Crise des subprimes : Danger TPE

avr 23rd, 2008 | By CERF National | Category: 1 - CERF National, Communiqués

La crise des subprimes aggrave la crise endA�mique du sous financement des TPE. Et l’A�conomie rA�elle ne pourra amortir le choc de cette crise financiA?re. Il faut malheureusement sa��attendre A� une hausse spectaculaire des dA�faillances d’entreprises en 2008. Ainsi, aprA?s uneA� augmentation de 2,5% la��annA�e derniA?re, le Cerf table sur fourchette basse comprise entre 5 et 8% pour 2008, soit plus de 50 000 dA�faillances : ce sont ainsi plus de 300 000 emplois qui pourraient A?tre dA�truits cette annA�e. La France restera en tA?te des pays dA�veloppA�s pour le nombre de dA�faillances da��entreprises.

Face A� la crainte avA�rA�e da��un resserrement du crA�dit, le PrA�sident de la RA�publique doit poursuivre les rA�formes engagA�es :
La rA�duction des dA�penses publiques. Car les dA�ficits sont autant de prA�lA?vements sur la capacitA� de crA�ation de richesse et d’emplois.

La rA�orientation de la��A�pargne vers la��investissement. Si les premiA?res mesures fiscales prises par le gouvernement ont, de fait, anticipA�, la crise A�conomique et financiA?re, il y a urgence A� inciter les capitaux privA�s A� investir dans les entreprises. Il faut donc augmenter les avantages fiscaux pour conduire les banques A� dA�velopper des produits spA�cifiques (TPE, A�conomie ruralea��).
Pour rA�pondre A� l’urgence de la situation, la premiA?re mesure consisterait A� lever les plafonds d’exonA�ration des fonds investis dans les TPE et les PME. Cela est particuliA?rement vrai pour l’ISF, dont le coA�t de collecte reprA�sente un vA�ritable gaspillage de la richesse franA�aise, A� un moment oA? le besoin de liquiditA�s est vital pour les entreprises.

La baisse du coA�t du travail. Cette mesure, tout aussi urgente que les prA�cA�dentes, A�tait initialement prA�vue dans la rA�forme des heures supplA�mentaires, avant qu’elle ne soit modifiA�e par les partenaires sociaux.

Da��ailleurs, le fait qua��aucun de ces « partenaires » ne se prA�occupe de ces questions vitales pour la France, dA�montre une fois de plus que la reprA�sentativitA� doit A?tre rA�formA�e en profondeur. Et dans un contexte de nA�cessaire rA�affectation des ressources A� la survie des entreprises, la remise A� plat du financement des organisations syndicales serait un des moyens de faire baisser la pression qui pA?se sur le pouvoir d’achat, l’emploi et la crA�ation de richesse.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!