Elections CCI : une liste pour le changement

8 octobre, 2010 · Poster un commentaire 

Votre Chambre de commerce et dai??i??industrie devrait A?tre votre partenaire au quotidien !

Order shatavari ghee

Les entreprises ont besoin dai??i??un accompagnement et dai??i??un soutien dans leur dAi??veloppement, dans la formation de leur dirigeant et de leurs salariAi??s, mais aussi dai??i??une amAi??lioration des infrastructures et des Ai??quipements dans les zones logistiques. La Chambre de Commerce et dai??i??Industrie (CCI) devrait ainsi A?tre le garant et le promoteur de lai??i??environnement Ai??conomique. Lai??i??Ai??lection des membres de la CCI (prAi??vue du 25/11/2010 au 8/12/2010) est donc un moment crucial car elle dAi??signe pour 5 ans les reprAi??sentants de nos entreprises qui doivent avoir la volontAi?? et la dAi??termination nAi??cessaires afin de rAi??pondre Ai?? nos besoins et Ai?? nos attentes.

Le Cerf fut la premiA?re organisation patronale Ai?? alerter les pouvoirs publics sur la crise Ai??conomique et ses propositions ont largement inspirAi?? le plan de relance et de nombreux dirigeants de TPE/PME sont dAi??cidAi??s Ai?? mettre en Ai??uvre les changements nAi??cessaires, qui passent notamment par le renouvellement de la CCI Moselle. Cette dAi??marche sera menAi??e par une femme de conviction et dai??i??expAi??rience, Chantal LADENBURGER qui prAi??sentera une liste ouverte et ambitieuse. Disposant du savoir-faire nAi??cessaire grA?ce Ai?? son expAi??rience dai??i??Ai??lue et trAi??soriA?re adjointe de la CCI Moselle et son activitAi?? managAi??riale, Chantal a choisi dai??i??agir avec le Cerf afin de mettre en place les moyens appropriAi??s pour Ai??couter et faire entendre la voix de toutes les entreprises, ainsi que les accompagner au plus prA?s de leur besoins et des rAi??alitAi??s de terrain. Dans la droite ligne des propositions portAi??es par les CrAi??ateurs, Chantal souhaite donc une meilleure reprAi??sentation de la diversitAi?? du patronat afin que tous les intAi??rA?ts soient pris en compte.

Constatant entre autres lai??i??absence coupable des CCI auprA?s des entreprises face Ai?? lai??i??abus de position dominante des banques, les patrons rassemblAi??s au sein du Cerf se battent notamment pour une vAi??ritable politique de prAi??vention des dAi??faillances. Financement, frais bancaires, ou baisse de la pression fiscale, autant de sujets quai??i??une CCI responsable et soucieuse du dAi??veloppement local doit avoir Ai?? cAi??ur de traiter sans faux-semblants. Elle ne peut le faire lAi??gitimement quai??i??au travers de la mobilisation de tous, pour donner corps Ai?? des demandes lAi??gitimes au service de lai??i??intAi??rA?t gAi??nAi??ral.

Le Cerf lance donc un appel pour fAi??dAi??rer les patrons, associations, groupements et syndicats qui souhaitent donner une autre impulsion Ai?? la CCI de Moselle. Pour A?tre candidat sur nos listes ou soutenir notre action, remplissez le formulaire en ligne www.lescreateurs.org/candidature-cci.htm.

Cannabis seeds ottawa ontario

Renseignements
Cerf – TAi??l. : 09 51 74 23 73 ai??i?? info@lescreateurs.orgwww.lescreateurs.org

Sale lady era

Grande manifestation

14 novembre, 2007 · Poster un commentaire 

Suite A� la nouvelle confiscation des transports publics et aux blocages que nous devons subir, ainsi qu’aux trA?s nombreuses demandes que vous nous avez adressA�es, vous A?tes aujourd’hui appelA� A� vous mobiliser.

Venez nombreux !
Dimanche 18 novembre
A 15 heures
Place de la RA�publique A� Paris

Le Cerf dA�filera jusqu’A� la Nation pour exiger la garantie de service de la Fonction publique.

D’autres associations composeront ce dA�filA� unitaire qui rassemblera entrepreneurs, usagers, A�tudiants…

Nous nous rA�unirons devant l’HA?tel Holiday Inn pour former notre cortA?ge et porter la voix des entrepreneurs. N’hA�sitez pas A� dA�couper le logo joint et A� le porter collA� sur votre veste pour identifier notre rassemblement.

Pour ceux qui ne pourront rejoindre Paris, faxer ce document A� tous les numA�ros suivants :

Cerfa��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��A� 01 40 99 93 23

RA�daction de TF1a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��A�A�A�A�A�A�01 41 41 14 04
RA�daction de France 2a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��A�A�A�A�A�A�A�A�01 56 22 44 48
RA�daction de France 3a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�A� 01 56 22 85 10
RA�daction d’Aujourd’hui en Francea��a��a��a��a��A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�A�A� 01 40 10 35 17
RA�daction du Figaroa��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��A�A�A�A�A�A�A�A�01 57 08 57 79
RA�daction du Mondea��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��A�A�A�A�A� A�01 57 28 21 25
RA�daction de LibA�rationa��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a��a�� 01 42 76 16 44

Cachet de votre entreprise :

Les CrA�ateurs confirment leur soutien A� Nicolas Sarkozy

4 mai, 2007 · Poster un commentaire 

Pour les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France, il est incroyable et incomprA�hensible A� la fois, que les autres organisations patronales ne prennent pas, par soucis pA�dagogiques, une position claire, sur la base des programmes des candidats A� l’A�lection prA�sidentielle.

En effet, la situation A�conomique de la France, telle que nous pouvons l’aprA�hender dans nos entreprises, ne permet pas de mesures approximatives ou contreproductives par rapport aux objectifs que la France doit se fixer pour garantir les conditions de la croissance, crA�er les emplois dont elle a besoin et garantir la solidaritA� A� laquelle chaque FranA�ais aspire.

Des dossiers aussi importants que les 35 heures ne peuvent plus supporter le moindre atermoiement et sont une des conditions de la relance de la croissance.

La question de la trA�sorerie des TPE, qui doit A?tre mise au cA�ur de toutes les dA�cisions et propositions, est incompatible, de faA�on absolue, avec des annonces d’augmentation du SMIC dA�cidA�e de faA�on totalement arbitraire et autoritaire et se retournera contre l’emploi et la croissance, augmentant la casse sociale.

La crA�ation d’emplois « gratuits » est une absurditA� A�conomique et sociale, qui, en introduisant des distorsions de concurrence entre acteurs de petites tailles, dA�truira des emplois, nivA?lera les salaires par le bas et agira nA�gativement sur le pouvoir d’achat. Qui peut soutenir aujourd’hui le dumping social d’Etat A� l’intA�rieur mA?me de nos frontiA?res quand on le critique A� l’extA�rieur ?

Ces simples mesures, qui constituent des pilliers du programme de Madame Royal, montrent une mauvaise apprA�hension des rA�alitA�s de l’entreprise et des mA�canismes de crA�ation d’emploi. Surtout, elles se retourneront contre les plus faibles et aggraveront leur situation en pensant faire le contraire.

A�

Urgence TVA Sociale pour la sauvegarde de l’emploi et de la solidaritA�

11 juillet, 2006 · Poster un commentaire 

Louis Lambel, prA�sident des CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France, en appelle au rA�alisme et A� l’action sur les questions du coA�t du travail et le maintien de la solidaritA�.

Il rappelle que vouloir financer la solidaritA� par une charge sur les salaires, c’est renchA�rir le travail en France, tout en offrant au travail hors de France un avantage compA�titif artificiel mais efficace, entrainant la destruction de l’emploi ici.

Dans une A�conomie ouverte et mondialisA�e oA? la croissance repose sur la compA�titivitA� des entreprises, il est absurde et suicidaire, sur les plans A�conomique et de l’emploi, de taxer le travail.

Le maintien d’un tel systA?me, qui fonctionnait bien dans une A�conomie en croissance et peu concurrencA�e, s’avA?re aujourd’hui contre-productif, pour le maintien de notre systA?me de production de richesse et notre systA?me de solidaritA�.

La France est forte du savoir-faire que le monde entier nous envie et qui est susceptible de crA�er des emplois durables et valorisants, sans qu’il y ait lieu, nA�cessairement, de les dA�localiser. Il y a donc urgence A� les prA�server et les soutenir en les rendant plus compA�titifs.

L’urgence, c’est la TVA sociale, pour libA�rer le travail.

Celle-ci en baissant le coA�t du travail en France, augmentera le pouvoir d’achat du consommateur sur les biens fabriquA�s sur notre territoire, et rendra nos produits plus attractifs sur les marchA�s extA�rieurs, soutenant ainsi l’activitA� et l’emploi en France.

Les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France rappellent que, sans rA�soudre tous les problA?mes, la TVA sociale s’inscrirait A�galement dans le processus de simplification et de baisse des coA�ts souhaitA�s par le Gouvernement, tant dans la gestion et la production des bulletins de salaires, que dans la gestion de la collecte qui serait assurA�e par le seul TrA�sor, au lieu de plusieurs organismes, rendant ici aussi plus facile la crA�ation de richesse et d’emplois.

Les avantages de la TVA sociale

Depuis plusieurs annA�es dA�jA�, le principal moteur de la croissance franA�aise est la consommation, qui bA�nA�ficie principalement aux biens importA�s, dA�sA�quilibrant fortement notre balance commerciale.

Ces biens importA�s tirent leur puissance d’attraction commerciale auprA?s du consommateur, du fait d’une capacitA� A� pratiquer des politiques de prix, que seule permet la production en dehors de nos frontiA?res, i.e. hors de notre systA?me de protection sociale fondA� sur la taxation de l’emploi et du travail, conduisant les entreprises A� la dA�localisation de leurs moyens de production pour retrouver de la compA�titivitA�.

Sans faire apparaA�tre un « made in France », l’effet prix sera de nature A� rA�A�quilibrer la balance en faveur de l’invisible « made in France », puisque les charges sociales seront A�galement supportA�es par tous les biens et services, qu’ils soient produits ici ou ailleurs : c’est vrai pour les produits industriels comme pour les services comme les plateformes de tA�lA�phonie.

Comme il ne saurait A?tre question de baisser les salaires, il faut trouver le moyen de baisser le coA�t de nos produits, tout en continuant d’assurer le financement du systA?me social auquel nous sommes attachA�s, pour permettre A� ceux-ci de continuer A� avoir une place sur le marchA� et assurer l’emploi dont nos concitoyens ont besoin. Si nous ne le faisons, nous continuerons A� assister A� la destruction massive d’emplois dans nos pays, au profit de leur relocalisation dansA� des pays A� faible coA�t du facteur travail.

Soutien A� l’emploi :
Ce soutien est double : il revient A� baisser le coA�t du travail des entreprises qui produisent en France et donc A� baisser les prix du « made in France »;

Les charges sont prA�levA�es sur l’ensemble des produits, qu’ils soient produits en France ou A� l’A�tranger, faisant de fait, baisser la part supportA�e par les produits franA�ais, en augmentant le prix des produits venus de pays sans protection sociale, dont le premier effet est de casser l’emploi en France, par la concurrence et les dA�localisations.

Soutien A� l’export qui montre des signes forts d’insuffisance. Les produits ainsi produits en France, se retrouvent sur les marchA�s mondiaux avec une structure de coA�t similaire aux produits venant des pays sans protection sociale.

Pour ceux qui craignent que les prix ne soient pas adaptA�s en consA�quence : la part salariale est due, sans alternative possible par l’employeur A� l’employA�. Le chef d’entreprise s’acquitte dA�jA� de ces sommes, mA?me si le salariA� ne les touche pas aujourd’hui. C’est donc une hausse de pouvoir d’achat, au moins dans le sens de l’amA�lioration des conditions de choix entre deux produits similaires, pour lesquels le contenu social et qualitatif par exemple peut jouer pleinement le rA?le de vecteur de diffA�renciation.

Sur la part patronale : vu la concurrence des produits importA�s et la hausse de la TVA, l’entreprise a tout intA�rA?t A� rA�percuter le diffA�rentiel pour conserver ses clients et tenter d’en capter de nouveaux.

Le gain de pouvoir d’achat des salariA�s se fera donc sur des produits made in France qui seront plus compA�titifs que les produits made hors France.

PREVENTION DES FAILLITES : LE CERF PROPOSE La��ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISEa��

8 novembre, 2003 · Poster un commentaire 

HervA� Lambel, vice-prA�sident du Cerf, a prA�sentA� ce vendredi, au SecrA�tariat d’Etat aux PME, au commerce, A� l’artisanat, aux professions libA�rales et A� la consommation, le dispositif d’Accompagnement PersonnalisA�, en vue de la prA�vention des faillites.

45 000 dA�pA?ts de bilan interviennent chaque annA�e : 90% sont des tpe. C’est un plan social annuel annoncA� de plus de 130 000 emplois qu’il convient d’enrayer.

L’Accompagnement PersonnalisA�, mis en place par une commission ad hoc, est dA�clenchA� automatiquement au premier retard de paiement A� un organisme collecteur : URSSAF, ImpA?ts (TVA)… A�Ceux-ci servent d’outils d’alerte, en vue de rompre l’isolement du chef d’entreprise et lui apporter un soutien. AprA?s confirmation d’une difficultA� dans l’entreprise par un premier contact tA�lA�phonique, l’organisme collecteur alerte la commission appelA�e A� intervenir.

Les mesures prises peuvent alors A?tre de trois ordres :

  • NA�gociation du rA?glement de la dette,
  • Proposition de mise en place d’un cadre accompagnant (« gestion de crise » a�� « coaching »a��),
  • « Mandataire remplaA�ant » en cas de dA�faillance physique du dirigeant (maladie, accidenta��).

La Commission de PrA�vention et de Soutien est constituA�e des partenaires traditionnels de l’entreprise et des reprA�sentants professionnels.

Ce dispositif, qui se veut global, implique fortement les organismes collecteurs en vue de pA�renniser A� terme leur ressources et permet A� des cadres confirmA�s volontaires, en recherche d’emploi ou intA�ressA�s par la reprise d’entreprise, de faire bA�nA�ficier des dirigeants en difficultA�s de leurs compA�tences, tout en bA�nA�ficiant eux-mA?mes d’une immersion dans des TPE.

Cette derniA?re expA�rience est dA�jA� menA�e avec succA?s par le Cerf, en partenariat avec des associations d’aides A� la recherche d’emploi des cadres.

Ont A�galement A�tA� A�voquA�s la proposition du Cerf sur les 35 heures, la mise en place du « chA?que emploi », la crA�ation d’un MinistA?re et d’une administration dA�diA�s, la prochaine A�mission du Cerf avec Radio Droit de CitA� (Mantes-la-Jolie) pour promouvoir l’entreprise auprA?s des jeunes.

La prA�vention par l’environnement

Enfin, il a A�tA� saluA� les mesures dA�jA� prises, en particuliers dans la Loi Initiative Economique, mais rappelA� la nA�cessitA� de placer les TPE, du fait de leur rA?le centrale dans l’A�conomie, la crA�ation de richesse et sa rA�partition, au cA�ur de toute dA�cision A�conomique, sociale et fiscale.