EurodAi??putAi??s : lobby bancaire, une menace pour la dAi??mocratie ?

1 juillet, 2010 · Poster un commentaire 

Une vingtaine de dAi??putAi??s europAi??ens sai??i??attaque au lobby financier. Ils lancent un appel pour faire Ai??merger une expertise indAi??pendante sur les activitAi??s menAi??es sur les marchAi??s financiers par les principaux opAi??rateurs ai??i?? banques, compagnies dai??i??assurance, hedge funds. Ces eurodAi??putAi??s issus de neuf pays de lai??i??Union et des principaux groupes reprAi??sentAi??s au Parlement europAi??en, sai??i??inquiA?tent de lai??i??absence de contre-pouvoir issu de la sociAi??tAi?? civile (ONG, syndicats, think tankai??i??). Les eurodAi??putAi??s constatent, en outre, une « forte proximitAi?? des Ai??lites politiques et financiA?res » et considA?rent que ce contexte « constitue un frein certain Ai?? la capacitAi?? du personnel politique Ai?? prendre des dAi??cisions en toute indAi??pendance », et reprAi??sente un danger pour la dAi??mocratie.

Le Cerf soutient la dAi??marche des dAi??putAi??s europAi??ens qui sai??i??inscrit dans la lignAi??e de notre action : en effet, depuis sa crAi??ation en 2003, le Cerf a alertAi?? les pouvoirs publics sur le dAi??tournement des liquiditAi??s de lai??i??Ai??conomie rAi??elle et la financiarisation de lai??i??Ai??conomie privant les entreprises et en particulier les plus petites dai??i??entre elles, du crAi??dit nAi??cessaire Ai?? leur activitAi??. Le Cerf dAi??nonce Ai??galement avec constance lai??i??abus de position dominante des banques Ai?? lai??i??Ai??gard de TPE-PME qui leur permet de mener une politique assise sur le contrA?le du crAi??dit pour gAi??nAi??rer des frais bancaires trA?s rAi??munAi??rateurs. Cette attitude a eu un effet amplificateur et accAi??lAi??rateur de la crise et est Ai?? lai??i??origine dai??i??un nombre consAi??quent de destruction dai??i??entreprises et dai??i??emplois.

Depuis le dAi??clenchement de la crise financiA?re dAi??but 2008, le Cerf nai??i??a eu de cesse dai??i??alerter le gouvernement sur le resserrement du crAi??dit malgrAi?? les engagements pris par les banques auprA?s de lai??i??exAi??cutif : les CrAi??ateurs ont en particulier, fait parvenir Ai?? lai??i??ElysAi??e, Matignon et Bercy des tAi??moignages de chefs dai??i??entreprise sur leurs difficultAi??s Ai?? poursuivre leur activitAi?? faute de soutien financier. Aujourdai??i??hui encore, de trop nombreuses entreprises nai??i??ont pas accA?s au crAi??dit. Enfin, face au puissant lobbying des banques et en lai??i??absence de mesures fortes pour encadrer leurs activitAi??s, le Cerf a lancAi?? une pAi??tition pour un droit au crAi??dit opposable et contre les frais bancaires abusifs Colchicine price in egypt Maxalt vs generic .

Le Cerf espA?re donc que cet appel sera signAi?? par le plus grand nombre dai??i??eurodAi??putAi??s, dai??i??Ai??lus mais aussi de citoyens : tout le monde est affectAi?? dans son quotidien par la crise financiA?re et les banques continuent de faire pression sur les gouvernements pour que les rA?gles du jeu ne changent pas. Cependant, le Cerf demande aux auteurs de cet appel dai??i??A?tre trA?s vigilants et de contrA?ler avec le plus grand soin les Ai?? bonnes volontAi??s Ai?? qui se manifesteront pour crAi??er cette contre-expertise : les lobbies, Ai??conomiques ou politiques, savent avancer masquAi??s et peuvent, Ai?? lai??i??occasion, financer des ONG officiellement prAi??sentAi??es comme des contre-pouvoirs indAi??pendants pour, en rAi??alitAi??, dAi??fendre leurs propres intAi??rA?ts. Ainsi, il faut sai??i??interroger sur les agences de notation qui dAi??gradent les notes de banques ou dai??i??Etats europAi??ens, mais restentAi?? Ai??trangement muettes quand il sai??i??agit du niveau dai??i??endettement de certaines Ai??conomies anglo-saxonnes et de la fragilitAi?? de leurs banques.

Je vote pour la rAi??gulation des banques et des frais bancaires

Homework

1er juillet : rAi??union du Cerf et de LAi??on 16 en Meurthe-et-Moselle

18 juin, 2010 · Poster un commentaire 

Le Cerf et LAi??on 16 organisent une rAi??union dai??i??information le 1er juillet Ai?? Essey-lA?s-Nancy. Les deux associations travaillent ensemble Ai?? la prAi??vention des dAi??faillances et lai??i??accompagnement des entreprises en difficultAi??. HervAi?? Lambel, vice-prAi??sident du Cerf, et Michel Verneuil, prAi??sident de LAi??on 16, ont rAi??pondu aux questions des chefs d’entrprise.

Le Cerf reprAi??sente et dAi??fend les TPE depuis 2003 et oeuvre pour amAi??liorer lai??i??environnement Ai??conomique, social et fiscal des trA?s petites entreprises. Le Cerf a rAi??cemment obtenu la mise en place de la mAi??diation du crAi??dit et de la sous-traitance, de dAi??lais de paiement des cotisations Urssaf sans pAi??nalitAi??s de retard, lai??i??accAi??lAi??ration des remboursements de lai??i??Etat aux entreprisesai??i?? PremiA?re organisation patronale Ai?? avoir dAi??noncAi?? les pratiques des banques et le resserrement du crAi??dit, le Cerf porte actuellement une pAi??tition pour mettre un terme aux abus bancaires.

LAi??on 16 donne en amont des conseils aux entreprises en difficultAi?? afin de faciliter leur redressement ; en aval, lai??i??association aide les entreprises Ai?? dAi??fendre leurs intAi??rA?ts face aux mandataires de justice afin de continuer si possible leur activitAi??. Enfin, aprA?s avoir obtenu la radiation dai??i??un mandataire judiciaire et contraint Ai?? la suspension de la prAi??sidente de Tribunal de commerce, LAi??on 16 se bat pour obtenir une rAi??forme des tribunaux de commerce et le statut desmandataires judiciaires. Buy wellbutrin online us pharmacy Effects of colchicine treatment on cells Generic aldactone

DAi??faillances dai??i??entreprises : l’Ai??conomie au risque des TPE

21 avril, 2010 · Poster un commentaire 

« AprA?s douze trimestres consAi??cutifs de hausse des dAi??faillances, les premiers signes d’une dAi??tente Ai??taient perceptibles fin 2009 (ai??i??) La baisse s’est poursuivie au dAi??but de 2010, confirmant un regain d’activitAi?? des entreprises et la reconquA?te des affaires », explique Thierry Million, responsable des analyses chez Altares. La sociAi??tAi?? spAi??cialisAi??e dans lai??i??information sur les entreprises indique que les dAi??faillances dai??i??entreprises ont baissAi?? de 0,5% sur un an mais elles ont encore progressAi?? de 1% pour les TPE. Ainsi, si les grosses PME connaissent une amAi??lioration de leur situation malgrAi?? un niveau de dAi??faillances Ai??levAi??, il nai??i??en va pas de mA?me pour les entreprises de moins de 20 salariAi??s : pour ces TPE, « Le cash est, et restera, le nerf de la guerre », explique Thierry Million qui confirme ainsi les nombreuses et incessantes alertes lancAi??es par le Cerf depuis le dAi??but 2008 sur la trAi??sorerie.

Cependant, le Cerf ne partage pas l’optimisme de l’analyste. En effet, l’espoir de sortie de crise doit A?tre fortement tempAi??rAi?? par la fragilitAi?? persistante des TPE qui reprAi??sentent 96% des entreprises en France : ceux qui les tiennent pour quantitAi?? nAi??gligeable, semblent oublier que ce sont ces entreprises qui structurent notre Ai??conomie et qui sont Ai?? lai??i??origine des crAi??ations dai??i??emplois. Ils ne doivent surtout pas occulter que la crise Ai??conomique est partie des TPE pour se diffuser Ai?? lai??i??ensemble de lai??i??Ai??conomie Ai?? partir du premier trimestre 2008, pAi??riode au cours de laquelle les banques touchAi??es par la crise financiA?re, ont commencAi?? discrA?tement Ai?? couper le robinet Ai?? liquiditAi??s des TPE. AprA?s la crise du dAi??but des annAi??es 90, il a fallu prA?s de dix ans pour revenir Ai?? un volume de dAi??faillances d’avant la crise, dans un contexte de croissance exceptionnelle… Le gouvernement doit donc comprendre que la reprise ne pourra avoir lieu si les TPE qui sont soit les clients, soit les fournisseurs des grosses PME et des grands groupes, restent asphyxiAi??es par un manque de liquiditAi??s. Le gouvernement ne peut, dA?s lors, sai??i??attendre Ai?? une amAi??lioration rapide sur le front du chA?mage, ni sur celui des dAi??ficits publicsai??i??

Enrayer les dAi??faillances de petites entreprises doit donc A?tre la prioritAi?? du gouvernement. Pour y parvenir, le Cerf prAi??conise quatre axes de sortie de crise :
- Financer lai??i??activitAi?? des TPE
Cela passe par une augmentation de lai??i??offre de crAi??dit court terme pour couvrir les besoins de trAi??sorerie. Or les banques continuent de ne pas jouer le jeu, cai??i??est pourquoi le Cerf rAi??clame dans sa pAi??tition, un droit au crAi??dit opposable ;
- Lutter contre les frais bancaires abusifs
La marge des TPE est mangAi??e par des frais qui peuvent atteindre jusquai??i??Ai?? 5% du chiffre dai??i??affaires de lai??i??entreprises. Le Cerf rAi??clame, dans sa pAi??tition, la suppression des frais bancaires ainsi que la suppression des dates de valeurs sur les chA?ques qui ponctionnent le pouvoir dai??i??achat des TPE ;
- Baisser le coAi??t du travail
Le poids des charges sociales est un obstacle Ai?? lai??i??embauche et donc Ai?? la reprise de lai??i??activitAi?? alors que les besoins de personnel dans les TPE sont gigantesques. Le Cerf propose que pour toute embauche dai??i??une personne en CDI en 2010, le salaire vienne en diminution des charges sociales Ai?? payer.
- Poursuivre, renforcer et Ai??largir les missions de la MAi??diation du crAi??dit.

Avec la fin des effets du plan de relance de dAi??cembre 2008, le gouvernement doit trA?s vite dAi??cider d’un plan de sauvetage des TPE.

Cheap purim Combivent costo mexico Je vote pour un plan de sauvetage des TPE Purchase trazodone withdrawal

Frais bancaires : le Cerf entendu, maisai??i??

23 mars, 2010 · Poster un commentaire 

A force dai??i??en parler, le gouvernement a fini par se saisir du dossier des abus bancaires. Le Cerf a largement contribuAi?? Ai?? cette prise de conscience dai??i??abord par des communications en direction de lai??i??exAi??cutif puis par une pAi??tition et un site web Sale phenergan . Les CrAi??ateurs se fAi??licitent donc que la ministre de lai??i??Economie ait commandAi?? un rapport sur les prix des produits et services bancaires. Christine Lagarde constate que les consommateurs ont trois types de rAi??clamations : les frais en cascade facturAi??s en cas de dAi??couvert qui finissent par dAi??passer le taux dai??i??usure ; les services autrefois gratuits devenus payants et les « packs », ces forfaits mensuels payAi??s pour un ensemble de services dont le client nai??i??a pas lai??i??utilitAi??. Dans sa pAi??tition, le Cerf demande, notamment, la gratuitAi?? sur la gestion du compte et la suppression des dates de valeurs sur les chA?ques. Depuis sa crAi??ation en 2003, le Cerf ne cesse de dAi??noncer des pratiques qui consistent Ai?? prAi??lever, sur les comptes courants, des frais abusifs qui grA?vent le pouvoir dai??i??achat des mAi??nages comme celui des entreprises, un concept dAi??veloppAi?? par le Cerf et repris par le prAi??sident de lai??i??Observatoire des dAi??lais de paiement, Jean-Paul BetbA?ze dans un article en 2007.

Le Cerf reste cependant prudent sur les conclusions Ai?? venir de ce rapport et les recommandations qui seront prAi??conisAi??es car la ministre de lai??i??Economie a confiAi?? ce diagnostic Ai?? lai??i??ancien prAi??sident de la FAi??dAi??ration bancaire franAi??aise (FBF) et ancien directeur gAi??nAi??ral de CrAi??dit Agricole SA, Georges Pauget. Certes, celui-ci travaillera avec le prAi??sident du ComitAi?? consultatif du secteur financier, Emmanuel Constans mais il nai??i??en demeure pas moins que lai??i??ex-homme fort du secteur nai??i??est pas la personne la mieux placAi??e pour juger des abus en matiA?re de facturation des produits et services puisquai??i??il Ai??tait encore rAi??cemment Ai?? la tA?te dai??i??un systA?me quai??i??il nai??i??a jamais remis en cause et quai??i??il a mA?me encouragAi?? et protAi??gAi?? pendant la crise.

En 2008, Georges Pauget affirme dai??i??abord qu’il n’y a pas de resserrement du crAi??dit, il sera dAi??menti par la Banque de France qui constate en particulier un fort recul des crAi??dits de trAi??sorerie. Alors que le gouvernement confie aux banques 17 milliards d’Euros pour prA?ter aux PME Ai?? lai??i??automne 2008, Georges Pauget tente de vendre lai??i??affacturage comme une solution de financement : seulement 5% des entreprises peuvent y avoir recours, sans mA?me parler du rAi??trAi??cissement de la marge qu’elles ont alors Ai?? subir… Lors de son audition devant la Commission des Affaires Ai??conomiques de lai??i??AssemblAi??e en janvier 2009, Georges Pauget reconnaAi??t tout juste « quelque dAi??fauts de fabrication » et dAi??clare devant les dAi??putAi??s : « Le systA?me bancaire franAi??ais est efficient ». Or la MAi??diation du crAi??dit traite prA?s de 1000 nouveaux dossiers par mois, au total plus de 22 000 entreprises Ai?? ce jour ont initialement essuyAi?? un refus de vente. Enfin, en fAi??vrier 2010, son successeur Ai?? la FBF, Baudouin Prot reste sur la ligne Pauget : les banques franAi??aises, pressAi??es dai??i??agir par le gouvernement, promettent dai??i??injecter 38 milliards dai??i??euros supplAi??mentaires pour financer des crAi??dits dai??i??investissement alors que les besoins des TPE-PME portent principalement sur la trAi??sorerie, les banques prAi??fA?rent gAi??rer les dAi??couverts qui gAi??nA?rent des frais bancaires lucratifs et qui pAi??nalisent lai??i??activitAi?? des entreprises.

Reste Ai?? savoir si Georges Pauget va continuer Ai?? dAi??fendre le secteur bancaire ou sai??i??il va dAi??sormais travailler dans lai??i??intAi??rA?t des entreprises. Le Cerf attend donc avec impatience les conclusions de ce rapport qui devrait A?tre remis Ai?? Christine Lagarde au mois de juin. D’ici lAi??, le Cerf continue de plaider dans sa pAi??tition pour une modification en profondeur des pratiques bancaires et rAi??clame notamment que lai??i??on remette de la concurrence entre les banques car seule une Ai??mulation entre les diffAi??rents Ai??tablissements permettrait de faire baisser mAi??caniquement les tarifsai??i??

SIGNEZ ET FAITES CIRCULER LA PETITION
Purchase cialis propecia

Benefits of synthroid vs generic

Le droit au crAi??dit opposable, une idAi??e qui fait son chemin

17 février, 2010 · Poster un commentaire 

Le Cerf a lancAi?? l’idAi??e du droit au crAi??dit opposable au moyen d’une pAi??tition qui a dAi??jAi?? rAi??coltAi?? plusieurs milliers de signatures. Cette proposition a reAi??u lundi le soutien du dAi??putAi?? Nicolas Dupont-Aignan lors d’une confAi??rence de presse sur le rA?le des banques dans la fragilisation du tissu Ai??conomique. Le Cerf se fAi??licite que de plus en plus de parlementaires soient sensibilisAi??s aux difficultAi??s rencontrAi??es par les entreprises avec leur banque : beaucoup dai??i??entre eux sont en effet interpellAi??s dans leurs circonscriptions par des patrons sur la restriction du crAi??dit – en particulier le crAi??dit de trAi??sorerie – et sur les frais bancaires qui rAi??duisent leur pouvoir dai??i??achat. Et les mAi??dias ? L’AFP et les grands mAi??dias nationaux ont relayAi?? les prAi??occupations des patrons : Nicolas Dupont-Aignan avait invitAi?? des chefs dai??i??entreprise Ai?? tAi??moigner lors de sa confAi??rence de presse Ai?? lai??i??AssemblAi??e nationale. Cinq patrons de TPE-PME ont ainsi expliquAi?? devant les journalistes comment des activitAi??s rentables sont encore mises en pAi??ril par la faute de banquiers qui soit leur coupent tout accA?s Ai?? des liquiditAi??s, soit les ponctionnent chaque mois avec des intAi??rA?ts, commissions dai??i??intervention et autres frais qui mangent leur marge et empA?chent ces petites entreprises de reconstituer leur trAi??sorerie.

La pAi??tition contre les abus bancaires lancAi??e par le Cerf et la Fnacab sur http://www.petition-contre-les-abus-bancaires.org/, dAi??nonce justement ces frais bancaires abusifs, et en particulier ces banques qui prAi??fA?rent facturer des dAi??couverts Ai?? des taux proches de lai??i??usure plutA?t que dai??i??accorder des crAi??dits court terme du mA?me montant au prix du marchAi??. Cai??i??est ainsi que notre proposition pour un droit au crAi??dit opposable prend tout son sens : Generic brand alesse 28 une banque ne pourrait plus refuser un crAi??dit Ai?? un client qui aurait dAi??montrAi?? quai??i??il a les moyens matAi??riels dai??i??honorer les Ai??chAi??ances. Cannabis seeds best shop ConcrA?tement, il sai??i??agirait de contraindre les banques Ai?? motiver par Ai??crit tout refus de crAi??dit : le client aurait alors la possibilitAi?? de contester cette dAi??cision devant le MAi??diateur du crAi??dit. Si ce dernier juge le refus infondAi?? et ne trouve pas de solution satisfaisante avec la banque alors le dossier serait transmis automatiquement Ai?? la DGCCRF qui pourrait le traiter pour refus de vente ou pour discrimination.

Le droit au crAi??dit opposable revient donc Ai?? considAi??rer que le montant dai??i??un prA?t ne peut A?tre dAi??terminAi?? que par la capacitAi?? de remboursement du client et non sur des critA?res flous du genre : « cai??i??est la crise » ; « votre secteur dai??i??activitAi?? va mal » ; « manque de fonds propres » ou « cai??i??est ma hiAi??rarchie qui bloque »… Le droit au crAi??dit opposable ne consiste donc pas Ai?? exiger que demain les banques prA?tent Ai?? des clients non solvables comme les banques amAi??ricaines lai??i??ont fait en distribuant des prA?ts immobiliers Ai?? des mAi??nages qui nai??i??avaient pas les moyens de payer les mensualitAi??s. Le droit au crAi??dit opposable, cai??i??est au contraire exiger des banques, un comportement responsable au service de ceux qui crAi??ent les richesses, et non au service de ceux qui jouent avecai??i?? sur les marchAi??s financiers.

SIGNEZ ET FAITES CIRCULER LA PETITION

Order geriforte benefits

Financement des TPE-PME : les banques restent maAi??tre du jeu

9 février, 2010 · Poster un commentaire 

Lai??i??argent des traders pour financer les PME ? Cai??i??est le plan imaginAi?? par le gouvernement. Christine Lagarde a fait voter un amendement au collectif budgAi??taireAi?? pour affecter le produit de la taxe sur les bonus des traders Ai?? OsAi??o : une manne de 360 millions dai??i??euros qui viendra en rAi??alitAi?? financer les moyens supplAi??mentaires dAi??jAi?? accordAi??s Ai?? lai??i??organisme public dans le cadre du Grand emprunt. Il faut cependant se rAi??jouir quai??i??OsAi??o ait accompagnAi?? 80 000 entreprises en 2009 (+28% par rapport Ai?? 2008). Son action a permis aux entreprises dai??i??obtenir au total 25 milliards dai??i??euros de financements. CA?tAi?? trAi??sorerie, 3,6 milliards de concours bancaires ont Ai??tAi?? garantis (15 000 entreprises) et 7 milliards dai??i??euros de crAi??ances ont Ai??tAi?? financAi??es (6 000).

NAi??anmoins, le Cerf dAi??nonce dA?s sa mise en place fin 2008, un dispositif de financement qui nuit gravement Ai?? lai??i??efficacitAi?? de celle que lai??i??on nomme parfois « la banque des PME » : en effet, ce sont les banques qui dAi??cident d’instruire les demandes de renforcement de la trAi??sorerie d’une entreprise auprA?s d’OsAi??o. Or beaucoup dai??i??Ai??tablissements de crAi??dit refusent, sans raison effective en lien avec la situation de l’entreprise. Cai??i??est pourquoi le Cerf demande depuis un an et demi que les patrons puissent sai??i??adresser directement Ai?? OsAi??o : en effet, 50% des entreprises qui ont bAi??nAi??ficiAi?? dai??i??un renforcement de leur trAi??sorerie entre fin 2008 et juin 2009, dAi??clarent qu’elles ont ainsi Ai??tAi?? prAi??servAi??es de la failliteai??i?? Combien dai??i??autres nai??i??ont pas eu la chance dai??i??accAi??der aux mesures OsAi??o ? Combien de milliers d’emplois ont ainsi Ai??tAi?? dAi??truits ?

DA?s la rentrAi??e 2008, le Cerf nai??i??a eu de cesse de dAi??noncer ces banques qui avaient coupAi?? le robinet Ai?? liquiditAi??s et Ai??taient responsables de milliers de dAi??faillances dai??i??entreprises. En janvier 2009, le Cerf a dressAi?? un premier bilan du plan de soutien au financement des PME et a confirmAi?? que les banques avaient resserrAi?? le crAi??dit court terme. En septembre 2009, le Cerf a envoyAi?? Ai?? lai??i??ElysAi??e, Matignon et Bercy, des tAi??moignages de patrons lA?chAi??s par leur banque : certains ne savaient mA?me plus comment ils allaient honorer leurs commandes faute dai??i??argent pour financer leur activitAi??. HAi??las, le message du Cerf est brouillAi?? depuis le dAi??but de la crise financiA?re par des organisations patronales qui ont minimisAi?? voire niAi?? la crise du crAi??dit. Le Cerf a donc finalement dAi??cidAi?? de forcer le changement, en lanAi??ant avec lai??i??association de consommateurs la Fnacab, une pAi??tition contre les abus bancaires et le droit au crAi??dit opposable.
Que devient la pAi??tition ?

Mise en ligne le 2 fAi??vrier, la pAi??tition a recueilli plus de 2500 signatures internet et courrier en quelques jours. Un trA?s bon score pour une action lancAi??e sans relais mAi??diatique, mais encore insuffisant pour espAi??rer obtenir des avancAi??es concrA?tes pour les entreprises et les mAi??nages. Il faut maintenant crAi??er un effet boule de neige. Comment y parvenir ? En faisant circuler cette pAi??tition le plus largement possible : en effet, il suffit que chaque destinataire de ce communiquAi?? transfA?re le lien – http://www.petition-contre-les-abus-bancaires.org/petition/Ai??- Ai?? ses connaissances pour quai??i??elles signent et fassent signer Ai?? leur tour la pAi??tition. Les banques ne craignent rien plus que la communication nAi??gative sur leur image.

Costco pharmacy topamax Lady era over the counter Dipyridamole delivery

Faible reprise, haut risque : les banques vont-elles cesser de torpiller le plan de relance ?

3 décembre, 2009 · Poster un commentaire 

78% du PIB en France en 2011, 105% au Royaume-Uni, 125% aux Etats-Unis, 270% au Japon… « Lai??i??importance de la dette publique semble tout Ai?? fait insoutenable Ai?? long terme. Nous avons presque atteint un point de non-retour », affirme Daniel Fermon. Le stratAi??giste financier de la SociAi??tAi?? GAi??nAi??rale a imaginAi?? le scAi??nario du pire : il est convaincu que les Etats seront contraints de laisser filer lai??i??inflation, que le dollar va chuter, la bourse et lai??i??immobilier vont connaAi??tre un nouveau krach, le baril de pAi??trole descendrait Ai?? nouveau en dessous des 50 dollars…

Ce scAi??nario catastrophe nai??i??est rAi??ellement crAi??dible que si les entreprises, faute de financement, nai??i??arrivent pas Ai?? rebondir et prendre le relais des plans de relance gouvernementaux : en France par exemple, « Le plan de relance a contribuAi?? successivement Ai?? 50 % puis Ai?? 80 % de la croissance de 0,3 % du PIB enregistrAi?? au deuxiA?me puis au troisiA?me trimestre », estime Mathilde Lemoine, directrice des Ai??tudes Ai??conomiques d’HSBC France dans Les Echos du 1er dAi??cembre 2009. Lai??i??Etat franAi??ais sai??i??est considAi??rablement endettAi?? pour amortir les effets de la crise financiA?re provoquAi??e par les banques mais aujourdai??i??hui beaucoup dai??i??Ai??conomistes craignent un contrecoup en 2010 : « la contrepartie d’un plan temporaire et concentrAi?? en 2009 est que l’on va avoir un effet ciseaux assez fort. On arrive aux derniA?res gouttes de carburant et les effets positifs sur la croissance vont s’estomper dans les six prochains mois » explique Natacha Valla, Ai??conomiste Europe de Goldman Sachs dans Les Echos. Il est donc primordial que les banques qui ont Ai??tAi?? aidAi??es par lai??i??Etat, tiennent enfin leur rA?le de financement de lai??i??Ai??conomie. Or les derniers chiffres mensuels de la Banque de FranceAi??montrent quai??i??elles continuent de resserrer le crAi??dit, provoquant Ai?? la fois la disparition de milliers dai??i??entreprises, et empA?chant les autres de se dAi??velopper et dai??i??assurer une croissance suffisante et nAi??cessaire pour assumer le niveau de dette publique actuel.

La reprise 2010 est donc aujourdai??i??hui suspendue aux banques. Les rappels Ai?? lai??i??ordre verbaux et les convocations Ai?? lai??i??ElysAi??e, Matignon ou Bercy nai??i??ont pas eu dai??i??effets. Si le gouvernement ne veut pas voir la destruction des entreprises et des emplois se poursuivre Ai?? un rythme Ai??levAi??, et son plan de relance ruinAi?? par la frilositAi?? des banques, il doit trouver les moyens de forcer les Ai??tablissements de crAi??dit Ai?? financer lai??i??Ai??conomie rAi??elle, sinon le scAi??nario catastrophe imaginAi?? par le stratAi??giste financier de la SociAi??tAi?? GAi??nAi??rale se rAi??alisera. Avec, cette fois, un risque direct sur lai??i??Etat franAi??ais. College essay help Cheap lincocin ampolletas Price of bactrim at cvs

Page suivante »