ChA?meurs en fin de droits : une solution pour booster la relance

1 mars, 2010 · Poster un commentaire 

UnAi??million de personnes sans emploi devraient Ai??puiser leurs droits Ai?? indemnisation dai??i??ici Ai?? la fin de lai??i??annAi??e 2010. Et le nombre de chA?meurs de longue durAi??e progresse encore de 2,8% au mois de janvier. Le gouvernement a dai??i??ores et dAi??jAi?? annoncAi?? quai??i??il prAi??sentera prochainement des mesures pour les personnes qui risquent de se retrouver sans revenu de remplacement.Ai?? Notre sociAi??tAi?? ne peut pas se permettre dai??i??attendre la reprise dai??i??autant que le Premier ministre estime que le chA?mage va continuer Ai?? augmenter jusquai??i??Ai?? la mi-2010. Il faut donc une mobilisation nationale en faveur de lai??i??emploi et de la crAi??ation de richesses.

Le Cerf se fAi??licite donc que le secrAi??taire dai??i??Etat Ai?? lai??i??Emploi, veuille notamment proposer une formation rAi??munAi??rAi??e Ai?? ces personnes sans emploi.Ai?? Cependant, le manque de qualifications nai??i??est pas la seule explication Ai?? lai??i??augmentation des chA?meurs de longue durAi??e : la confiance, moteur de lai??i??embauche et des investissements, nai??i??est pas encore au rendez-vous. Mais surtout, en pAi??riode de crise, le coAi??t du travail est un obstacle encore plus grand au recrutement de nouvelles compAi??tences. Cependant, les patrons de TPE-PME ne demandent pas mieux que dai??i??embaucher car ils ont plus que jamais besoin de main dai??i??oeuvre pour rAi??pondre Ai?? la demande ou aller chercher de nouveaux clients et remplir leur carnet de commande.

Le Cerf propose donc que chA?meurs de longue durAi??e et petits patrons soient aidAi??s par un contrat gagnant-gagnant : le salaire brut chargAi?? correspondant Ai?? toute nouvelle embauche en CDI dai??i??un chA?meur en fin de droits, viendrait en diminution du total des charges patronales Ai?? payer. Cette mesure, limitAi??e Ai?? lai??i??annAi??e 2010 et aux entreprises de moins de 50 salariAi??s, permettrait ainsi Ai?? masse salariale Ai??gale, de crAi??er des emplois productifs, de relancer lai??i??activitAi??, de baisser le coAi??t du travail et donc dai??i??amAi??liorer la compAi??titivitAi?? de nos petites entreprises. De plus, il est plus utile que ces personnes sans emploi soient rAi??munAi??rAi??es pour leur travail plutA?t quai??i??elles soient indemnisAi??es pour rester au chA?mage.

La mesure proposAi??e par le Cerf reprAi??sente donc davantage un investissement quai??i??une charge supplAi??mentaire pour le budget de lai??i??Etat : en effet, plus dai??i??emplois productifs signifie plus de croissance et donc plus de recettes sociales et fiscales ; moins de chA?meurs signifie aussi moins de dAi??penses pour lai??i??Unedic et pour lai??i??Etat en aides sociales. Le Cerf propose ainsi de transformer une charge qui pA?se sur la croissance en opportunitAi?? d’accAi??lAi??rer la relance. Si les combats communs et prAi??sents forgent le sentiment d’appartenance qui fonde la nation, la mobilisation nationale face Ai?? la crise est plus que jamais nAi??cessaire. Buy himcocid syrup Shipping probalan Skunk seeds #1

Hausse du chA?mage des jeunes diplA?mAi??s : investir dans l’avenir

2 décembre, 2009 · Poster un commentaire 

Le nombre de demandeurs d’emploi de catAi??gorie A sai??i??Ai??levait au mois de septembre Ai?? 2 574 900 inscrits, soit une hausse de 25,1% en un an, 30,2% pour les moins de 25 ans, la catAi??gorie la plus affectAi??e par la crise. La situation des jeunes reprAi??sente un coAi??t Ai??conomique et social insupportable pour notre pays. En effet, l’argent public investi dans l’Ai??ducation reprAi??sente un gA?chis dai??i??autant plus grand que le diplA?me obtenu se dAi??valorise dans le temps si les connaissances ne sont pas rapidement mises en pratique dans l’entreprise : l’arrivAi??e constante sur le marchAi?? de l’emploi de nouveaux diplA?mAi??s avec des formations toujours rAi??actualisAi??es, nai??i??aide pas Ai?? sai??i??insAi??rer sur le marchAi?? du travail.

Dans sa logique de mobilisation nationale pour soutenir l’Ai??conomie, le Cerf propose que le salaire brut chargAi?? correspondant Ai?? toute nouvelle embauche d’un jeune diplA?mAi?? en CDI, d’un stagiaire ou d’un jeune en contrat de professionnalisation, vienne en diminution du total des charges patronales Ai?? payer. L’exonAi??ration serait acquise Ai?? l’entreprise jusqu’Ai?? ce que le jeune embauchAi?? atteigne lai??i??A?ge de 26 ans. Cette mesure, limitAi??e Ai?? lai??i??annAi??e universitaire 2009-2010 et aux entreprises de moins de 50 salariAi??s, permettrait ainsi Ai?? masse salariale Ai??gale, de crAi??er des emplois productifs, de relancer lai??i??activitAi??, de baisser le coAi??t du travail et donc dai??i??amAi??liorer la compAi??titivitAi?? de nos petites entreprises mais aussi de prAi??parer lai??i??avenir avec lai??i??arrivAi??e de compAi??tences nouvelles dans lai??i??entreprise.

De plus, dans ce contexte conjoncturel difficile, le Cerf propose que lai??i??embauche d’un jeune en contrat de professionnalisation coAi??te moins cher et que le montage administratif et financier des dossiers soit facilitAi??. En effet, aujourdai??i??hui son salaire revient entre 50% et 100% dai??i??un Smic conventionnel, soit jusquai??i??Ai?? 1700 euros brut selon certains accords de branche, l’A?ge et le cursus du jeune. Le Cerf prAi??conise que lai??i??on revienne Ai?? un mode de calcul plus simple et surtout plus juste : 55% du Smic pour les moins de 21 ans ; 65% pour les plus de 21 ans. Il faudrait Ai??galement que le montage administratif des dossiers dai??i??apprentissage ou de professionnalisation, leur gestion et leur suivi soient simplifiAi??s afin de ne pas dAi??courager les employeurs de TPE-PME dai??i??embaucher un jeune. Il faudrait enfin que les OPCA prennent en charge toutes les formations en alternance diplA?mantes et cessent en particulier de refuser de financer les formations transversales.

Dans un contexte d’augmentation du chA?mage, la confiance comme la solidaritAi?? ne peuvent reposer que sur l’activitAi?? des entreprises, donc le travail. « Ces jeunes reprAi??sentent une richesse et un espoir considAi??rables que le systA?me actuel maintient en dehors de l’emploi », estime HervAi?? Lambel. Il serait dA?s lors absurde de laisser sur le bord de la route des jeunes formAi??s et les empA?cher de contribuer Ai?? l’effort de tous pour la reprise. Ne pas le faire, les mettrait en situation de peser nAi??gativement sur la relance de notre Ai??conomie et rAi??duirait d’avantage leurs chances de trouver rapidement un emploi. Cette logique de mobilisation nationale reprAi??sente donc une formidable chance pour accompagner la sortie de crise et prAi??parer l’avenir. Order paxil cr online How much does ponstel cost Purchase sinequan generic