LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES : BON ESPRIT, MAIS PAS SATISFAISANTE.

mai 12th, 2004 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Les Créateurs d’emplois et de richesses de France (Cerf) rappellent que les défaillances sont principalement le fait des Très Petites Entreprises (80%), qui  représentent la première perte d’emplois dans cette situation : si la «loi de sauvegarde des entreprises» affirme sa volonté de mettre un terme à une des plaies de l’économie française, elle rate son objectif.

En effet, si le principe de la conciliation est souhaitable, il intervient déjà trop tard.

Il serait dommageable de ne pas utiliser les points de contrôle naturels que sont les services de collecte des charges sociales et de la TVA, premiers à être impayés, pour mettre en place un dispositif de prévention et venir en aide aux chefs d’entreprise, dès la première difficulté.

Prévenir, c’est, au minimum, traiter le mal dès l’origine.

Cette démarche pro-active de la part de l’administration, dès lors conseillère plutôt que répressive, laisserait toute liberté à l’entrepreneur d’utiliser le service proposé, tout en garantissant la confidentialité.

Cette solution permettrait d’agir sur le premier facteur de défaillance d’entreprise : l’isolement de l’entrepreneur.

Il faut noter l’avancée importante du projet de loi en matière bancaire, limité pourtant dans ses effets par les raisons précitées et qui se traduisent par des dettes à des organismes sociaux, rendant les négociations avec les banques plus difficiles et la mesure moins efficace qu’elle pourrait l’être.

Les Créateurs d’emplois et de richesses de France se demandent si la parole des 20 millions de citoyens vivant directement des TPE sera entendue ?

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!