SMIC : Le Cerf sur Radio Notre-Dame

29 juin, 2012 · Poster un commentaire 

Ecoutez ici le débat réunissant Eric Liebel, chef d’entreprise et représentant du Cerf débattre avec Jérôme Dubus, délégué du Medef Ile-de-France et Pascal Debay, membre de la commission exécutive confédérale de la CGT en charge des questions salariales et secrétaire général de l’Union CGT.

Logo de Radio Notre Dame

Journaliste Ai?? l'antenneL’émission La Voix est libre est animée par Sabine de Rozières

Coup de pouce au SMIC : attention à ne pas confondre rémunération et salaire !

26 juin, 2012 · Poster un commentaire 

La position du Cerf sur l’augmentation du salaire…

Lire la tribune d’HervAi?? Lambel sur le site Atlantico.frAi?? Lire la suite

Buy zyban online us Cannabis seeds uk seller Purchase lady era pills

Abject et stupide !

19 septembre, 2011 · 12 commentaires 

Certains dAi??putAi??s cherchent Ai?? faire abroger lai??i??exonAi??ration des charges sur les heures supplAi??mentaires. Cai??i??est leur droit. Ils mA?nent leur combat, disent-ils, au nom de la justice, nai??i??hAi??sitant pas Ai?? aller jusquai??i??Ai?? dire et Ai??crire dans lai??i??HAi??micycle que les salariAi??s qui effectuent des heures supplAi??mentaires prennent le travail des autres, pire, dAi??truisent le travail des autres. Pour confirmer ce mode de pensAi??e, chacun se souviendra que parmi eux, il sai??i??en trouvait qui nous expliquaient lai??i??annAi??e derniA?re que les travailleurs seniors qui continueraient Ai?? travailler suite Ai?? la rAi??forme de lai??i??A?ge du dAi??part Ai?? la retraite prendraient le travail des jeunes. Il en est dai??i??autres qui rAi??digent des rapports douteux pour nous faire accepter la mA?me idAi??e. Mais les mA?mes prAi??tendent jouer les vierges effarouchAi??es quand dai??i??autres, utilisant pourtant exactement le mA?me argument, portent la critique sur les emplois occupAi??s par les travailleurs dai??i??origine Ai??trangA?re.

A dAi??faut dai??i??un changement radical dans leur comportement, ils nous confirmeront que, indignes de la fonction quai??i??ils occupent, ils prennent pour le coup la place de ceux qui souhaitent travailler sans dAi??magogie en mettant un terme Ai?? la manipulation de lai??i??opinion. Car les trois affirmations, Ai??manant de camps apparemment opposAi??s, sont pareillement fausses. Les trois vAi??hiculent, malheureusement, la haine et la division Ai?? partir de lai??i??AssemblAi??e, cette institution qui porte en son nom lai??i??idAi??e mA?me de lai??i??unitAi?? et est normalement garante des valeurs de la Constitution.

Maintenant sur lai??i??idAi??e combattue, lai??i??exonAi??ration des charges sur les heures supplAi??mentaires nai??i??est quai??i??une juste et lAi??gitime rAi??tribution dai??i??un effort consenti pour soutenir la croissance. Il faut A?tre bien loin du travail pour penser que la rAi??duction du volume de travail, mA?me individuellement, est crAi??atrice de richesse. Chacun en a dAi??jAi?? fait lai??i??expAi??rienceAi??: plus on travaille, plus on a de travailai??i?? et plus on pourra crAi??er des emplois. Cai??i??est dAi??jAi?? la macroAi??conomie mal comprise qui a conduit Ai?? la mise en place des 35 heures qui coAi??tent plus de 15 milliards dai??i??Euros par an, soit le tiers du dAi??ficit budgAi??taire annuel de la France hors pAi??riode crise, sans compter les milliers dai??i??entreprises et dai??i??emplois dAi??truits (toujours passAi??s sous silence) lors de leur mise en place. La mA?me, toujours aussi mal comprise, et dans lai??i??ignorance de la microAi??conomie, servirait Ai?? justifier un retour en arriA?re sur les heures supplAi??mentaires, avec lai??i??argument inepte que lai??i??augmentation du coAi??t du travail permettra de crAi??er des emplois. Cai??i??est ce que croient MM Gorges (UMP) et Mallot (PS), les auteurs du rapport parlementaire qui a conduit le Premier Ministre Ai?? proposer de modifier le dispositif dai??i??exonAi??ration des heures supplAi??mentaires.

La bA?tise est parfois sans bornesAi??: dans la situation actuelle, lai??i??augmentation du coAi??t du travail sur les heures supplAi??mentaires, par des effets mAi??caniques extrA?mement simples,Ai?? va augmenter le nombre de dAi??faillances dai??i??entreprises, augmenter le chA?mage, rAi??duire le nombre dai??i??heures supplAi??mentaires effectuAi??e et donc le pouvoir dai??i??achat de ceux qui en bAi??nAi??ficiaient, ralentir la croissance et, accessoirement, rAi??duire encore le revenu des patrons, dont on ne dira jamais assez quai??i??il baisse depuis 2000 et que le revenu mensuel mAi??dian de ces dirigeants (1 358ai??i??*) est infAi??rieur au salaire mensuel mAi??dian des salariAi??s (1 655ai??i??*).

*Source INSEE Buying cannabis seeds legal in uk How much do phenergan suppositories cost Order minomycin side

ENFIN LES TPE ?

7 juin, 2005 · Poster un commentaire 

Aura-t-il fallu un « Non » au rA�fA�rendum pour que les politiques et les syndicats s’aperA�oivent qu’il est urgent de s’occuper en prioritA� des TrA?s Petites Entreprises et s’attaquer aux problA?mes rencontrA�s par les petits patrons ?

Mais ce n’est pas un hasard, si aprA?s tant d’annA�es d’efforts de communication A� destination des « A�lites » et le rA�sultat du rA�fA�rendum, les TPE reviennent sur le devant de la scA?ne.

On se souvient donc de celles-ci, « capables de rA�soudre une partie du problA?me du chA?mage », on les pare A� nouveau de toutes les vertus… est-ce pour enfin prendre les mesures qui s’imposent et sur lesquelles seul le Cerf avait attirA� l’attention, ou pour trouver une nouvelle faA�on de les taxer ?

Les dA�cisions qui seront prises seront essentielles dans la partie A� laquelle les franA�ais sont invitA�s A� assister jusqu’aux prochaines A�lections prA�sidentielles : 20 millions de FranA�ais vivent en effet de ces TPE et c’est dans ces derniA?res qua��on mesurera leur mise en oeuvre.

Et elles seront d’autant plus essentielles, que ces 20 millions de citoyens ne jouent pas « A� la prA�sidentielle », mais sont concernA�s par leur vie quotidienne et le devenir du pays qu’ils ont construit : leur regard et leur jugement seront donc impitoyables sur les joueurs.

Ils attendent des mesures fortes, claires, dont ils ne seront pas encore les victimes, et qui leur permettront de redevenir les acteurs qu’ils ont toujours A�tA�, crA�ateurs d’emplois et de richesse, vivant de leur travail, et, par lui, contributeurs citoyens et solidaires.

S’appliquant A� ceux qui produisent la richesse ensuite redistribuA�e, ces dA�cisions ne sauraient A?tre entravA�es par un quelconque chantage, extA�rieur A� ces entreprises.

L’emploi ne reviendra que par la capacitA� que la France dA�veloppera pour rendre le travail attractif et source d’espoir.

Il faut augmenter le revenu du travail sans peser sur la masse salariale des entreprises et donc revenir A� la proposition du Cerf sur les 35 heures, qui sont toujours un flA�au dans les TPE.

Il faut lutter efficacement contre les dA�faillances d’entreprises et pour cela, tendre la main aux patrons avant que l’inA�luctable ne survienne : 200 000 emplois sont en jeu chaque annA�e.

La simplification doit A?tre poursuivie : l’externalisation totale du bulletin de salaire est un impA�ratif, afin de supprimer les sources d’erreurs et de retard de paiement, si pA�nalisant.

Il faut rA�duire cette fracture, entre le privA� et le public, qui cause tant de tort A� notre dA�veloppement et A� la croissance : il doit A?tre inscrit dans les textes la notion de service public conseilleur, avant son rA?le de contrA?le et de rA�pression.

Enfin, il faut arrA?ter de prendre des mesures qui s’appliquent ou intA�ressent systA�matiquement 6% des entreprises et laissent sur le cA?tA� 94% d’entre elles.

Pour cela, il serait bon que les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France soient consultA�s.