Le Cerf approuve les orientations prises par le chef de l’Etat mais rAi??clame une amplification des rAi??formes

7 janvier, 2010 · Poster un commentaire 

« Le prAi??sident de la RAi??publique a fait de la rAi??habilitation du travail une de ses prioritAi??s », sai??i??estAi?? rAi??joui HervAi?? lambel, vice-prAi??sident et porte-parole du Cerf, « Les CrAi??ateurs qui sont Ai?? lai??i??origine de la rAi??forme sur les heures supplAi??mentaires mise en place fin 2007, ne peuvent quai??i??approuver cette orientation. Seul le travail permet de crAi??er de lai??i??activitAi?? et de lai??i??emploi qui profitent Ai?? tous ». « Travailler plus pour gagner plus » nai??i??est pas seulement un slogan imaginAi?? par le Cerf, mais une rAi??alitAi?? pour les 5,5 millions de salariAi??s qui avant la crise ont vu leur revenu augmenter en moyenne de 150 euros par mois. Le Cerf souhaite donc que les charges qui pA?sent sur le travail et donc sur la croissance, soient fortement diminuAi??es : les CrAi??ateurs plaident pour quai??i??une partie de ces charges sociales soient transfAi??rAi??es sur une taxe sur la consommation des produits fabriquAi??s en France comme Ai?? lai??i??Ai??tranger. « Taxer la consommation plutA?t que la production est un bon moyen de rAi??habiliter le travail », a expliquAi?? HervAi?? Lambel.

Le Cerf salue Ai??galement la volontAi?? rAi??affirmAi??e du prAi??sident de la RAi??publique de ne pas augmenter les impA?ts qui pA?sent sur les entreprises et les mAi??nages. « La rAi??ussite du statut dai??i??auto-entrepreneur mis en place il y a un an montre que des charges allAi??gAi??es ont un effet positif sur la crAi??ation dai??i??entreprises », a expliquAi?? HervAi?? Lambel, « il faut maintenant tirer les consAi??quences de ce phAi??nomA?ne pour rAi??former la fiscalitAi?? des TPE sinon nous nai??i??Ai??viterons pas les effets de seuil et les effets des distorsions de concurrence avec les professionnels qui ne bAi??nAi??ficient pas de ce rAi??gime allAi??gAi?? ». Au-delAi??, le Cerf plaide depuis sa crAi??ation en 2003, pour un rAi??gime social et fiscal qui soit plus adaptAi?? Ai?? des TPE qui reprAi??sentent 95% des entreprises en France.

Le Cerf regrette que le chef de lai??i??Etat nai??i??ait pas abordAi?? dans ses voeux aux forces Ai??conomiques, les problA?mes de financements rencontrAi??s par les TPE-PME : les CrAi??ateurs demandent toujours au gouvernement dai??i??encadrer lai??i??activitAi?? de banques qui ont bAi??nAi??ficiAi?? du soutien de lai??i??Etat mais qui nai??i??ont pas tenu leurs engagements dai??i??encours de crAi??dit en 2009. « Le succA?s du MAi??diateur du crAi??dit prouve que les banques ne financent pas lai??i??activitAi?? et ont resserrAi?? le crAi??dit court terme » a dAi??plorAi?? HervAi?? Lambel, « Le Cerf insiste depuis le dAi??but de la crise sur la nAi??cessitAi?? vitale de continuer Ai?? financer la trAi??sorerie des TPE-PME. Sans couverture des besoins en fonds de roulement, ce sont des milliers dai??i??entreprises qui disparaissent alors quai??i??elles sont viablesai??i?? »

« Pour aller au bout des rAi??formes, le chef de lai??i??Etat doit prendre conscience que cela passe obligatoirement par lai??i??achA?vement de la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi??« , a dAi??clarAi?? HervAi?? Lambel, « en effet, tant que les patrons de TPE seront mal reprAi??sentAi??s au sein des organisations patronales, leurs difficultAi??s quotidiennes ne seront pas prises en compte par le gouvernement ». Par exemple,Ai?? « Il a fallu attendre que la Banque de France publie fin 2009 les chiffres des crAi??dits de trAi??sorerie pour que la CGPME sai??i??inquiA?te de la chute des crAi??dits court terme. Il avait suffi au Cerf dai??i??Ai??couter et de lire les tAi??moignages des patrons qui lui parvenaient pour savoir que les banques Ai??taient en train de supprimer les autorisations de dAi??couvert et de couper le robinet Ai?? liquiditAi??s. Si le Cerf avait Ai??tAi?? Ai??coutAi?? plus tA?t quand nous tirions la sonnette dai??i??alarme dA?s dAi??but 2008, la Banque de France aurait pu alerter le gouvernement et nous aurions pu Ai??viter des milliers de dAi??faillances dai??i??entreprises et plus encore dai??i??emplois dAi??truits », a regrettAi?? HervAi?? Lambel. How much lady era Purchase lady era review Buying cannabis seeds legal in uk

Resserrement du crAi??dit des banques : le Cerf plaide pour des financements alternatifs

30 septembre, 2009 · Poster un commentaire 

Le Premier ministre l’a confirmAi?? : toutes les mesures prises dans le cadre du plan de soutien au financement des PME ai??i?? produits OsAi??o, MAi??diateur du crAi??dit, zAi??ro charges Ai?? l’embaucheai??i?? – seront reconduites en 2010. Le Cerf se fAi??licite de cette dAi??cision mais renouvelle sa critique sur le fonctionnement du dispositif OsAi??o qui doit A?tre amAi??nagAi?? pour gagner en efficacitAi?? : aujourd’hui, pour obtenir une garantie sur un prA?t ou un cofinancement d’OsAi??o, le chef d’entreprise est soumis au bon vouloir de sa banque pour le montage du dossier. C’est pourquoi le Cerf demande toujours qu’OsAi??o traite en direct les demandes, de sorte que son accord, obtenu avant toute discussion avec une banque, permettrait aux patrons d’aller voir leurs interlocuteurs financiers avec une meilleure capacitAi?? de nAi??gociation et surtout, de faire jouer la concurrence en cas de refus de celui-ci. Cet accord conditionnel d’Oseo aurait ainsi vAi??ritablement l’effet de levier souhaitAi?? par le gouvernement pour faciliter l’accA?s des TPE au financement.
Cependant, le Cerf constate encore que les banques, premiA?res et souvent uniques partenaires de TPE-PME qui ne peuvent se financer sur les marchAi??s, restent plus que jamais frileuses. De fait, les nombreux tAi??moignages de chefs d’entreprise reAi??us par le Cerf, font toujours Ai??tat de suppressions d’autorisation de dAi??couvert non motivAi??es. C’est pourquoi il est impAi??ratif de prendre des mesures strictes d’encadrement de l’activitAi?? des banques et des sanctions Ai?? l’encontre des Ai??tablissements de crAi??dit qui pratiquent le refus de vente. Les 17 milliards d’Euros mis Ai?? disposition des banques pour le financement des TPE et PME doivent notamment servir Ai?? renAi??gocier les crAi??dits des entreprises qui ont des soucis de trAi??sorerie afin de baisser des mensualitAi??s qui mettent en pAi??ril leur activitAi??. Cette dAi??marche proactive des banques serait ainsi conforme Ai?? leur devoir de conseil.

Le Cerf demande surtout que des solutions alternatives au financement des entreprises, soient mises rapidement en place.
Les CrAi??ateurs rAi??clament ainsi la crAi??ation de fonds exclusivement dAi??diAi??s au financement des TPE et de l’Ai??conomie locale. Il s’agit de permettre Ai?? ces entreprises de ne plus A?tre tributaires du bon vouloir de leur banque pour obtenir un financement et subir des frais hors normes afin de pAi??renniser et dAi??velopper leur activitAi??. Ces fonds seraient alimentAi??s par les contribuables soumis Ai?? l’ISF qui peuvent dAi??jAi?? dAi??duire dans le cadre de la loi TEPA, jusqu’Ai?? 75% du montant dAi?? dans la limite de 50 000 euros. Le Cerf propose depuis un an et demi la levAi??e de tous les plafonds de cet impA?t absurde tant il coAi??te cher Ai?? collecter. Ce sont ainsi plus de 3 milliards d’euros qui pourraient A?tre injectAi??s directement dans l’Ai??conomie rAi??elle et le maintien de l’emploi. Ces fonds seraient Ai??galement ouverts Ai?? l’Ai??pargne des mAi??nages.
Le Cerf et la fondation Concorde ont Ai??galement proposAi?? que le Livret A serve au financement des TPE : les mAi??nages pourraient ainsi dAi??passer le plafond autorisAi?? de 15 300 euros, l’excAi??dent d’Ai??pargne Ai??tant flAi??chAi?? vers le financement des entreprises les plus petites. De la mA?me maniA?re, en vertu du dAi??cret du 4 dAi??cembre 2008Ai?? la Caisse des dAi??pA?ts ne peut centraliser plus de 160 milliards d’euros issus du Livret A, et est donc contrainte d’abandonner aux banques chargAi??es de la collecte, les excAi??dents (5,1 milliards d’euros en janvier 2009). Le Cerf demande que ces sommes soient obligatoirement orientAi??es vers le financement des TPE.

Depuis sa crAi??ation en 2003, le Cerf a fait de la lutte contre les dAi??faillances d’entreprises, une de ses prioritAi??s. Baisser la pression sur la trAi??sorerie et faciliter l’accA?s au financement font partie des moyens de pAi??renniser des TPE trop souvent condamnAi??es Ai?? vivre au jour le jour faute de liquiditAi??s et de capitaux. Topamax cost cvs Buy diakof Wechat spy, Localizador gps movil.