35 HEURES : L’EFFARANTE REFORME OU L’AVEU D’INCOMPETENCE DU « PATRONAT » FRANÇAIS ET DES POLITIQUES

fév 7th, 2005 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Comment les syndicats « patronaux » peuvent-ils s’enorgueillir d’avoir « réussi » à faire passer une réforme qui ne résout pas les problèmes de 92% des entreprises basées en France ?

Une telle méconnaissance des besoins des Très Petites Entreprises n’a d’égal que l’aveuglement qui fait dire à ces « représentants » qu’avec cette réforme « la page sera tournée« . Ceux-là même ont la mémoire courte, qui écrivaient déjà il y a plus de deux ans, « 35 heures, la page est tournée ». Combien de fois la tourneront-ils cette page avant de se préoccuper enfin de ceux qu’ils sont censés représenter (20 millions de citoyens) ?

Comment peuvent-ils prétendre être à l’origine d’une réforme qu’ils n’ont pas souhaitée ?

Ayant pris le train en marche, ils signent une « réforme » qui maintient l’augmentation du coût du travail des entreprises face à une concurrence mondiale de plus en plus pressante, tandis que les salariés ne bénéficient pas d’une réelle valorisation de leur travail et donc de la hausse du pouvoir d’achat nécessaire au soutien de l’économie, de l’emploi et du progrès social.

La seule réussite, étonnante, est d’arriver, encore, à faire croire qu’ils parlent au nom des entrepreneurs !

La proposition du Cerf qui fut à l’origine de la véritable relance du débat permettra de redistribuer immédiatement plus d’un milliard d’euros de pouvoir d’achat aux salariés tout en renforçant la compétitivité des entreprise : il ne s’agit que d’une mesure saine de justice, tant pour les salariés que pour les entreprises.

La page n’est donc pas tournée et il reste nécessaire de revenir sur une loi encore et toujours inadaptée aux besoins des Français et aux enjeux de l’économie mondiale.

Il faudra donc :

  • Exonérer de charges salariales (jusque là payées par le salarié), le travail de la 35ème à la 40ème heure
  • Exonérer d’impôt sur le revenu (par crédit d’impôts), le travail de la 35ème à la 40ème heure
  • Verser les charges patronales sur le travail de la 35ème à la 40ème heure aux caisses de solidarité aux personnes âgées.

Alors les français pourront travailler plus et gagner plus, tout en faisant gagner la France.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!