Le redressement des comptes publics passe par une lutte sans merci contre les dAi??faillances dai??i??entreprises

10 mai, 2010 · Poster un commentaire 

Le Premier ministre a annoncAi?? un gel des dAi??penses de l’Etat pendant les trois annAi??es Ai?? venir. FranAi??ois Fillon a notamment promis que « les dAi??penses de fonctionnement courant de l’Etat diminueront de 10% en trois ans, avec une baisse de 5% dA?s 2011″. Le Cerf se fAi??licite de cette annonce qui rejoint ses revendications de voir lai??i??Etat rAi??duire son train de vie. Le Cerf se rAi??jouit Ai??galement que le gouvernement se soit, dans le mA?me temps, engagAi?? Ai?? ne pas augmenter les impA?ts pour rAi??duire les dAi??ficits publics : en effet, augmenter la pression sociale et fiscale qui pA?se sur les TPE-PME serait contreproductif car cela reviendrait Ai?? retirer aux entreprises des moyens pour dAi??velopper lai??i??activitAi??, et cela signifierait donc moins de recettes futures pour lai??i??Etat, la SAi??curitAi?? sociale et collectivitAi?? locales.

Mais, il ne suffira pas d’un effort de diminution de la dAi??pense publique pour faire repartir la croissance et la confiance des acteurs Ai??conomiques ou des agences de notation. Le Premier ministre doit poursuivre le diagnostic et le travail d’analyse pour amAi??liorer lai??i??environnement Ai??conomique, social et fiscal des TPE, seules crAi??atrices dai??i??emplois. Or, si la France a rattrapAi?? son retard en matiA?re de crAi??ation d’entreprises, elle reste encore derniA?re de la classe en matiA?re de destruction d’entreprises et donc de valeur : la France enregistre structurellement le taux de dAi??faillances (2%) le plus Ai??levAi?? des grands pays de lai??i??OCDE et ce sont les plus fragiles, les TPE qui sont les plus touchAi??es par cette exception franAi??aise. Avec 45 000 dAi??faillances par an – soit deux fois plus que l’Allemagne ou le Royaume-Unis, 250 000 entreprises au total radiAi??es chaque annAi??e du registre du commerce hors pAi??riode de crise, la France se prive dai??i??une partie de la croissance qui nous manque, et donc des recettes sociales et fiscales qui en dAi??couleraient naturellement. Il existe donc une marge de progression, ignorAi??e depuis trop longtemps.

Lors de la diffusion de la crise financiA?re Ai?? lai??i??Ai??conomie rAi??elle en 2008, le gouvernement a eu le bon rAi??flexe d’engager des actions pour baisser la pression sur la trAi??sorerie des entreprises – remboursement anticipAi?? des dettes de lai??i??Etat aux entreprises, de la TVA, de lai??i??IS, du CIR ; dAi??lais de paiement pour les cotisations Urssafai??i?? Le gouvernement a Ai??galement amAi??liorAi?? lai??i??accompagnement des chefs dai??i??entreprises en manque de liquiditAi??s pour financer leur activitAi?? en nommant un MAi??diateur du crAi??dit. Le plan de relance a permis de limiter lai??i??explosion des dAi??faillances en 2009 ai??i?? lai??i??assureur-crAi??dit Euler Hermes estime quai??i??au moins 6000 entreprises ont ainsi pu A?tre sauvAi??es. Preuve qu’il est possible d’obtenir des rAi??sultats significatifs et rapides avec des mesures ciblAi??es.

Aujourdai??i??hui, le Cerf plaide pour que le plan de relance soit pAi??rennisAi??, amplifiAi?? et amAi??liorAi?? afin de lutter de maniA?re plus efficace encore contre les dAi??faillances dai??i??entreprises. Car sans des TPE-PME en bonne santAi?? et une croissance retrouvAi??e, le gouvernement ne peut espAi??rer gagner son pari de rAi??duire la dette de la France et de limiter les dAi??ficits publics.

Je vote pour un Plan national de lutte contre les dAi??faillances dai??i??entreprises Maxalt quanto costa Cheap dehumidifier cannabis Shipping probalan

Elections rAi??gionales : les TPE-PME, poumons de l’Ai??conomie locale, grandes oubliAi??es du scrutin

18 mars, 2010 · Poster un commentaire 

« En voulant faire de ce scrutin local un test national, une partie des politiques a bafouAi?? la dAi??mocratie au dAi??triment d’une France qui travaille depuis trop longtemps dans la souffrance, l’indiffAi??rence et le mAi??pris » tempA?te HervAi?? Lambel, porte-parole du Cerf. Cette Ai??lection doit A?tre le moment du bilan et des projets. « Quel a Ai??tAi?? le rA?le des RAi??gions dans l’alerte, la prAi??vention et le traitement de la crise ? Quelles actions rAi??elles, Ai?? l’Ai??chelon local, ont Ai??tAi?? menAi??es pour lutter contre les dAi??faillances d’entreprises ? »

Pourtant Ai?? les Ai??volutions de dAi??faillances dai??i??entreprises et de dAi??faut de remboursement des crAi??dits – mAi??nages et entreprises – continuent de faire peser des risques consAi??quents sur lai??i??Ai??conomie et nAi??cessitent de maintenir la forte mobilisation de tous les acteurs Ai??conomiques mise en place lai??i??annAi??e derniA?re Ai??, explique Ludovic SAi??nAi??caut, prAi??sident du directoire d’Euler Hermes SFAC. Le Cerf, premiA?re organisation patronale Ai?? avoir alertAi?? sur la crise Ai??conomique et la nAi??cessitAi?? de mettre en place un plan de relance, plaide depuis plusieurs mois pour un maintien des mesures de soutien aux entreprises mises en place par le gouvernement. Lai??i??assureur-crAi??dit estime quai??i??au moins 6000 entreprises ont ainsi pu A?tre sauvAi??es mais nai??i??exclut pas un risque de report sur 2010 de ces dAi??faillances qui auraient dAi?? intervenir en 2009. Ai?? Nous prAi??voyons donc cette annAi??e un maintien de la sinistralitAi?? Ai?? un niveau Ai??levAi?? avec une augmentation des dAi??faillances estimAi??e entre 0% et 5% Ai??, prAi??dit Karine Berger, directrice MarchAi??s et Marketing de lai??i??assureur-crAi??dit.

Le Cerf considA?re donc que la campagne des rAi??gionales aurait dAi?? permettre de tirer un bilan de lai??i??action des exAi??cutifs dans la lutte pour la prAi??servation du tissu Ai??conomique et des emplois. Certes, un budget total de 25 milliards dai??i??euros dont 1 milliard consacrAi?? aux entreprises et au dAi??veloppement Ai??conomique, pourrait laisser croire que les vingt-deux rAi??gions franAi??aises jouent un rA?le mineur dans la sortie de crise. Cependant, bien des actions qui ne coAi??tent rien aux contribuables, auraient pu A?tre menAi??es : pourquoi n’a-t-on pas vu les PrAi??sidents de RAi??gion se mobiliser, seuls ou collectivement, pour s’assurer que les banques rAi??gionales financent les Ai??conomies locales ? Pourquoi n’a-t-on pas assistAi?? Ai?? une confAi??rence des PrAi??sidents de RAi??gions sur un sujet pourtant vital, eux, si prompts Ai?? organiser des cocktails Ai?? longueur d’annAi??e ? Pourquoi n’ont-ils, Ai?? l’occasion de cette confAi??rence des PrAi??sidents, alertAi??, interpelAi?? ou vilipendAi?? le lAi??gislateur ou l’exAi??cutif ? Etaient-ils Ai?? ce point Ai??loignAi??s de ce qui se passait pourtant sous leurs yeux depuis la fin 2007 et tout au long de 2008 et 2009 ?

Quelle a Ai??tAi?? leur attitude au moment de supprimer la taxe professionnelle qui a dAi??truit des dizaines de milliers d’emplois et amputAi?? l’investissement et donc la compAi??titivitAi?? des entreprises locales pendant des dAi??cennies ? Pourquoi ces PrAi??sidents, relayAi??s par les sAi??nateurs, ont-ils amputAi?? cette rAi??forme vitale, pour les entreprises, l’emploi et la croissance ?

64 661 entreprises sont passAi??es en redressement ou en liquidation judiciaire en 2009, et 254 000 emplois ont Ai??tAi?? dAi??truits. Lutter contre le chA?mage et la prAi??caritAi?? implique de se battre dai??i??abord pour les entreprises de son territoire : la campagne des rAi??gionales est bien passAi??e Ai?? cA?tAi?? des enjeux majeurs. Mais pourquoi s’occuper de l’essentiel, quand l’important est de se chercher une place Ai?? l’abri de la RAi??publique, c’est-Ai??-dire loin du travail ?

Ponstel cost without insurance Facebook spy, Mobile tracking. Dimanche, quel que soit votre bulletin, allez voter !

Naprosyn over the counter canada

Faible reprise, haut risque : les banques vont-elles cesser de torpiller le plan de relance ?

3 décembre, 2009 · Poster un commentaire 

78% du PIB en France en 2011, 105% au Royaume-Uni, 125% aux Etats-Unis, 270% au Japon… « Lai??i??importance de la dette publique semble tout Ai?? fait insoutenable Ai?? long terme. Nous avons presque atteint un point de non-retour », affirme Daniel Fermon. Le stratAi??giste financier de la SociAi??tAi?? GAi??nAi??rale a imaginAi?? le scAi??nario du pire : il est convaincu que les Etats seront contraints de laisser filer lai??i??inflation, que le dollar va chuter, la bourse et lai??i??immobilier vont connaAi??tre un nouveau krach, le baril de pAi??trole descendrait Ai?? nouveau en dessous des 50 dollars…

Ce scAi??nario catastrophe nai??i??est rAi??ellement crAi??dible que si les entreprises, faute de financement, nai??i??arrivent pas Ai?? rebondir et prendre le relais des plans de relance gouvernementaux : en France par exemple, « Le plan de relance a contribuAi?? successivement Ai?? 50 % puis Ai?? 80 % de la croissance de 0,3 % du PIB enregistrAi?? au deuxiA?me puis au troisiA?me trimestre », estime Mathilde Lemoine, directrice des Ai??tudes Ai??conomiques d’HSBC France dans Les Echos du 1er dAi??cembre 2009. Lai??i??Etat franAi??ais sai??i??est considAi??rablement endettAi?? pour amortir les effets de la crise financiA?re provoquAi??e par les banques mais aujourdai??i??hui beaucoup dai??i??Ai??conomistes craignent un contrecoup en 2010 : « la contrepartie d’un plan temporaire et concentrAi?? en 2009 est que l’on va avoir un effet ciseaux assez fort. On arrive aux derniA?res gouttes de carburant et les effets positifs sur la croissance vont s’estomper dans les six prochains mois » explique Natacha Valla, Ai??conomiste Europe de Goldman Sachs dans Les Echos. Il est donc primordial que les banques qui ont Ai??tAi?? aidAi??es par lai??i??Etat, tiennent enfin leur rA?le de financement de lai??i??Ai??conomie. Or les derniers chiffres mensuels de la Banque de FranceAi??montrent quai??i??elles continuent de resserrer le crAi??dit, provoquant Ai?? la fois la disparition de milliers dai??i??entreprises, et empA?chant les autres de se dAi??velopper et dai??i??assurer une croissance suffisante et nAi??cessaire pour assumer le niveau de dette publique actuel.

La reprise 2010 est donc aujourdai??i??hui suspendue aux banques. Les rappels Ai?? lai??i??ordre verbaux et les convocations Ai?? lai??i??ElysAi??e, Matignon ou Bercy nai??i??ont pas eu dai??i??effets. Si le gouvernement ne veut pas voir la destruction des entreprises et des emplois se poursuivre Ai?? un rythme Ai??levAi??, et son plan de relance ruinAi?? par la frilositAi?? des banques, il doit trouver les moyens de forcer les Ai??tablissements de crAi??dit Ai?? financer lai??i??Ai??conomie rAi??elle, sinon le scAi??nario catastrophe imaginAi?? par le stratAi??giste financier de la SociAi??tAi?? GAi??nAi??rale se rAi??alisera. Avec, cette fois, un risque direct sur lai??i??Etat franAi??ais. College essay help Cheap lincocin ampolletas Price of bactrim at cvs

La France malade de ses indicateurs Ai??conomiques

19 juin, 2009 · Poster un commentaire 

Officiellement, des divergences de vues stratAi??giques et managAi??riales ont conduit le dAi??lAi??guAi?? gAi??nAi??ral de la FNAIM Ai?? quitter ses fonctions. Officieusement, un dAi??saccord sur les chiffres communiquAi??s par la FNAIM sur les prix de lai??i??immobilier serait Ai?? lai??i??origine de la rupture. Le syndicat dai??i??agent immobilier avait annoncAi?? une augmentation de +3% dans lai??i??ancien en avril par rapport au mois prAi??cAi??dent. Un chiffre qui avait laissAi?? beaucoup de professionnels sceptiques compte tenu du trA?s fort ralentissement du nombre de transactions. Sur son blog, le journaliste des Echos, Dominique Seux estime que Ai?? la France nai??i??a pas du tout le systA?me statistique quai??i??un grand pays devrait avoir dans ce domaine Ai??.

Au delAi?? du seul secteur immobilier, le Cerf dAi??nonce depuis plusieurs annAi??es l’insuffisance et l’inadAi??quation des instruments de mesure et de pilotage de lai??i??Ai??conomie franAi??aise pour permettre aux agents Ai??conomiques et en particulier au gouvernement dai??i??anticiper les ralentissements dai??i??activitAi?? et de prendre les bonnes dAi??cisions. En effet, le Cerf a par exemple constatAi?? que lai??i??Insee nai??i??avait pas de visibilitAi?? rAi??elle sur les entreprises qui rAi??alisent moins de 1,5 million dai??i??euros de chiffre dai??i??affaires ; 750 000 euros pour la Banque de France. Quant Ai?? lai??i??Acoss, elle publie, chaque trimestre, le niveau dai??i??emploi dans les entreprises de plus de vingt salariAi??s ! Or une TPE, 95% des entreprises en France, compte moins de 20 salariAi??s et rAi??alise en moyenne un chiffre dai??i??affaires infAi??rieur Ai?? 400 000 euros… DA?s lors, il nai??i??est pas Ai??tonnant que les Ai??diles de Bercy nai??i??aient pas dAi??celAi?? les signes de la crise Ai??conomique au dAi??but de lai??i??annAi??e 2008 et quai??i??il ait fallu attendre que cette crise se diffuse aux plus grosses entreprises Ai?? la rentrAi??e, pour que le gouvernement, en dAi??pit de son volontarisme, prenne conscience de la gravitAi?? de la situation et annonce un plan de relance. Les « principales » organisations patronales devaient attendre, elles, l’annonce de la faillite d’une banque amAi??ricaine pour dAi??couvrir que la crise ravageait notre Ai??conomieai??i??

Le Cerf constate cependant que les chiffres mesurant lai??i??activitAi?? et lai??i??emploi dans les TPE existent puisquai??i??ils sont dAi??jAi?? collectAi??s par lai??i??Urssaf, le TrAi??sor, les Assedicai??i?? Pas moins de 8836 obligations administratives pA?sent sur les chefs dai??i??entreprise, ce qui reprAi??sente un coAi??t de gestion considAi??rable pour les TPE-PME et pour lai??i??Etat. Ces donnAi??es micro-Ai??conomiques, indispensables pour affiner les analyses macro-Ai??conomiques, ne sont pourtant pas utilement exploitAi??es pour mesurer par exemple lai??i??impact dai??i??une dAi??cision publique ou de la crise financiA?re sur lai??i??activitAi?? de ces entreprises. Il faut en gAi??nAi??ral attendre que les recettes fiscales et sociales ne rentrent plus pour que cette mA?me administration et les ministA?res de tutelle, sai??i??aperAi??oivent un peu tard que la santAi?? Ai??conomique et financiA?re de ces TPE-PME sai??i??est dAi??tAi??riorAi??e.

Le Cerf dAi??plore enfin que les syndicats de salariAi??s comme patronaux nai??i??aient pas la curiositAi?? de demander Ai?? ce que lai??i??on publie les statistiques disponibles sur les TPE car ce serait pourtant le seul moyen de mesurer la santAi?? des entreprises et leurs capacitAi??s Ai?? absorber par exemple une hausse du Smic, des taux dai??i??intAi??rA?t ou des prAi??lA?vements obligatoires. Certes, cela les obligerait Ai?? travailler davantage pour l’intAi??rA?t de leurs mandants, mais cela ne laisserait plus le champ libre Ai?? des postures idAi??ologiques. La baisse continuelle du taux de marge des entreprises ces derniA?res annAi??es, et le revenu moyen des patrons (22 100 ai??i?? par an) auraient dAi??jAi?? dAi?? alerter les syndicats : les organisations patronales nai??i??auraient jamais dAi?? laisser la situation financiA?re de ces entreprises se dAi??grader car cai??i??Ai??tait alors prendre acte dai??i??une rAi??duction de leurs capacitAi??s dai??i??autofinancement et les laisser se fragiliser. De mA?me, les syndicats de salariAi??s qui clament dAi??fendre lai??i??emploi et le pouvoir dai??i??achat, ne pourraient demander encore et toujours une augmentation des charges et de la pression fiscale sur ces entreprises.

Bref, les indicateurs Ai??conomiques qui portent sur les TPE, reprAi??sentent une production de connaissances capitale pour faire prendre conscience aux syndicats quai??i??il est plus que temps qu’ils se mettent au travail et arrA?tent de jouer avec lai??i??argent de ceux qui crAi??ent la richesse et les emplois. Surtout, le gouvernement doit se doter des outils de mesure et de pilotage pertinents, sinon l’exAi??cutif ne peut remplir pleinement sa mission et atteindre ses objectifs. Topamax overdose how much Buy diabecon reviews Keppra price canada

Face Ai?? la rAi??cession, le gouvernement doit mobiliser l’Ai??pargne des mAi??nages

15 mai, 2009 · Poster un commentaire 

Sans surprise, les chiffres de l’Insee confirment que la France est en rAi??cession. Le PIB a reculAi?? de 1,2% au premier trimestre 2009 et de 1,5% au quatriA?me trimestre 2008. Le gouvernement estime aujourd’hui la baisse du PIB Ai?? 3% pour cette annAi??e. Ces mauvais chiffres ajoutAi??s Ai?? ceux de l’explosion des dAi??faillances d’entreprises, montrent que le Cerf avait anticipAi?? l’impact de la crise financiA?re sur l’Ai??conomie : en effet, dA?s avril 2008, les CrAi??ateurs ont alertAi?? les pouvoirs publics des effets du resserrement du crAi??dit sur l’activitAi?? et ont fait leurs premiA?res propositions pour amortir le choc de la crise financiA?re. Au mA?me moment, les organisations patronales ne percevaient pas le retournement de la conjoncture et se contentaient de gAi??rer les affaires courantes. Le Cerf Ai??tait alors soupAi??onnAi?? de jouer les Cassandre : l’Insee rAi??vise pourtant aujourd’hui ces chiffres pour le troisiA?me trimestre 2008, -0,2% contre +0,1% prAi??cAi??demment. L’analyse du Cerf et ses propositions au printemps 2008 Ai??taient donc parfaitement justifiAi??es.

Dans une interview au Figaro publiAi??e jeudi, FranAi??ois Fillon dit s’attendre Ai?? « une reprise lente en Europe en 2010″ et considA?re que la France n’est « pas Ai?? l’abri de nouveaux Ai??-coups ». Le Cerf soutient le Premier ministre quand il rAi??affirme son intention de ne pas cAi??der Ai?? ceux qui rAi??clament toujours une relance par la consommation. En effet, seuls, le travail et l’activitAi?? sont gAi??nAi??rateurs de confiance. Les CrAi??ateurs estiment ainsi qu’il faut garder le cap fixAi?? par le plan de relance et concentrer les moyens sur TPE-PME. C’est pourquoi, le Cerf plaide pour que le gouvernement mette tout en oeuvre pour orienter l’Ai??pargne des mAi??nages vers l’investissement et l’activitAi??. ConcrA?tement, le Cerf demande, depuis dAi??jAi?? un an, la suppression de tous les plafonds sur l’ISF en Ai??change de l’investissement de ces sommes dans les TPE-PME. De mA?me, le Cerf souhaite que le succA?s du Livret A serve en prioritAi?? Ai?? financer les petites entreprises : il suffirait pour cela de permettre aux mAi??nages de placer leur Ai??pargne au-delAi?? du plafond actuel de 15 300 euros pour le financement de l’activitAi??.

Les mAi??nages franAi??ais seraient ainsi les premiers acteurs de la relance de l’activitAi?? et donc de l’emploi sans creuser davantage les dAi??ficits publics. Le gouvernement a donc tout intAi??rA?t Ai?? mobiliser les mAi??nages pour participer Ai?? l’effort national de redressement de l’Ai??conomie. Cost of brand name toprol xl Android tracker, Phone spy. Buy keppra 1000 mg