Retour sur la Saison 1 de Ai??RAi??vAi??lationsAi??

31 décembre, 2011 · Poster un commentaire 

Collection Le brame du Cerf Lisinopril without prescription . Syndicats et financement.

Le premier feuilleton Ai?? scandales sur Twitter, ou lai??i??histoire dai??i??une contre-rAi??action citoyenne Ai?? lai??i??enterrement du Rapport Perruchot sur le financement des syndicats.

Une sAi??rie oA? il nai??i??est jamais question de rumeurs, mais bien de faits rAi??els. Toute ressemblance avec des organisations, des institutions, des lieux et des personnages rAi??els ou ayant existAi??s rAi??sulte de la reproduction strictement exacte de faits vAi??rifiables et publics, Ai??Ai??cachAi??sAi??Ai?? par une masse dai??i??informations jusque ici plus importantes. Les circonstances, ayant conduit Ai?? Ai??Ai??lai??i??escamotageAi??Ai?? du Rapport Perruchot par le vote parlementaire contre son adoption le 30 novembre 2011, rendent propice leur compilation et mise en perspective en vue de nourrir le dAi??bat public. Non contre le syndicalisme, mais pour plus de transparence et dai??i??efficacitAi?? au profit des entreprises et des salariAi??s, au service de la dAi??mocratie et, in fine, de lai??i??intAi??rA?t gAi??nAi??ral. Cai??i??est-Ai??-dire, ce que sont sensAi??es servir les organisations dites reprAi??sentativesai??i??

Si vous avez ratAi?? un Ai??pisode, nous vous offrons l’intAi??grale de la Saison 1 pour la fin d’annAi??e !

Zestril without prescription Episode 1 – 4 dAi??cembre 2011
- RAi??vAi??lation nAi??1 : une commission enquA?te sur le financement des syndicats. Y-aurait-il un syndicaliste dans la commission ?
- RAi??vAi??lation nAi??1 (suite) : Lionel Tardy, ancien PrAi??sident de la CGPME 74, membre du CA de la CGPME 74 et…
- RAi??vAi??lation nAi??1 (suite) : Lionel Tardy, PrAi??sident de l’Amicale Parlementaire des PME, l’organe d’influence de la CGPME Ai?? l’AssemblAi??e…
- RAi??vAi??lation nAi??1 (fin) : Lionel Tardy, « le traAi??tre qui twitte et qui l’assume », est pris en « flagrant dAi??lit » de conflit d’intAi??rA?t !

Episode 2 – 8 dAi??cembre 2011
- RAi??vAi??lation 2 – On parle d’exemples prAi??cis, une campagne de pub Ai?? 812 000 euros payAi??e par qui ? – L’Est RAi??publicain – http://bit.ly/tkvNwl
- RAi??vAi??lation 2bisAi?? – Financement des syndicats, actu, pub radio CGPME financAi??e avec les fonds de la formation professionnelle. Budget : 812 000ai??i??

Episode 3 – 10 dAi??cembre 2011
- RAi??vAi??lation 3 – CCI Metz, 252Kai??i?? de subventions aux Associations de commerAi??ants, normal ? Elles ont soutenu l’Ai??lection du prAi??sident, normal !…

Episode 4 – 12 dAi??cembre 2011
- RAi??vAi??lation 4 – AGEFOS, fonds publics, sponsor de la CGPME, normal ? CGPME au conseil d’administration d’AGEFOS, normal !… A demain R5…

Episode 5 – 13 dAi??cembre 2011
- RAi??vAi??lation 5 – How much xenical should i take CCIP, fonds publics, sponsor de la CGPME, normal ? CGPME prAi??side la CCIP, normal !…

Episode 6 – 14 dAi??cembre 2011
- RAi??vAi??lation 6 – CCI : un accA?s Ai?? des moyens importants qui justifient bien de tricher et se faire la guerre… http://goo.gl/Rhyih
- RAi??vAi??lation 6bis … avant de se rAi??concilier http://goo.gl/kPAaw pour servir l’intAi??rA?t gAi??nAi??ral ou pacifier le partage du gA?teau ?

Episode 7 – 15 dAi??cembre 2011
- RAi??vAi??lation 7 – CCI Montpellier, une exception 2010-2011 ou une vieille habitude ? http://goo.gl/mqWgo

Episode 8 – 16 dAi??cembre 2011
- RAi??vAi??lation8 -Ai?? La CGPME affirmait avoir gAi??rAi?? « sainement » la CCI de Lyon : http://goo.gl/JY78n
- RAi??vAi??lation8 bis ai??i??les juges ont manifestement pensAi?? le contraire : http://goo.gl/KLey9
RAi??vAi??lation8 ter ai??i??et lai??i??enquA?te sur le tramway de Lyon se poursuit : http://goo.gl/sGXq0

Ne ratez pas la saison 2 !
et la premiA?re rAi??vAi??lation nominative de conflit dai??i??intAi??rA?t de 2012ai??i??
DA?s le 3 janvier 2012 sur twitter @HerveLambel

La MAi??diation du CrAi??dit pAi??rennisAi??e : un geste majeur dans la lutte contre les dAi??faillances d’entreprises

27 juillet, 2009 · Poster un commentaire 

La cAi??rAi??monie de signature de l’accord de place pAi??rennisant la mAi??diation du crAi??dit aux entreprises prAi??sidAi??e par Mme Christine LAGARDE Ai?? l’ElysAi??e semble marquer le tournant d’une action de l’Etat orientAi??e vers le conseil et le soutien aux entreprises plutA?t que le contrA?le et la sanction auxquels Ai??taient habituAi??s les entrepreneurs depuis des dAi??cennies. Les banques, elles, boivent du petit lait Cheap ponstel generic ai??i??

HervAi?? Lambel, porte-parole du Cerf se rAi??jouit ainsi de voir pAi??renniser une proposition portAi??e par les CrAi??ateurs depuis 2004 et dAi??clare : « C’est peut-A?tre Ai?? un acte majeur dans la lutte contre les dAi??faillances d’entreprises auquel il nous sera donnAi?? d’assister aujourd’hui ». A plusieurs conditionsai??i?? Car si les succA?s de la mAi??diation du CrAi??dit ont dAi??montrAi?? son utilitAi?? dans de trop nombreux cas, l’usage en a Ai??galement montrAi?? les limites : manque de connaissance du dispositif par les entreprises, non recours au mAi??diateur du crAi??dit par crainte de mesures de rAi??torsion par les banques, un champ d’application trop Ai??troit qui a dAi??jAi?? Ai??tAi?? Ai??largi.

La rAi??union d’aujourd’hui, se devrait donc d’abord A?tre l’occasion de rappeler aux banques l’engagement qu’elles avaient pris le 12 novembre 2008 d’informer les entreprises du dispositif de MAi??diation du crAi??dit mis en place par le Gouvernement. Chose qu’elles n’ont toujours pas faite, prAi??fAi??rant dAi??penser des millions d’euros dans la publicitAi?? pour des produits dont les entreprises n’ont majoritairement pas besoin, Ai?? l’exemple de l’affacturage, tandis que les besoins de trAi??sorerie ne sont toujours pas couverts.

« Cette signature doit Ai??galement A?tre un message aux banques » explique HervAi?? Lambel, pour qui « l’attitude fautive depuis des annAi??es et aggravAi??e ces derniers mois (refus de vente ou de dAi??faut de conseil mis en Ai??vidence par la MAi??diation) ne doit plus rester sans rAi??action claire suivie des faits ». C’est pourquoi le Cerf prAi??conise l’Ai??largissement de la mission de la MAi??diation du CrAi??dit qui doit conduire, entre autre, Ai?? relever les pratiques inqualifiables des banques et Ai?? les communiquer au Conseil de la Concurrence et Ai?? la DGGCCRF, mA?me si la MAi??diation a vocation Ai?? A?tre un partenaire des banques. Car si la fonction du mAi??diateur ne sert au final qu’Ai?? monter des dossiers de crAi??dit et Ai?? les faire accepter, elle ne serait plus alors qu’un agent commercial payAi?? par l’Etat. Son rA?le est donc, au-delAi?? des cas particuliers et d’extrA?me urgence qu’elle traite au quotidien, de permettre de modifier les comportements et les pratiques bancaires. L’urgence de la situation ne permet malheureusement pas d’attendre le bon vouloir des banques en la matiA?re, qui se heurte Ai?? leur propre intAi??rA?t.

Order lady era side La MAi??diation du crAi??dit doit pouvoir devenir pro-active
Le Cerf a Ai??galement demandAi?? que soient publiAi??s les chiffres des incidents bancaires et les inscriptions Banque de France des entreprises. Ces publications permettraient de suivre en temps rAi??el l’Ai??volution de la situation Ai??conomique, ainsi que l’attitude des banques vis-Ai??-vis de leurs clients professionnels.
Une transparence qui permettrait Ai?? l’Etat d’avoir un autre Ai??clairage pour faire ses choix et au MAi??diateur de pouvoir remonter vers des entreprises trop souvent paralysAi??es par des dAi??cisions bancaires abusives et aux consAi??quences catastrophiques pour leur devenir.

A l’occasion de cette excellente initiative, plus de 270 entreprises seront jugAi??es dAi??faillantes ce seul lundi 27 juillet. Majoritairement pour des problA?mes de trAi??sorerie. Les banques ? Elles sont au cocktailai??i??
Avant de payer enfin l’addition ? Cheap geriforte himalaya

LibA�ralisation de la grande distribution : CHICHE !

17 octobre, 2007 · Poster un commentaire 

A l’heure oA? la grande distribution jubile de voir aboutir des annA�es de lobbying, traduites dans les propositions de la Commission Attali, au moment oA? l’on sait l’opinion publique sensible aux questions du pouvoir d’achat, les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France, rA�pondent « Chiche ! allons-y, libA�ralisons le commerce et la distribution. Dans l’intA�rA?t du consommateur et non de quelques-uns. »

« Inssssenssssibles aux ondulations de Kaa et A� sa douccce chansssson d’une promesssse de la baisssse des prix au profit du conssssommateur », les CrA�ateurs d’emplois et de richesse de France en appellent au Gouvernement et au lA�gislateur pour enfin vA�ritablement libA�raliser le commerce.

Si l’A�tat des lieux est quasiment partagA� par tous, les propositions qui sont faites aujourd’hui n’apporteront pas les effets escomptA�s. Pour le consommateur, en tout cas… Les groupes de distribution en situation d’oligopole (91% du marchA� pour 5 centrales) ont dA�veloppA� des monopoles locaux, qui leur feront tirer profit d’une dA�rA�gulation qui ne permettra pas A� la concurrence de s’exercer avant au mieux 5 ans, c’est-A�-dire le temps pour de nouveaux entrants de s’implanter.

Offrir cette croissance artificielle A� la grande distribution permettra « de jouer sur nos marges et faire baisser les prix » confirme Arnaud Mulliez. Ces quelques annA�es seront fatidiques pour le commerce de proximitA� et conduira au renforcement des positions dA�jA� acquises par la grande distribution. Le consommateur paiera la facture finale. Ne parlons pas de la croissance, ni de l’emploia��

Si l’intA�rA?t du consommateur est bien l’enjeu de la rA�forme, il faut bien redA�finir celui-ci : la qualitA� de l’offre, sa diversitA� et le meilleur prix. Retirez un de ces paramA?tres, et le consommateur est lA�sA�. Laissez jouer la concurrence sur ces 3 paramA?tres, pas un de moins, et le consommateur est gagnant.

C’est bien dans cet esprit que la Commission europA�enne a demandA� A� la France de justifier sa position actuelle, non de la rA�former.

Mais A� ceux qui prA?nent la libA�ralisation du marchA�, le Cerf rA�pond qu’il n’y a qu’une faA�on de le faire et qu’il faut pour cela prendre l’exemple de ce qui s’est fait et a marchA� pour les secteurs de l’A�nergie et des tA�lA�communications : il faut sA�parer la fonction d’achat en gros, de la fonction distribution, c’est-A�-dire rompre le lien d’exclusivitA� qui lie les magasins aux centrales d’achats, pour ramener la concurrence A� l’entrA�e des magasins et casser le goulot d’A�tranglement, qui empA?che l’accA?s de nouveaux produits au marchA� national et permet les pratiques « commerciales » justement dA�noncA�es. Ainsi, chaque magasin aura accA?s au produit le moins cher proposA� par les diffA�rentes centrales d’achats. De son cA?tA�, le commerce de proximitA� aura accA?s, lui aussi, aux prix.

Cette mesure, A�vidente, trouvera, A� n’en pas douter l’assentiment de tous ceux qui, aujourd’hui, nous font pleurer, tant ils ne peuvent pas faire bA�nA�ficier le consommateur du meilleur prix.

Quant A� Kaa, c’est bientA?t l’hiver, qu’il se prA�pare A� hiberner.