LUNDI DE PENTECOTE, SUITE…

mai 5th, 2005 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

Que les salariés soient venus travailler ou non (parce qu’ils ont fait grève ou ont été empêchés par les premiers), les entreprises devront supporter, quoiqu’il arrive, une augmentation de leur masse salariale de 0,3%.
 
Soumises à la toute puissance d’un Etat qui édicte des règles dans l’ignorance de ceux à qui elles s’appliquent, les entreprises subiront cette hausse de charges alors qu’on prétend les réduire.
 
Au lieu de prendre les mesures qui permettraient d’assurer la croissance pouvant générer les  2 milliards d’euros recherchés, les gouvernants ont choisi, une fois encore, la solution qui pèsera  sur l’économie et la croissance, pourtant si nécessaires à la solidarité.
 
Outre les effets contreproductifs sur l’emploi de ce Lundi de Pentecôte, il faudra évaluer son incidence sur les défaillances d’entreprises qu’il va contribuer à accélérer et augmenter (hausse de charges sans chiffre d’affaire correspondant, augmentation des stocks…).
 
On pourra alors s’interroger sur les mesures de solidarité à prendre envers ceux qui auront tout perdu, et pour un certain nombre, au nom de la solidarité…
 
Peut-être ceux-là pourront-ils compter sur nos dirigeants pour trouver, comme à leur habitude, une solution « avec le porte-monnaie des autres », aggravant ainsi encore les choses.
 
Louis Lambel, président des Créateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf), déplore une solution qui divise la France, quand il est possible d’unir les Français autour de la construction d’un bien commun où chacun trouve son intérêt : la solidarité et le partage des richesses ne peuvent se faire de façon durable que s’ils reposent sur la croissance qui nous fait défaut et qu’on s’évertue à repousser en nous promettant, déjà, d’autres prélèvements pour financer la caisse nouvellement mise en place.

 

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!