Le Cerf poursuit son combat en faveur du pouvoir da��achat

28 août, 2008 · Poster un commentaire 

Le Cerf se fA�licite du succA?s de la rA�forme sur les heures supplA�mentaires, dont il est la��inspirateur. Les derniers chiffres du MinistA?re de la��Economie publiA�s au mois da��aoA�t confirment en effet cette rA�ussite : six millions de salariA�s et quatre millions de foyers ont dA�jA� bA�nA�ficiA� da��une rA�forme qui pourtant na��a pas encore produit tous ses effets positifs.A� La��exonA�ration da��impA?ts et de charges sociales au-delA� de la 35e heure travaillA�e aura ainsi rapportA� aux salariA�s franA�ais, majoritairement dans les TPE, un montant total da��environ 1,54 Milliards da��euros, soit prA?s de 400 euros par foyer concernA�. Les partenaires sociaux sa��A�taient pourtant opposA�s A� cette rA�forme, ignorant la question centrale du pouvoir da��achat dans le quotidien des FranA�ais.

Mais, dans un contexte da��inflation importA�e, la baisse du prix du pA�trole et la remontA�e du dollar sont deux bonnes nouvelles qui ne doivent pas faire relA?cher la��effort du gouvernement en direction des plus dA�munis : il doit leur garantir leurs droits d’accA?s A� des biens essentiels, tout en soutenant la croissance.

Ainsi, face A� des prix de la��alimentation qui continuent de grimper, les CrA�ateurs proposent da��exonA�rer totalement la TVA sur six produits :
-A�Pain (baguette),
-A�Lait UHT demi A�crA�mA�,
-A�A�ufs (55gr),
-A�PA?tes (blA� dur),
-A�Huile (tournesol ou colza)
-A�Pomme de terre (BF15).

Ces denrA�es, au cA�ur de la consommation quotidienne des mA�nages, prA�sentent la��avantage da��A?tre produites principalement en France : la mesure ne viendra donc pas augmenter le dA�ficit de la balance commerciale. La��A�conomie rA�alisA�e sur une TVA A� 5,5% permettra surtout de favoriser la consommation sur da��autres produits taxA�s A� 19,6% et d’agir positivement sur la croissance, grA?ce A� l’injection de liquiditA�s vers les entreprises. Cette mesure A�pargnera donc les finances de la��Etat A� la��heure oA? celui-ci cherche dA�sespA�rA�ment des solutions pour amA�liorer le pouvoir da��achat des FranA�ais les plus dA�favorisA�s sans aggraver les dA�ficits.

Par ailleurs, la lutte pour le pouvoir da��achat et contre la pauvretA� passent en premier lieu par la crA�ation da��emplois. Or, la��A�quation na��a pas da��inconnue : la crA�ation da��emplois, ce sont les TPE. Une croissance dynamique, en particulier de ces derniA?res, reste le meilleur garant d’une progression du pouvoir d’achat, pour laquelle le Cerf a dA�jA� exposA� ses autres propositions qui tardent A� A?tre mises en oeuvre. L’Etat doit sans attendre appliquer l’une d’elle et sur laquelle il s’est dA�jA� prononcA� : la politique de grands travaux. En s’affirmant comme le promoteur et l’initiateur de grands travaux, le gouvernement permettra la crA�ation des emplois privA�s qui alimenteront cette croissance et les caisses de la��Etat, tout en construisant l’avenir.

Par contre, de nouveaux prA�lA?vements seraient pA�nalisants pour les entreprises c’est-A�-dire la croissance. Sur ce terrain glissant, le gouvernement endosserait la responsabilitA� de dA�grader encore davantage la trA�sorerie de millions de TPE qui doivent en plus faire face A� la crise financiA?re et A� la baisse de la demande, dans un contexte de rA�cession mondiale qui se confirme et d’augmentation grave des dA�faillances d’entreprises dA�jA� annoncA�e.

N’assassinez pas les actifs les plus prA�caires de France !

6 septembre, 2006 · Poster un commentaire 

A l’origine du dA�bat sur le pouvoir d’achat, les CrA�ateurs rA�agissent aux annonces d’augmentation des impA?ts du projet socialiste, qualifiA�es d’(im)posture A�lectoraliste, et interpellent le gouvernement sur la nA�cessitA� d’augmenter le pouvoir d’achat de ceux qui travaillent, sans peser sur les entreprises, dont le nombre des dA�faillances est encore le plus important des pays de l’OCDE.

Alors que les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France ont rA�ussi A� imposer la question du pouvoir d’achat et sa nA�cessaire augmentation dans le dA�bat public, ils dA�noncent les (im)postures idA�ologiques et A�lectoralistes et rappellent que toute augmentation des prA�lA?vements pA?sera de faA�on nA�gative sur l’activitA� et l’emploi, aggravant la situation des actifs les plus prA�caires de France : les patrons des TrA?s Petites Entreprises, lesquels ne gagnent pas l’A�quivalent d’une retraite de la SNCF.

La France demeure leader mondial du nombre de dA�faillances d’entreprises, lesquelles dA�truisent chaque annA�e 200 000 emplois salariA�s et prA?s de 65 000 emplois non salariA�s.

Les dA�faillances dA�truisent ainsi proportionnellement 2 fois plus de postes de dirigeants que de postes salariA�sa��

Ces patrons qui aimeraient avoir le loisir de se prA�occuper de leurs marges, sont malheureusement trop occupA�s A� essayer de gA�nA�rer de la trA�sorerie dont le manque les conduit trop souvent au bord du gouffre.

Sur le pouvoir d’achat, les CrA�ateurs continuent de demander l’augmentation des revenus de ceux qui travaillent et en particulier des salariA�s, auxquels il est absurde de faire payer des charges sociales, qui les privent de 22% de pouvoir d’achat tout en rendant leur propre emploi chaque jour moins compA�titif.

Une action auprA?s des 5 millions de salariA�s qui n’ont pas bA�nA�ficiA� des 35 heures, consistant A� supprimer les cotisations salariales entre la 35A?me et la 40A?me heure, injecterait immA�diatement plus de 1,5 milliard d’Euros de pouvoir d’achat dans l’A�conomie.

Il convient A�galement, dA?s maintenant, de prA�voir l’instauration progressive de la TVA sociale, qui orientera la consommation vers les produits qui crA�ent des emplois en France.

Louis Lambel, PrA�sident du Cerf sera interviewA� par Philippe ManiA?re dans l’A�mission « Les Grands DA�bats de l’Economie » sur BFM

1 décembre, 2003 · Poster un commentaire 

Louis Lambel, PrA�sident des CrA�ateurs d’emplois et de richesses de France

sera interviewA� par Philippe ManiA?re dans l’A�mission « Les Grands DA�bats de l’Economie » sur BFM (96,4), la radio de l’A�conomie :

Mercredi 3 dA�cembre 2003 entre 8h15 et 8H25.

L’entretien portera notamment sur les solutions proposA�es par le Cerf en matiA?re de baisses d’ImpA?ts sur le Revenu et des prA�lA?vements.

Merci de votre attention et de votre soutien.