CCI : le CERF est la première organisation représentative des TPE

Les candidats du Cerf et les équipes qui se sont mobilisées depuis des années au service des entreprises et notamment les plus petites d’entre elles, tiennent à vous exprimer leurs remerciements sincères : le vote des chefs d’entreprises de la capitale ont placé le Cerf à un niveau historique dans une élection triangulaire où s’affrontaient 3 listes, dont deux d’entrepreneurs indépendants. Le Cerf remporte notamment 6 sièges de membre pour représenter le commerce de 0 à 9 salariés.

Le résultat est sans appel : seule l’union permet aux deux « géants » medef et CGPME de sauver la face et les apparences, dans ce qui se révèle être leur plus lourde défaite depuis des décennies. La perte de 4 collèges au profit des indépendants, d’une part, et des « victoires » pour les sièges restants, d’autre part, sans jamais obtenir une majorité absolue est un désaveu cinglant du monopole organisé de la représentation par des organisations dépassées et déconnectées des entreprises. Elles remportent encore de nombreux sièges, certes, mais grâce à un mode de scrutin imposé à force de lobbying afin d’éviter toute alternance et, surtout, grâce à de nombreuses irrégularités, savamment orchestrées, qui contredisent tous les discours éthiques qui servent d’emballage à l’absence de propositions pour les entreprises. Ces tentatives d’escamoter la démocratie, avec parfois des écarts d’à peine 5 voix, ne seront pas laissées sans suites, tant il est urgent d’engager le débat et d’aboutir au changement.

Car ces méthodes n’en finissent plus de montrer leurs limites, qui conduisent à toujours plus d’abstention (que pensez de la légitimité d’une Chambre élue avec seulement 6,4% des voix et une équipe dirigeante qui n’en a pas obtenu la moitié ?), sans arriver à stopper la montée d’une alternative crédible incarnée par le mouvement que nous voulons animer avec vous et pour vous, face aux défis que la vie d’entreprise nécessite de relever. Vous nous avez ainsi placés en tête du scrutin avec une moyenne de 40% des voix, soit plus que ce à quoi peuvent prétendre le medef ou la CGPME pris séparément : la réforme de la représentation patronale voulue par le Chef de l’Etat et annoncée par le Chef du gouvernement dans son discours de politique générale est non seulement légitime et urgente, elle est déjà en cours, grâce à votre soutien et votre mobilisation. Elle ne pourra donc plus se faire sans le Cerf, à moins de vouloir bâillonner, mais qui y songerait, la voix des urnes ? Qui pourrait encore accepter longtemps que les majoritaires aient le moins de sièges et, à défaut de mener les réformes à mettre en œuvre, ne puissent être entendus et donc occuper les places qui leur permettront d’être entendus et servir l’intérêt général ?

Les élus du Cerf apporteront bien sûr leur contribution à la Chambre de commerce et d’Industrie de Paris. Ils le feront avec un esprit d’ouverture, d’indépendance et de liberté conformément à l’engagement du Cerf tout au long de ces années.

Commenter cet article...
Pour afficher un avatar avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!