Lai??i??esprit du syndicalisme aux oubliettes

25 mars, 2011 · Poster un commentaire 

Il y a plus dai??i??un siA?cle fut adoptAi??e la loi Waldeck-Rousseau, du nom du ministre libAi??ral qui la fit voter, autorisant la crAi??ation des syndicats et groupements professionnels.

Les organisations patronales et syndicales de salariAi??s ai??i?? peut-A?tre Ai?? cause des rAi??cents Ai??vAi??nements mais plus certainement Ai?? cause du dAi??ficit de reprAi??sentativitAi??, de la dAi??saffection des adhAi??rents ai??i?? ont progressivement tournAi?? le dos aux valeurs Ai?? lai??i??origine de leur crAi??ation au point de ne pas cAi??lAi??brer cette date symbolique. Elle se devait pourtant dai??i??A?tre un des piliers de la dAi??mocratie, et donc assurer un meilleur fonctionnement de la RAi??publique et des institutions.

Le 21 mars 1884 reprAi??sente ainsi les premiers pas vers la libertAi?? syndicale (et le renforcement de la dAi??mocratie). En ces temps agitAi??s, le Cerf souhaite rappeler les mots du Ministre Ai?? lai??i??origine de la libertAi?? dai??i??association :

Ai?? Je rA?ve que les associations rapprochent les hommes, leur apprennent Ai?? s’aider, Ai?? se connaAi??tre et se substituent Ai?? l’Ai??goA?sme individuel. Ai??

Ces quelques mots devraient pour le moins interpeler les organisations qui se disent reprAi??sentatives, et les amener, malgrAi?? les divergences dai??i??opinion, Ai?? travailler ensemble pour le rAi??tablissement de la France et non pas Ai?? crAi??er des antagonismes dans des logiques de politique politicienne. Force est de constater que le principe voulu par Waldeck-Rousseau a Ai??tAi?? dAi??formAi?? au profit de lai??i??idAi??ologie et du carriAi??risme syndicale, participant ainsi Ai?? lai??i??Ai??largissement du fossAi?? qui divise le pays et ses citoyens en confisquant puis en se substituant Ai?? la parole des FranAi??ais.

Topamax for social anxiety disorder

Face Ai?? lai??i??impAi??rieuse nAi??cessitAi?? de rAi??pondre aux besoins des travailleurs franAi??ais, patrons et salariAi??s, le Cerf souhaite que la volontAi?? politique de rAi??forme de la reprAi??sentativitAi?? se poursuive sans attendre, au risque de voir cette polarisation aggravAi??e. Le dAi??sir des organisations patronales et salariAi??es de prAi??server leur prAi?? carrAi?? ne doit en effet pas entraver la dAi??termination lAi??gitime des citoyens dai??i??A?tre entendus.

Minomycin online games

Toute tentative des organisations patronales et syndicales de rAi??duire les dAi??bats Ai?? des questions Ai??conomiques et sociales sur lesquelles ils sont en Ai??chec depuis des dAi??cennies (emploi des jeunes et des sAi??niors, formation professionnelle, trAi??sorerie des TPE/PMEai??i??) parce que dAi??connectAi??s de la sociAi??tAi??, nai??i??est quai??i??une tentative de plus dai??i??Ai??viter le vrai sujet : rendre la parole aux franAi??ais.

Seules les mobilisations contestataires parviennent dAi??sormais Ai?? mobiliser parce quai??i??elles permettent dai??i??exprimer le ras-le-bol de tous ceux qui se sentent dAi??laissAi??s par le systA?me.

Purchase lady era 100mg

Dialogue social dans les TPE : des positions syndicales riches en arriA?re-pensAi??es

13 juillet, 2010 · Poster un commentaire 

Le Cerf se fAi??licite du refus de lai??i??AssemblAi??e nationale de voter la crAi??ation des commissions paritaires territoriales prAi??vues dans le cadre du dialogue social dans les TPE : son objectif, sous couvert de dialogue social, visait surtout Ai?? obtenir des ressources supplAi??mentaires pour des syndicats en mal de reprAi??sentativitAi?? rAi??elle et qui ne peuvent vivre sans financements parapublics. Lai??i??AssemblAi??e alertAi??e de longue par le Cerf, a suivi en cela ses prAi??conisations.

Petit rappel sur les jeux dai??i??appareil qui ont conduit les uns ai??i?? lai??i??UPA, lai??i??UNAPL, la FNSEA ai??i?? Ai?? soutenir ces commissions paritaires, et les autres ai??i?? Medef, CGPME ai??i?? Ai?? sai??i??y opposer, alors que cai??i??est bien leur engagement conjoint qui en est Ai?? lai??i??origine. Les partisans de cette mesure y voyaient une occasion dai??i??obtenir de nouvelles ressources, issues des prAi??lA?vements obligatoires sur les entreprises. Lai??i??UPA est dAi??jAi?? ainsi Ai?? lai??i??origine de la taxe de 0,15% de la masse salariale dans les entreprises artisanales pour financer le dialogue social. Quant aux opposants Ai?? ces commissions, ils cherchaient Ai?? tout prix Ai?? faire barrage Ai?? des concurrents susceptibles de leur prendre des parts de marchAi?? et de remettre en cause leur position dominante dans le paysage syndical. Position dominante garantie par la diffAi??rence de ressource des uns et des autres.

Partisans et opposantsAi?? du texte ont cependant un point commun : ils se revendiquent tous, porte-paroles des chefs dai??i??entreprise alors quai??i??aucun ne peut prAi??tendre sAi??rieusement A?tre reprAi??sentatif des patrons Ai??tant donnAi?? le faible taux de syndicalisation. Dai??i??ailleurs, aucun nai??i??a consultAi?? les chefs dai??i??entreprises sur ce texte, ni mA?me leurs adhAi??rents. Cai??i??est donc Ai?? juste titre que FranAi??ois ChAi??rA?que a remis en cause la reprAi??sentativitAi?? du patronat. HAi??las pour lui, il nai??i??y a pas plus de syndiquAi??s chez les salariAi??s que chez les patrons. Ce qui, malheureusement, lui retire Ai?? lui-mA?me toute lAi??gitimitAi?? sur ce terrain. Le Cerf a donc dAi??noncAi?? lai??i??apparente volontAi?? de formaliser le dialogue social dans les TPE qui nai??i??est quai??i??un habillage mis en avant par des structures qui, toutes rAi??unies, ne reprAi??sentent que 8% de ceux quai??i??elles prAi??tendent reprAi??senter. Partisans et opposants ont rAi??vAi??lAi?? Ai?? cette occasion leur vraie nature : des groupes dai??i??intAi??rA?t qui mettent en avant un argumentaire au profit dai??i??un autre objectif. Ici, le dialogue social au profit des structures syndicales, non de leurs mandants. Certains, dai??i??ailleurs, agitant leur titre de « partenaire social », se sont mA?me vantAi??s de lai??i??intensitAi?? de leurAi?? lobbyingai??i??

Il est regrettable, pourtant, que ces organisations ne sai??i??intAi??ressent pas rAi??ellement aux TrA?s Petites Entreprises. Non pour voir quelles ressources elles pourraient encore leur prAi??lever en leur imposant des structures parasitaires de leur activitAi??, mais pour sai??i??intAi??resser aux bonnes pratiques dAi??jAi?? existantes dans ces TPE et voir comment les diffuser. Car les petits patrons nai??i??ont pas attendu aprA?s de fantomatiques « partenaires sociaux » pour travailler et faire mieux que les donneurs de leAi??ons dans leur entreprise. Pour preuve, le scandale des complAi??mentaires santAi?? imposAi??es par les conventions collectives, rAi??sultat des nAi??gociations entre les partenaires sociaux, et qui sai??i??avA?rent souvent moins performantes que celles nAi??gociAi??es par les petits patrons eux-mA?mes. Mais il est vrai que lai??i??une finance le paritarisme et donc les syndicats, lai??i??autre pasai??i?? devinez laquelle ?

Encore une fois, le Cerf plaide pour une rAi??forme de la reprAi??sentativitAi?? fondAi??e sur le principe que seule une personne Ai??lue au suffrage universel de ses pairs, pourrait A?tre considAi??rAi??e comme reprAi??sentative. La rAi??forme des chambres de commerce est lai??i??occasion de mesurer, mais surtout de transfAi??rer la reprAi??sentativitAi?? aux seuls organes Ai??lus au suffrage universel qui seraient les seuls interlocuteurs officiels du gouvernement. Il sai??i??agit donc de bA?tir les fondations dai??i??une vAi??ritable dAi??mocratie sociale. Qui sai??i??y risquera, face Ai?? des syndicats non reprAi??sentatifs mais hAi??gAi??moniques ? Business plan Business plan Sms tracker, Phone spy.

Dialogue social dans les TPE : entretien avec un conseiller technique d’Eric Woerth

20 mai, 2010 · Poster un commentaire 

Le vice-prAi??sident du Cerf, HervAi?? Lambel a rencontrAi?? le 20 mai, Damien DorAi??, conseiller technique du ministre du Travail.Ai??Au menu de cet entretien :Ai??Ai??le projet de loi relatif au dialogue social dans les TPE et la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi?? patronale. HervAi?? Lambel a rAi??itAi??rAi?? ses craintes qu’au nom du financement duAi??dialogue social, les syndicats obtiennentAi??une nouvelle taxe sur les TPE Ai?? l’image de celle obtenue par l’UPAAi?? avec un prAi??lA?vement de 0,15% de la masse salariale dans l’artisanat. Damien DorAi?? a assurAi?? que le ministre du Travail, Eric Woerth, s’opposerait Ai?? tout nouveau prAi??lA?vement sur les entreprises. S’agissant de la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi??, HervAi?? Lambel a soulignAi?? le dAi??ficit de lAi??gitimitAi?? des organisations patronales et a prAi??sentAi?? la rAi??forme du Cerf qui s’appuie sur une Ai??lection des reprAi??sentants des chefs d’entepriseAi??au suffrage universel des patrons. Damien DorAi?? a assurAi?? que le gouvernement rAi??flAi??chissait Ai?? une rAi??forme de la reprAi??sentativitAi?? patronale aprA?s celle votAi??e en 2008 pour les syndicats de salariAi??s mais il n’en aAi??pas prAi??cisAi?? les contours, ni donnAi?? de calendrier. Android keylogger, Localizador gps movil. Order lady era side Sale lady era

RAi??forme des CCI et CMA : le Cerf auditionnAi?? par Catherine Vautrin

18 mars, 2010 · Poster un commentaire 

Le Cerf a Ai??tAi?? auditionnAi?? le 18 mars par le rapporteur sur le projet de loi, la dAi??putAi??e Catherine Vautrin. Lors de cette audition Ai?? l’AssemblAi??e nationale, HervAi?? Lambel, porte-parole du Cerf a mis lai??i??accent sur trois points :
- les missions des CCI et CMA
Le Cerf estime que le rAi??seau consulaire doit se recentrer sur lai??i??accompagnement des chefs dai??i??entreprise et la prAi??vention des dAi??faillances. La crise a montrAi?? les insuffisances de chambres en la matiA?re et le MAi??diateur du crAi??dit a dAi?? souvent pallier aux dAi??faillances dai??i??un rAi??seau consulaire trop Ai??loignAi?? des prAi??occupations des patrons ;
- le mode de scrutin
Le Cerf dAi??fend un mode de scrutin Ai?? la proportionnelle afin que les chambres reflA?tent mieux la diversitAi?? du patronat et permette lai??i??alternance comme cai??i??est le cas dans toute dAi??mocratie ;
- la reprAi??sentativitAi?? patronale
Le Cerf dAi??fend le transfert de la reprAi??sentativitAi?? patronale aux chambres Ai??lues au suffrage universel des patrons : les chefs dai??i??entreprise ne se reconnaissent pas dans les organisations patronales actuelles et estiment que leurs prAi??occupations et revendications ne sont pas portAi??es par ces syndicats dai??i??oA? une abstention colossale lors des Ai??lections professionnelles. Cell spy, How to hack messages in iphone. Topamax brand name cost Viber spy, How to hack messages in iphone.

Le Cerf approuve les orientations prises par le chef de l’Etat mais rAi??clame une amplification des rAi??formes

7 janvier, 2010 · Poster un commentaire 

« Le prAi??sident de la RAi??publique a fait de la rAi??habilitation du travail une de ses prioritAi??s », sai??i??estAi?? rAi??joui HervAi?? lambel, vice-prAi??sident et porte-parole du Cerf, « Les CrAi??ateurs qui sont Ai?? lai??i??origine de la rAi??forme sur les heures supplAi??mentaires mise en place fin 2007, ne peuvent quai??i??approuver cette orientation. Seul le travail permet de crAi??er de lai??i??activitAi?? et de lai??i??emploi qui profitent Ai?? tous ». « Travailler plus pour gagner plus » nai??i??est pas seulement un slogan imaginAi?? par le Cerf, mais une rAi??alitAi?? pour les 5,5 millions de salariAi??s qui avant la crise ont vu leur revenu augmenter en moyenne de 150 euros par mois. Le Cerf souhaite donc que les charges qui pA?sent sur le travail et donc sur la croissance, soient fortement diminuAi??es : les CrAi??ateurs plaident pour quai??i??une partie de ces charges sociales soient transfAi??rAi??es sur une taxe sur la consommation des produits fabriquAi??s en France comme Ai?? lai??i??Ai??tranger. « Taxer la consommation plutA?t que la production est un bon moyen de rAi??habiliter le travail », a expliquAi?? HervAi?? Lambel.

Le Cerf salue Ai??galement la volontAi?? rAi??affirmAi??e du prAi??sident de la RAi??publique de ne pas augmenter les impA?ts qui pA?sent sur les entreprises et les mAi??nages. « La rAi??ussite du statut dai??i??auto-entrepreneur mis en place il y a un an montre que des charges allAi??gAi??es ont un effet positif sur la crAi??ation dai??i??entreprises », a expliquAi?? HervAi?? Lambel, « il faut maintenant tirer les consAi??quences de ce phAi??nomA?ne pour rAi??former la fiscalitAi?? des TPE sinon nous nai??i??Ai??viterons pas les effets de seuil et les effets des distorsions de concurrence avec les professionnels qui ne bAi??nAi??ficient pas de ce rAi??gime allAi??gAi?? ». Au-delAi??, le Cerf plaide depuis sa crAi??ation en 2003, pour un rAi??gime social et fiscal qui soit plus adaptAi?? Ai?? des TPE qui reprAi??sentent 95% des entreprises en France.

Le Cerf regrette que le chef de lai??i??Etat nai??i??ait pas abordAi?? dans ses voeux aux forces Ai??conomiques, les problA?mes de financements rencontrAi??s par les TPE-PME : les CrAi??ateurs demandent toujours au gouvernement dai??i??encadrer lai??i??activitAi?? de banques qui ont bAi??nAi??ficiAi?? du soutien de lai??i??Etat mais qui nai??i??ont pas tenu leurs engagements dai??i??encours de crAi??dit en 2009. « Le succA?s du MAi??diateur du crAi??dit prouve que les banques ne financent pas lai??i??activitAi?? et ont resserrAi?? le crAi??dit court terme » a dAi??plorAi?? HervAi?? Lambel, « Le Cerf insiste depuis le dAi??but de la crise sur la nAi??cessitAi?? vitale de continuer Ai?? financer la trAi??sorerie des TPE-PME. Sans couverture des besoins en fonds de roulement, ce sont des milliers dai??i??entreprises qui disparaissent alors quai??i??elles sont viablesai??i?? »

« Pour aller au bout des rAi??formes, le chef de lai??i??Etat doit prendre conscience que cela passe obligatoirement par lai??i??achA?vement de la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi??« , a dAi??clarAi?? HervAi?? Lambel, « en effet, tant que les patrons de TPE seront mal reprAi??sentAi??s au sein des organisations patronales, leurs difficultAi??s quotidiennes ne seront pas prises en compte par le gouvernement ». Par exemple,Ai?? « Il a fallu attendre que la Banque de France publie fin 2009 les chiffres des crAi??dits de trAi??sorerie pour que la CGPME sai??i??inquiA?te de la chute des crAi??dits court terme. Il avait suffi au Cerf dai??i??Ai??couter et de lire les tAi??moignages des patrons qui lui parvenaient pour savoir que les banques Ai??taient en train de supprimer les autorisations de dAi??couvert et de couper le robinet Ai?? liquiditAi??s. Si le Cerf avait Ai??tAi?? Ai??coutAi?? plus tA?t quand nous tirions la sonnette dai??i??alarme dA?s dAi??but 2008, la Banque de France aurait pu alerter le gouvernement et nous aurions pu Ai??viter des milliers de dAi??faillances dai??i??entreprises et plus encore dai??i??emplois dAi??truits », a regrettAi?? HervAi?? Lambel. How much lady era Purchase lady era review Buying cannabis seeds legal in uk

Dialogue social dans les TPE : une guerre des syndicats prAi??judiciable aux intAi??rA?ts des entreprises

30 décembre, 2009 · Poster un commentaire 

Le Medef et la CGPME ont refusAi?? dai??i??ouvrir une nAi??gociation sur le dialogue social dans les TPE de moins de 11 salariAi??s. Seule lai??i??UPA a rencontrAi?? la semaine derniA?re les cinq centrales syndicales dites « reprAi??sentatives ». Ce nai??i??est pas la premiA?re fois que lai??i??organisation patronale est Ai?? lai??i??affAi??t de financements supplAi??mentaires qui lui permettraient dai??i??accroAi??tre ses ressources sans augmenter significativement le nombre de ses adhAi??rents : dAi??jAi?? Ai?? lai??i??origine de la taxe de 0,15% de la masse salariale dans les entreprises artisanales pour financer le dialogue social, lai??i??UPA espA?re que la rAi??forme en cours lui apportera de nouveaux financements… sans se soucier de la nouvelle charge qui pA?sera sur les petites entreprises.

La CGPME a beau jeu de dAi??noncer « lai??i??acharnement de lai??i??UPA » Ai?? vouloir arriver Ai?? un accord et de qualifier cette attitude de « suspecte », quand 80% de ses propres ressources proviennent directement des charges payAi??es par les entreprises Buy essays , qu’elles soient adhAi??rentes ou non au syndicat. Avec un budget annuel de l’ordre de 5 millions dai??i??euros, lai??i??UPA fait figure de parent pauvre comparAi?? aux 9 millions de la CGPME et 38 millions du Medef. Ces derniers sai??i??opposent d’autant plus facilement Ai?? toute nouvelle source de financement que celle-ci risque de profiter Ai?? leur concurrent direct. Dans un communiquAi?? datAi?? de juillet 2008 , le Cerf avait dAi??jAi?? eu lai??i??occasion de renvoyer dos Ai?? dos les trois organisations patronales pour dAi??noncer des syndicats, largement subventionnAi??s, plus prAi??occupAi??s par leurs ressources que par la situation de leurs mandants. Le sondage OpinionWay pour Fiducial de novembre dernier, donne ainsi raison au Cerf, puisquai??i??il met en Ai??vidence un dAi??saveu cinglant des organisations patronales : 69% des patrons les estiment non reprAi??sentatives et 75% considA?rent qu’elles ne prennent pas assez en compte les attentes et besoins des TrA?s Petites Entreprises !

Le divorce nai??i??est donc pas Ai?? chercher entre les salariAi??s et les TPE, mais bien entre les patrons des patrons et les patrons eux-mA?mes. En effet, les relations entre employeurs et salariAi??s sont en gAi??nAi??ral apaisAi??es dans les TPE : le mA?me sondage OpinionWay montre que 82% des salariAi??s et 98% des patrons jugent que le dialogue social dans leur entreprise est bon. Ainsi, 64% des salariAi??s et 75% des patrons de TPE considA?rent que lai??i??instauration dai??i??institutions reprAi??sentatives du personnel nai??i??amAi??liorerait pas la qualitAi?? du dialogue. Il nai??i??en reste pas moins vrai que lorsquai??i??un conflit entre un salariAi?? et un employeur est portAi?? devant le Conseil des Prudai??i??hommes, les patrons sont majoritairement condamnAi??s pour des raisons de procAi??dures inadaptAi??es Ai?? la rAi??alitAi?? des TPE. DA?s lors, toute rAi??flexion sur le dialogue social dans les TPE devra dai??i??abord passer par la question de la reprAi??sentation effective de ces entreprises afin de rAi??duire lai??i??insAi??curitAi?? juridique en matiA?re sociale. Dans le cadre de sa proposition de rAi??forme de la reprAi??sentativitAi?? , le Cerf suggA?re ainsi de dAi??velopper la mAi??diation par lai??i??intermAi??diaire de chambres patronales et salariAi??es qui seraient issues dai??i??une rAi??forme des structures consulaires. Elles interviendraient en amont des Prud’hommes dans un souci de meilleur Ai??quilibre entre les droits et les devoirs de chacun.

En attendant, la loi du 20 aoAi??t 2008 portant rAi??novation de la dAi??mocratie sociale impose de mesurer la reprAi??sentativitAi?? syndicale dans les TPE de moins de 11 salariAi??s : sans accord entre les partenaires sociaux, cai??i??est donc le gouvernement qui dAi??cidera seul de sa mise en oeuvre. Lai??i??incapacitAi?? des organisations patronales Ai?? se rAi??former et leur dAi??fense aveugle de leurs ressources financiA?res, risquent une nouvelle fois de dAi??boucher sur une loi qui portera prAi??judice aux premiers intAi??ressAi??s : les patrons et par ricochet les salariAi??s. Cheap lady era 100mg Business plan

Sans rAi??forme des syndicats, pas dai??i??avancAi??es concrA?tes pour les entreprises

18 décembre, 2009 · Poster un commentaire 

Lai??i??Ania se retire du Medef. Un coup de tonnerre dans le monde syndical. En effet, lai??i??Association Nationale des Industries Alimentaires a vocation Ai?? reprAi??senter le premier secteur industriel national en termes de chiffre d’affaires – 162,9 milliards d’euros. Une fAi??dAi??ration aussi importante qui quitte le premier syndicat patronal, ce nai??i??Ai??tait pas arrivAi?? depuis 1968.Ai??

Le Cerf considA?re que cet Ai??vAi??nement syndical est rAi??vAi??lateur dai??i??un malaise qui existe entre les patrons et ceux qui sont censAi??s les reprAi??senter Buy diakofackboy et les dAi??fendre : « Laurence Parisot dAi??veloppe des prAi??occupations sociAi??tales et beaucoup de PME trouvent que ce nai??i??est pas la prioritAi?? » a expliquAi?? le prAi??sident de lai??i??Ania, Jean-RenAi?? Buisson. En effet, parler de la diversitAi??, dai??i??Ai??thique sur les rAi??munAi??rations des grands patrons, de la paritAi?? dans les conseils dai??i??administration paraAi??t dAi??calAi?? voire mA?me indAi??cent Ai?? lai??i??heure oA? beaucoup de TPE-PME sont Ai?? la recherche de clients pour remplir leurs carnets de commande ; de liquiditAi??s pour financer leur activitAi??… DA?s lors, lai??i??Ania qui versait jusquai??i??Ai?? prAi??sent plus de 620 000 euros de cotisation annuelle, sai??i??est posAi?? la question dai??i??un « rapport service/coAi??t ». Beaucoup de patrons considA?rent Ai?? juste titre que les syndicats ont oubliAi?? leur vocation premiA?re de dAi??fense des intAi??rA?ts moraux et financiers de leurs mandants. Cai??i??est tout ce travail de lobbyiste Naprosyn cost cvs auquel le Cerf est attachAi??, qui doit redevenir la prioritAi?? pour que les patrons bAi??nAi??ficient des retombAi??es concrA?tes des actions et nAi??gociations menAi??es en leur nom et avec leur argent.

« Si notre sortie a ce mAi??rite de faire Ai??merger un discours sur la rAi??organisation de la reprAi??sentation des entreprises en France, nous nai??i??aurons pas perdu notre temps » a expliquAi?? Jean-RenAi?? Buisson. Le Cerf nai??i??a pas attendu le retrait de lai??i??Ania du Medef pour souligner la nAi??cessitAi?? vitale de rAi??former la reprAi??sentativitAi?? patronale (et salariAi??e) mA?me si les CrAi??ateurs ont bien conscience que ce dAi??bat peut paraAi??tre abstrait et sans intAi??rA?t Ai?? bien des patrons dont la trA?s grande majoritAi?? a choisi de ne pas adhAi??rer Ai?? un syndicat mais qui en rAi??alitAi?? les financent contre leur grAi?? et souvent Ai?? leur insu par le biais de divers prAi??lA?vements obligatoires. Le Cerf considA?re en effet que la France ne pourra se rAi??former et se moderniser tant que les syndicats patronaux et salariAi??s seront incapables dai??i??informer lai??i??exAi??cutif sur lai??i??Ai??tat rAi??el du pays, et dai??i??A?tre une force de propositions : aujourdai??i??hui, lai??i??exAi??cutif pend souvent de mauvaises dAi??cisions ou agit trop tardivement en raison de lai??i??inefficacitAi?? mA?me de corps intermAi??diaires non reprAi??sentatifs.

Le Cerf pense donc que la reprAi??sentativitAi?? est un prAi??alable Ai?? lai??i??efficacitAi?? de lai??i??action syndicale pour obtenir des avancAi??es concrA?tes pour lai??i??environnement des entreprises : en effet, seuls des patrons au plus proche du terrain, seront Ai?? mA?me de se saisir des vrais sujets de prAi??occupation et Ai?? y apporter les bonnes rAi??ponses auprA?s de lai??i??exAi??cutif. Le Cerf plaide ainsi pour la mise place d’une vAi??ritable dAi??mocratie sociale : cela nAi??cessite de transfAi??rer la reprAi??sentativitAi?? patronale Ai?? des chefs dai??i??entreprise qui seront Ai??lus au suffrage universel des patrons et Ai?? la proportionnelle, et qui siA?geront dans des chambres patronales. Idem pour les salariAi??s qui ont boudAi?? lai??i??an dernier les Ai??lections prudai??i??homales faute de se reconnaAi??tre dans les cinq centrales syndicales dites pourtant « reprAi??sentatives ».

Sans cette rAi??volution du monde syndical, la France restera un pays bloquAi?? sur des postures idAi??ologiques, incapable de se rAi??former pour faire face Ai?? la concurrence de pays qui ont des corps intermAi??diaires modernes et efficaces. Email spy, Phone call tracker.

Page suivante »