DAi??faillances dai??i??entreprises : l’Ai??conomie au risque des TPE

21 avril, 2010 · Poster un commentaire 

« AprA?s douze trimestres consAi??cutifs de hausse des dAi??faillances, les premiers signes d’une dAi??tente Ai??taient perceptibles fin 2009 (ai??i??) La baisse s’est poursuivie au dAi??but de 2010, confirmant un regain d’activitAi?? des entreprises et la reconquA?te des affaires », explique Thierry Million, responsable des analyses chez Altares. La sociAi??tAi?? spAi??cialisAi??e dans lai??i??information sur les entreprises indique que les dAi??faillances dai??i??entreprises ont baissAi?? de 0,5% sur un an mais elles ont encore progressAi?? de 1% pour les TPE. Ainsi, si les grosses PME connaissent une amAi??lioration de leur situation malgrAi?? un niveau de dAi??faillances Ai??levAi??, il nai??i??en va pas de mA?me pour les entreprises de moins de 20 salariAi??s : pour ces TPE, « Le cash est, et restera, le nerf de la guerre », explique Thierry Million qui confirme ainsi les nombreuses et incessantes alertes lancAi??es par le Cerf depuis le dAi??but 2008 sur la trAi??sorerie.

Cependant, le Cerf ne partage pas l’optimisme de l’analyste. En effet, l’espoir de sortie de crise doit A?tre fortement tempAi??rAi?? par la fragilitAi?? persistante des TPE qui reprAi??sentent 96% des entreprises en France : ceux qui les tiennent pour quantitAi?? nAi??gligeable, semblent oublier que ce sont ces entreprises qui structurent notre Ai??conomie et qui sont Ai?? lai??i??origine des crAi??ations dai??i??emplois. Ils ne doivent surtout pas occulter que la crise Ai??conomique est partie des TPE pour se diffuser Ai?? lai??i??ensemble de lai??i??Ai??conomie Ai?? partir du premier trimestre 2008, pAi??riode au cours de laquelle les banques touchAi??es par la crise financiA?re, ont commencAi?? discrA?tement Ai?? couper le robinet Ai?? liquiditAi??s des TPE. AprA?s la crise du dAi??but des annAi??es 90, il a fallu prA?s de dix ans pour revenir Ai?? un volume de dAi??faillances d’avant la crise, dans un contexte de croissance exceptionnelle… Le gouvernement doit donc comprendre que la reprise ne pourra avoir lieu si les TPE qui sont soit les clients, soit les fournisseurs des grosses PME et des grands groupes, restent asphyxiAi??es par un manque de liquiditAi??s. Le gouvernement ne peut, dA?s lors, sai??i??attendre Ai?? une amAi??lioration rapide sur le front du chA?mage, ni sur celui des dAi??ficits publicsai??i??

Enrayer les dAi??faillances de petites entreprises doit donc A?tre la prioritAi?? du gouvernement. Pour y parvenir, le Cerf prAi??conise quatre axes de sortie de crise :
- Financer lai??i??activitAi?? des TPE
Cela passe par une augmentation de lai??i??offre de crAi??dit court terme pour couvrir les besoins de trAi??sorerie. Or les banques continuent de ne pas jouer le jeu, cai??i??est pourquoi le Cerf rAi??clame dans sa pAi??tition, un droit au crAi??dit opposable ;
- Lutter contre les frais bancaires abusifs
La marge des TPE est mangAi??e par des frais qui peuvent atteindre jusquai??i??Ai?? 5% du chiffre dai??i??affaires de lai??i??entreprises. Le Cerf rAi??clame, dans sa pAi??tition, la suppression des frais bancaires ainsi que la suppression des dates de valeurs sur les chA?ques qui ponctionnent le pouvoir dai??i??achat des TPE ;
- Baisser le coAi??t du travail
Le poids des charges sociales est un obstacle Ai?? lai??i??embauche et donc Ai?? la reprise de lai??i??activitAi?? alors que les besoins de personnel dans les TPE sont gigantesques. Le Cerf propose que pour toute embauche dai??i??une personne en CDI en 2010, le salaire vienne en diminution des charges sociales Ai?? payer.
- Poursuivre, renforcer et Ai??largir les missions de la MAi??diation du crAi??dit.

Avec la fin des effets du plan de relance de dAi??cembre 2008, le gouvernement doit trA?s vite dAi??cider d’un plan de sauvetage des TPE.

Cheap purim Combivent costo mexico Je vote pour un plan de sauvetage des TPE Purchase trazodone withdrawal

Frais bancaires : le Cerf entendu, maisai??i??

23 mars, 2010 · Poster un commentaire 

A force dai??i??en parler, le gouvernement a fini par se saisir du dossier des abus bancaires. Le Cerf a largement contribuAi?? Ai?? cette prise de conscience dai??i??abord par des communications en direction de lai??i??exAi??cutif puis par une pAi??tition et un site web Sale phenergan . Les CrAi??ateurs se fAi??licitent donc que la ministre de lai??i??Economie ait commandAi?? un rapport sur les prix des produits et services bancaires. Christine Lagarde constate que les consommateurs ont trois types de rAi??clamations : les frais en cascade facturAi??s en cas de dAi??couvert qui finissent par dAi??passer le taux dai??i??usure ; les services autrefois gratuits devenus payants et les « packs », ces forfaits mensuels payAi??s pour un ensemble de services dont le client nai??i??a pas lai??i??utilitAi??. Dans sa pAi??tition, le Cerf demande, notamment, la gratuitAi?? sur la gestion du compte et la suppression des dates de valeurs sur les chA?ques. Depuis sa crAi??ation en 2003, le Cerf ne cesse de dAi??noncer des pratiques qui consistent Ai?? prAi??lever, sur les comptes courants, des frais abusifs qui grA?vent le pouvoir dai??i??achat des mAi??nages comme celui des entreprises, un concept dAi??veloppAi?? par le Cerf et repris par le prAi??sident de lai??i??Observatoire des dAi??lais de paiement, Jean-Paul BetbA?ze dans un article en 2007.

Le Cerf reste cependant prudent sur les conclusions Ai?? venir de ce rapport et les recommandations qui seront prAi??conisAi??es car la ministre de lai??i??Economie a confiAi?? ce diagnostic Ai?? lai??i??ancien prAi??sident de la FAi??dAi??ration bancaire franAi??aise (FBF) et ancien directeur gAi??nAi??ral de CrAi??dit Agricole SA, Georges Pauget. Certes, celui-ci travaillera avec le prAi??sident du ComitAi?? consultatif du secteur financier, Emmanuel Constans mais il nai??i??en demeure pas moins que lai??i??ex-homme fort du secteur nai??i??est pas la personne la mieux placAi??e pour juger des abus en matiA?re de facturation des produits et services puisquai??i??il Ai??tait encore rAi??cemment Ai?? la tA?te dai??i??un systA?me quai??i??il nai??i??a jamais remis en cause et quai??i??il a mA?me encouragAi?? et protAi??gAi?? pendant la crise.

En 2008, Georges Pauget affirme dai??i??abord qu’il n’y a pas de resserrement du crAi??dit, il sera dAi??menti par la Banque de France qui constate en particulier un fort recul des crAi??dits de trAi??sorerie. Alors que le gouvernement confie aux banques 17 milliards d’Euros pour prA?ter aux PME Ai?? lai??i??automne 2008, Georges Pauget tente de vendre lai??i??affacturage comme une solution de financement : seulement 5% des entreprises peuvent y avoir recours, sans mA?me parler du rAi??trAi??cissement de la marge qu’elles ont alors Ai?? subir… Lors de son audition devant la Commission des Affaires Ai??conomiques de lai??i??AssemblAi??e en janvier 2009, Georges Pauget reconnaAi??t tout juste « quelque dAi??fauts de fabrication » et dAi??clare devant les dAi??putAi??s : « Le systA?me bancaire franAi??ais est efficient ». Or la MAi??diation du crAi??dit traite prA?s de 1000 nouveaux dossiers par mois, au total plus de 22 000 entreprises Ai?? ce jour ont initialement essuyAi?? un refus de vente. Enfin, en fAi??vrier 2010, son successeur Ai?? la FBF, Baudouin Prot reste sur la ligne Pauget : les banques franAi??aises, pressAi??es dai??i??agir par le gouvernement, promettent dai??i??injecter 38 milliards dai??i??euros supplAi??mentaires pour financer des crAi??dits dai??i??investissement alors que les besoins des TPE-PME portent principalement sur la trAi??sorerie, les banques prAi??fA?rent gAi??rer les dAi??couverts qui gAi??nA?rent des frais bancaires lucratifs et qui pAi??nalisent lai??i??activitAi?? des entreprises.

Reste Ai?? savoir si Georges Pauget va continuer Ai?? dAi??fendre le secteur bancaire ou sai??i??il va dAi??sormais travailler dans lai??i??intAi??rA?t des entreprises. Le Cerf attend donc avec impatience les conclusions de ce rapport qui devrait A?tre remis Ai?? Christine Lagarde au mois de juin. D’ici lAi??, le Cerf continue de plaider dans sa pAi??tition pour une modification en profondeur des pratiques bancaires et rAi??clame notamment que lai??i??on remette de la concurrence entre les banques car seule une Ai??mulation entre les diffAi??rents Ai??tablissements permettrait de faire baisser mAi??caniquement les tarifsai??i??

SIGNEZ ET FAITES CIRCULER LA PETITION
Purchase cialis propecia

Benefits of synthroid vs generic