INSEE : l’indignation sélective continue

9 novembre, 2011 · 5 commentaires 

De la crédibilité des syndicats La suite

Diffamation : la CGPME Ai??choue Ai?? bA?illonner le CERF

19 septembre, 2011 · 5 commentaires 

La 17A?me Chambre correctionnelle de Paris vient de relaxer HervAi?? Lambel qui avait Ai??tAi?? poursuivi en diffamation par la CGPME 75 au sujet dai??i??un communiquAi?? qui faisait Ai??tat dai??i??une violation rAi??pAi??tAi??e des statuts par la CGPME 75 et lai??i??encaissement de cotisations indues. Dans un jugement rendu le 15 septembre, le Tribunal a prAi??cisAi?? quai??i??HervAi?? Lambel Ai??Ai??disposait dai??i??Ai??lAi??ments suffisants pour sai??i??exprimer ainsi quai??i??il lai??i??a faitAi??Ai??.

Selon, HervAi?? Lambel, ces agissements donnent une couleur particuliA?re Ai?? la publication trA?s mAi??diatisAi??e fin 2010 dai??i??un guide Ai??thique du dirigeant dai??i??entreprise par la CGPME et explique en grande partie le sentiment de dAi??fiance des chefs dai??i??entreprise Ai?? lai??i??Ai??gard de la reprAi??sentation patronale. Ai??Ai??La Comai??i?? que la CGPME fait trA?s bien, avec des moyens colossaux dont on peut se demander lai??i??origine, ne suffit pas Ai?? faire du syndicalisme, encore moins Ai?? dAi??fendre les entreprises ou Ai?? servir lai??i??intAi??rA?t gAi??nAi??ralAi??Ai??. Les patrons ne sai??i??y trompent dai??i??ailleurs pasAi??: Ai??Ai??il suffit pour sai??i??en convaincre de regarder les derniers rAi??sultats aux Ai??lections des Chambres de commerce pour constater que la CGPME, mais sai??i??est aussi le cas du medef, fait systAi??matiquement moins de voix que le CerfAi??Ai?? poursuit HervAi?? Lambel.

Cai??i??est ainsi la deuxiA?me fois que la CGPME Ai??choue Ai?? faire taire le Cerf, la premiA?re plainte ayant eu trait au scandale de la formation professionnelle, et aboutissant Ai??galement Ai?? la relaxe du porte-parole du Cerf qui dAi??fend Ai??Ai??une rAi??forme en profondeur de la reprAi??sentation patronale et de son financement qui pA?se trop sur des contributions obligatoires, Ai?? lai??i??insu des entreprises, sans aucun contrA?le dAi??mocratique.Ai??Ai?? Avant de poursuivreAi??: Ai??Ai??Cette absence de transparence est prAi??judiciable aux entreprises, Ai?? lai??i??emploi et Ai?? la croissance Ai??conomiqueAi??Ai??.

Reste Ai?? suivre la dAi??cision de la Cour dai??i??appel administrative de Nancy qui sera rendue le 30 septembre prochain suite Ai?? la demande dai??i??annulation de lai??i??Ai??lection de la Chambre de commerce et dai??i??industrie de Metz, relative Ai?? des irrAi??gularitAi??s concernant la campagne de la CGPME et Ai?? son financement.

Suivra enfin, Ai?? une date non prAi??cisAi??e mais pour les mA?mes motifs, la dAi??cision de la CAA de Paris concernant lai??i??Ai??lection de la CCIP, oA? le Cerf a fait une percAi??e spectaculaire en prenant les siA?ges du commerce au Medef et Ai?? la CGPME.

Ai??Ai??Ces dAi??cisions seront dai??i??autant plus importantes que de nombreux recours ont mis en Ai??vidence des irrAi??gularitAi??s mettant en cause la CGPME pendant cette campagne, conduisant Ai?? lai??i??invalidation de plusieurs Ai??lections sur le territoire. Cai??i??est une trA?s mauvaise annAi??e pour la CGPME sur le plan consulaire, conclut HervAi?? Lambel, puisque lai??i??ancien prAi??sident de la CCI de Lyon a Ai??tAi?? condamnAi?? le 23 juin pour dAi??tournement de fonds publics* et nai??i??a pu se reprAi??senter.Ai??Ai??

* appel a Ai??tAi?? interjetAi?? en juillet de sa condamnation Ai?? 30Ai??000 euros dai??i??amende. Flagyl 500 mg for sale Retail cost of maxalt Cannabis seeds uk seller

Revenus des patrons : les vrais scandales

5 août, 2011 · 22 commentaires 

L’INSEE vient de publier une nouvelle étude sur les revenus des patrons indépendants du commerce, de l’industrie, du bâtiment et des services. On peut y apprendre que la moitié des patrons gagne moins de 16 300 € par an, soit à peine les deux tiers du smic horaire rapportés au temps de travail. Globalement, le revenu des patrons baisse depuis 2000.

Le lecteur qui avait déjà lu l’édition précédente de l’étude de l’INSEE constate que, d’une année sur l’autre, la publication reprend les mêmes textes introductifs et montants de base (28 400 € de revenus par an). Pourtant, 2007 et 2008, les années étudiées, ne sont en rien comparables, ce qui ne saurait échapper à des statisticiens : même si la situation économique était déjà dégradée en 2007, la crise a véritablement éclaté en 2008, en attestent les chiffres des défaillances d’entreprises au premier puis au second trimestre 2008, ainsi que le fort ralentissement de la croissance cette même année. Alors, à moins d’une augmentation conséquente des marges des entreprises, il est impossible que le revenu d’activité des indépendants soit resté le même en Euros courants. Or la crise s’est amplifiée du fait de la contraction des marges qui a conduit à l’augmentation des besoins de trésorerie à l’origine des défaillances, par manque de financement bancaire. Il y a donc fort à craindre que la baisse des revenus d’activité des patrons, en Euros constant cette fois, soit plus forte que celle annoncée (-3,8%).

D’une étude à l’autre, l’INSEE parle d’un revenu de 36 400 € par an, quand il intègre les revenus des professionnels de santé hors agriculteurs, ce qu’il ne fait pas dans ses autres études où l’on voit ce revenu descendre à 28 400 € ou 25 900 € ou encore 22 100 € selon la façon de calculer, c’est-à-dire selon que l’on prend en compte ces patrons qui n’ont rien gagné voire perdu sur une année, ou ces patrons au revenu indécemment bas qui n’emploient pas de salariés. Une étude qui ne comporte que certaines catégories d’activités, ou que certains niveaux de rémunération, ne saurait être considérée comme reflétant la réalité. Si les études sectorielles peuvent s’avérer nécessaires, aucune étude sur les revenus des indépendants ne saurait se prétendre sérieuse, si elle n’englobe pas l’intégralité de ce qu’elle prétend mesurer : les entrepreneurs, ce sont bien tous ceux qui ont investi dans une activité, qui sont responsables de leur propre emploi. A quand donc une étude globale du revenu des indépendants, affinée ensuite par catégories ? pour enfin donner une véritable image du patronat qui porte depuis trop longtemps l’économie et la solidarité à bout de bras et permettre au politique de ne pas dire ou faire des âneries quand il entend prendre des décisions qui concernent les entreprises et, au final, la France.

Aussi est-il nécessaire de noter que, de 2000 à 2005, les 859 000 entrepreneurs individuels employeurs ont vu leur revenu d’activité baisser de 0,1% par an en Euros constants (25 900€), baisse que l’INSEE qualifie de « quasi-stagnation ». N’importe quel patron y verra une des raisons du niveau élevé du chômage. La prise en compte du revenu des entrepreneurs qui n’emploient pas de salariés fait baisser la moyenne à 22 100 €. Sont-ils moins entrepreneurs ou leur revenu est-il trop faible pour déterminer le revenu des patrons sur lequel l’INSEE choisit de communiquer ? Rapporté au temps de travail, le revenu moyen annoncé aujourd’hui pour l’année 2008 (28 400 €) est à peine au niveau du smic. Quel parti pris conduit à ne pas donner plus d’importance à cette réalité pourtant mesurée par l’INSEE : 13% des patrons ont un « revenu » nul ou négatif, 50% perçoit un revenu inférieur à 16 300 euros par an ! Rapporté au temps de travail, le revenu médian ne représente que les 2/3 du SMIC ! Il y a ainsi en proportion, plus de miséreux à la peine chez ces patrons que chez les salariés (salaire médian : 19 860€).

Les cris poussés par les patrons, trop rapidement et facilement qualifiés de poujadistes ou de populistes, avec tout le mépris que cela révèle, sont en réalité l’expression d’une souffrance qu’il serait dangereux de négliger, et d’une situation économique à laquelle il est urgent d’apporter des réponses si l’on veut voir repartir la croissance à la hausse et le chômage à la baisse.

Voir aussi : INSEE l’indignation sélective

INSEE : lai??i??indignation sAi??lective

30 juin, 2011 · 4 commentaires 

A la demande de ses syndicats internes, lai??i??INSEE a, de faAi??on tout Ai?? fait exceptionnelle, publiAi?? un communiquAi?? afin de Ai?? corriger Ai?? les propos de Claude GuAi??ant, ministre de lai??i??intAi??rieur, relatifs Ai?? lai??i??Ai??chec scolaire des enfants dai??i??immigrAi??s et citant une rAi??fAi??rence Ai?? des donnAi??es INSEE. Si la lecture de lai??i??Ai??tude en question est intAi??ressante, il nai??i??est pas dans notre objet de la commenter.

En revanche, nous sommes amenAi??s Ai?? nous interroger sur la dAi??marche de syndicats que le souci de prAi??cision et dai??i??exactitude semble honorer. Et pourtantai??i?? Si comme ils lai??i??ont Ai??crit, Ai?? lai??i??INSEE nai??i??a pas vocation Ai?? corriger toutes les mauvaises interprAi??tations des donnAi??es quai??i??elle publie, quai??i??elles soient de bonne ou de mauvaise foi Ai??, on pourrait sai??i??attendre de leur part quai??i??ils aient la mA?me exigence quant Ai?? leur propre production, dont il faut souligner le rA?le essentiel dai??i??information du monde politique, du lAi??gislateur et de lai??i??exAi??cutif pour connaAi??tre la situation des FranAi??ais et dAi??finir la politique de la France, cai??i??est-Ai??-dire apporter des solutions aux problA?mes vAi??cus par les citoyens. Ces donnAi??es pourraient mA?me servir, sait-on jamais, Ai?? expliquer, voire justifier des programmes politiques en pAi??riode Ai??lectoraleai??i?? La matiA?re statistique revA?t ainsi un caractA?re quasi-sacrAi?? dA?s lors quai??i??elle est sensAi??e servir la dAi??mocratie.

Or, que constate-t-on aujourdai??i??hui, si ce nai??i??est un emballement apparemment plus politique quai??i??attachAi?? Ai?? la dAi??fense de la vAi??ritAi?? ? Le propos semble excessif ? Personne pourtant nai??i??a entendu sai??i??Ai??lever la voix des mA?mes syndicats, quand, depuis plusieurs annAi??es et malgrAi?? des alertes rAi??pAi??tAi??es par le Cerf, lai??i??INSEE associAi?? Ai?? la CGPME donne une publicitAi?? particuliA?re aux salaires des patrons de PME, qui gagneraient plus de 5000 ai??i?? par mois, en laissant croire quai??i??il y a lAi?? un Ai??lAi??ment probant de dAi??finition et de comparaison, pourtant bien loin des 1 890 ai??i?? de revenu mensuel net rAi??ellement perAi??us. La faiblesse des revenus du patronat est-elle Ai?? ce point indAi??cente quai??i??il faille la taire ? Ou dessert-elle les postures dAi??fendues par ailleurs par ces mA?mes syndicats ?

Nai??i??est-il pas plus grave encore de constater que suite Ai?? ces interpellations, lai??i??INSEE, au lieu dai??i??apporter les prAi??cisions demandAi??es, modifie sa prAi??sentation statistique en supprimant de ses rAi??fAi??rences les 10% de patrons qui dAi??clarent un revenu nul ou nAi??gatif ? Et de constater ensuite que cette manipulation a pour effet, Ai?? partir des mA?mes chiffres, dai??i??augmenter le revenu de rAi??fAi??rence de plus de 50% ? Comment ne pas sai??i??alarmer quand le mA?me document prAi??tend renseigner sur la durAi??e de travail hebdomadaire des patrons en donnant un chiffre prAi??cis (52 heures), quand il affirme quelques pages plus loin que lai??i??INSEE Ai?? ne dispose dai??i??aucune information sur le volume de travail des non-salariAi??s Ai?? ?

Le revenu des patrons et leur temps de travail nai??i??ont peut-A?tre pas tant dai??i??importance quai??i??il faille les traiter avec rigueur. Mais alors que le Cerf interpelait lai??i??INSEE sur ces diffAi??rents points, M Jean-Pierre Cotis, directeur de lai??i??Institut, se voyait confier une mission par le PrAi??sident de la RAi??publique sur le partage de la valeur, laquelle serait captAi??e par les patronsai??i?? Deux ans aprA?s, et en lai??i??absence de toutes rAi??flexions et actions positives des principales organisations syndicales et patronales en matiA?re de pouvoir dai??i??achat, le gouvernement met en place une prime qui aura fait couler beaucoup dai??i??encreai??i??

Les commentateurs sont souvent prompts Ai?? faire porter la faute au politique : un peu de discernement et de dAi??cence permettrait de voir que la force dai??i??indignation dai??i??un groupe de pression ne trouve pas nAi??cessairement ses plus puissants ressorts dans les justifications quai??i??il sait mettre en avant pour nous faire avaler ses couleuvres. Ai?? Quand le doigt montre la lune, lai??i??imbAi??cile regarde le doigt Ai??, dit le proverbe.
Quoiquai??i??il en soit, le monde politique trop mal informAi?? et conseillAi?? ne saurait rAi??pondre aux attentes des FranAi??ais, lesquels en retour le sanctionnent dans les urnes. Il est temps que cela change, non ?

A la demande de ses syndicats internes, lai??i??INSEE a, de faAi??on tout Ai?? fait exceptionnelle, publiAi?? un communiquAi?? afin de Ai??Ai??corrigerAi??Ai?? les propos de Claude GuAi??ant, ministre de lai??i??intAi??rieur, relatifs Ai?? lai??i??Ai??chec scolaire des enfants dai??i??immigrAi??s et citant une rAi??fAi??rence Ai?? des donnAi??es INSEE. Si la lecture de lai??i??Ai??tude en question est intAi??ressante, il nai??i??est pas dans notre objet de la commenter.

En revanche, nous sommes amenAi??s Ai?? nous interroger sur la dAi??marche de syndicats que le souci de prAi??cision et dai??i??exactitude semble honorer. Et pourtantai??i?? Si comme ils lai??i??ont Ai??crit, Ai??Ai??lai??i??INSEE nai??i??a pas vocation Ai?? corriger toutes les mauvaises interprAi??tations des donnAi??es quai??i??elle publie, quai??i??elles soient de bonne ou de mauvaise foiAi??Ai??, on pourrait sai??i??attendre de leur part quai??i??ils aient la mA?me exigence quant Ai?? leur propre production, dont il faut souligner le rA?le essentiel dai??i??information du monde politique, du lAi??gislateur et de lai??i??exAi??cutif pour connaAi??tre la situation des FranAi??ais et dAi??finir la politique de la France, cai??i??est-Ai??-dire apporter des solutions aux problA?mes vAi??cus par les citoyens. Ces donnAi??es pourraient mA?me servir, sait-on jamais, Ai?? expliquer, voire justifier des programmes politiques en pAi??riode Ai??lectoraleai??i?? La matiA?re statistique revA?t ainsi un caractA?re quasi-sacrAi?? dA?s lors quai??i??elle est sensAi??e servir la dAi??mocratie.

Or, que constate-t-on aujourdai??i??hui, si ce nai??i??est un emballement apparemment plus politique quai??i??attachAi?? Ai?? la dAi??fense de la vAi??ritAi??Ai??? Le propos semble excessifAi??? Personne pourtant nai??i??a entendu sai??i??Ai??lever la voix des mA?mes syndicats, quand, depuis plusieurs annAi??es et malgrAi?? des alertes rAi??pAi??tAi??es par le Cerf, lai??i??INSEE associAi?? Ai?? la CGPME donne une publicitAi?? particuliA?re aux salaires des patrons de PME, qui gagneraient plus de 5000 ai??i?? par mois, en laissant croire quai??i??il y a lAi?? un Ai??lAi??ment probant de dAi??finition et de comparaison, pourtant bien loin des 1 890 ai??i?? de revenu mensuel net rAi??ellement perAi??us. La faiblesse des revenus du patronat est-elle Ai?? ce point indAi??cente quai??i??il faille la taireAi??? Ou dessert-elle les postures dAi??fendues par ailleurs par ces mA?mes syndicatsAi???

Nai??i??est-il pas plus grave encore de constater que suite Ai?? ces interpellations, lai??i??INSEE, au lieu dai??i??apporter les prAi??cisions demandAi??es, modifie sa prAi??sentation statistique en supprimant de ses rAi??fAi??rences les 10% de patrons qui dAi??clarent un revenu nul ou nAi??gatifAi??? Et de constater ensuite que cette manipulation a pour effet, Ai?? partir des mA?mes chiffres, dai??i??augmenter le revenu de rAi??fAi??rence de plus de 50%Ai??? Comment ne pas sai??i??alarmer quand le mA?me document Buy cannabis seeds toronto Purchase ponstel for menstrual cramps prAi??tend renseigner sur la durAi??e de travail hebdomadaire des patrons en donnant un chiffre prAi??cis (52 heures), quand il affirme quelques pages plus loin que lai??i??INSEE Ai??Ai??ne dispose dai??i??aucune information sur le volume de travail des non-salariAi??sAi??Ai?? ?

Le revenu des patrons et leur temps de travail nai??i??ont peut-A?tre pas tant dai??i??importance quai??i??il faille les traiter avec rigueur. Mais alors que le Cerf interpelait lai??i??INSEE sur ces diffAi??rents points, M Jean-Pierre Cotis, directeur de lai??i??Institut, se voyait confier une mission par le PrAi??sident de la RAi??publique sur le partage de la valeur, laquelle serait captAi??e par les patronsai??i?? Deux ans aprA?s, et en lai??i??absence de toutes rAi??flexions et actions positives des principales organisations syndicales et patronales en matiA?re de pouvoir dai??i??achat, le gouvernement met en place une prime qui aura fait couler beaucoup dai??i??encreai??i??

Les commentateurs sont souvent prompts Ai?? faire porter la faute au politiqueAi??: un peu de discernement et de dAi??cence permettrait de voir que la force dai??i??indignation dai??i??un groupe de pression ne trouve pas nAi??cessairement ses plus puissants ressorts dans les justifications quai??i??il sait mettre en avant pour nous faire avaler ses couleuvres. Ai??Ai??Quand le doigt montre la lune, lai??i??imbAi??cile regarde le doigtAi??Ai??, dit le proverbe.

Quoiquai??i??il en soit, le monde politique trop mal informAi?? et conseillAi?? ne saurait rAi??pondre aux attentes des FranAi??ais, lesquels en retour le sanctionnent dans les urnes. Il est temps que cela change, nonAi???

Augmentations des salaires : justice et rAi??alitAi??

23 décembre, 2010 · Poster un commentaire 

Une classe de nantis, privilAi??giAi??s et dAi??magogues, pousse lai??i??idAi??e, qui semble faire son chemin dans les mAi??dias, de la nAi??cessaire augmentation des salaires, notamment Ai?? au nom de la justice Ai??, tandis que dai??i??autres parlent dai??i??augmenter les prAi??lA?vements sur les entreprises.

Aleve sale

La rAi??alitAi??, rapportAi??e par le trA?s officiel et trA?s sAi??rieux INSEE :

Salaire mensuel moyen des fonctionnairesAi??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai?? 2328,00 ai??i?? (1)

Salaire mensuel moyen des salariAi??sAi??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??2069,00 ai??i?? (2)

Revenu mensuel moyen des patronsAi??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??1850,00 ai??i?? (3)

pour une durAi??e hebdomadaire du travail incomparable, allant quasiment du simple au double.

A lai??i??aulne de ces chiffres, dai??i??autres que les Ai?? salariAi??s qui ne travaillent pas de la CGT Ai?? 2300 euros par mois Ai?? (4) ou des consultants Ai?? plusieurs milliers dai??i??euros, comprendront peut-A?tre que toute hausse de la fiscalitAi??, notamment sur les bAi??nAi??fices des petites entreprises, des charges et, malheureusement des salaires, augmente la pression sur ces entreprises et est non seulement injuste, mais Ai??conomiquement hAi??rAi??tique et suicidaire.

A 1 an de lai??i??Ai??lection prAi??sidentielle, et peut-A?tre moins dai??i??une dAi??faillance majeure de la France, avis aux partis politiques de tous bords et Ai?? leurs Ai??lus.

Ai??

Buy cefadroxil uses
(1) INSEE 2008 – http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1324/ip1324.pdf
(2) INSEE 2008 – http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1300/ip1300.pdf
(3) INSEE 2005 – http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1175/ip1175.pdf (derniA?re Ai??tude prenant en compte les 13% de patrons qui subissent un revenu nAi??gatif ou nul).
(4) MAi??pris et DAi??magogie : de lai??i??indAi??cence du syndicalisme Ai?? la franAi??aise ai??i?? 19/10/2010 – Whatsapp spy, Mobile tracking. http://www.lescreateurs.org/2010/10/19/mepris-et-demagogie-de-l%E2%80%99indecence-du-syndicalisme-a-la-francaise/

Stress des patrons : enfin reconnu ?

2 juillet, 2010 · Poster un commentaire 

Depuis plusieurs années, le Cerf alerte les pouvoirs publics sur le stress subi par les patrons. Aujourd’hui, pour la première fois, une étude TNS Sofres mesure sa réalité. Pour enfin prendre la mesure de son impact destructeur sur l’économie et l’emploi ?

Une majorité de patrons (63%) se dit stressée selon le baromètre TNS Sofres des TPE-PME : 88% d’entre eux souffrent d’insomnies, 87% d’angoisses, 77% de fatigue et 76% ont des problèmes de santé. Parmi les sources de stress, 64% citent l’évolution du carnet de commande ; 59% la situation de la trésorerie, 54% la charge de travail… Les causes du stress, rarement isolées, sont bien souvent cumulatives et directement liées à l’exploitation de leur entreprise. Dès 2006, le Cerf abordait cette question dans son manifeste « Les créateurs pour la France » : « C’est sur ses patrons que la France, gaspilleuse des deniers publics, a transféré sa charge. » Des patrons « pieds et mains liés, (ai??i??) par les contraintes financières, administratives et réglementaires, qui pèsent arbitrairement sur leur entreprise ». Le 18 février dernier, le Cerf rappelait que les patrons doivent « faire toujours plus de chiffre pour faire face à des échéances sociales et fiscales toujours plus lourdes, imposées par les nouveaux maîtres des forges », peu soucieux du faible revenu desdits patrons.

La profonde connaissance des problèmes quotidiens et de long terme rencontrés par les entreprises permet au Cerf de jouer son rôle d’alerte auprès des pouvoirs publics. Comment expliquer en revanche que jusqu’à ce jour, aucune autre organisation patronale ne se soit souciée de cette question pourtant cruciale pour l’équilibre de notre économie et de notre société ? Aujourd’hui le Cerf se réjouit de voir que d’autres s’emparent de cette question : « Il s’agit d’une avancée nécessaire pour une prise de conscience, mais pas suffisante si aucune solution n’est apportée », avertit Hervé Lambel, porte-parole. Le Cerf préconise depuis longtemps un plan d’action pour baisser le stress au travail :
- Allègement de la pression sociale et fiscale en transférant notamment sur la consommation une partie des charges qui pèsent sur le travail ;
- Simplification administrative afin de réduire le temps consacré à des tâches qui ne créent pas de valeur ;
- Accompagnement personnalisé du chef d’entreprise pour l’aider notamment dans ses démarches avec les administrations (Trésor, Urssaf, Unedic…)
- Réduction drastique des dépenses publiques

Loin de se battre pour des privilèges, les patrons demandent seulement qu’on les laisse travailler sans ajouter des contraintes et des charges qui ruinent la rentabilité fragile de leur entreprise. Principaux acteurs du progrès et de l’innovation, ils refusent qu’on leur en demande toujours plus pour répondre aux lubies de syndicats et de politiques en mal de reconnaissance et de symboles en matière sociale ou environnementale. Ainsi, le législateur doit être très circonspect sur le projet de loi sur le dialogue social dans les TPE qui sera examiné prochainement au Sénat : au stress du carnet de commande et de la pression étatique, pourrait s’ajouter celui de syndicats de salariés dont le principal objectif est de trouver de nouvelles sources de financement via le marché relativement vierge des TPE. L’enfer est pavé de bonnes intentions lourdes de conséquences pour les entreprises, ceux qui y travaillent et, au final, ceux qui avaient cru bien faire…

Les Créateurs pour la France (message aux candidats – 2007)

21 décembre, 2006 · 2 commentaires 

Assez d’invectives et de mélange des genres.

Assez des insultes répétées !

Non les patrons ne sont pas des voyous !

Premiers précaires de France, ils sont le pilier de la solidarité !

Les dirigeants qui gagnent des sommes que certains jugent démesurées, ne sont pas des patrons mais des salariés protégés par un contrat de travail qui garantit les rémunérations incriminées ! Alors, faut-il remettre en cause ces contrats et donc le droit du travail ?

Les patrons, eux, anciens salariés, sont issus du monde du travail, rarement des grandes écoles ! Celui qui gère mal son entreprise, n’a pas de parachute doré : il est poursuivi sur ses biens personnels pour réparer ses erreurs.

C’est de ces patrons, les seuls qui puissent prétendre à ce titre, que viendra le salut de la France. Car il faut accepter de ne pas se payer et engager le peu que l’on a, accepter de n’avoir ni garantie de revenu, ni protection sociale, et, depuis trop longtemps, d’être insulté, pour créer une entreprise, créer des emplois et de la richesse ! C’est de l’engagement de ces patrons que la France a tiré sa force, pour créer les emplois, financer la solidarité, la culture et les études de ceux qui se permettent aujourd’hui de jeter l’opprobre et le discrédit sur les actifs les plus précaires de France.

C’est sur ces patrons que la France, gaspilleuse des deniers publics, a transféré sa charge : elle les a transformés en contremaître de l’Etat percepteur, nourrissant ainsi une illusoire lutte des classes, qui fait le jeu de catégories privilégiées, accrochées à des postes conférés au titre d’une représentativité tout aussi illusoire, mais qui garantit des rentes à ceux qu’elle met en place.

Ces patrons, attachés à leur pays, mais pieds et mains liés, non par leur recherche de profit, mais bien par les contraintes financières qui pèsent arbitrairement sur leur entreprise, sont conduits à des décisions qui ne relèvent plus du libre choix !

Etre patron, c’est croire, vouloir, initier, oser, encourager, motiver et faire concrètement les choses. C’est incarner les valeurs positives de l’action qui permettent le mouvement. C’est donc par les patrons, en priorité, que passera le redressement de la France et les solutions aux défis auxquels nous sommes durablement confrontés pour les années à venir. Pour cela, encore faut-il arrêter de casser l’entreprise et en faire un bouc émissaire à bon compte, au risque sinon, d’épuiser la ressource.

C’est possible, si ceux qui ne sont pas patron, prennent conscience, si ne n’est pas déjà fait, du rôle fondamentalement citoyen et solidaire des travailleurs non protégés, en ne les confondant pas avec les « responsables, mais non coupables » de tous ordres, donneurs de leçons, qui vivent sur le dos de l’entreprise et se jouent des citoyens.

——–

Ce manifeste, toujours d’actualité en 2012, a déjà reçu plusieurs milliers de signatures. N’hésitez pas à y apporter votre soutien.

——–

Pour aller plus loin sur la condition des patrons… et sur leurs revenus…

« Page précédente