Hervé Lambel sur RMC – Défaillances d’entreprises et destruction d’emplois

4 octobre, 2012 · 1 commentaire 

Hervé Lambel, porte-parole du Cerf et candidat à la présidence du Medef, s’alarme du niveau des défaillances d’entreprises en 2012 et du niveau qui sera atteint en 2013, suite à la dégradation de l’environnement des entreprises. Dans ce contexte, le chômage ne peut que continuer de progresser.

Entreprises : redressements judiciaires ou liquidations en hausse cet été

Cet Ai??tAi??, les dAi??faillances dai??i??entreprises ont grimpAi?? de 8%. Les FranAi??ais ne consomment plus, et les secteurs les plus touchAi??s sont les services tels que la restauration, ou encore les transports. Plus de 60 000 entreprises devraient mettre la clAi?? sous la porte dai??i??ici la fin de lai??i??annAi??e, et 48 000 emplois ont dAi??jAi?? Ai??tAi?? supprimAi??s.

Le gouvernement le rAi??pA?te en boucle, mais les entreprises en sont les premiA?res conscientesAi??: la crise est loin dai??i??A?tre terminAi??e. La preuve, cette information RMCAi??: cet Ai??tAi??, les dAi??faillances dai??i??entreprises ont augmentAi?? de 8% par rapport Ai?? lai??i??an dernier. ConcrA?tement, cela veut dire que prA?s de 12 000 entreprises ont Ai??tAi?? placAi??es en redressement judiciaire ou en liquidation, et quai??i??au moins 48 000 emplois ont Ai??tAi?? supprimAi??s. Pire, la situation ne devrait pas sai??i??amAi??liorer dans lai??i??immAi??diat, et les sociAi??tAi??s dai??i??Ai??tudes Ai??conomiques estiment quai??i??entre 60Ai??000 et 63Ai??000 entreprises auront mis la clAi?? sous la porte dai??i??ici la fin de lai??i??annAi??e.

Ai?? Des mAi??tiers qui souffrent de lai??i??absence de consommation des mAi??nages Ai??

Pour Thierry Million, responsable des Ai??tudes sur les dAi??faillances dai??i??Altares, une sociAi??tAi?? d’information sur les entreprises, Ai??Ai??il y a des mAi??tiers qui souffrent Ai??videmment plus que dai??i??autres. En tA?te, on trouve les transports, les activitAi??s immobiliA?res, tous les mAi??tiers de coiffeurs, instituts de beautAi??, etc., mais aussi restauration et hAi??bergement Ai??. La raison de ces difficultAi??s est Ai??vidente selon lui, la demande nai??i??est pas suffisanteAi??:Ai??Ai??Ai??Ce sont des mAi??tiers qui souffrent Ai??videmment de lai??i??absence de consommation des mAi??nages, de faAi??on trA?s claire Ai??, estime-t-il.

Ai?? Une hAi??catombe Ai??

HervAi?? Lambel, porte-parole de lai??i??association de TPE et PME CERF (CrAi??ateurs dai??i??emplois et de richesse de France), en tire les conclusions toutes logiques sur lai??i??emploi. Ai??Ai??Le commerce, la restauration sont des secteurs qui consomment Ai??normAi??ment de main-dai??i??Ai??uvre. Sur des secteurs qui utilisent moins de main-dai??i??Ai??uvre, mais qui sont significatifs dai??i??une difficultAi??, il y a le secteur des transports. LAi??, on a effectivement une hAi??catombe Ai??.
En clair, Ai??Ai??les FranAi??ais consomment moins, ils vont moins au restaurant, ils vont moins dans les commerces. Tout ce qui est dans un premier temps superflu, on va y regarder Ai?? deux fois, et de plus en plus Ai??.

Ai?? Le chA?mage ne peut que continuer Ai?? progresser Ai??

Et les prAi??visions pour 2013 sont pessimistes : la sociAi??tAi?? Heuler Hermes, une sociAi??tAi?? d’assurance-crAi??dit qui publie des Ai??tudes sur les entreprises, redoute 64 000 Ai?? 65 000 dAi??faillances l’an prochain.
Ai??Ai??La France a cette spAi??cificitAi?? de dAi??truire plus dai??i??entreprises que les autres, ajoute HervAi?? Lambel.Ai??Pour stabiliser le nombre de dAi??faillances dai??i??entreprises, il faut arriver Ai?? un taux de croissance dai??i??environ 2%, on en est loin.
Bien Ai??videmment, chaque fois quai??i??on dAi??truit une entreprise, on dAi??truit les emplois qui vont avec. Donc dans la situation actuelle, le chA?mage ne peut que continuer Ai?? progresser Ai??, regrette-t-il.

La rédaction avec Stéphanie Collié |RMC.fr| 04/10/2012 Lire l’article et écouter l’interview sur RMC…
Hervé Lambel et le Cerf tiraient déjà le signal d’alarme le 13 juillet et annonçaient la menace qui pesait sur plus de 310 000 emplois en 2012. Pour aller plus loin…

58% des salariés français oubliés ? Toutes les bonnes intentions du monde envers les PME ne les sauveront pas des réformes qui continuent à les confondre avec le CAC 40

12 septembre, 2012 · Poster un commentaire 

Jean-Marc Ayrault s’est engagé mardi à un « choc de compétitivité » d’ici la fin de l’année. Des propositions devraient être avancées ce mercredi en réunion interministérielle… Reste au gouvernement à prendre conscience qu’une PME n’est pas un groupe du CAC 40.

Interview croisée de Jérôme de Rocquigny et Régis Coeurderoy Lire la suite…

Jérôme de Rocquigny est vice-président du Cerf en charge de l’emploi et de la formation professionnelle

Publié le 12 septembre 2012

INSEE : l’indignation sélective continue

9 novembre, 2011 · 5 commentaires 

De la crédibilité des syndicats La suite

Revenus des patrons : les vrais scandales

5 août, 2011 · 22 commentaires 

L’INSEE vient de publier une nouvelle étude sur les revenus des patrons indépendants du commerce, de l’industrie, du bâtiment et des services. On peut y apprendre que la moitié des patrons gagne moins de 16 300 € par an, soit à peine les deux tiers du smic horaire rapportés au temps de travail. Globalement, le revenu des patrons baisse depuis 2000.

Le lecteur qui avait déjà lu l’édition précédente de l’étude de l’INSEE constate que, d’une année sur l’autre, la publication reprend les mêmes textes introductifs et montants de base (28 400 € de revenus par an). Pourtant, 2007 et 2008, les années étudiées, ne sont en rien comparables, ce qui ne saurait échapper à des statisticiens : même si la situation économique était déjà dégradée en 2007, la crise a véritablement éclaté en 2008, en attestent les chiffres des défaillances d’entreprises au premier puis au second trimestre 2008, ainsi que le fort ralentissement de la croissance cette même année. Alors, à moins d’une augmentation conséquente des marges des entreprises, il est impossible que le revenu d’activité des indépendants soit resté le même en Euros courants. Or la crise s’est amplifiée du fait de la contraction des marges qui a conduit à l’augmentation des besoins de trésorerie à l’origine des défaillances, par manque de financement bancaire. Il y a donc fort à craindre que la baisse des revenus d’activité des patrons, en Euros constant cette fois, soit plus forte que celle annoncée (-3,8%).

D’une étude à l’autre, l’INSEE parle d’un revenu de 36 400 € par an, quand il intègre les revenus des professionnels de santé hors agriculteurs, ce qu’il ne fait pas dans ses autres études où l’on voit ce revenu descendre à 28 400 € ou 25 900 € ou encore 22 100 € selon la façon de calculer, c’est-à-dire selon que l’on prend en compte ces patrons qui n’ont rien gagné voire perdu sur une année, ou ces patrons au revenu indécemment bas qui n’emploient pas de salariés. Une étude qui ne comporte que certaines catégories d’activités, ou que certains niveaux de rémunération, ne saurait être considérée comme reflétant la réalité. Si les études sectorielles peuvent s’avérer nécessaires, aucune étude sur les revenus des indépendants ne saurait se prétendre sérieuse, si elle n’englobe pas l’intégralité de ce qu’elle prétend mesurer : les entrepreneurs, ce sont bien tous ceux qui ont investi dans une activité, qui sont responsables de leur propre emploi. A quand donc une étude globale du revenu des indépendants, affinée ensuite par catégories ? pour enfin donner une véritable image du patronat qui porte depuis trop longtemps l’économie et la solidarité à bout de bras et permettre au politique de ne pas dire ou faire des âneries quand il entend prendre des décisions qui concernent les entreprises et, au final, la France.

Aussi est-il nécessaire de noter que, de 2000 à 2005, les 859 000 entrepreneurs individuels employeurs ont vu leur revenu d’activité baisser de 0,1% par an en Euros constants (25 900€), baisse que l’INSEE qualifie de « quasi-stagnation ». N’importe quel patron y verra une des raisons du niveau élevé du chômage. La prise en compte du revenu des entrepreneurs qui n’emploient pas de salariés fait baisser la moyenne à 22 100 €. Sont-ils moins entrepreneurs ou leur revenu est-il trop faible pour déterminer le revenu des patrons sur lequel l’INSEE choisit de communiquer ? Rapporté au temps de travail, le revenu moyen annoncé aujourd’hui pour l’année 2008 (28 400 €) est à peine au niveau du smic. Quel parti pris conduit à ne pas donner plus d’importance à cette réalité pourtant mesurée par l’INSEE : 13% des patrons ont un « revenu » nul ou négatif, 50% perçoit un revenu inférieur à 16 300 euros par an ! Rapporté au temps de travail, le revenu médian ne représente que les 2/3 du SMIC ! Il y a ainsi en proportion, plus de miséreux à la peine chez ces patrons que chez les salariés (salaire médian : 19 860€).

Les cris poussés par les patrons, trop rapidement et facilement qualifiés de poujadistes ou de populistes, avec tout le mépris que cela révèle, sont en réalité l’expression d’une souffrance qu’il serait dangereux de négliger, et d’une situation économique à laquelle il est urgent d’apporter des réponses si l’on veut voir repartir la croissance à la hausse et le chômage à la baisse.

Voir aussi : INSEE l’indignation sélective

Augmentations des salaires : justice et rAi??alitAi??

23 décembre, 2010 · Poster un commentaire 

Une classe de nantis, privilAi??giAi??s et dAi??magogues, pousse lai??i??idAi??e, qui semble faire son chemin dans les mAi??dias, de la nAi??cessaire augmentation des salaires, notamment Ai?? au nom de la justice Ai??, tandis que dai??i??autres parlent dai??i??augmenter les prAi??lA?vements sur les entreprises.

Aleve sale

La rAi??alitAi??, rapportAi??e par le trA?s officiel et trA?s sAi??rieux INSEE :

Salaire mensuel moyen des fonctionnairesAi??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai?? 2328,00 ai??i?? (1)

Salaire mensuel moyen des salariAi??sAi??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??2069,00 ai??i?? (2)

Revenu mensuel moyen des patronsAi??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??Ai??1850,00 ai??i?? (3)

pour une durAi??e hebdomadaire du travail incomparable, allant quasiment du simple au double.

A lai??i??aulne de ces chiffres, dai??i??autres que les Ai?? salariAi??s qui ne travaillent pas de la CGT Ai?? 2300 euros par mois Ai?? (4) ou des consultants Ai?? plusieurs milliers dai??i??euros, comprendront peut-A?tre que toute hausse de la fiscalitAi??, notamment sur les bAi??nAi??fices des petites entreprises, des charges et, malheureusement des salaires, augmente la pression sur ces entreprises et est non seulement injuste, mais Ai??conomiquement hAi??rAi??tique et suicidaire.

A 1 an de lai??i??Ai??lection prAi??sidentielle, et peut-A?tre moins dai??i??une dAi??faillance majeure de la France, avis aux partis politiques de tous bords et Ai?? leurs Ai??lus.

Ai??

Buy cefadroxil uses
(1) INSEE 2008 – http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1324/ip1324.pdf
(2) INSEE 2008 – http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1300/ip1300.pdf
(3) INSEE 2005 – http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1175/ip1175.pdf (derniA?re Ai??tude prenant en compte les 13% de patrons qui subissent un revenu nAi??gatif ou nul).
(4) MAi??pris et DAi??magogie : de lai??i??indAi??cence du syndicalisme Ai?? la franAi??aise ai??i?? 19/10/2010 – Whatsapp spy, Mobile tracking. http://www.lescreateurs.org/2010/10/19/mepris-et-demagogie-de-l%E2%80%99indecence-du-syndicalisme-a-la-francaise/

La rigueur : enfin !

19 juillet, 2010 · Poster un commentaire 

Order lady era review Price of generic alesse Non, les patrons ne demandent pas plus de contraintes, au contraire. Mais ils ne peuvent que se fAi??liciter quand lai??i??exAi??cutif fait preuve de rAi??alisme : si le premier pas est souvent coAi??teux, il est Ai??galement celui, dans un constat courageux, qui permet de regarder une situation en face et de prendre les dAi??cisions qui sai??i??imposent.

DAi??jAi?? au mois de mars 2009, le Cerf titrait  » Cheap risperdal risperidone La reprise en 2010 est utopique ! » et Ai??tait la seule organisation Ai?? dAi??mentir les experts qui annonAi??aient la relance pour 2010. PrA?s dai??i??un an et demi aprA?s, ces mA?mes experts reviennent sur leurs prAi??visions, revoient les perspectives de croissance Ai?? la baisse, prAi??sageant dai??i??un avenir toujours sombre sur le plan des dAi??faillances dai??i??entreprises et du chA?mage. Le Cerf avait Ai??galement interpelAi?? les RAi??gions sur leur action face Ai?? la criseai??i?? La derniA?re Ai??tude de lai??i??AdCF et de la Caisse des DAi??pA?ts confirme malheureusement lai??i??effet de propagation progressive de la crise Ai?? la quasi-totalitAi?? du territoire : ce nai??i??est quai??i??aprA?s le passage de lai??i??onde de choc pour lai??i??instant encore silencieuse que lai??i??on pourra mesurer lai??i??effet de la dAi??flagration de la crise sur lai??i??Ai??conomieai??i?? Les faits sont tA?tus, qui finissent par briser les cathAi??drales de prAi??visions aussi optimistes quai??i??illusoires, parce que construites sur du sable. Lai??i??Ai??conomie rAi??elle se mesure dans les entreprises avant de se traduire sur le plan de la macro Ai??conomie ou de lai??i??Ai??conomie des Etats.

FranAi??ois Fillon a donc eu raison de lA?cher le mot que de mauvais conseillers soufflaient Ai?? lai??i??exAi??cutif de ne pas employer : sans rAi??alisme, pas de pragmatisme. La solution, il nai??i??y en a quai??i??une, passe par la croissance. Et une croissance forte. Laquelle nai??i??est possible que si les entreprises ne se lancent pas Ai?? corps perdu dans des innovations ou des investissements hasardeux, mais mettent en place les projets gAi??nAi??rateurs de cash, le seul capable de faire tourner la machine et qui fait cruellement dAi??faut. Quai??i??il sai??i??agisse de crAi??dit court ou moyen terme pour financer lai??i??activitAi??, ou de baisse des prAi??lA?vements, qui plombent la compAi??titivitAi?? et la capacitAi?? dai??i??ajustement aux changements de lai??i??environnement Ai??conomique, commercial et concurrentiel, la question rAi??elle est bien celle de la circulation des liquiditAi??s afin dai??i??alimenter le cycle de la crAi??ation de richesses : vendre, pour faire rentrer les liquiditAi??s, puis rAi??injecter, pour assurer le dAi??veloppement de lai??i??entreprise (investissements, salaires, dividendes). La machine est en panne depuis trop longtemps, il faut la rAi??amorcer.

Les entreprises comptent des milliers de projets qui ne voient pas le jour, non pas faute de marchAi??s, mais faute de moyens humains, organisationnels, techniquesai??i?? En fait, et toujours, de financements.

La rigueur ne peut donc A?tre autre chose, Ai?? travers les efforts demandAi??s Ai?? chacun, quai??i??une mobilisation nationale, afin de redonner lai??i??impulsion suffisante et durable Ai?? la croissance. Il faut que chacun en soit convaincu.

Lai??i??Etat doit poursuivre la rAi??duction de ses coAi??ts, la baisse des prAi??lA?vements et la simplification.
Ai??
Les banques, bien sAi??r, doivent financer les entreprises et prendre le relais dai??i??un crAi??dit interentreprises en rAi??duction pour cause de loi sur les dAi??lais de paiement. Les mA?mes banques doivent changer drastiquement leur politique de frais bancaires vis-Ai??-vis des petites entreprises, laquelle sai??i??avA?re confiscatoire et prAi??judiciable Ai?? lai??i??ensemble de lai??i??Ai??conomie.

Les partenaires sociaux doivent se mobiliser pour permettre un retour Ai?? lai??i??emploi rapide en soutien de la relance : ils ne doivent plus faire obstacle Ai?? la proposition du Cerf qui permettrait que de nouveaux emplois en CDI viennent en diminution des charges Ai?? payer, augmentant la contribution travail pour la relance, permettant de baisser la pression sur certaines catAi??gories de travailleurs et maintenant la masse salariale Ai?? un niveau supportable (premier frein Ai?? la crAi??ation dai??i??emploi en pAi??riode dai??i??Ai??conomies).

Lai??i??Ai??nergie dai??i??un pays comme le nA?tre permet dai??i??espAi??rer, tant chacun est convaincu des atouts qui sont les nA?tres, Ai?? condition de dAi??cider de lever les freins qui ne relA?vent ni dai??i??une malAi??diction, ni de la concurrence internationale, mais trop souvent dai??i??une partie de ceux censAi??s reprAi??senter les FranAi??ais auprA?s des dAi??cideurs politiques.

Je vote pour une mobilisation nationale

Multiplication des appels Ai?? la grA?ve : le Cerf appelle Ai?? une mobilisation nationale pour sortir de la crise

12 mars, 2010 · Poster un commentaire 

Quels points communs entre les mAi??decins gAi??nAi??ralistes, les infirmiA?res, les salariAi??s des transports urbains, les professionnels de la petite enfance, le personnel des collA?ges et lycAi??es, les Ai??boueurs ? Leurs syndicats ont appelAi?? Ai?? la grA?ve quelques jours avant le premier tour des rAi??gionales. Difficile dai??i??imaginer un mouvement spontanAi?? dai??i??arrA?ts de travail puisque quai??i??on retrouve peu ou prou les mA?mes centrales syndicales derriA?re ces grA?ves. Ces syndicats sortent de leur rA?le pour faire de la politique politicienne et influer sur les Ai??lections locales de dimanche en soulevant des problAi??matiques nationales – effectifs dans la fonction publique, modification des conditions de travail, salaires, pouvoir dai??i??achat… Ces centrales syndicales jouent avec la dAi??mocratie en occultant lai??i??importance des enjeux locaux – Ai??conomiques et sociaux – de cette Ai??lection. Une fois encore les syndicats sont hors-sujet.

De mA?me, le sondage BVA-Avanquest pour BFM paru dans La Tribune jeudi indique que 72% des FranAi??ais estiment que le gouvernement devra tenir compte des rAi??sultats des Ai??lections rAi??gionales pour modifier la politique nationale. Les sondeurs posent de drA?les de questions car les FranAi??ais sont appelAi??s aux urnes pour renouveler les conseils rAi??gionaux et dire sai??i??ils souhaitent reconduire ou non les majoritAi??s sortantes, vingt rAi??gions sur vingt-deux Ai??tant gAi??rAi??es depuis 2004 par lai??i??opposition. Une fois encore, les mAi??dias sont hors-sujet.

A ces jeux politiciens, on en viendrait Ai?? oublier lai??i??essentiel : 70% des sondAi??s se disent de moins en moins confiants dans l’Ai??conomie, une progression de 6 points par rapport au mois prAi??cAi??dent. Et comment pourraient-ils lai??i??A?tre avec une rAi??cession sans prAi??cAi??dent depuis la seconde guerre mondiale ? Lai??i??explosion record des dAi??faillances dai??i??entreprises illustre la destruction mA?me du tissu Ai??conomique local avec pour corollaire la poussAi??e du chA?mage et les faibles perspectives dai??i??augmentation des salaires. Cai??i??est pourquoi le Cerf propose que les pouvoirs publics poursuivent et renforcent leurs actions de soutien aux TPE-PME. Le Cerf propose notamment que lai??i??activitAi?? soit relancAi??e par lai??i??embauche de chA?meurs en fin de droits : concrA?tement, pour tout recrutement, le salaire viendrait en diminution des charges sociales Ai?? payer.

Enfin, le Cerf se demande Ai?? lai??i??aube de ces Ai??lections rAi??gionales ce que les Ai??lus locaux ont fait dans la prAi??vention et le traitement de la crise, en particulier dans la lutte contre les dAi??faillances dai??i??entreprises, et donc pour sauvegarder lai??i??emploi. Buy cannabidiol cost Message spy, Localizador gps movil. Order reminyl xl

Page suivante »