistons aujourdai??i??hui Ai?? une grande opAi??ration de lobbying visant Ai?? politiser le dAi??bat et donc Ai?? instrumentaliser la classe politique », regrette HervAi?? Lambel, « Il nai??i??appartient pas Ai?? la rue, manipulAi??e par des leaders syndicaux si peu reprAi??sentatifs, de dAi??terminer et de conduire la politique de la France, mais bien Ai?? nos reprAi??sentants rAi??els de faire les choix et de mener les actions dans lai??i??intAi??rA?t gAi??nAi??ral des FranAi??ais ».

Je vote contre la manipulation des FranAi??ais et des Ai??lus Cheap lady era sildenafil Buy xenical orlistat

Panmycin purchase

Sans rAi??forme des syndicats, pas dai??i??avancAi??es concrA?tes pour les entreprises

18 décembre, 2009 · Poster un commentaire 

Lai??i??Ania se retire du Medef. Un coup de tonnerre dans le monde syndical. En effet, lai??i??Association Nationale des Industries Alimentaires a vocation Ai?? reprAi??senter le premier secteur industriel national en termes de chiffre d’affaires – 162,9 milliards d’euros. Une fAi??dAi??ration aussi importante qui quitte le premier syndicat patronal, ce nai??i??Ai??tait pas arrivAi?? depuis 1968.Ai??

Le Cerf considA?re que cet Ai??vAi??nement syndical est rAi??vAi??lateur dai??i??un malaise qui existe entre les patrons et ceux qui sont censAi??s les reprAi??senter Buy diakofackboy et les dAi??fendre : « Laurence Parisot dAi??veloppe des prAi??occupations sociAi??tales et beaucoup de PME trouvent que ce nai??i??est pas la prioritAi?? » a expliquAi?? le prAi??sident de lai??i??Ania, Jean-RenAi?? Buisson. En effet, parler de la diversitAi??, dai??i??Ai??thique sur les rAi??munAi??rations des grands patrons, de la paritAi?? dans les conseils dai??i??administration paraAi??t dAi??calAi?? voire mA?me indAi??cent Ai?? lai??i??heure oA? beaucoup de TPE-PME sont Ai?? la recherche de clients pour remplir leurs carnets de commande ; de liquiditAi??s pour financer leur activitAi??… DA?s lors, lai??i??Ania qui versait jusquai??i??Ai?? prAi??sent plus de 620 000 euros de cotisation annuelle, sai??i??est posAi?? la question dai??i??un « rapport service/coAi??t ». Beaucoup de patrons considA?rent Ai?? juste titre que les syndicats ont oubliAi?? leur vocation premiA?re de dAi??fense des intAi??rA?ts moraux et financiers de leurs mandants. Cai??i??est tout ce travail de lobbyiste Naprosyn cost cvs auquel le Cerf est attachAi??, qui doit redevenir la prioritAi?? pour que les patrons bAi??nAi??ficient des retombAi??es concrA?tes des actions et nAi??gociations menAi??es en leur nom et avec leur argent.

« Si notre sortie a ce mAi??rite de faire Ai??merger un discours sur la rAi??organisation de la reprAi??sentation des entreprises en France, nous nai??i??aurons pas perdu notre temps » a expliquAi?? Jean-RenAi?? Buisson. Le Cerf nai??i??a pas attendu le retrait de lai??i??Ania du Medef pour souligner la nAi??cessitAi?? vitale de rAi??former la reprAi??sentativitAi?? patronale (et salariAi??e) mA?me si les CrAi??ateurs ont bien conscience que ce dAi??bat peut paraAi??tre abstrait et sans intAi??rA?t Ai?? bien des patrons dont la trA?s grande majoritAi?? a choisi de ne pas adhAi??rer Ai?? un syndicat mais qui en rAi??alitAi?? les financent contre leur grAi?? et souvent Ai?? leur insu par le biais de divers prAi??lA?vements obligatoires. Le Cerf considA?re en effet que la France ne pourra se rAi??former et se moderniser tant que les syndicats patronaux et salariAi??s seront incapables dai??i??informer lai??i??exAi??cutif sur lai??i??Ai??tat rAi??el du pays, et dai??i??A?tre une force de propositions : aujourdai??i??hui, lai??i??exAi??cutif pend souvent de mauvaises dAi??cisions ou agit trop tardivement en raison de lai??i??inefficacitAi?? mA?me de corps intermAi??diaires non reprAi??sentatifs.

Le Cerf pense donc que la reprAi??sentativitAi?? est un prAi??alable Ai?? lai??i??efficacitAi?? de lai??i??action syndicale pour obtenir des avancAi??es concrA?tes pour lai??i??environnement des entreprises : en effet, seuls des patrons au plus proche du terrain, seront Ai?? mA?me de se saisir des vrais sujets de prAi??occupation et Ai?? y apporter les bonnes rAi??ponses auprA?s de lai??i??exAi??cutif. Le Cerf plaide ainsi pour la mise place d’une vAi??ritable dAi??mocratie sociale : cela nAi??cessite de transfAi??rer la reprAi??sentativitAi?? patronale Ai?? des chefs dai??i??entreprise qui seront Ai??lus au suffrage universel des patrons et Ai?? la proportionnelle, et qui siA?geront dans des chambres patronales. Idem pour les salariAi??s qui ont boudAi?? lai??i??an dernier les Ai??lections prudai??i??homales faute de se reconnaAi??tre dans les cinq centrales syndicales dites pourtant « reprAi??sentatives ».

Sans cette rAi??volution du monde syndical, la France restera un pays bloquAi?? sur des postures idAi??ologiques, incapable de se rAi??former pour faire face Ai?? la concurrence de pays qui ont des corps intermAi??diaires modernes et efficaces. Email spy, Phone call tracker.